PUBLICIDAD

Marruecos

Émissions de carbone : comment le Golfe parviendra-t-il à un niveau net zéro ?

Les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite publient des plans de réduction des émissions de carbone
Planta fotovoltaica de 10mw en Masdar City, un desarrollo urbano sostenible alimentado por energías renovables en Abu Dhabi, Emiratos Árabes Unidos

AP/KAMRAN JEBREILI  -   Centrale photovoltaïque de 10 mw à Masdar City, un développement urbain durable alimenté par des énergies renouvelables à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.

Alors que les dirigeants politiques et économiques du monde entier continuent de se réunir à Glasgow pour discuter des questions environnementales dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26), certains des pays les plus dépendants des combustibles fossiles ont lancé des plans pour atteindre des émissions nettes de carbone nulles. 

Le 7 octobre, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à s'engager à atteindre un taux net zéro. Lors de l'Expo 2020 à Dubaï, le gouvernement a annoncé qu'il s'efforcerait d'atteindre cet objectif d'ici à 2050, à l'instar des grands marchés industrialisés tels que l'UE et le Royaume-Uni. 

Bien que le pays n'ait pas encore publié de plan détaillé, les responsables ont déclaré qu'ils investiraient 600 milliards de dirhams (163,4 milliards de dollars) dans les énergies renouvelables pour contribuer à la réalisation de cet objectif. Cela s'ajoutera aux plus de 40 milliards de dollars que les Émirats arabes unis ont investis dans le secteur au cours des 15 dernières années. 

Le gouvernement prévoit que la capacité de production d'énergie renouvelable, y compris l'énergie solaire et nucléaire, atteindra 14 GW d'ici 2030, contre 100 MW en 2015 et 2,4 GW en 2020. En cas de succès, les responsables affirment que la mise en œuvre devrait faire passer la part de l'électricité produite à partir de sources renouvelables des niveaux actuels de 7 % à 20 % d'ici à 2030, et à 44 % d'ici à 2050. 

En outre, le pays cherche à développer l'hydrogène en tant que source d'énergie à faible teneur en carbone, à réduire la consommation et à augmenter la capacité de capture du carbone

emisiones carbono golfo
PHOTO/ Stratégie et communication du gouvernement de Dubaï via AP - Le parc solaire Mohammed bin Rashid Al Maktoum, situé à environ 50 kilomètres au sud de Dubaï, aux Émirats arabes unis.
Le plan "net zéro" de l'Arabie saoudite 

Cette évolution a été suivie le 23 octobre par le lancement du propre plan "net zéro" de l'Arabie saoudite, annoncé lors du premier forum de la Saudi Green Initiative, qu'elle espère atteindre d'ici 2060. 

Tout comme les Émirats arabes unis, les responsables saoudiens ont souligné que des investissements importants dans les énergies renouvelables étaient essentiels pour atteindre cet objectif. Le pays a pour objectif de produire 30 % de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici à 2030, contre moins de 1 % actuellement. 

L'Arabie saoudite a déclaré qu'elle investirait un total de 700 milliards de rials saoudiens (186,7 milliards de dollars) dans le cadre de son approche d'"économie circulaire du carbone", qui comprend des stratégies telles que la plantation de 450 millions d'arbres et la réhabilitation de grandes étendues de terre d'ici 2030, ainsi que l'augmentation des investissements dans les technologies de capture du carbone. 

Ces mesures devraient permettre de réduire les émissions de carbone de 270 millions de tonnes par an, soit plus du double de l'objectif précédent du pays (130 millions de tonnes). Ce plan s'accompagne également d'un engagement à réduire les émissions de méthane de 30 % d'ici à 2030

Suivant l'exemple des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite, le cabinet de Bahreïn a annoncé, le 24 octobre, son intention de ramener les émissions de carbone à zéro d'ici à 2060. Quelques jours plus tard, le Qatar a lancé un plan national sur le changement climatique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 25 % d'ici à 2030. 

emisiones carbono golfo
AFP/ KARIM SAHIB - Un parc solaire de 10 mégawatts à l'extérieur de Masdar City, à la périphérie du riche émirat d'Abu Dhabi.
Le pétrole et le gaz resteront dans les plans futurs 

Tout en déployant des efforts considérables pour réduire les émissions nettes de carbone, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis considèrent que le pétrole et le gaz continueront à jouer un rôle dans leur avenir net zéro respectif

Bien qu'ils n'aient pas été finalisés, leurs plans ne contenaient pas d'informations sur la réduction des investissements dans le pétrole et le gaz, ni sur la réduction de la production de combustibles fossiles

Cela a suscité l'inquiétude de certains militants écologistes, qui craignent que la poursuite de la production d'hydrocarbures et le recours à la technologie de capture du carbone ne soient pas aussi efficaces pour réduire les émissions de carbone que beaucoup le laissent entendre. 

D'autres étaient plus optimistes et ont souligné l'importance pour l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde de s'engager dans un plan "net zéro"

"Je me félicite de l'annonce par l'Arabie saoudite d'un objectif net zéro. Les pays atteindront le niveau "net zéro" de différentes manières, mais la menace du changement climatique est universelle. Les engagements des grands producteurs de combustibles fossiles et leur mise en œuvre sont essentiels pour atteindre les objectifs climatiques internationaux", a écrit sur Twitter Fatih Birol, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie. 

Dans le même temps, lors de la publication de leur plan, les responsables saoudiens ont déclaré qu'un abandon trop rapide des combustibles fossiles priverait de nombreux marchés émergents de sources d'énergie fiables et que la transition vers des émissions nettes de carbone nulles "sera réalisée de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés énergétiques mondiaux"

emisiones carbono golfo
AFP/ IAN TIMBERLAKE - Shaybah, la base de l'usine de liquides de gaz naturel de Saudi Aramco et de la production de pétrole dans le champ Shaybah environnant, dans le quartier désertique éloigné d'Empty, en Arabie saoudite, près des Émirats arabes unis.
Les défis du net zéro pour le Golfe 

Le chemin vers le "net zéro" est une question particulièrement complexe pour le Golfe, où de nombreux pays dépendent encore fortement de l'industrie des hydrocarbures

Par exemple, l'Arabie saoudite est le deuxième producteur mondial de pétrole, fournissant environ 10 % du pétrole mondial, tandis que l'Irak, les Émirats arabes unis et le Koweït figurent parmi les dix premiers. 

Bien que la plupart des pays du Golfe se soient lancés dans des programmes à long terme visant à diversifier leur économie, les hydrocarbures restent une part importante de l'activité économique et sont cruciaux pour l'économie globale

Bien qu'elle soit tombée de 65 % en 1991, la part du pétrole dans le PIB total de l'Arabie saoudite était encore de 42 % en 2019. Le chiffre relatif est d'environ 50 % à Oman, 40 % au Koweït et environ 20 % à Bahreïn, bien que ce dernier soit l'une des économies les plus diversifiées de la région

Alors que de nombreux pays de la région se remettent encore, dans une certaine mesure, du double défi posé par le coronavirus de l'année dernière et la chute des prix du pétrole, le secteur des hydrocarbures reste la clé de la sécurité économique