PUBLICIDAD

Marruecos

Abdalla Hamdok annonce sa démission du poste de premier ministre du Soudan

Hamdok a conclu un accord avec les militaires un mois après le coup d'État d'octobre. Cet accord a suscité de nombreuses protestations dans le pays, qui ont été violemment réprimées
PHOTO/AP

PHOTO/AP  -   Le dimanche 2 janvier 2021, M. Hamdok a annoncé sa démission dans un contexte d'impasse politique et de vastes manifestations en faveur de la démocratie, après un coup d'État militaire qui a fait dérailler la fragile transition du pays vers un régime démocratique.

Le Soudan commence l'année avec un nouveau bouleversement politique. Abdalla Hamdok, l'homme chargé de conduire le pays vers une démocratie stable, a annoncé sa démission dans un discours télévisé. "J'ai décidé de rendre la responsabilité et de présenter ma démission en tant que premier ministre, et de donner une chance à un autre homme ou une autre femme de ce noble pays pour l'aider à traverser ce qui reste de la période de transition vers un pays démocratique civil", a déclaré Hamdok. L'ancien premier ministre a souligné ses efforts pour faire du Soudan un pays sûr, pacifique et juste, tout en reconnaissant qu'il n'avait pas atteint son objectif. "J'ai fait tout ce que je pouvais pour éviter que notre pays ne tombe dans le désastre. Aujourd'hui, notre nation traverse un dangereux point de basculement qui pourrait menacer sa survie s'il n'est pas rectifié de toute urgence", a déclaré Hamdok.

La démission de Hamdok intervient peu après des manifestations de masse contre l'armée et l'accord de l'ancien premier ministre avec la junte militaire. De nombreux manifestants ont qualifié Hamdok de "traître" et ont affirmé que l'accord permettrait le retour de "l'ancien régime". Cependant, le Soudan connaît des protestations depuis le coup d'État du 25 octobre dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhan. Les Soudanais ont accusé les militaires d'entraver le processus démocratique et de réprimer violemment les révoltes. Dimanche, des sources médicales soudanaises ont fait état de la mort d'au moins trois manifestants.

Mapa de la capital sudanesa de Jartum AFP/AFP
AFP/AFP - Carte de la capitale soudanaise de Khartoum

 L'un d'eux serait mort après avoir reçu un coup "violent" à la tête à Khartoum, tandis qu'un autre aurait reçu une balle dans la poitrine à Omdurman, dans la banlieue de la capitale, selon le Comité central des médecins soudanais (CCSD). Toutefois, le comité pro-démocratie a déjà fait état de 57 morts au total depuis le début des manifestations en octobre, ainsi que de centaines de blessés. En outre, l'ONU a fait état de nombreuses allégations de violences sexuelles commises par les forces de sécurité à l'encontre de plusieurs manifestants. Mais la brutalité des manifestations n'est pas la seule chose que les autorités ont utilisée pour tenter de faire taire le peuple soudanais. Les connexions Internet ont également été perturbées, comme le rapporte NetBlocks, une ONG créée pour surveiller la liberté d'accès à Internet. 

Hamdok, lors de son discours, s'est souvenu avec émotion des "jeunes hommes et femmes des comités de résistance" qui manifestaient pour un gouvernement civil et démocratique. "Vous avez bien fait et votre fermeté a été une source d'inspiration et a façonné les caractéristiques d'un nouveau Soudan", a-t-il déclaré, même si ces protestations étaient également dirigées contre son accord avec les militaires. Toutefois, Hamdok a expliqué qu'il en était arrivé là dans le but "d'amener les parties à la table du dialogue et de convenir d'une feuille de route pour remplir le reste de la période de transition". "Le peuple est l'autorité souveraine ultime, et les forces armées sont les forces de ce peuple qui exécutent ses ordres", a-t-il ajouté.  

Miles de manifestantes sudaneses a favor de la democracia se concentraron frente al palacio presidencial en Jartum, desafiando los gases lacrimógenos, un despliegue masivo de soldados armados y un apagón de las telecomunicaciones PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - Des milliers de manifestants soudanais favorables à la démocratie se sont rassemblés devant le palais présidentiel à Khartoum, bravant les gaz lacrymogènes, un déploiement massif de soldats armés et une coupure des télécommunications.

Les États-Unis, un pays qui était devenu un important soutien du gouvernement d'Hamdok, ont déjà pris la parole. Le département d'État a exhorté les dirigeants soudanais à "mettre de côté leurs divergences, à trouver un consensus et à assurer le maintien d'un régime civil" et a appelé à la nomination d'un nouveau premier ministre "conformément à la déclaration constitutionnelle de 2019 afin de réaliser les objectifs de liberté, de paix et de justice du peuple". Parmi les successeurs possibles de Hamdok figure l'ancien ministre des Finances Ibrahim Al-Badawi, rapporte le média Asharq. Washington a également fait allusion aux brutalités policières lors des manifestations. "La violence contre les manifestants doit cesser", a souligné le Bureau des affaires africaines du département d'État. 

L'héritage de Hamdok  

Après le renversement d'Omar el-Béchir, le dictateur qui a dirigé le Soudan d'une main de fer pendant 30 ans, Abdalla Hamdok est devenu le leader de la transition vers la démocratie et a commencé à travailler pour organiser des élections libres en 2023. Hamdok a donné un espoir de paix à un peuple embourbé dans la violence et la répression depuis trois décennies. Cependant, l'ancien premier ministre a dû faire face à des obstacles majeurs, notamment une tentative d'assassinat en mars 2020. Tout d'abord, Hamdok a dû faire face à des perspectives économiques sombres. En 1993, lorsque les États-Unis ont accusé Khartoum de parrainer le terrorisme, un embargo commercial a été imposé au Soudan, qui a été coupé des marchés financiers internationaux.

PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - Le général supérieur soudanais Abdel Fattah al-Burhan s'exprime alors qu'il assiste à la conclusion d'un exercice militaire dans la région de Maaqil, dans le nord de l'État du Nil, le 8 décembre 2021.

Cela a fait de ce pays africain l'un des plus pauvres du monde. Bien que sous son règne, Hamdok ait réussi à obtenir de la Banque internationale qu'elle efface une grande partie de la dette du pays, la situation économique reste critique. Néanmoins, Hamdok a convenu avec le président de la Banque, David Malpass, d'un fonds de 2 milliards de dollars pour le Soudan. Depuis la chute d'Al-Bashir, le Soudan a réussi à sortir de l'isolement international. Le Soudan a été retiré de la liste des pays soutenant le terrorisme établi par Washington après avoir reconnu l'État d'Israël.

De plus, Hamdok a dû faire face au conflit au Darfour, une région qui a subi un génocide entre 2003 et 2008 aux mains du gouvernement d'Al-Bashir. Le dictateur a été inculpé par la Cour pénale internationale pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. La population du Darfour a été victime d'une épuration ethnique, de meurtres et de viols en masse. La campagne menée par Al-Bashir contre les rebelles du Darfour a fait 300 000 morts et contraint 2,7 millions de Soudanais à fuir leur foyer.  

Manifestantes sudaneses se concentran en el barrio de al-Daim, en la capital, Jartum, el 2 de enero de 2022, en medio de la convocatoria de concentraciones en favor de la democracia en "memoria de los mártires" muertos en las recientes protestas PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - Des manifestants soudanais se rassemblent dans le quartier al-Daim de la capitale Khartoum, le 2 janvier 2022, sur fond d'appels à des rassemblements pro-démocratie en "mémoire des martyrs" tués lors des récentes manifestations.

Dans ce contexte, et dans le but de faire progresser la paix et de panser les blessures de la guerre, Hamdok s'est rendu au Nord-Darfour en novembre 2019, sept mois après l'éviction d'Al-Bashir. Cette visite était également son premier voyage dans une région soudanaise depuis son entrée en fonction. Hamdok a rencontré des personnes déplacées et des dirigeants régionaux afin de "construire une paix durable fondée sur les priorités de la période de transition". Aucun fonctionnaire soudanais ne s'était rendu au Darfour depuis 16 ans. Il convient de noter que depuis le coup d'État militaire d'octobre, la violence a de nouveau éclaté dans la région occidentale.