Al-Burhan contredit ses promesses sur le rôle de l'armée au Soudan

Après avoir provoqué le coup d'État, il ne précise pas si les forces armées continueront à participer au gouvernement.
 Président du Conseil souverain du Soudan Général Abdel Fattah al-Burhan

AFP/ASHRAF SHAZLY  -   Président du Conseil souverain du Soudan Général Abdel Fattah al-Burhan

Les deux derniers mois ont laissé des traces au Soudan, qui peine toujours à se remettre des conflits et des coups d'État récents. 

Abdel Fattah al-Burhan, le lieutenant général qui a réalisé le dernier coup d'État le 25 octobre, a atteint son objectif de prendre le contrôle du gouvernement. 

Selon les déclarations faites samedi à l'Agence France Presse et à Reuters, le lieutenant-général al-Burhan a promis que les militaires auraient leur mot à dire lors des élections de 2023, mais quelques instants plus tard, il s'est contredit et a assuré que l'armée n'interviendrait plus dans les affaires politiques après la période de transition.  

Al-Burhan a précisé que ces élections seraient ouvertes à "toutes les forces qui ont participé" à la période de transition, y compris l'armée et les Forces de soutien rapide, dirigées par le lieutenant général Mohamed Hamdan Dagalo.  

Le Soudan enregistre des manifestations contre le coup d'État
PHOTO/ ARCHIVO - Le Soudan enregistre des manifestations contre le coup d'État

Malgré le fait qu'un certain nombre de personnalités se soient engagées en 2019 à ne pas revenir au pouvoir après les élections, Al-Burhan a maintenu sa position et a déclaré : "Dans le document constitutionnel avant l'accord de paix de Juba, il y avait un langage clair selon lequel tous les participants au paragraphe de transition ne seraient pas autorisés à participer à l'après immédiat. Mais l'accord de paix de Juba a donné aux participants à la période de transition le droit de faire partie du prochain gouvernement". 

"Il y a, comme je l'ai mentionné, une charte de consensus politique qui est déjà en place. Lorsqu'elle sera finalisée, elle sera présentée aux forces politiques, et tous ceux qui souhaitent rejoindre cette charte politique, à l'exception de la Conférence nationale, trouveront la porte ouverte pour y participer de la manière prévue par le document constitutionnel." 

Cependant, il s'est ensuite contredit dans ses déclarations, de sorte que la participation des militaires au gouvernement n'est pas encore assurée.  

Des femmes soudanaises célèbrent à Khartoum après la signature de la déclaration constitutionnelle pour une transition civile entre le Conseil militaire de transition et l'opposition.
PHOTO/AFP - Des femmes soudanaises célèbrent à Khartoum après la signature de la déclaration constitutionnelle pour une transition civile entre le Conseil militaire de transition et l'opposition.

"Lorsqu'un gouvernement élu entre en fonction, l'armée et les forces régulières ne participent pas aux affaires politiques", a déclaré Al-Burhan. 

"Aucune des forces politiques ne fera partie du gouvernement de transition, y compris celles appartenant à l'ancien parti au pouvoir dirigé par Al-Bashir", a-t-il ajouté.  

En 2019, l'armée a renversé l'ancien président Omar Hassan Al-Bashir, à la tête d'une dictature de 30 ans, et l'a remplacé par un conseil militaire de transition qui gouvernerait pendant une période de deux ans, suivie d'élections.  

Lorsque l'ancien président soudanais est arrivé au pouvoir en 1989, le pays était en proie à une guerre civile de 21 ans entre le nord et le sud qui, conjuguée au déclenchement du conflit dans la région occidentale du Darfour en 2003, n'a pas permis au Soudan de se remettre de ses conséquences.  

Manifestations au Soudan
PHOTO/ARCHIVO  -   Manifestations au Soudan

L'ancien président Omar Hassan Al-Bashir a été accusé d'avoir commis des meurtres, des exterminations, des viols, des tortures et des crimes de guerre contre les membres des groupes ethniques four, massalit et zaghawa, ainsi que contre des civils dans la région du Darfour.  

En conséquence, la Cour Pénale Internationale (CPI) l'a dénoncé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.  

Après le coup d'État réussi du 25 octobre par Abdel Fattah al-Burhan, le peuple soudanais a perdu l'espoir de jeter les bases d'un gouvernement démocratique et pleinement civil, de l'État de droit et de la consolidation du retour du gouvernement de transition dans le pays sans aucune intervention militaire.    

Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok assiste à une conférence de presse lors de la Conférence internationale de soutien au Soudan au Grand Palais temporaire à Paris, France, le 17 mai 2021.
REUTERS/SARAH MEYSSONNIER  -   Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok assiste à une conférence de presse lors de la Conférence internationale de soutien au Soudan au Grand Palais temporaire à Paris, France, le 17 mai 2021.

Après ces événements, le peuple soudanais s'est senti trahi par la signature de l'accord entre le Premier ministre évincé Abdullah Hamdok et le lieutenant-général Abdel Fattah al-Burhan, dans lequel Hamdok retrouvait son poste de Premier ministre à condition que les militaires soient présents dans le gouvernement.  

La signature de cet accord a provoqué l'opposition des groupes pro-démocratie, qui sont descendus dans la rue pour réclamer un gouvernement entièrement civil.  

Le Premier ministre Hamdok affirme toutefois que la signature de ce nouvel accord permettra d'éviter d'autres morts, déclarant lors d'une cérémonie retransmise par la télévision d'État que "le sang soudanais est précieux, arrêtons l'effusion de sang et orientons l'énergie de la jeunesse vers la construction et le développement".  

Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok (au centre) et le général de division Malik Tayeb Khojali (à gauche) inspectent une garde d'honneur à El-Fasher, dans le nord du Darfour.
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok (au centre) et le général de division Malik Tayeb Khojali (à gauche) inspectent une garde d'honneur à El-Fasher, dans le nord du Darfour.

Selon les informations du Comité Central des Médecins Soudanais, 44 personnes ont déjà été tuées dans les différentes manifestations depuis le coup d'État, dont un adolescent de 16 ans, tué par balle après avoir été abattu lors de manifestations dans la ville d'Omdurman.  

Toutefois, les Nations Unies et l'Union Européenne ont salué l'accord, qualifiant la dernière signature de "première étape", bien que les Nations unies précisent que toutes les parties "doivent s'attaquer d'urgence aux questions non résolues".

Al-Burhan, en réponse au nombre de morts lors des manifestations, a déclaré : "Des enquêtes ont été lancées sur les victimes des manifestations, pour trouver les coupables et punir les criminels. Le gouvernement protège le droit de manifester pacifiquement".