PUBLICIDAD

Iberdrola

Carmen Romero : "Le terrorisme en provenance du Sahel est une priorité pour l'OTAN"

La secrétaire générale adjointe pour la diplomatie publique de l'Alliance atlantique s'est rendue aux micros de "De cara al mundo" sur Onda Madrid et a analysé la menace russe et terroriste actuelle
carmen-romero-otan-rusia-terrosimo-sahel-de-cara-al-mundo-onda-madrid

 -   Carmen Romero

Dans la dernière édition de "De Cara al Mundo" sur Onda Madrid, nous avons eu la participation de Carmen Romero, secrétaire générale adjointe déléguée de l'OTAN pour la diplomatie publique, qui a analysé les principales conclusions du sommet de l'OTAN à Madrid et le nouveau Concept stratégique de l'Alliance atlantique. 

L'OTAN prouve actuellement son utilité et sa nécessité d'exister...

Absolument, car il est essentiel de faire tout ce qui est possible pour protéger les plus d'un milliard de personnes qui vivent dans les pays membres de l'OTAN. En outre, dans un contexte où nous voyons la fin de la paix en Europe, avec l'agression de la Russie contre l'Ukraine, il est plus important que jamais de défendre le droit de l'Ukraine à l'autodéfense. Il s'agit d'un droit inscrit dans la Charte des Nations unies, et nous ne pouvons pas permettre au président Poutine de s'en tirer, car cela signifierait que tout autre pays peut utiliser la force pour renverser une démocratie et l'intégrité territoriale d'un autre pays. Il s'agit donc de défendre l'ordre international des valeurs et, surtout, ce que fait l'OTAN, c'est renforcer sa dissuasion pour prévenir les conflits, et non les provoquer, en disant non seulement à la Russie, mais aussi à tout adversaire potentiel, de ne pas penser à s'en prendre à un pays membre de l'Alliance, car ils seront trente derrière.

Devrions-nous essayer d'amener Poutine à la table des négociations au lieu d'attaquer militairement l'Ukraine ? En ce moment, l'OTAN donne les bons signaux pour respecter un modèle de société que nous avons mis très longtemps à construire...

En effet, il s'agit de défendre notre mode de vie, nos valeurs, notre liberté et notre démocratie. Nous voyons comment, du jour au lendemain, les Ukrainiens ont perdu leur liberté de décider où vivre. Ils sont confrontés à un conflit totalement injustifié, il s'agit de défendre notre mode de vie. Il est évident que nous payons tous un prix très élevé, l'inflation est plus forte, nous entrons dans un hiver qui va être très dur, mais nous devons réfléchir à la manière dont l'Ukraine paie pour cela. Les 40 millions d'Ukrainiens perdent leur famille, ils doivent quitter leur pays et se réfugier dans un autre État, il s'agit donc de faire tout ce qui est possible pour continuer à aider l'Ukraine. Évidemment, les guerres se terminent toujours à la table des négociations, et c'est probablement le cas ici aussi, mais la situation sur le terrain dicte en grande partie les positions de force des deux parties aux négociations. En d'autres termes, il serait logique que la Russie, qui a commencé cette guerre, s'arrête et mette fin à ce conflit ; en revanche, si l'Ukraine cesse de se battre, elle perdra une partie de son territoire, ce qui est inacceptable. Pour l'instant, nous devons continuer à soutenir l'Ukraine. L'OTAN ne peut pas fournir d'armes à l'Ukraine, c'est ce que font les États membres de l'UE, mais ce que fait l'OTAN, c'est quelque chose de très important, comme une assistance non létale à l'Ukraine, un autre type d'assistance qui est d'une importance vitale pour que l'Ukraine puisse résister. Nous devons garder à l'esprit que le prix que nous payons pour aider l'Ukraine est élevé, mais ne pas soutenir les Ukrainiens serait un prix encore plus élevé, car la situation serait bien plus dangereuse et nous n'aurions pas le système de sécurité international fondé sur des règles que nous avons travaillé si dur à construire, car nous donnerions le signal que si un dirigeant veut imposer la force à un autre, il peut le faire et personne ne l'arrêtera. Les enjeux sont donc très importants, et nous devons continuer à soutenir l'Ukraine dans ce domaine.

carmen-romero-otan-rusia-terrosimo-sahel-de-cara-al-mundo-onda-madrid

Au sommet de Madrid, il était clair que l'ennemi est la Russie, car Poutine l'a voulu ainsi. Qu'est-ce qui a changé depuis le sommet dans la capitale espagnole ?

Le sommet de Madrid a été un grand succès en raison de la substance des décisions qui ont été prises. L'OTAN est une organisation politico-militaire, les décisions politiques ont donc une grande portée. Ce qui a changé par rapport à la Russie, c'est tres important, et nous sommes dans une position très triste, l'OTAN a passé des décennies à travailler pour avoir une bonne relation avec la Russie, pour avoir un dialogue profond avec la Russie et aussi une coopération pratique. De plus, nous avons passé de très nombreuses années à avoir un agenda constructif, sachant que politiquement nous avions de nombreuses différences, mais nous avons réussi à faire beaucoup de choses ensemble. La première agression de la Russie contre l'Ukraine n'a pas eu lieu en février dernier, c'était en 2014 lorsque la Russie a annexé la Crimée, déjà à ce moment-là nous avons commencé à avoir une relation plus mauvaise avec la Russie parce que nous ne pouvions pas accepter l'adhésion de la Crimée puisqu'elle n'est pas le territoire de la Russie. À cette époque, disons que nous avons commencé à nous affaiblir en termes de dialogue, le dialogue est devenu plus compliqué, nous avons cessé d'avoir une coopération pratique et déjà avec l'invasion à grande échelle lancée en février et notre sommet de Madrid, nous avons cessé de dire que la Russie est un partenaire. Pendant de nombreuses années, la Russie a été un partenaire de l'OTAN, entretenant la relation de partenariat la plus avancée que l'OTAN ait jamais eue avec un autre partenaire. Malheureusement, c'est Vladimir Poutine qui a mis fin à cette relation de partenariat. Aujourd'hui, comme l'indique le nouveau Concept stratégique de l'OTAN, la grande stratégie politique de l'Alliance pour la prochaine décennie, notre plus grand défi en matière de sécurité est la Russie et le terrorisme, et pas seulement la Russie en tant qu'ennemi. Nous devons continuer à travailler avec la Russie pour éviter les erreurs de calcul, pour éviter l'escalade et, disons, un incident militaire, nous devons travailler à une relation prévisible avec la Russie et nous continuerons à maintenir des canaux de communication pour éviter cela, mais nous sommes dans une situation très compliquée où la Russie est passée du statut de partenaire de l'OTAN à celui d'ennemi.

Nous parlons maintenant de l'Ukraine, mais l'Arctique est une zone particulièrement sensible, très délicate en raison des richesses qu'elle recèle et aussi de la navigabilité due à la fonte des glaces qui a lieu. L'Arctique est la clé de beaucoup de choses qui se passent en ce moment. 

En effet, c'est la raison pour laquelle le Secrétaire général vient de rentrer d'un voyage au Canada, où il s'est rendu dans l'Arctique avec le Premier ministre canadien et les ministres canadiens des Affaires étrangères et de la Défense ; il a pu voir de ses propres yeux le rôle clé que joue le Canada dans l'Arctique. Il est intéressant de voir la situation des 8 pays arctiques une fois que la Suède et la Finlande auront rejoint l'OTAN, étant donné que 23 des 30 pays membres de l'OTAN ont déjà ratifié les protocoles d'adhésion. Disons que 7 de ces 8 pays seront membres de l'OTAN et que le changement climatique fait de l'Arctique une zone de concurrence accrue, car la fonte des glaces va entraîner une augmentation de l'activité. Il est donc important de garder les yeux ouverts et d'avoir un programme de désescalade, car nous constatons que la Russie utilise l'Arctique pour tester de nouveaux armements, construire des infrastructures militaires et travailler en étroite collaboration avec la Chine. Nous voyons ce partenariat stratégique entre la Russie et la Chine pour avoir une plus grande coopération dans l'Arctique, c'est donc une zone qui va devenir plus pertinente et de plus en plus importante pour la sécurité euro-atlantique.

Quant à la Chine, elle est également mentionnée dans le nouveau Concept stratégique, pas au même titre que la Russie, mais nous devons être très attentifs aux mouvements de la Chine en raison de ce qu'elle représente. 

En effet, ce qui est dit dans le Concept stratégique de l'OTAN, qui parle pour la première fois de la Chine, c'est que la croissance de la Chine nous apporte des opportunités et des défis, évidemment la Chine n'est pas un adversaire, nous devons mieux comprendre ce qu'elle fait et quel est son impact sur notre sécurité. Nous voyons que la Chine est en train d'obtenir des infrastructures dans les pays membres de l'Alliance qui sont fondamentales pour notre sécurité, nous devons réfléchir à des alternatives et augmenter notre résilience pour être plus indépendants de la Chine au niveau des infrastructures, c'est l'une des leçons que nous voyons de l'Ukraine, le fait de la dépendance de la Russie sur le gaz et une série de matières premières et donc maintenant nous devons chercher des alternatives ; bien, la même chose, mais avec certaines différences dans le cas de la Chine. Nous devons être plus indépendants de la Chine du point de vue de la sécurité, car nous pourrions nous retrouver dans une situation où la Chine pourrait contrôler des infrastructures clés pour notre sécurité et, à un moment donné, ne pas nous permettre de faire ce que nous devons faire pour préserver la sécurité du milliard de personnes qui vivent dans les pays membres de l'Alliance.

Sur le flanc sud, l'OTAN s'occupe de la situation au Sahel, les troupes françaises ont quitté le Mali et notre arrière-cour connaît maintenant une situation qui nécessitera une grande attention non seulement de la part de l'OTAN mais aussi de l'Union européenne. Le danger de déstabilisation par les terroristes et les unités russes très actives dans la région menacent notre stabilité et notre sécurité. 

Je suis tout à fait d'accord, des organisations comme l'OTAN et l'UE ne peuvent pas se permettre de faire face à des menaces venant uniquement de l'Est, mais aussi du Sud. Il s'agit d'une question prioritaire et d'une question clé qui a été prise très au sérieux lors du sommet de Madrid, où une session avec des chefs d'État et de gouvernement s'est concentrée uniquement sur les défis provenant du sud. Il s'agit de faire tout ce qui est possible pour renforcer les démocraties des pays du flanc sud, de les aider à renforcer leurs capacités, de les aider à avoir des forces de sécurité fortes et de les aider à prendre le contrôle de leur sécurité, et il s'agit aussi de faire tout ce qui est possible pour travailler ensemble et faire tout ce qui est possible pour les rendre plus résilients et pour que le sud soit une priorité dans l'agenda politique de l'Alliance. Le terrorisme est, avec la Russie, la principale menace avalisée par le nouveau concept stratégique, et le terrorisme vient du sud. Je voudrais faire remarquer aux lecteurs qu'il s'agit d'une priorité pour l'Alliance atlantique et ses États membres, de se concentrer davantage sur les menaces venant du sud et, surtout, d'aider les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient à disposer de forces et de systèmes de sécurité stables. Nous voyons qu'il y a beaucoup d'insécurité et s'ils sont plus stables, nous serons plus en sécurité.

carmen-romero-otan-rusia-terrosimo-sahel-de-cara-al-mundo-onda-madrid

Dans ces moments clés, l'Espagne réagit

L'Espagne réagit très bien en tant que pays très responsable. Nous avons été l'un des premiers pays qui, à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a proposé ses forces pour renforcer le flanc oriental, ce qui est très important car l'OTAN est une organisation qui œuvre pour préserver la paix. Par conséquent, ce que l'Espagne a fait, c'est participer à cette opération pour renforcer cette dissuasion afin de prévenir et d'éviter que le conflit en Ukraine ne s'étende au territoire allié, car c'est la priorité numéro un de l'Alliance, protéger notre propre territoire et faire tout ce qui est possible pour éviter une guerre. L'Espagne a été là depuis le début pour maintenir la paix sur le territoire de l'Alliance atlantique, en répondant à tout moment, en contribuant à ce qui doit l'être et, dans ce cas, je suis très fier d'être espagnol. 

Il est essentiel que nous, Européens, maintenions notre unité au-delà des intérêts commerciaux, énergétiques, économiques, etc. Parce que l'unité des Européens au sein de l'OTAN est vitale pour la force de ses approches.

C'est vrai, et ce sera l'un des plus grands défis que nous aurons à relever en hiver, lorsque nous aurons des élections, où les intérêts nationaux seront très importants. Ce qui nous a permis de répondre à cette crise créée par la Russie, c'est l'unité, l'unité de tous les pays européens, l'unité des pays de l'OTAN, qui comprend aussi l'Amérique du Nord, et disons que c'est la force de l'Alliance atlantique, qu'en plus de l'Europe nous avons l'Amérique du Nord, pour maintenir notre unité et penser que le coût que nous payons est très élevé, mais le coût que l'Ukraine paye est encore plus élevé parce qu'elle le paye avec la perte de vies humaines. Dans le même temps, nous ne pouvons pas permettre à un dirigeant d'un pays d'imposer par la force la fin de la liberté, des valeurs et de la démocratie d'un autre pays simplement parce qu'il veut utiliser la force. L'enjeu est de taille et nous devons penser avec cette vision, il s'agit de maintien de la paix, de respect des valeurs et nous devons rester unis.