PUBLICIDAD

Marruecos

Al Jazeera, un écho de la diplomatie qatarie

La chaîne qatarie a joué un rôle clé dans les relations de Doha avec les autres pays arabes. Aujourd'hui, ses dernières actions pourraient refléter les vieux désaccords du petit émirat avec les États du Golfe
atalayar-logo-logo-al-jazeera-qatar-diplomacy

PHOTO/ARCHIVO  -   Logo de la chaîne qatarie Al Jazeera

"Raconter l'histoire d'Al Jazeera, c'est inévitablement raconter l'histoire du petit émirat pétrolier"

Entouré par ses adversaires historiques, l'Iran et l'Arabie saoudite, au milieu du golfe Persique, le petit État du Qatar a consacré tous ses efforts, au cours des dernières décennies, à la construction d'un leadership arabo-musulman qui dépasse la scène régionale et s'étend à l'échiquier international. Ce pivot stratégique et diplomatique profus a commencé avec l'arrivée au pouvoir de l'émir Hamad bin Khalifa, membre de la dynastie Al Thani, qui a renversé son père, Khalifa bin Hamad, par un coup d'État pacifique en 1995. Après l'abdication du cheikh en 2013, son fils et héritier, Tamim bin Hamad, a décidé de poursuivre la feuille de route de son prédécesseur. 

À cet égard, Doha a maintenu une coopération étroite avec les États-Unis. Ses stratégies diplomatiques et de politique étrangère avec le géant américain ont conduit Washington à installer la plus grande de ses bases militaires dans la région, où se trouve le Commandement central américain (CENTCOM) au Moyen-Orient et en Asie centrale. De même, la "diplomatie du ballon", qui a utilisé le football pour projeter l'image d'un Qatar islamique avancé et modéré, a finalement permis à ce pays d'accueillir la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022. 

atalayar-jeque-qatar-tamim-bin-hamad-al-thani
PHOTO/ARCHIVE - L'actuel émir de l'État du Qatar, Sheikh Tamim Bin Hamad Al Thani

Hamad bin Khalifa et son fils, Tamim bin Hamad, se sont tous deux efforcés d'éloigner Doha de l'influence saoudienne et de la consolider en tant que puissance régionale indépendante, avec une projection dans l'ensemble du monde arabe, remettant en question le statu quo au Moyen-Orient par le biais du "soft power". Un modèle diplomatique basé sur l'amélioration de la capacité d'un pays à persuader les autres par le biais de la culture, des valeurs politiques ou du modèle social. En bref, pour influencer les autres États. Et c'est quelque chose que le Qatar fait depuis 1996 avec la chaîne de télévision Al Jazeera. 

Al Jazeera, une révolution de l'information dans le monde arabe 

Raconter l'histoire d'Al Jazeera, c'est inévitablement raconter l'histoire du petit émirat pétrolier. Cette chaîne d'information est étroitement liée à la dynastie Al Thani, à tel point que c'est Hamad bin Khalifa, père de l'émir actuel, qui a créé Al Jazeera, et qu'aujourd'hui la famille royale finance près de 90% de la chaîne. Selon le professeur et journaliste Massimo di Ricco, la création d'Al Jazeera a été une "représentation directe de l'évolution du Qatar" : un pays dont la population ne dépasse pas 3 millions d'habitants et qui était menacé d'être avalé par le géant saoudien, a fini par devenir une force perturbatrice, générant des changements sans précédent dans les règles de la région. 

De même, Al Jazeera, qui, à l'aube de son existence, n'était considérée que comme un autre caprice d'un riche cheikh, et dont les modestes chiffres d'audience - qui ne dépassaient pas le niveau national - ne laissaient guère présager le niveau d'influence qu'elle atteindrait à l'avenir, a été confrontée à l'un des premiers tournants de son existence. En 1996, quelques mois après que la chaîne qatarie a ouvert ses portes, la seule chaîne d'information continue avec laquelle elle pouvait rivaliser à l'époque, la BBC arabe, a fermé ses portes. 

atalayar-redaccion-al-jazeera-qatar
AFP/KARIM JAAFAR - Photo d'archive. Salle de rédaction d'Al Jazeera dans la capitale qatarie, Doha

La quasi-totalité du personnel - déjà formé - de la chaîne britannique qui venait de fermer a migré vers l'embryon d'Al Jazeera, ouvrant un marché libre de concurrence à la chaîne qatarie. Cependant, l'événement qui a réellement catapulté Al Jazeera pour devenir la première chaîne du monde arabe a été sa couverture des guerres d'Afghanistan et d'Irak au début du siècle, où elle a révélé ses prouesses journalistiques en ayant accès à l'Irak de Saddam Hussein et aux groupes talibans afghans. Parallèlement, ses entretiens avec des chefs djihadistes d'Al-Qaïda, tels qu'Oussama ben Laden, lui ont valu une réputation de canal de diffusion d'informations sur les groupes islamistes dans le monde occidental après le 11 septembre 2001.

En quelques années et sous le slogan "l'opinion, et l'opinion de l'autre", Al Jazeera a fini par incarner une véritable révolution de l'information, loin des chaînes officielles arabes, au service des familles royales des pays de la région. La chaîne s'est érigée en porte-drapeau des valeurs de crédibilité, de professionnalisme et d'indépendance, et a accordé de nombreuses interviews à des représentants de groupes que l'Occident considère comme terroristes, tels que le Hamas, le Hezbollah ou les Talibans, ainsi qu'à des représentants d'Israël alors que les accords d'Abraham (2020) n'avaient pas encore été signés.

Sous son égide médiatique, le réseau qatari a réussi à fédérer les sentiments supranationalistes panarabes d'une grande partie de la population arabe dans un scénario régional marqué par de forts conflits internes. Une réussite qui n'a pas été sans susciter des critiques en raison de la forte coloration islamiste de sa ligne éditoriale. 

atalayar-sede-edificio-al-jazeera-periodismo-qatar
PHOTO/FILE - Bâtiment de la chaîne qatarie Al Jazeera avec son logo sur la façade

Mais l'impartialité supposée d'Al Jazeera a été remise en question à l'occasion des conflits qui ont directement ou indirectement affecté le petit État du Qatar, et l'existence de la chaîne en tant qu'extension du pouvoir de la famille Al Thani est presque incontestable. Plusieurs experts ont critiqué le silence d'Al Jazeera sur la réalité de la population qatarie elle-même, en contraste avec la rigueur et la crédibilité de sa couverture des conflits extérieurs. Au cours de la première décennie du XXIe siècle, cela a conduit la dynastie royale de l'émirat pétrolier à investir d'énormes sommes d'argent dans l'expansion de la chaîne, en créant des filiales dans le monde entier et en lançant de nouvelles chaînes qui n'ont pas une vocation exclusivement informative, comme dans le cas de la chaîne anglophone "Al Jazeera International". 

L'arrivée du Printemps arabe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et sa couverture médiatique ont non seulement fait grimper les chiffres d'audience d'Al Jazeera à des niveaux astronomiques, mais ont inévitablement révélé l'instrumentalisation politique et diplomatique de la chaîne par le gouvernement de Doha. Outre la cession déjà conflictuelle des créneaux d'information aux leaders des groupes radicaux, la révolution égyptienne de 2011 a vu une diffusion à profusion des messages islamistes de l'organisation des Frères musulmans. 

Ainsi, la faible couverture des révoltes dans des territoires comme le Bahreïn voisin - dans le but de maintenir la stabilité des monarchies du Golfe - et la partialité affichée lors des conflits en Libye, en Syrie et au Yémen, ont montré la disparité des approches de l'information d'Al Jazeera selon le pays ravagé par tel ou tel mouvement insurrectionnel ou violent. Cela a non seulement entraîné une perte de crédibilité pour la chaîne, mais a également conduit les autorités de plusieurs pays à bloquer progressivement les émissions d'Al Jazeera. L'Algérie, le Maroc, l'Arabie saoudite, la Syrie et les Émirats arabes unis sont quelques exemples de pays où la chaîne a été fermée. 

Les accusations de diffusion de la propagande de l'"islam politique" des Frères musulmans - à qui d'autres puissances salafistes, comme l'Arabie saoudite, reprochent de soutenir les intérêts de l'Iran -, ainsi que les critiques ferventes à l'égard d'autres régimes arabes à tendance autocratique, ont provoqué de fortes tensions entre le Qatar et ses voisins musulmans. Au point qu'en 2017, plusieurs gouvernements musulmans ont annoncé la rupture des relations diplomatiques avec Doha.

atalayar-cronograma-litea-temporal-conflicto-ccg-qatar-golfo-persico
AFP/AFP - Chronologie des événements clés du conflit diplomatique entre le Qatar et les puissances arabes alliées de l'Arabie saoudite entre 2017 et 2019
Le radiodiffuseur qatari au centre du boycott arabe contre Doha

La coalition d'États arabes dirigée par l'Arabie saoudite, dont le Bahreïn, la Libye, le Yémen, l'Égypte et les Émirats arabes unis, a accusé le Qatar de soutenir et d'abriter divers groupes terroristes, tels que Daesh et Al-Qaïda, et même de tenter de déstabiliser la région. Pour aggraver les choses, les négociations de plusieurs millions de dollars menées par le gouvernement qatari avec certains de ces groupes chiites - dans le but de secourir 26 otages, dont des membres de la famille royale - n'ont fait qu'alimenter ces soupçons. En conséquence, le 5 juin 2017, les autorités de Riyad et leurs alliés arabes ont officiellement annoncé le début d'un boycott contre Doha qui isolerait le petit émirat au niveau régional pour les années à venir.

La crise diplomatique se matérialiserait désormais par la fermeture des frontières aériennes, maritimes et terrestres, l'expulsion de diplomates et l'imposition de sanctions commerciales contre le Qatar. 

atalayar-cronograma-litea-temporal-conflicto-ccg-qatar-golfo-persico
AFP/AFP - Principaux développements du conflit diplomatique entre le Qatar et les puissances arabes alliées de l'Arabie saoudite entre 2017 et 2021, alors que les deux parties parviennent à apaiser les tensions entre elles

Au milieu de ce scénario convulsif, la chaîne Al Jazeera, déjà dotée d'une projection internationale massive, avait gagné des ennemis importants dans la région, devenant l'un des principaux fronts du conflit. L'Arabie saoudite et les autres puissances du Golfe ont continué à accuser la chaîne dirigée par Al Thani d'être un porte-parole de groupes tels que le Hamas et les Frères musulmans. En fait, l'importance d'Al Jazeera dans la lutte pour l'hégémonie culturelle et politique sur le territoire, et en tant qu'outil du gouvernement qatari, est telle que la liste des 13 demandes présentées par les alliés de Riyad pour le dégel des relations diplomatiques avec Doha comprenait la fermeture de la chaîne.

Quatre longues années de dialogue et de tentatives de négociation plus tard, en janvier 2021, Riyad et Doha sont finalement parvenus à un accord sous les auspices du Koweït et des États-Unis. Cette décision a été ratifiée lors du sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG), où la déclaration d'Al Ula - la ville saoudienne qui a accueilli la réunion - a été approuvée, officialisant la fin des sanctions et la normalisation des relations avec le Qatar. Toutefois, l'accord final ne fait aucune référence à la fermeture de la chaîne d'information. 

atalayar-ccg-qatar-reconciliacion-cumbre-ccg-al-ula-arabia-saudi
PHOTO/ BANDAR ALGALOUD/CORTESY DE LA COUR ROYALE D'ARABIE SAOUDITE - Photo de famille lors du 41e Sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à Al-Ula, en Arabie saoudite

La rivalité latente entre Doha et Riyad au cours des dernières décennies peut être comprise en termes de concurrence régionale. Malgré l'existence d'une organisation supranationale commune telle que le CCG et des intérêts régionaux convergents, les deux puissances se disputent le leadership du Golfe. Un leadership qui, historiquement, semblait être presque exclusivement entre les mains du géant saoudien, mais qui a été progressivement déplacé vers d'autres États arabes. 

L'un des plus grands désaccords entre le grand royaume et le petit émirat était le printemps arabe, que Doha voulait utiliser pour étendre son influence dans la région, et pour lequel il a utilisé son outil de soft power : Al Jazeera. Plus précisément, les révoltes qui ont le plus mis en évidence ces différences sont celles d'Égypte

atalayar-simpatizantes-hermanos-musulmanes-qatar
AFP/KHALIL MAZRAAWI - Des partisans des Frères musulmans participent à une manifestation en mai 2021
"Le choix 3 : les tensions avec le Qatar à nouveau sur la table ?

L'arrivée au pouvoir de l'islamiste égyptien Mohamed Morsi en juin 2012 a entraîné un schisme au sein du Conseil de coopération du Golfe. Alors que Riyad considère les Frères musulmans et leur "islam politique" comme des rivaux antagonistes - et finira par les inclure sur la liste des "groupes terroristes" - Doha les voit comme un allié politique qui arrivera au pouvoir dans le principal État arabe. Dans cette optique, les bonnes relations du leader historique de l'organisation islamiste, Yusuf al-Qaradawi, avec la famille royale qatarie ne sont qu'un exemple supplémentaire des liens profonds qui unissent le gouvernement de Doha aux Frères musulmans. 

À peine un an plus tard, l'éviction de Morsi et l'accession à la présidence de l'ancien officier militaire Abdelfatah El-Sisi en juillet 2013 ont été couvertes par Al Jazeera comme un " coup d'État ", ce qui a une fois de plus attisé les cendres fumantes de l'aversion pour l'Arabie saoudite et ses alliés et bailleurs de fonds. 

atalayar-mohamed-morsi-hermanos-musulmanes
PHOTO/AFP - Mohamed Morsi, membre du parti islamiste Liberté et Justice, membre des Frères musulmans et ancien président de l'Égypte entre juin 2012 et juillet 2013

La réconciliation du Qatar avec ses voisins du Golfe a entraîné, au cours de l'année 2021, un changement officiel dans la diplomatie et les stratégies politiques du pays. Les autorités de Doha ont demandé aux dirigeants des Frères musulmans de quitter le territoire, ce qui, associé à un programme turc qui semble suivre le même chemin, pourrait affaiblir l'organisation islamiste, du moins officiellement. 

Entre-temps, alors qu'Al Jazeera est restée un écho du soft power qatari, la controverse autour de la série "The Choice 3" - l'une des séries les plus populaires en Égypte - pourrait alimenter de nouveaux soupçons quant à la conformité réelle du gouvernement de Doha avec la fille de la route du CCG réconcilié

Dans le monde arabo-musulman, le mois du Ramadan est le cadre idéal pour le lancement de séries et de programmes télévisés à succès mettant en scène certains des acteurs et actrices les plus en vue de la région. Avec suffisamment d'épisodes pour tout le mois, les familles musulmanes s'assoient souvent, en compagnie, pour regarder les programmes après avoir rompu le jeûne. Dans ce contexte, la série égyptienne "The Choice 3" (Al-Ikhtiyar 3) a suscité de nombreux débats parmi ses téléspectateurs

atalayar-serie-egipcia-The-Choice-3-Al-Ikhtiyar-3-ramadan
PHOTO/FILE - Image fixe de la série égyptienne "The Choice 3" (Al-Ikhtiyar 3)

L'intrigue de la troisième saison de "The Choice" raconte l'épisode égyptien pendant l'éviction de l'ancien président Morsi. "Les 96 heures les plus dangereuses de l'histoire du pays", peut-on lire dans le premier épisode de la série, qui se termine par la décision d'Abdelfatah El-Sisi, alors ministre de la Défense, de destituer Mohamed Morsi. 

Mais la proximité de ces épisodes de l'histoire de l'Égypte a fait que les citoyens du pays sont divisés quant à la véracité des événements décrits dans le programme. Des voix telles que celles de plusieurs groupes de défense des droits de l'homme et de l'opposition ont qualifié la série de "révisionnisme historique", affirmant qu'il ne s'agit que d'une autre tentative d'El-Sisi pour restaurer sa popularité. Dans cette veine, l'acteur en exil Amr Waked a déclaré que "Le Choix 3" est une "pantomime" qui présente une réalité profondément différente de celle que les citoyens égyptiens ont "vécue et regardée". 

D'autre part, une partie du public du pays considère la série comme une présentation honnête et fidèle de la manière dont El-Sisi a été contraint d'agir afin de "sauver l'Égypte de la voie sur laquelle l'organisation des Frères musulmans l'entraînerait".

atalayar-serie-egipcia-The-Choice-3-Al-Ikhtiyar-3-ramadan
PHOTO/FILE - Image fixe de la série égyptienne "The Choice 3" (Al-Ikhtiyar 3). À gauche, l'actuel président égyptien Abdelfatah El-Sisi, et à droite, l'ancien président islamiste Mohamed Morsi

Et c'est au milieu de cette controverse qu'Al Jazeera entre en scène. Lors d'une interview avec l'animateur égyptien Amr Adib, le critique Tariq Al-Shennawi a affirmé avoir reçu un rapport du média qatari selon lequel il "attaque la série sur le plan politique, pas artistique", et qu'il le fait pour défendre l'organisation et le discours des Frères musulmans. Des sources égyptiennes ont étayé ces propos dans leurs déclarations au quotidien Al Arab, rapportant que les comités de surveillance du Caire pour le contrôle d'Al Jazeera ont conclu que la chaîne qatarie poursuit sa ligne éditoriale antérieure à la fin de la crise diplomatique, incluant les dirigeants des Frères musulmans dans ses grilles d'information. 

Suite à ces incidents, le gouvernement égyptien a annoncé le gel de la réouverture d'Al Jazeera au Caire, car les émissions de la chaîne sont encore loin de la feuille de route commune adoptée par les membres du CCG

Mais l'idée même qu'Al Jazeera opère de manière isolée de la direction politique et diplomatique du gouvernement qatari est presque invraisemblable. Il est donc difficile de ne pas s'interroger : Doha a-t-elle maintenu son soutien aux mouvements islamistes et aux Frères musulmans malgré sa réconciliation avec les États du Golfe ? Ou, au contraire, Al Jazeera s'éloigne-t-elle tellement du gouvernement qatari qu'elle se permet désormais d'être en désaccord avec les stratégies diplomatiques et politiques des Al Thani ?