PUBLICIDAD

Iberdrola

113 membres du parti islamiste tunisien Ennhada démissionnent en masse

L'ancien ministre de la santé Abdul Latif al-Makki et d'autres membres importants du parti font partie de la centaine de démissionnaires mécontents de la direction de Ghannouchi
Rachid Ghannouchi

PHOTO/AP  -   El presidente del partido islamista Ennahda, Rached Ghannouchi

L'influence de la formation islamiste Ennhada s'évapore en Tunisie. Le plus grand parti politique du Parlement traverse une énorme crise d'identité, avec 113 membres qui ont démissionné samedi. L'hémorragie interne a éclaté après deux mois d'absence du pouvoir et a entraîné avec elle, entre autres, l'ancien ministre de la santé, Abdul Latif al-Makki, et le député Samir Dello. Deux des figures les plus influentes du parti.

Dans une lettre adressée à la direction d'Ennhada, les membres démissionnaires ont attribué leur décision à la paralysie de l'organisation, exacerbée par l'absence de réforme interne. Le solide leadership de Rachid Ghannouchi, le président de l'assemblée, a été remis en question ces derniers mois, et il a fait face à des appels continus à la démission dans ses rangs pour ses décisions stratégiques peu judicieuses depuis la victoire électorale de 2019.

En 2020, plus d'une centaine de militants islamistes ont écrit pour approuver le rejet par Ghannouchi d'un nouveau mandat et ont menacé de démissionner en bloc si un congrès n'était pas convoqué avant la fin de l'année pour choisir son successeur. Le document a été rendu public et constitue le plus gros coup porté à l'autorité du fondateur du parti de la Renaissance après plus de 30 années ininterrompues au pouvoir.

Rachid Ghannouchi
PHOTO/AP  -   El presidente del partido islamista Ennahda, Rached Ghannouchi

Le congrès n'a pas eu lieu. Au lieu de cela, Ghannouchi a décidé de satisfaire la base en licenciant tous les membres de son comité exécutif en août. Une décision qui n'a ni satisfait ses détracteurs ni fait taire les plaintes contre son mandat. De nombreux membres de l'organisation désignent le fondateur d'Ennhada lui-même comme le principal responsable de l'isolement politique du parti.

Et l'hémorragie de victimes ne semble pas se ralentir. Samir Dello, membre du parlement, a déclaré samedi à la radio tunisienne GEM que d'autres démissions sont possibles dans les heures ou les jours à venir. A cette heure, plusieurs parlementaires et membres importants du parti ont abandonné leur militantisme.

L'ancien ministre islamiste Al-Makki a confirmé sa démission au Tuniscope, où il a consacré quelques lignes à son départ du parti : "Je me sens si triste / Je ressens la douleur de la séparation, une douleur sévère / Mais je n'avais pas le choix après la longue tentative, surtout ces derniers mois / J'assume la responsabilité de ma décision, de mon ordre / Salutations à mes proches / Nous devons faire face au coup d'État pour la Tunisie".

Protestas Túnez
AFP/ FETHI BELAID  -  Un manifestant tunisien lève une cage à drapeau lors d'une manifestation antigouvernementale sur l'avenue Habib Bourguiba, dans la capitale Tunis, le 19 janvier 2021

Les démissionnaires accusent la direction de la formation d'avoir échoué dans sa tentative de réformer le pays. Une promesse qu'ils ont tenue après avoir obtenu la légalisation et le retour d'exil à la suite du succès de la révolution de 2011, un processus dont la Tunisie est sortie comme le premier pays du monde arabe à se doter d'un système démocratique.

Ennhada a été membre de chaque gouvernement tunisien au cours de la dernière décennie, servant dans des gouvernements de coalition. Cependant, l'état actuel de la Tunisie est loin de ce qui était attendu. Le pays traverse une crise sociale et économique majeure, aggravée par le COVID-19 et le coup porté au tourisme, ce qui explique la perte de jusqu'à un million d'électeurs en cours de route.

Crise constitutionnelle

Le coup d'État du président Kais Saied en juillet a finalement démantelé le parti. Il a dissous le parlement, renvoyé la moitié du gouvernement et s'est arrogé les pleins pouvoirs dans un délai de 30 jours qui a expiré en août. Tout cela en utilisant l'article 80 de la Constitution, une Magna Carta qu'il a contribué à rédiger mais qu'il veut maintenant abolir.

Presidente Kais Saied
REUTERS/ZOUBEIR SOUISS  -  Kais Saied, Président de la Tunisie

Le titre indique que le président de la République peut adopter des mesures exceptionnelles "en cas de péril imminent qui menace les institutions de la nation ou la sécurité ou l'indépendance du pays, et qui entrave le fonctionnement normal de l'État", après consultation du président de l'Assemblée, une médiation qui n'a pas eu lieu. Il s'agit d'un domaine controversé ouvert à l'interprétation, mais Saied avait le soutien d'une grande partie de la société tunisienne.

Il n'a cependant pas eu le soutien d'Ennhada, qui a dénoncé la dérive autoritaire du président. Saied a poursuivi dans cette voie et a promulgué mercredi une nouvelle loi lui donnant des pouvoirs législatifs par décret-loi dans une trentaine de domaines. Ces prérogatives ont incité Ghannouchi à l'accuser d'avoir supprimé "de facto" l'ordre constitutionnel

Les organisations internationales et le reste des forces d'opposition tunisiennes, à l'exception de la plus importante, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), qui compte plus d'un million de membres dans le pays, se sont exprimées dans ce sens.