PUBLICIDAD

Iberdrola

Al-Maghrib Bank annonce un projet de réglementation des crypto-monnaies au Maroc

La banque a créé un comité spécial sur cette question afin de commencer à travailler sur un cadre réglementaire malgré la réponse négative du royaume alaouite à ce sujet
bitcoins-marruecos

 -  

Bank Al-Maghrib (BAM) vient d'annoncer le développement de l'un des plus importants plans pour 2022 au Maroc. L'entité, lors de la conférence de presse qui a suivi sa deuxième réunion trimestrielle, a fait savoir qu'elle travaille sur un projet de loi visant à réglementer l'utilisation des crypto-monnaies dans le pays alaouite. 

Abdellatif Jouahri, directeur du BAM, indique que l'institution a créé un comité pour évaluer la possibilité de régularisation et ainsi commencer les travaux. Selon Jouahri, la première étape consiste à établir un cadre réglementaire approprié à la situation du Maroc sur ce marché. Par conséquent, dès que la cybermonnaie sera légalisée, elle sera sûre grâce à l'idée de combiner innovation, technologie et protection des consommateurs.

La commission prendra en considération divers aspects des lois marocaines dans la rédaction de ce projet de loi. En outre, ils examinent l'expérience mondiale des cadres d'autres pays qui acceptent déjà l'utilisation des crypto-monnaies. BAM travaille donc avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale pour faire de cette nouvelle idée une réalité. Ils fournissent à l'entité marocaine des consultations directes sur le sujet et appliquent donc la technique du benchmarking. Il s'agit de consulter, à titre de comparaison, plusieurs références où les crypto-monnaies ont connu un succès afin de pouvoir mettre en place le même modèle au Maroc

banco-bitcoins-marruecos

Afin de satisfaire les autorités marocaines, BAM précise que ce cadre réglementaire permettra non seulement de légaliser les crypto-monnaies, mais aussi de créer une section spéciale pour superviser leur bon usage. De cette manière, la législation relative à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement en ligne des groupes terroristes peut être mise à jour

 La négativité du Maroc

Le débat sur la mise en œuvre des crypto-monnaies continue de susciter la négativité dans le pays. Plusieurs institutions du pays ont déjà précisé que le Royaume n'est pas encore prêt à légaliser la monnaie virtuelle et que, pour l'instant, son utilisation est toujours interdite.

"Notre devoir est de protéger le citoyen contre toute dérive juridique ou perte financière. Il s'agit d'une activité non réglementée caractérisée par une forte volatilité, ce qui entraîne l'absence de toute protection pour le consommateur, d'autant plus que ce système semble attrayant et facile à utiliser", ont déclaré les institutions opposées dans un communiqué commun. Il s'agit du ministère des Finances, de l'Office des changes et de l'autorité de régulation des marchés financiers.

marruecos-bitcoins

Il convient de noter que le BAM était auparavant un ardent défenseur d'une interdiction nationale, mais il semble que l'organisation ait changé d'avis et ait constaté les effets positifs de la légalisation.

Parmi les principales raisons invoquées par ces organisations pour interdire son utilisation, celle qui les préoccupe le plus est celle des escroqueries. Selon le document, les escroqueries sur Internet constituent un problème croissant qui se produit régulièrement, même sans nécessiter l'utilisation d'une monnaie virtuelle. Les institutions précisent que les gens ne comprennent toujours pas comment fonctionnent les crypto-monnaies et, en raison de l'ambition d'investir, il est très facile d'être trompé et de subir de grandes pertes d'argent, entre autres délits.

Le BAM espère que bientôt les cybermonnaies verront le jour dans le Royaume et seront accessibles à tous. "Compte tenu de l'absence d'un cadre juridique réglementant les crypto-monnaies au niveau national et international, nous ne pouvons pas encore adopter les crypto-monnaies. Il s'agit de savoir quand. Les crypto-monnaies représentent l'avenir", a déclaré Jouahri.

 marruecos-bitcoins

 Malgré son interdiction, le Maroc est le marché des crypto-monnaies le plus échangé en Afrique du Nord

Le fait qu'il n'y ait pas de légalisation claire des cybermonnaies n'a pas empêché de nombreux Marocains de les connaître et de commencer à les utiliser. Selon plusieurs portails d'analyse, le Royaume est l'endroit en Afrique du Nord où la plupart des transactions sont effectuées avec cette monnaie virtuelle. On estime que près d'un million de Marocains, soit un total de 2,4% de la population, les ont déjà utilisés pour leur usage et leur plaisir. En outre, en 2021, les records de transactions en crypto-monnaies ont atteint des chiffres historiques, soit 30% de plus que d'habitude, et il semble que ces chiffres continueront à croître jusqu'à ce que leur normalisation soit établie.