Ce que vous devez savoir sur la destruction par la Russie d'un satellite espion... par la Russie

Moscou a abattu l'un de ses missiles en orbite pour montrer au monde qu'elle dispose de missiles antisatellites, comme le font les États-Unis, la Chine et l'Inde
rusia-misil-impacto

PHOTO/Popular Mechanics  -   Le missile russe PL-19 Nudol à ascension directe a abattu avec succès le satellite espion Kosmos-1408 situé à une altitude de 500 kilomètres.

Vladimir Poutine sait que le sentiment majoritaire dans la société qu'il dirige est que la Russie doit être respectée et vénérée dans la sphère géostratégique en tant que grande puissance mondiale, ce qui implique d'être reconnue comme telle par l'administration Biden. 

Il est conscient que ni les États-Unis ni la Chine ne lui faciliteront la tâche et a donc donné des instructions pour récupérer l'énorme influence et présence internationale que ses prédécesseurs n'ont pas su gérer et dont il a hérité à un faible niveau. Mais, surtout, il a reçu pour instruction de redoubler la présence de Moscou dans les arènes militaires opérationnelles, de préférence dans la cybersécurité et l'espace. 

rusia-misil-putin
PHOTO/Kremlin - Vladimir Poutine sait que les Russes sont impatients de prendre à nouveau la tête de la conquête de l'espace. Dmitry Rogozin, directeur général de l'Agence spatiale russe, explique à Poutine les caractéristiques des nouvelles fusées lourdes Angara.

Pour l'instant, la lutte se déroule sur le plan verbal et économique. Mais si le combat se déplace dans l'espace, Poutine veut faire savoir aux États-Unis, à la Chine, à l'Inde et à leurs alliés qu'il est un adversaire coriace. Et un exemple qui montre qu'il est sérieux à ce sujet est sa force de missiles stratégiques, qui vient de démontrer comment ? En détruisant l'un de ses nombreux missiles en orbite autour de notre planète avec son propre missile, une mission d'une grande complexité. 

Le tir qui a mis fin à la vie végétative d'une ancienne plateforme orbitale a été effectué depuis le principal complexe militaire russe dédié au lancement de vecteurs stratégiques, le cosmodrome de Plesetsk, situé à quelque 800 kilomètres au nord de Moscou. De là, un puissant missile s'est élevé au coucher du soleil le 15 novembre, son ogive entrant en collision à 500 kilomètres d'altitude avec le vieux satellite espion russe crypté Kosmos-1408, hors service depuis plusieurs décennies. 

Dédié au renseignement électromagnétique et appartenant à la défunte constellation Tselina, Kosmos-1408 avait été mis en orbite le 16 septembre 1982, quelques mois avant la mort du dirigeant soviétique Leonidas Brejnev et au plus fort du déclin économique de l'Union soviétique, qui allait conduire à sa désintégration une décennie plus tard. 

rusia-misil-putin
PHOTO/Lewis Carlyle - Les satellites d'alerte précoce et de défense antimissile du Pentagone ont été avertis par un NOTAM qu'un tir non classifié était sur le point d'être effectué depuis le cosmodrome de Plesetsk.
 Missile ASAT à ascension directe

La mise à feu et l'abattage consécutif de l'engin spatial était le test final dont Moscou avait besoin pour confirmer au monde entier qu'elle avait achevé le développement d'un système d'armes antisatellites (ASAT). Dans le cas présent, il s'agit d'un missile à ascension directe, qui peut être lancé depuis le sol, un navire ou un avion afin d'immoler une infrastructure en orbite. 

Quel missile russe est impliqué ? A moins que Moscou n'ait désinformé ou changé son nom, il s'agit du PL-19 Nudol. Il s'agit d'un vecteur monté horizontalement sur un véhicule lourd à 12 roues motrices, qui sert également de plate-forme de lancement. Il a fait l'objet d'une évaluation continue au cours des huit dernières années, avec au moins une douzaine de tests réels, mais sans l'intention de briser un quelconque satellite.  

rusia-misil-putin
PHOTO/Xinhua - La Chine a été le premier pays du 21e siècle à se lancer dans la course à la possession de nouveaux missiles antisatellites puissants et précis. En janvier 2007, un missile DF-21 comme celui qui est illustré ici a abattu un ancien satellite météorologique à une altitude de 865 km.

Le ministère russe de la défense n'a confirmé le lancement du missile ou la destruction du Kosmos-1408 que le lendemain du lancement. C'est le ministre lui-même, le général Sergei Shoigu, qui a fait état d'un impact "d'une précision chirurgicale contre un vieux satellite", mais que les fragments qui en résultent "ne représentent aucune menace pour les activités spatiales". Mais cette dernière affirmation est plus que douteuse.  

La fracture de Kosmos-1408 a produit "environ 1 500 fragments de plus de 10 centimètres" et "des centaines de milliers de fragments beaucoup plus petits", selon le général James Dickinson, chef du commandement spatial du Pentagone. Le secrétaire d'État Anthony Blinken a qualifié le test d'"imprudent et dévastateur", tandis que l'administrateur de la NASA Bill Nelson l'a qualifié d'"irresponsable et dangereux". Le professeur Hugh Lewis, de l'université britannique de Southampton, affirme que "la moitié d'entre eux brûleront en un an lors de leur rentrée dans l'atmosphère". Les autres resteront en rotation pendant encore 10 à 15 ans.

rueda-de-prensa-joe -biden
PHOTO/Russian MoD - Le PL-19 Nudol qui a abattu un ancien satellite espion russe le 15 novembre a été lancé depuis le cosmodrome de Plesetsk, à quelque 800 kilomètres au nord de Moscou.

Ces débris représentent-ils un danger ? Oui, ils le sont. Ils voyagent autour de la Terre à environ 27 000 kilomètres par heure et leur impact sur une plate-forme spatiale peut être mortel. Elle pourrait également mettre en danger la survie du nouveau complexe orbital chinois, habité par deux astronautes. Et la grande station spatiale internationale, qui se trouve à 400 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre et abrite sept astronautes, dont deux Russes. Heureusement, des réseaux de surveillance sont en place pour prévenir des dangers potentiels à venir.

 Cinq destructions de satellites connues en 39 ans

Le lancement du missile et l'explosion en orbite ont été immédiatement détectés par les réseaux d'alerte précoce et de défense antimissile des États-Unis, de la Chine et de l'Inde. Washington et le reste du monde savaient à l'avance que quelque chose d'important allait se produire dans l'espace aérien entourant une grande partie du cosmodrome de Plesetsk. Le Pentagone ne savait pas ce que c'était, mais c'est là que les yeux et les oreilles électroniques de ses satellites espions étaient dirigés. 

Comment l'ont-ils su ? Quelques heures avant le tir, les autorités de Moscou avaient émis ce que l'on appelle un NOTAM (Notice To Airmen). En substance, un NOTAM est une alerte informant les pilotes de certaines routes de vol des restrictions temporaires d'utilisation de l'espace aérien, qui peuvent être dues à des spectacles aériens, des sauts en parachute, des exercices militaires ou tout autre incident pouvant affecter la sécurité des vols. 

rusia-misil-putin
PHOTO/Julia Loris - Qualifiés d'imprudents, de dévastateurs, d'irresponsables et de dangereux à Washington, les techniciens militaires russes savaient pertinemment que l'explosion du Kosmos-1408 allait générer des milliers de débris spatiaux.

Les destructions et les conséquences causées par Moscou sont-elles contraires au droit international ? Non, ils ne le sont pas. Aucun traité international sur l'utilisation de l'espace n'empêche l'enlèvement des infrastructures spatiales. Cependant, elle est éthiquement répréhensible et contraire aux recommandations visant à éviter de jeter des débris dans l'espace exoatmosphérique. Mais les États-Unis, la Chine, l'Inde et la Russie se disputent les armes capables d'intercepter les vecteurs balistiques dans leur phase ascendante et d'abattre les satellites en orbite basse autour de la Terre. Et ça cause beaucoup de débris spatiaux. 

Fragmenter son propre satellite avec son propre missile nécessite la maîtrise d'une technologie avancée de guidage et de propulsion. La Russie n'est pas la première mais seulement la quatrième nation à réussir à attaquer un de ses propres appareils dans l'espace. Les États-Unis (deux fois), la Chine (une fois) et l'Inde (une fois) l'ont déjà fait. Le premier test a été effectué par Washington le 13 septembre 1985 sous Ronald Reagan. Un missile ASM-135 tiré d'un chasseur F-15 a détruit le satellite d'essai P78-1, qui volait à 555 kilomètres d'altitude, selon l'US Air Force. 

rusia-misil-putin
PHOTO/IPA - Le missile ASAT Prithvi Mark II, qui est la vedette de la mission Shakti, a été dévoilé pour la première fois lors du défilé militaire de 2020 à New Delhi. Il a été tiré en mars 2019 pour détruire le Microsat-R à une altitude de 300 kilomètres.

Au XXIe siècle, la première nation à y parvenir a été la Chine du président Hu Jintao, le prédécesseur de Xi Jinping. Le 11 janvier 2007, un missile DF-21 a abattu le satellite météorologique vétéran FY-1C de 750 kilogrammes. Il se trouvait à une altitude de 865 kilomètres, selon des sources officielles chinoises. George W. Bush n'était pas en reste et, le 20 février 2008, invoquant des raisons de sécurité nationale, un missile SM-3 RIM-161 amélioré, tiré depuis le croiseur USS Lake Erie, a détruit le satellite espion d'observation radar USA-193 de 2,3 tonnes. 

Et pour ne pas être en reste, le Premier ministre indien Narendra Modi a donné son feu vert à la mission Shakti. Un missile Prithvi Mark II a décollé du sol le 27 mars 2019 pour mettre fin à la vie en orbite du dispositif expérimental Microsat-R de 740 kilogrammes, qui se trouvait à une altitude de 300 kilomètres. En bref, les quatre grands ont ajouté des milliers de débris aux débris spatiaux qui tournent librement autour de la Terre et qui constituent déjà un problème très grave. Mais c'est une autre histoire.