PUBLICIDAD

Marruecos

Blinken se rend à Kiev pour manifester sa solidarité avec le gouvernement ukrainien

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken entame une série de réunions en Europe et fait sa première halte dans la capitale ukrainienne, où il a rencontré M. Zelenski pour discuter des tensions croissantes avec Moscou
Secrétaire d'État Antony Blinken

AP/EVAN VUCCI  -   Secrétaire d'État Antony Blinken

Dans un contexte d'escalade des tensions entre Kiev et Moscou ces dernières semaines, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a atterri hier dans la capitale ukrainienne pour une visite visant à démontrer le "soutien de Washington à la souveraineté et à l'intégrité territoriale" du pays, a déclaré le porte-parole du département d'État américain Ned Price.  

"C'est un moment critique pour l'Ukraine", a déclaré M. Blinken lors d'une conférence de presse avec Kristina Kvien, chargée d'affaires à l'ambassade des États-Unis en Ukraine. "J'espère sincèrement que nous pourrons poursuivre sur la voie de la diplomatie et de la paix, mais c'est au président Poutine qu'il appartiendra de prendre cette décision", a-t-il ajouté, en prévenant que si le dirigeant russe préfère adopter une attitude agressive, il optera pour "la confrontation et les conséquences pour la Russie". 

Pendant son bref séjour à Kiev, le secrétaire d'État américain a rencontré le président Volodymir Zelensky ainsi que le ministre des affaires étrangères Dmytro Kuleba pour discuter de la menace russe à la frontière. "Nous sommes maintenant à un stade où la Russie pourrait lancer une attaque sur l'Ukraine à tout moment", a déclaré Blinken. En outre, le responsable américain a ajouté que Moscou tente de "remettre en question certains principes très fondamentaux qui sous-tendent l'ensemble du système international et qui sont nécessaires pour tenter de maintenir la paix et la sécurité ; des principes tels qu'une nation ne peut pas simplement modifier les frontières d'une autre par la force".  

Vladímir Putin y Volodímir Zelensky
Vladímir Putin et Volodímir Zelensky

"Si nous permettons que ces principes soient violés en toute impunité, nous ouvrirons une très grande boîte de Pandore. Le monde entier observe ce qui se passe ici", a-t-il conclu.  

La visite de M. Blinken intervient quelques semaines seulement après que Washington a annoncé une aide de 200 millions de dollars (plus de 175 millions d'euros) au gouvernement de Kiev. Et, bien que le détail des éléments inclus dans ce programme d'aide "pour l'assistance en matière de sécurité et de défense" à l'Ukraine ne soit pas encore connu, il s'agit du montant le plus important fourni par les États-Unis depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. 

Le séjour de M. Blinken dans le pays ukrainien a servi de brève préface à son voyage à Berlin, où il rencontrera son homologue allemande, Annalena Baerbock, pour examiner les options qui sont sur la table face à une hypothétique avancée russe vers l'Ukraine. Toujours dans la capitale allemande, MM. Blinken et Baerbock participeront à une réunion du quadrilatère transatlantique –un groupe composé de représentants diplomatiques de la France, du Royaume-Uni, de l'Allemagne et des États-Unis – afin de poursuivre l'évaluation de la situation.  

El ministro de Relaciones Exteriores de Rusia, Sergei Lavrov, en la Conferencia de Desarme de las Naciones Unidas, el 25 de febrero de 2020 en Ginebra
AFP/FABRICE COFFRINI - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, à la Conférence des Nations unies sur le désarmement, le 25 février 2020 à Genève. 

Toutefois, la réunion la plus attendue du voyage de M. Blinken aura lieu le 21 janvier, lorsque le secrétaire d'État américain se rendra dans la ville suisse de Genève pour rencontrer le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov.  

Les deux diplomates se sont rencontrés par téléphone il y a quelques jours pour évaluer les réunions de la semaine dernière entre la Russie, les États-Unis et leurs alliés, même si, selon un haut fonctionnaire du département d'État américain, MM. Blinken et Lavrov ont conclu qu'il serait "plus utile" de se rencontrer en personne lors du voyage du secrétaire d'État américain à Kiev et à Berlin. Ainsi, l'annonce de cette réunion à Genève, quelques heures seulement avant le départ de Blinken pour le continent européen, reflète le rythme effréné des négociations, dont l'issue est encore incertaine.  

"Je ne vais pas présenter de documents au ministre des Affaires étrangères Lavrov. Nous devons voir où nous en sommes et voir s'il reste des possibilités de poursuivre la diplomatie et le dialogue", a déclaré le représentant américain après avoir rencontré son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba. Bien que les attentes pour la réunion ne soient pas entièrement pessimistes, la position de Washington est remarquablement prudente.   

REUTERS/SAUL LOEB - El secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, saluda al ministro de Asuntos Exteriores ruso, Serguéi Lavrov, a su llegada a una reunión en la sala de conciertos Harpa, al margen de la cumbre ministerial del Consejo Ártico, en Reikiavik, Islandia, el 19 de mayo de 2021
REUTERS/SAUL LOEB - Le secrétaire d'État américain Antony Blinken salue le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov à son arrivée pour une réunion à la salle de concert Harpa en marge du sommet ministériel du Conseil de l'Arctique à Reykjavik, en Islande, le 19 mai 2021. 

La réunion, que le haut fonctionnaire du département d'État a décrite comme une "occasion" de partager les préoccupations et de trouver un terrain d'entente, tournera autour des mouvements militaires et des exigences de sécurité de la Russie. Ces exigences comprennent la garantie que l'Ukraine ne rejoindra pas l'OTAN, ainsi que le retrait des troupes de l'OTAN des territoires limitrophes de la Russie qui font partie de l'ancienne sphère soviétique – même s'ils sont membres de l'OTAN, comme la Lettonie et la Lituanie–. Ces demandes ont été rejetées par l'OTAN.  

Entre-temps, l'allié régional de Poutine, Alexandre Loukachenko, a annoncé l'arrivée de troupes russes sur le territoire biélorusse pour des exercices militaires conjoints. À cet égard, un membre du département d'État américain a déclaré lors d'une conférence de presse que Moscou pourrait procéder à une "démonstration de force" supplémentaire en prévision d'une éventuelle attaque. "Le fait que nous observions ce mouvement vers le Belarus permet aux Russes de disposer d'une autre approche au cas où ils décideraient de mener une nouvelle action militaire contre l'Ukraine", a déclaré M. Blinken.  

À cet égard, plusieurs responsables américains ont exprimé des craintes quant à la montée en puissance de méthodes qui, sans constituer une invasion directe, contribueraient à la déstabilisation de l'Ukraine. Il s'agit notamment de la guerre numérique, des activités de désinformation, des cyberattaques –comme celle qui a permis de pénétrer sur le site web officiel de Kiev vendredi dernier– et des opérations "false flag".