PUBLICIDAD

Iberdrola

Agadir consolide son festival international de cinéma d'art

Par le biais de projections, de masterclasses, d'ateliers professionnels et de séminaires en ligne
Festival de Agadir

 -  

La ville côtière marocaine d'Agadir s'est engagée de manière remarquable en faveur du cinéma et des arts plastiques, réunis à travers le festival "Ciné Art Agadir", qui a achevé avec succès sa troisième édition tenue du 20 au 22 novembre sous le slogan "Art et convalescence", avec des projections, des masterclasses, des ateliers professionnels et des séminaires en ligne de nature internationale. Il s'agit d'une référence claire à la pandémie de COVID qui a imposé une série d'activités virtuelles.  

Le festival est une occasion de se rapprocher d'autres cultures à travers les œuvres de réalisateurs marocains et étrangers, avec une bonne présence d'auteurs espagnols. Cet événement vise également à découvrir et à encourager les créateurs émergents et à promouvoir de nouvelles voix cinématographiques. Sa directrice, l'infatigable artiste et dynamo culturelle Najat Elbaz, est à la tête de l'événement, avec l'objectif clair de faire d'Agadir un pôle d'intérêt artistique du Maroc au monde entier.  Avec une présence remarquable d'artistes et de professionnels du cinéma marocains, il convient de noter la forte présence de films espagnols dans cette édition, ainsi que la participation de réalisateurs, de producteurs et de professionnels du monde arabe, mais aussi d'autres pays, du Portugal au Mexique ou aux États-Unis. 

Le programme du festival comprend une compétition officielle pour les courts métrages et les documentaires de différents continents.  Jusqu'à 30 films sont projetés et concourent pour des prix. Il s'agit d'un événement international, qui se reflète tant dans l'origine des œuvres que dans la composition des jurys. Le jury du concours de longs métrages documentaires a été présidé par le réalisateur et acteur marocain Driss Roukhe et est composé d'Ammar al-Ibrahim, réalisateur du Sultanat d'Oman, du réalisateur espagnol Javier Martin-Domínguez, de Carlos Coelho, réalisateur du Portugal, de Mohamed Lyounsi, réalisateur marocain, et de Mohamed Laroussi, scénariste du Maroc. 

Festival de Agadir

Les lauréats de cette section sont la production américaine "Siqueiros", dirigée par Lorena Manríquez et Mikel Baker ; la statuette d'argent a été décernée à la production espagnole "Sorolla, los viajes de la luz", dirigée par Sonia Tercero Ramiro, et le bronze a été attribué à "El hombre que se convirtió en museo" du réalisateur tunisien Marwan Tripolsi.  

Quant aux courts métrages, le jury était présidé par le réalisateur marocain Hakim Noury et composé du réalisateur Slim Belhiba de Tunisie, de Hazem Metwally d'Égypte, de l'actrice Zohra Noujoum du Maroc, de la réalisatrice française Elodie Lachaud de France et de la peintre Michelle Hart du Panama. Leur décision a été d'attribuer les prix à la production "Potato" (qui a remporté les prix du meilleur film, de la réalisation et de la photographie), au film "Insomnie" (prix du meilleur acteur et du réalisateur marocain Rafiq Boubaker). Prix à l'acteur Said Bay pour son rôle dans "En el mejor de los casos", plus une mention spéciale à l'artiste et réalisateur marocain Ahmed Said al-Qadri pour son film "El jurista al rakraki". 

Festival de Agadir

Outre la projection de films, le festival s'engage dans diverses activités professionnelles, avec l'organisation de jusqu'à onze ateliers de formation artistique en matière de réalisation, de jeu d'acteur, de production de films, de mise en scène, d'écriture de scénarios, d'atelier de maquillage de films, avec la participation de réalisateurs et d'acteurs de divers pays. 

L'atelier d'écriture de scénarios est dirigé par Atta Constantin du Liban et Yassin Eddaoui d'Egypte. L'atelier de production était animé par Makyie Mabida (Sénégal), Abbas El Aboudi (Irak) et Julien Fouré (France). Les Marocains Karim Boulmal et Majed Lekroun étaient chargés de l'atelier d'interprétation. L'atelier consacré à l'interprétation et à la production était supervisé par le Marocain Abdellah Chicha. Ahmed Hamdy (Egypte) a dirigé un atelier de production et Ahmed Boudirbila l'atelier image et son. L'atelier de maquillage de film était animé par l'artiste marocain Jamal Chari. Un master class exceptionnel, supervisée par l'acteur marocain Karim Boulmal, a également été consacrée au parcours créatif et cinématographique du célèbre réalisateur marocain Hassan Benjelloun.  La représentation marocaine était importante et d'un niveau élevé, montrant la force croissante du secteur audiovisuel du pays. 

Deux conférences internationales en ligne ont été proposées via les réseaux sociaux : celle consacrée au "Cinéma dans l'histoire de l'art", animée par le réalisateur marocain Hakim Noury, avec la participation d'autres réalisateurs, acteurs, critiques de cinéma et peintres de renommée mondiale. Entre autres, Sylvia Perel et Miguel Peker (réalisateur et producteur/USA), Lorena Manríquez (réalisatrice/Mexique), Susana Cardiola (réalisatrice/Espagne), Jessica Gonzales (peintre/Portugal), Marta Figueras (productrice/Espagne) et Carlos Coelho (réalisateur/Portugal). 

Festival de Agadir

La deuxième conférence sur la "Diplomatie culturelle" était animée par l'écrivain marocain Mohamed Laroussi. Parmi les participants figuraient Mohamed El Badri (Égypte) et Salim Ettayeb El Hassani (Oman), le professeur marocain de relations internationales Abdelfettah Belâamchi, l'artiste maroco-saoudien Ahmed El Harbi, l'acteur marocain Abdelilah Ajil, le réalisateur tunisien, Marouane Tarabelsi, l'acteur marocain Jamal Laâbabsi et l'actrice marocaine Amal Temmar, le réalisateur égyptien Hazem Metwalli, le peintre libanais Ghassane Mahfoudh, le réalisateur Azzeddine El Ouafi et le réalisateur et peintre marocain Ahmed Dijo El Kaderi. 

Tout au long du festival, un hommage a été rendu au défunt Nour-Eddine Saïl, notamment par la projection d'un film retraçant sa vie et ses réalisations avec la participation du réalisateur marocain Lahcen Zainoun. Décédé l'année dernière, il était un écrivain, critique, enseignant et directeur de cinéma qui a joué un rôle crucial dans la promotion du cinéma marocain. Il a été directeur du Centre du cinéma marocain, ainsi que directeur général de Channel 2, avant de passer à la chaîne française Canal Plus. Parmi les activités parallèles, il y avait également une soirée de poésie de l'ancienne ambassadrice du Panama au Maroc, Gloria Young, dont les œuvres ont été traduites par le professeur Fatima El Housseini.  Agadir, ville touristique par excellence, dotée de grandes plages et d'espaces ouverts intéressants pour les tournages, clôture une bonne édition de son festival en vue d'une nouvelle année qui permettra à toutes ses activités d'être en personne.