PUBLICIDAD

Marruecos

Augmentation des dépenses de défense : la nouvelle ère de la politique d'armement mondiale

L'invasion russe a réveillé les gouvernements mondiaux après qu'ils aient approuvé les nouveaux budgets d'armement qui ont mis fin aux politiques pacifistes dominantes
otan-soldados

REUTERS/DADO RUVIC  -   Des soldats de l'armée sont représentés devant le logo de l'OTAN et le fond coloré du drapeau russe dans cette illustration prise le 13 février 2022.

L'investissement dans la défense est devenu une priorité politique pour les gouvernements.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a mis sur la table une série de débats qui étaient restés en sommeil jusqu'à présent. L'investissement dans la défense est l'une des questions clés au centre des nouvelles feuilles de route mondiales. Ces plans s'accompagnent désormais de la question suivante : les investissements actuels en matière de défense sont-ils suffisants pour faire face aux conflits actuels ? Ce qui était autrefois l'une des questions les plus rejetées par les États de l'UE, de peur d'être taxés de militarisme, est aujourd'hui devenu l'une des principales priorités.

L'Ukraine a été le cadre idéal pour que cette question devienne une réalité politique. Cela fait un mois que les troupes russes ont commencé à envahir l'Ukraine dans le but de "dénazifier" le pays. Les offensives ont été soutenues sans relâche face à une armée ukrainienne qui a fait preuve d'une résistance admirable, compte tenu de la supériorité de l'armée russe par rapport à l'armée ukrainienne. En ce sens, les Ukrainiens ont réussi à donner une image de résistance qui a déjà été vue dans le monde entier, encouragée par une figure qui a gagné l'admiration et la reconnaissance mondiales : le président ukrainien, Volodomir Zelensky.

escudo-otan-uniforme
AFP/GINTS IVUSKANS - Le logo de l'OTAN sur un uniforme pendant l'exercice militaire annuel de l'OTAN "Bouclier d'hiver" 2021 à Adazi (Lettonie), le 29 novembre 2021.

Cependant, cette résistance n'a pas réussi à mettre fin aux crimes de guerre. Le massacre de Bucha, une ville située à 30 kilomètres de Kiev, a montré l'horreur du conflit, sans pitié même pour les civils de toutes conditions. "Nous veillerons à ce que les responsables soient punis", a déclaré un Zelensky au cœur brisé depuis Bucarest. "Mères de soldats russes : vos fils n'ont pas d'âme", a-t-il déclaré dans son discours, "Vous n'avez pu que constater qu'ils sont privés de tout ce qui est humain. Ils n'ont pas d'âme. Ils n'ont pas de cœur. Ils ont tué consciemment et avec grand plaisir".

C'est Zelensky lui-même qui a appelé inlassablement à une assistance internationale en matière d'armement, une question complexe car, si un pays de l'OTAN décidait d'intervenir directement dans le conflit, cela signifierait une guerre plus large, entraînant davantage de morts et de destructions, d'autant plus que la Russie possède le plus grand arsenal nucléaire du monde.

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
PHOTO/ Russian Defense Ministry Press Service via AP - Sur cette photo d'archive tirée d'une vidéo distribuée par le service de presse du ministère russe de la Défense, un missile balistique intercontinental a été lancé le 9 décembre 2020.

Malgré cela, les pays de l'Alliance ont décidé d'envoyer des armes à Kiev afin de l'aider à résister, ainsi qu'une aide humanitaire et économique. Dans le cas de l'Union européenne, 21 des 27 pays ont envoyé des armes à l'Ukraine, la première fois que l'Union a décidé d'envoyer des armes à un pays attaqué, un événement qui a marqué un tournant dans la stratégie européenne en matière d'armement. En conséquence, l'Europe a enregistré la plus forte croissance de son budget d'armement au cours des cinq dernières années, une tendance qui devrait s'accélérer dans le reste du monde, l'Europe passant de réductions budgétaires dans ce secteur à des investissements toujours plus importants.

Ainsi, la Commission européenne a activé une allocation de 500 millions d'euros du Fonds européen pour la paix, dont 450 millions d'euros pour du matériel offensif et 50 millions d'euros pour du matériel et des fournitures non létales. L'investissement de la Commission a été suivi par certains des pays de l'UE qui ont déjà annoncé des augmentations budgétaires pour les dépenses de défense.  

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
AFP/KENZO TRIBOUILLARD - Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, prend la parole lors d'une conférence de presse au siège de l'OTAN, à Bruxelles, le 24 mars 2022.

C'est le cas de l'Allemagne, un pays qui n'a jamais envoyé d'armements depuis la Seconde Guerre mondiale. Outre cet envoi, Berlin a annoncé qu'elle allait augmenter ses dépenses militaires "à hauteur de deux pour cent", un chiffre clé dans le cadre de l'OTAN qui marque l'engagement des membres de l'Alliance envers sa politique de défense. Ce nouvel investissement fait partie d'un fonds spécial de 100 milliards d'euros qui vise à atteindre ce chiffre record pour l'Allemagne.

"Avec l'invasion de l'Ukraine, nous entrons dans une nouvelle ère", a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz, "les gens ne défendent pas seulement leur patrie. Ils se battent pour la liberté et pour leur démocratie. Pour les valeurs que nous partageons avec eux", a-t-il ajouté. 

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
AFP PHOTO / US ARMY/STEVEN SCHNEIDER/HANDOUT - Bombardiers américains accompagnés d'avions de chasse

Cependant, bien que cette réaction soit une conséquence directe de l'agression russe actuelle, avant l'invasion de Moscou, les dépenses militaires ont augmenté dans le monde entier en 2020 pour atteindre près de 2 000 milliards de dollars, soit une augmentation de 2,6 % par rapport à 2019, selon un rapport publié par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). 

Cette augmentation se caractérise également par le fait qu'elle est survenue au cours de la première année de la pandémie, lorsque le PIB a chuté de 4,4 %, selon le Fonds monétaire international, ce qui coïncide avec les impacts économiques produits par le COVID-19.

La même année, les États-Unis ont pris la tête des dépenses dans ce secteur, atteignant 778 milliards de dollars, soit la troisième année où les États-Unis sont en tête du classement après sept années de réduction continue. Alexandra Marksteiner, chercheuse au Programme sur les armes et les dépenses militaires du SIPRI, a déclaré que ces augmentations par les États-Unis "peuvent être attribuées principalement à de lourds investissements dans la recherche et le développement, et à certains projets à long terme tels que la modernisation de leur arsenal nucléaire et l'achat d'armes à grande échelle". 

eurofighter-rusia-otan
AP/TSAFRIR ABAYOV - Un Eurofighter Typhoon de l'armée de l'air allemande peint aux couleurs du drapeau israélien atterrit lors de l'exercice aérien multinational bisannuel connu sous le nom de Blue Flag,

Elle a déclaré que "cela reflète l'inquiétude croissante concernant la menace perçue de concurrents stratégiques tels que la Chine et la Russie, ainsi que la dérive de l'administration Trump pour soutenir ce qu'elle considérait comme une diminution des dépenses militaires".

Deux ans plus tard, l'Europe est le théâtre d'un conflit ouvert qui a provoqué la réaction et la mobilisation de l'Union européenne elle-même dans son programme d'armement, ce que seul Poutine a réussi à faire. L'Allemagne a été rejointe par d'autres pays européens qui ont déjà réussi à atteindre l'investissement de 2 % désigné par l'OTAN, comme la France, avec un investissement de 2,01 %, la Croatie (2,78 %), l'Estonie (2,28 %), la Pologne (2,1 %) et la Lettonie (2,27 %), où l'Espagne participe à la mission de l'OTAN au sein du groupement tactique eFP. Toutefois, les États-Unis restent en tête du classement avec un investissement de 778 milliards, ce qui représente 3,42 % de leur PIB. 

zelensky
AFP PHOTO /UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (2e en partant de la gauche) en visite dans la ville de Bucha, au nord-ouest de la capitale ukrainienne Kiev, le 4 avril 2022.

Toutefois, ce chiffre ne semble pas suffisant pour la présidence de Joe Biden, qui a demandé à augmenter son budget pour 2022, soit 2 % de plus que le budget investi en 2021. En outre, selon le rapport "2022 aerospace and defence industry outlook", cet investissement servira à l'acquisition d'avions de combat sans pilote et de renseignements, un secteur clé dans les nouvelles façons de faire la guerre. Ils prévoient en outre que le budget mondial de la défense augmentera d'environ 2,5 %.

L'Espagne, l'un des pays qui investit le moins dans la défense, juste derrière le Luxembourg, a annoncé qu'elle mettrait en œuvre de nouvelles mesures pour atteindre ces 2 %. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, s'est engagé à porter le PIB de la défense à 2 %, une mesure très ambitieuse qui laisse certains économistes très sceptiques. Cette mesure n'a d'ailleurs pas le soutien de tous les groupes parlementaires, comme c'est le cas de Unidas Podemos, un parti politique qui s'oppose fermement à cette mesure, précisément 62% de ces électeurs.

La société espagnole est également divisée sur cette nouvelle mesure. Selon un sondage réalisé par 40db, si 47,5% des Espagnols interrogés sont favorables à cette mesure, 42,2% y sont opposés.

olaf-scholz
AFP/ LISI NIESNER - Le chancelier allemand Olaf Scholz

En réponse à cette nouvelle mesure, la ministre de la Défense, Margarita Robles, a souligné que "face à ceux qui ignoraient que les valeurs de liberté, de paix et de sécurité pouvaient être menacées, la guerre de Poutine a mis en évidence la nécessité pour nous de prendre conscience de la nécessité de les défendre". Ainsi, Madrid a approuvé l'envoi de 1 370 lance-grenades, de 700 000 cartouches de mitrailleuses et de mitrailleuses légères. Selon la ministre, ce matériel "permet la défense individuelle, même pour des personnes qui n'ont pas d'entraînement aux armes".

Pour l'instant et au niveau national, l'Espagne dispose d'un plan de modernisation approuvé en 2018 et en vigueur jusqu'en 2022. À cet égard, les militaires espagnols sont conscients de l'obsolescence d'un grand nombre de leurs arsenaux, et les armées réclament un investissement accru dans la défense et la sécurité, tant au niveau national qu'international. Ce plan était destiné à moderniser les hélicoptères H-135 (avec un plan de 178 millions d'euros), le faucon EF-2000 (2 044 millions d'euros), l'hélicoptère Tiger MKIII (1 185 millions d'euros) et le navire d'action maritime pour l'intervention sous-marine (183 millions d'euros), entre autres.

Lors d'une rencontre avec son homologue française, Florence Parly, la ministre a indiqué que la nouvelle stratégie ne devait pas se concentrer uniquement sur l'augmentation du budget de la défense, mais devait le faire "bien". Dans le cas de la France, il est bien connu qu'elle apporte un soutien important à la diplomatie industrielle. Avec 5 000 entreprises et 400 000 emplois dans ce secteur, l'industrie française représente un quart des capacités européennes.

bombardeo-ucrania
REUTERS/MAKSIM LEVIN - Une vue aérienne montre un bâtiment résidentiel détruit par un bombardement, alors que l'invasion russe de l'Ukraine se poursuit, dans le village de Borodyanka dans la région de Kiev, en Ukraine, le 3 mars 2022.

En ce sens, la France est partisane de soutenir ce type de diplomatie et de coopération afin de favoriser l'émergence d'une véritable identité européenne de l'armement, telle qu'envisagée dans le plan de défense de la boussole stratégique. Dans cette optique, la France est un fervent défenseur de la "coordination des politiques européennes d'acquisition d'armements" en tant que "complément naturel et indispensable de la politique de sécurité et de défense commune".

Tout cela intervient alors que l'UE a annoncé un investissement de 200 milliards d'euros pour tenter de "mettre en œuvre une action plus robuste, plus rapide et plus résolue, notamment pour la résilience de l'Union et notre assistance mutuelle et notre solidarité" à la suite des attaques russes. 

 Les limites du soft power 

"Il y a deux façons de régler un différend militaire, l'une qui est réglée par la négociation et l'autre qui est réglée par la force. La première étant caractéristique des êtres humains et la seconde des bêtes, nous ne devons recourir à la seconde que si nous ne pouvons exploiter la première". Avec cette phrase, Cicéron a établi, il y a plus de dix siècles, une distinction claire entre ce que nous appelons officiellement le soft power et le hard power. 

solidaridad-ucrania
AFP/RAMÓN VAN FLYMEN - Des réfugiés ukrainiens font la queue pour être enregistrés après leur arrivée de Berlin à la gare centrale d'Amsterdam, où le premier accueil et enregistrement de réfugiés aux Pays-Bas a lieu le 23 mars 2022.

Le soft power a tenté de s'imposer dans les pays dans cette idée de persuader d'autres Etats sans avoir besoin d'utiliser la guerre. Cette nouvelle puissance a évité et continue d'éviter les conflits militaires qui impliquent une confrontation directe par la violence et la destruction. 

Toutefois, dans le paysage actuel, ce soft power a montré ses limites. Elle est actuellement incapable d'arrêter l'avancée de la Russie. Bien que les négociations sur une éventuelle fin soient toujours en cours, Moscou n'a pas cessé ses attaques militaires contre l'Ukraine, causant tous les dommages que les guerres entraînent.

La vérité est que la défense implique la sécurité, tant nationale qu'internationale. En ce sens, les États-Unis et l'Union européenne (dans laquelle se distinguent la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Suède) ont réussi à s'imposer comme certains des principaux représentants de ce soft power, même si, dans le cas des États-Unis, ils sont loin de l'avoir appliqué dans la région du Moyen-Orient. 

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
AP/MARTINS ZILGALVIS - Un hélicoptère d'attaque américain Boeing AH-64 Apache vole pendant les exercices militaires Crystal arrow 2022 de l'OTAN sur le champ de tir d'Adazi, en Lettonie, le vendredi 11 mars 2022.

À cet égard, les États-Unis ont connu une crise diplomatique sur leur territoire qui a entraîné des suppressions de postes diplomatiques. Malgré cela, la diplomatie a essayé de survivre et de se maintenir. Mais nous n'avons pas été en mesure de célébrer des réalisations diplomatiques durables, du moins au cours des dix dernières années.

Si les États-Unis et l'Union ont réussi à être les symboles de cette puissance, l'avancée de la Russie par ses attaques a montré que parfois cette puissance est limitée et qu'il est donc nécessaire d'avoir un back-up qui puisse freiner la violence et les attaques armées, et c'est l'investissement direct dans la défense.

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
AP/THIBAULT CAMUS - Président français Emanuel Macron
Augmentation de l'arsenal nucléaire

L'augmentation du budget de la défense est également allée plus loin. Face aux nouvelles attaques russes, les pays ont envisagé d'augmenter leurs dépenses en matériel nucléaire. C'est ce que reflète un rapport publié par Allied Market Research, qui indique que le marché mondial des missiles et bombes nucléaires devrait dépasser 126 milliards de dollars dans dix ans, ce qui implique une augmentation exponentielle de 73 % dans ce secteur par rapport aux niveaux de 2020.

Ils soulignent que cette augmentation serait le reflet de l'escalade actuelle des conflits géopolitiques, un contexte qui a fait augmenter le budget militaire à un taux annuel composé de 5,4 % jusqu'en 2030. Le rapport prévoit une demande d'ogives nucléaires pouvant être lancées depuis des avions de chasse et des missiles basés à terre.

rusia-otan
REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Les chefs d'État et de gouvernement de l'OTAN regardent une installation numérique après avoir posé pour une photo de famille lors du sommet de l'OTAN au siège de l'OTAN à Bruxelles, en Belgique, le 14 juin 2021.

Bien que la Russie et les États-Unis soient actuellement les pays qui investissent le plus dans ce marché nucléaire, le rapport indique que la croissance la plus rapide viendra des pays de la région Asie-Pacifique tels que l'Inde, le Pakistan et la Chine. Allied Market prévient que "les traités et consortiums internationaux découragent les essais nucléaires", ce qui entraverait "la croissance du marché".

En outre, il y a tout juste une semaine, Joe Biden a appelé à un plan de défense visant à donner la priorité à sa "triade" nucléaire composée de sous-marins lanceurs de missiles balistiques, de bombardiers et de missiles terrestres, ce qui n'a jamais été fait auparavant et constitue un tournant dans ce domaine. 

armamento-nuclear-eeuu-rusia-china
AFP/BRENDAN SMIALOWSKI - Le président américain Joe Biden s'adresse aux représentants des médias lors d'une conférence de presse au siège de l'OTAN à Bruxelles, le 24 mars 2022.

Cette extension nucléaire a été installée dans l'AUKUS, un pacte dans lequel le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis travailleront désormais au développement d'armes hypersoniques à capacité nucléaire. Ce point, approuvé après l'utilisation par la Russie de missiles létaux à grande vitesse lors de frappes aériennes, visera à développer "une nouvelle coopération trilatérale sur les armes hypersoniques et contre-hypersensibles". 

La caractéristique unique de ces missiles hypersoniques est qu'ils ont la capacité de se déplacer au moins cinq fois plus vite que la vitesse du son et qu'ils ont une conception manœuvrable, leur permettant d'échapper aux missiles anti-défense commerciaux. 

graficos-otan
AFP/AFP - Graphique montrant les stocks estimés d'ogives atomiques des neuf pays dotés d'armes nucléaires dans le monde, selon les données de la Fédération des scientifiques américains.

Selon Joe Biden lui-même, la Russie aurait utilisé son missile hypersonique Kinzhal contre des cibles ukrainiennes, qualifiant le missile d'arme "imparable (...) presque impossible à arrêter". D'autres, comme le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, se sont montrés plus sceptiques, notant que le missile "ne changerait pas la donne", tandis que d'autres y voient des versions modifiées des missiles balistiques russes Iskander, des missiles qui sont lancés depuis des avions de chasse.

Malgré ces faits, les puissances internationales sont conscientes qu'une éventuelle guerre nucléaire serait la fin. Cette déclaration conjointe a été signée par des pays tels que le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, la France et la Russie au début de l'année. Cette signature vacille maintenant sur la table à un moment où la dissuasion nucléaire reste primordiale, mais cela n'implique pas qu'elle soit permanente.