PUBLICIDAD

Iberdrola

Beatriz de León : "La stratégie de la Russie au Sahel est basée sur la déstabilisation de l'Europe"

La spécialiste de l'Université Francisco de Vitoria a visité les microphones de "De cara al mundo"
Beatriz de León Cobo

 -   Beatriz de León Cobo

Dans la dernière édition de "De cara al mundo", le programme radiophonique d'Onda Madrid, nous avons eu la participation de Beatriz de León Cobo, collaboratrice d'Atalayar et de l'Université Francisco de Vitoria, pour parler de l'activité de la Russie en Afrique, en particulier au Sahel, une région préoccupante en raison de l'activité terroriste et de l'instabilité politique qui s'y déroule.

Dans quelle mesure devons-nous nous préoccuper de ce qui se passe au Sahel ?

Nous devrions être très inquiets, maintenant plus que jamais, nous sommes dans une période d'instabilité absolue avec le monde entier qui regarde vers l'Ukraine et cela conduit à un vide en termes de toute l'attention qui doit être accordée à cette zone stratégique. Le Sahel est à moins de 2 000 kilomètres des frontières de l'Europe, il y a des problèmes liés à la stabilité politique, de nombreux coups d'État et, surtout, une tendance autocratique qui inquiète les pays européens car il semble que les choses vont continuer à empirer au lieu de s'améliorer. Deuxièmement, la situation sécuritaire est la pire depuis des années en raison de la diversité des groupes, qui ne se trouvent plus seulement au Mali ou au Burkina Faso, mais descendent et commettent des attaques aux frontières d'autres régions comme la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Togo. C'est une situation très inquiétante, où l'on commence même à trouver des rivalités entre Boko Haram et Daesh à la pointe du lac Tchad. La multiplicité des organisations et des groupes armés engagés dans la contre-guérilla contre les groupes djihadistes fait que le terrain est devenu très peu sûr et que la situation a peu de chances de s'améliorer.

Il semble que le fait d'être en Afrique ne nous affecte pas et constitue notre arrière-cour, mais si des groupes terroristes parviennent à déstabiliser la région, ou à atteindre la zone de la Mauritanie, de l'Algérie et du Maroc, les conséquences seraient incalculables. 

Les conséquences pourraient être catastrophiques, la bonne chose est que l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie sont parfaitement conscients de la menace et ont même des accords informels pour s'assurer qu'ils contrôlent la menace, et leurs services de renseignement sont très bons. Si l'un des gouvernements du Sahel tombe, rien ne garantit que cela ne se répandra pas comme une traînée de poudre de tous côtés. Il faut également garder à l'esprit que plus les groupes terroristes se renforcent, notamment sur le plan économique, plus ils ont la possibilité d'utiliser le réseau de trafic d'êtres humains pour faire entrer leur population en Europe. Nous devons être très clairs sur le fait qu'il s'agit d'une menace réelle, qui affecte des millions de personnes au Sahel, mais qui nous affecte aussi directement.

Tout y est trafiqué... armes, personnes, drogue... la situation est inacceptable pour l'Union européenne et aussi pour d'autres puissances comme les États-Unis ou la Chine, cependant, ils n'agissent pas de la manière énergique que ce conflit exige. 

En regardant les chiffres de ce que les pays de l'Union européenne investissent, oui, il y a un gros investissement d'argent et de ressources, le problème est que le conflit avance si vite que parfois les instruments que nous utilisons deviennent obsolètes. La menace progresse et change, elle est totalement hybride, les réseaux djihadistes s'associent à des groupes armés et il est très compliqué d'identifier tous ces groupes et ces personnes, encore plus si vous n'êtes pas sur le terrain, malgré le fait que nous ayons des soldats ; en parlant du désert du Sahara, seuls les Touaregs sont capables de le contrôler. Toutes ces complexités, la porosité des frontières, font que des niveaux élevés de coordination sont nécessaires. Avec chaque stratégie, nous mettons en œuvre des leçons, mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir. Le problème maintenant c'est le manque de volonté politique, la France quitte le Mali, pas le Sahel, mais il y a beaucoup de partenaires européens qui hésitent à rester au Mali et au Sahel à cause des circonstances compliquées et surtout parce que s'ils ne veulent pas être là, on ne peut pas les forcer à rester, même si c'est important pour nous, ce sont des pays souverains. 

Beatriz de León Cobo

Que font les mercenaires russes du groupe Wagner au Mali ? Pourquoi le gouvernement malien est-il de mèche avec la Russie ?

Pour de nombreuses raisons, la stratégie de la Russie au Sahel remonte à de nombreuses années, ils ont un accord de défense depuis 2018, et ils ont augmenté leur coopération, c'est la stratégie à long terme de Poutine qui est principalement basée sur la déstabilisation de l'Europe. Ils utilisent non seulement l'instrument militaire mais aussi la société civile, il est incroyable de voir des drapeaux russes lors des manifestations maliennes et de savoir que les leaders de la société malienne sont pro-russes et sont heureux de collaborer. En fin de compte, ils considèrent la Russie comme un "partenaire" qui n'imposera aucune vision de ce qu'un État devrait faire en termes de démocratie. La Russie se moque de savoir si c'est un tyran autocratique ou la personne la plus démocratique qui gouverne, et cela donne aux Africains beaucoup de confiance, surtout compte tenu de leur histoire de colonisation avec les pays européens. La Russie mène une très bonne stratégie dans plusieurs pays en même temps, comme la Guinée, le Mali ou le Burkina, où elle se positionne bien dans la société civile grâce à de grandes campagnes de désinformation et en parlant aux dirigeants africains pour qu'ils échangent la défense contre les mines terrestres, comme ils l'ont fait en République centrafricaine. Ils le font en échange de la protection de dirigeants, d'opérations contre les terroristes, et tout cela sans penser aux droits de l'homme ou à la gouvernance ou à toutes les choses que nous, Européens, exigeons lorsque nous travaillons avec des pays africains, en étant plus pragmatiques et en tenant compte d'autres intérêts.

Que pouvons-nous faire, y a-t-il un plan d'action disponible ?

C'est une question très complexe, mais un point essentiel est que nous devons comprendre que, bien que Wagner ne soit pas la Russie, mais une société militaire privée, nous devons comprendre que les Russes sont derrière tout cela et jouent la stratégie de ne pas s'impliquer dans les questions politiques au Mali, et c'est pourquoi ils gagnent la bataille. Nous devons nous demander pourquoi nous avons tant de facilité à négocier avec la Chine ou l'Arabie saoudite et tant de problèmes avec Assimi Goita. L'Union européenne doit réfléchir très attentivement à la mesure dans laquelle elle veut jeter à la poubelle ces dix années d'opérations internationales et couper définitivement les relations simplement parce que le président de la transition ne nous semble pas bien se porter ou parce qu'il nous semble commettre de nombreuses violations des droits de l'homme ; nous devons faire preuve d'un peu de souplesse dans nos relations. En tout cas, je ne pense pas que nous devions quitter la région, l'Espagne partage cette position et, bien sûr, nous avons l'Union européenne derrière nous, mais il est très important que nous ne quittions pas le terrain. Le terrorisme, les migrations et le crime organisé ne sont pas un problème pour les Africains, ils sont un problème pour tout le monde. C'est pourquoi nous devons continuer à parler aux acteurs stratégiques impliqués dans le Sahel, il faut trouver des solutions à court, moyen et long terme pour nous sortir de ces crises, qui sont des crises données par les médias et les personnalités politiques d'aujourd'hui, et je crois que nous ne pouvons pas jeter toutes les années de construction de la relation pour un mauvais moment. Bien sûr, nous devons l'être, et la population espagnole doit en être consciente, car l'Afrique est l'avenir, c'est notre voisin, et en plus, nous, les Espagnols, partageons une frontière avec eux.