PUBLICIDAD

Iberdrola

Al-Sisi calibre son approche du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne

Le président égyptien réaffirme ses intérêts mais se dit ouvert au dialogue pour résoudre un différend qui menace ses ressources en eau
Abdel Fattah Al-Sisi

AFP/ KHALED DESOUKI  -   Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi

Dix ans après le début des tensions dans le bassin du Nil au sujet de la construction du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD), l'Égypte a décidé de recalibrer son approche diplomatique du conflit. Le Caire abandonne la ligne dure au profit de la "diplomatie et de la patience" dans le but de débloquer un accord tripartite avec les autorités de Khartoum et d'Addis-Abeba, selon les dernières déclarations du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi. 

S'adressant aux médias depuis la ville industrielle de Sadat, dans le gouvernorat de Menoufia, le dirigeant égyptien a reconnu qu'il avait fait "tout son possible" pour parvenir à un accord avec l'Éthiopie. "Nous parlons avec diplomatie, vision, patience et, en même temps, nous avons réalisé des projets pour tirer le meilleur parti de l'eau et la recycler une, deux et trois fois", a déclaré l'ancien ministre de la Défense après la révolution de 2011. Mais il a également été catégorique : "Personne ne compromettra le quota d'eau de l'Égypte". 

Début juin, Al-Sisi a annoncé que le pays s'efforçait d'accroître ses ressources en eau et d'"économiser jusqu'à la dernière goutte", et qu'il avait décidé de ne pas entrer en conflit avec ses voisins pour augmenter le quota d'eau "malgré l'augmentation de notre population". Cette position conciliante contraste avec les actions unilatérales prises par le gouvernement éthiopien, qui n'a pas reçu l'approbation du Soudan ou de l'Égypte pour aller de l'avant avec le développement du GERD.

Abiy Ahmed
AP/FRANCISCO SECO  -   Abiy Ahmed, Premier ministre de l'Éthiopie

Le gouvernement d'Abiy Ahmed a lancé la première phase de production d'énergie du barrage en février, face aux critiques de l'Égypte et du Soudan, qui ont accusé le Premier ministre de violer la déclaration de principes signée en 2015. Ce document comprend un engagement des parties à "ne pas causer de dommages significatifs à l'utilisation du Nil Bleu". Abiy, pour sa part, a tweeté que le processus "est une bonne nouvelle pour notre continent et les pays en aval avec lesquels nous aspirons à travailler". 

L'Éthiopie a effectué les deux premières phases de remplissage de manière unilatérale, et les autorités devraient entamer la troisième phase au cours de la prochaine saison des pluies, entre août et septembre. Toutefois, le remplissage complet du barrage devrait prendre entre cinq et sept ans. Selon Kifle Horo, directeur du projet GERD à la compagnie d'électricité éthiopienne, le processus de remplissage est automatique, il est donc impossible de l'arrêter. 

Horo a reconnu pour la première fois que l'Égypte et le Soudan pourraient être lésés par le remplissage du barrage, dans des déclarations qualifiées d'"incendiaires" par le ministère soudanais des Affaires étrangères. Khartoum s'était montré neutre dès le début du projet de barrage, mais ces dernières années, il s'est rapproché de la position de l'Égypte sur le différend. Jusqu'aux déclarations du directeur du GERD, la version d'Addis Abeba était qu'il n'y aurait pas de conséquences pour ces pays. Maintenant, les autorités éthiopiennes font marche arrière. 

La nouvelle approche de l'Égypte est une réponse aux conditions hydriques difficiles du pays. C'est l'un des États les plus pauvres en eau au monde. Pour répondre à ses besoins, le Caire a besoin d'environ 114 milliards de mètres cubes d'eau par an, alors que les ressources disponibles sont estimées à 74 milliards, ce qui oblige les autorités à investir des milliards d'euros dans des plans et infrastructures hydrauliques tels que des stations de traitement, le dessalement, la rationalisation, etc. 

"La question de l'eau est existentielle pour l'Égypte", déclare l'analyste Marcos Bosschart. "Dans le scénario le plus optimiste, 35 % des terres arables seraient perdues si le comblement était effectué en moins de cinq ans". Les dernières recherches estiment que le remplissage du réservoir ne dépasse pas 15 % de sa capacité. 

Le président égyptien a rencontré il y a quinze jours le commissaire européen chargé de la politique de voisinage et de l'élargissement, Olivér Várhelyi, afin de négocier l'aide de l'UE dans le différend relatif au GERD. À l'issue de la réunion, Várhelyi a exprimé la volonté de la Commission de trouver une solution "acceptable" pour toutes les parties.

GERD
PHOTO/MAXAR TECHNOLOGIES via AP  -   Le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne sur le Nil bleu, dans la région éthiopienne de Benishangul-Gumuz, le 26 juin 2020

Le Grand barrage de la Renaissance a vu le jour en 2011 après la signature d'un contrat de construction de 4,8 milliards de dollars avec l'entreprise italienne Salini Costruttori. Il s'agit du plus grand barrage hydroélectrique du continent. Toutefois, cet ambitieux projet est devenu l'objet d'innombrables différends entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan. Le Caire et Khartoum considèrent que le barrage menace leur approvisionnement en eau sur le Nil, dont ils dépendent pour leurs besoins. 

Les tensions ont menacé de déclencher une confrontation militaire dans la région. Les menaces ont été constantes ces derniers mois, mais le sang n'a pas coulé dans la rivière. L'Égypte a catégoriquement rejeté toute intention d'entrer en guerre avec l'Éthiopie au sujet du différend relatif au barrage, maintenant les voies diplomatiques ouvertes. Le ministère éthiopien des Affaires étrangères en a profité pour montrer son intérêt pour la reprise des négociations. 

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, a accueilli le dernier cycle de pourparlers en avril 2021, qui s'est terminé sans progrès significatif. Les parties se sont accusées mutuellement de paralyser les négociations et celles-ci sont restées au point mort jusqu'à ce que, au cours de l'été, Le Caire et Khartoum parviennent à porter le différend devant le Conseil de sécurité des Nations unies, qui a publié une déclaration présidentielle appelant les parties à poursuivre les négociations dans le cadre de l'Union africaine (UA), sans succès.