PUBLICIDAD

Iberdrola

Au Bernabeu, on ne peut pas être confiant : grand Real Madrid, grand Benzema

Le Paris Saint-Germain semblait dominer la rencontre, mais en sept minutes, 120 ans d'histoire blanche se sont abattus sur eux
El delantero francés del Real Madrid Karim Benzema celebra tras marcar un gol durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Real Madrid CF y el París Saint-Germain en el estadio Santiago Bernabéu en Madrid el 9 de marzo de 2022 AFP/GABRIEL BOUYS

AFP/GABRIEL BOUYS  -   L'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, célèbre après avoir marqué un but lors du match de football des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League entre le Real Madrid CF et le Paris Saint-Germain au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 9 mars 2022.

Au match aller, personne n'a pu expliquer le court résultat obtenu par l'équipe française après la grande supériorité affichée tout au long du match.

Madrid n'a pratiquement pas tiré au but. Verratti était le seigneur et maître du jeu et Mbappé ne cessait de battre Carvajal.

Seul le gardien Courtois avec de belles interventions a maintenu le score à zéro.
Ce n'est que dans le temps additionnel que la star française a réussi à marquer un grand but, 1-0 et de confirmer la supériorité de Madrid.

La super équipe avec Messi, Neymar, Mbappé, Verratti, Marquinhos et Hakimi avait le match nul entre les mains.

Mais il se passe des choses au Bernabeu qui ne se passent pas dans d'autres stades ou avec d'autres supporters.

Tout le monde a entendu parler des grands retours des Blancs, mais cela, on le suppose, appartient au passé. Dans le football d'aujourd'hui, la tactique et la préparation physique font du football un jeu plus contrôlé et sans surprise, surtout au niveau de l'élite.

Cependant, l'équipe blanche, ses supporters et son stade, le Santiago Bernabéu, échappent à la logique et brisent tous les plans et prévisions des experts du football, en théorie.

Un climat d'optimisme s'était installé depuis plusieurs jours parmi les madridistas. Le match contre la Real Sociedad samedi dernier a été un grand match en termes de jeu et de buts. Avec tous les joueurs de l'équipe première sur le terrain, sans protéger les 11 élus à l'exception de Kroos qui était blessé.

Les supporters madrilènes ont créé une atmosphère d'euphorie. Trois heures avant le match, les alentours du Bernabeu étaient bondés de jeunes et moins jeunes supporters.

Lorsque le bus du Real Madrid est arrivé, il y avait des milliers de fans. On pourrait dire qu'il y avait assez de personnes pour remplir plusieurs "Bernabeus".

C'est là que les fans ont commencé à gagner la partie. Des fans du monde entier avaient acheté des billets à des prix stratosphériques. L'ambiance était à l'euphorie totale avant le match. Pas un seul problème d'ordre public. Jeunes, personnes âgées, enfants, une atmosphère de fête et de positivité.

Les joueurs de l'équipe française à leur arrivée au stade ont également été témoins de cette atmosphère et bien qu'ils soient des joueurs de classe mondiale et habitués à des environnements hostiles, quelque chose a dû remuer en eux.

Le départ des joueurs avec l'hymne du Real Madrid chanté par tout le stade a fait dresser les cheveux sur la nuque.

Les fans étaient dévoués et n'arrêtaient pas d'applaudir. L'équipe d'Ancelotti a dominé le début du match, mais sans se créer d'occasions. L'équipe de Pochettino a progressivement pris le contrôle du jeu. Ils ont résisté pendant le premier quart d'heure à la pluie d'enthousiasme et d'envie du Real Madrid, mais dès qu'ils ont pu, ils ont trouvé Kylian Mbappé et la défense madrilène a beaucoup souffert.

Le résultat de ce contrôle a été le but du Paris Saint-Germain à la 38e minute, bien qu'avant cela, à la 33e minute, le meilleur joueur du monde du moment, Kylian Mbappé, avait marqué contre Courtois, mais il avait été refusé pour hors-jeu.

El delantero francés del París Saint-Germain, Kylian Mbappe, durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Real Madrid CF y el París Saint-Germain en el estadio Santiago Bernabéu en Madrid el 9 de marzo de 2022 AFP/JAVIER SORIANO
AFP/JAVIER SORIANO - L'attaquant français du Paris Saint-Germain, Kylian Mbappé, pendant le match de football des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League entre le Real Madrid CF et le Paris Saint-Germain au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 9 mars 2022.

Carvajal a perdu le ballon dans une auto-passe incompréhensible et Neymar a profité de la contre-attaque pour envoyer une passe en profondeur que Mbappé, cette fois-ci, a récupéré avec un missile que le gardien belge n'a pas pu arrêter.

Les supporters sont rentrés à la mi-temps un peu tristes, mais avec le raisonnement qu'il restait 45 minutes à jouer. Nous devons continuer à travailler.

Malgré la supériorité de l'équipe parisienne, le résultat, comme à Paris, était surmontable en changeant la stratégie et certains joueurs. Carvajal et Asensio ont été abondamment critiqués. Ils n'étaient pas apparus au match aller et pas davantage au match retour. Carvajal a dû danser avec le vilain, mais la supériorité dont l'attaquant du PSG a fait preuve dans chaque jeu n'est pas normale.

El delantero francés del Real Madrid Karim Benzema celebra tras marcar un gol durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Real Madrid CF y el París Saint-Germain AFP/GABRIEL BOUYS
AFP/GABRIEL BOUYS - L'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, célèbre après avoir marqué un but lors du match de football des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League entre le Real Madrid CF et le Paris Saint-Germain.

La deuxième mi-temps a commencé de la même manière. Les Madrilènes n'ont pas réussi à s'imposer et à se créer des occasions et l'équipe française a contrôlé le jeu.

Karim Benzema n'a pas joué un grand rôle dans le match, mais il a continué à presser la défense française, parfois tout seul. Vinicius continuait d'essayer, mais semblait être à court d'essence. Asensio a disparu.

Minute 57 Camavinga et Rodrygo sont entrés à la place de Kroos et Asensio.

Karim Benzema, del Real Madrid, marca su primer gol ante Gianluigi Donnarumma, del París Saint Germain REUTERS/SUSANA VERA
REUTERS/SUSANA VERA - Karim Benzema du Real Madrid marque son premier but contre Gianluigi Donnarumma du Paris Saint-Germain.

Kroos épuisé après avoir essayé de faire le travail d'un Casemiro absent et Asensio qui mettra du temps à retrouver l'affection des fans après l'élimination et le geste de faire taire les supporters il y a quelques semaines.

Modric et Valverde ont été magnifiques en termes de déchets physiques et de création. Mais à eux seuls, ils ne pouvaient pas faire face au milieu de terrain composé de Verratti, Paredes et Danilo.

Nous avons dû travailler et travailler encore, il n'y avait pas d'autre option, et pour cela nous avions l'exemple d'un Benzema solide, Modric et Valverde créant des espaces et Militao, Alaba et Nacho solvables en défense.

Marcador final durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones entre el Real Madrid y el París Saint-Germain en el estadio Santiago Bernabéu en Madrid, España, el miércoles 9 de marzo de 2022 AP/MANU FERNÁNDEZ
AP/MANU FERNÁNDEZ - Score final lors du match de football des huitièmes de finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain au stade Santiago Bernabeu à Madrid, Espagne, mercredi 9 mars 2022.

Grâce à ce travail et à l'apport de jeunesse et de courage avec Camavinga et Rodrygo, Donnarumma a commis une bourde sur une tentative de Benzema, que Vinicius a parfaitement gérée pour offrir le but du neuf.

Les supporters commencent à y croire à nouveau et les joueurs du Paris Saint-Germain, malgré leur expérience, montrent pour la première fois des signes de nervosité. 

Neymar s'approche de Donnarumma pour le réprimander de son erreur.

Karim Benzema, del Real Madrid, celebra tras el partido REUTERS/SUSANA VERA
REUTERS/SUSANA VERA - Karim Benzema du Real Madrid célèbre après le match.

A partir de là, une atmosphère magique se crée qui fait voler les joueurs blancs par rapport aux Parisiens. Le contrôle passe au Real Madrid et ils se créent plusieurs occasions.

Vinicius a manqué une occasion nette, mais le match était déjà différent. Le retour est dans l'air.
Lucas Vázquez remplace Carvajal.

À la 75e minute, après un énième raté de Neymar, Modric a glissé une magnifique passe à Karim qui a marqué avec l'aide de Marquinhos. Au début du jeu, le joueur croate était parti de sa propre surface dans une course magistrale qui l'a empêché d'être même victime d'une faute.

El portero del PSG, Gianluigi Donnarumma, no logra detener el disparo a puerta de Karim Benzema, del Real Madrid, durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones entre el Real Madrid y el París Saint-Germain  AP/MANU FERNÁNDEZ
AP/MANU FERNÁNDEZ - Le gardien de but du PSG, Gianluigi Donnarumma, ne parvient pas à arrêter le tir au but de Karim Benzema du Real Madrid lors du match de football des huitièmes de finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain.

Le gardien de but italien s'est approché de la star brésilienne pour lui reprocher son geste, comme Neymar l'avait fait plus tôt. La nervosité augmentait. Le fantôme des retours subis par l'équipe d'Al-Khelaifi s'agrandit.

Sans avoir le temps de célébrer le but qui a égalisé le score. Modric et Rodrygo mettent l'adversaire sous forte pression et ce dernier s'empare du ballon pour envoyer une passe entre les lignes à Vinicius qui coupe en retrait et Marquinhos, dans son empressement à dégager, sert Karim qui, sans s'arrêter et avec son coude, tire devant Donnarumma et hors de son but.

El portero italiano del París Saint-Germain Gianluigi Donnarumma (L) despeja el balón ante el delantero francés del Real Madrid Karim Benzema (C) durante el partido de fútbol de octavos de final de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Real Madrid CF y el París Saint-Germain AFP/GABRIEL BOUYS
AFP/GABRIEL BOUYS - Le gardien de but italien du Paris Saint-Germain, Gianluigi Donnarumma (L), dégage le ballon de l'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema (C), lors du match de football des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League entre le Real Madrid CF et le Paris Saint-Germain.

Le retour est consommé, mais au lieu de se replier, les Blancs, encouragés par leurs supporters, continuent de pousser et sont à deux doigts de marquer un quatrième but à plusieurs reprises.

Pochettino, qui avait refusé de changer un Messi inopérant, ou un Neymar défaillant, a fait entrer Angel di Maria, qui avait été l'une des grandes révélations du match aller à Paris, mais qui a laissé hier sa place aux stars qui ont fini par s'écraser. Dès son entrée en jeu, il s'est blessé, on imagine qu'à cause de sa frustration, il ne s'est même pas échauffé et dès le premier départ, le muscle a cédé.

Le Real Madrid a contrôlé le match jusqu'à la fin, à l'exception d'un long coup franc de Messi, qui n'y a même pas contribué. Rodrygo et Camavinga ont été impérieux lorsqu'ils sont entrés en jeu. Le PSG n'a arrêté l'équipe merengue qu'avec des fautes. Victoire par KO.

Comme le disait la célèbre phrase italienne : "90 minuti au Bernabéu sont très longs".

Carlo Ancelotti, aplaude a los aficionados tras el partido REUTERS/SUSANA VERA
REUTERS/SUSANA VERA - Carlo Ancelotti, applaudit les fans après le match

Le Real Madrid, afin de compenser le manque de jeu et de qualité contre l'équipe française, a clairement indiqué qu'il devait continuer à travailler pour trouver les erreurs de l'adversaire. Ils ont eu la foi et beaucoup de courage pour continuer à presser et l'équipe financée par le Qatar a été diluée comme un morceau de sucre.

La fin, l'extase dans le stade. Une victoire héroïque pour l'équipe, les supporters et le Santiago Bernabéu

Les fans ont mis de nombreuses minutes à quitter leur cathédrale. Les joueurs sont épuisés mais excités. Deux grands héros : Karim Benzema et Luka Modric.

Señorío, savoir comment gagner et savoir comment perdre. Vous ne pouvez pas l'acheter avec de l'argent.

  AP PHOTO/CLAUDE PARIS - Nasser al-Khelaifi
 AP PHOTO/CLAUDE PARIS - Nasser al-Khelaifi

Un grand perdant, le Qatar et son argent qui ne sert à rien pour gagner des titres. 
L'éducation fait également défaut du côté qatari. M. Al-Khelaifi est descendu dans le vestiaire pour protester auprès de l'arbitre et a menacé un employé du Real Madrid en disant : "Je vais te tuer".

Une autre grande victime sera Sergio Ramos. Quelles mauvaises décisions il a prises. Et à quel point David Alaba et Eder Militao sont bons.

Sûrement Kylian Mbappé paierait pour jouer dans le meilleur club de football du monde et vivre des spectacles comme hier, mais ce sera l'inverse Madrid fera une grosse dépense, mais attention, ce joueur en vaut la peine, loin d'être un Hazard. La star française sera une grande idole de Madrid.

Un grand jour pour le madridismo. Les jeunes savent déjà ce qu'est un grand retour au Bernabéu.