PUBLICIDAD

Marruecos

Comment le paysage mondial a changé depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Renforcement de l'OTAN et de l'UE, hausse des prix pouvant entraîner des manifestations de masse, militarisation de régions clés comme la Méditerranée : voici quelques-unes des conséquences de la guerre en Ukraine
REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO  -   Un tanque con la letra "Z" pintada se ve delante de un edificio residencial

REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO  -   Un réservoir avec la lettre "Z" peinte dessus est vu devant un immeuble résidentiel.

L'invasion de l'Ukraine a des effets et des conséquences majeurs au niveau international. La guerre fait des milliers de morts, de blessés et de réfugiés, mais elle a également provoqué une hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires dans diverses régions du monde. Ce conflit nous affecte tous de différentes manières, politiquement, économiquement et militairement.

La guerre est revenue en Europe, et le continent doit donc rester uni face à l'offensive russe. À cet égard, l'Union européenne a réagi avec force, conjointement et fermement contre l'invasion russe. Si le président russe Vladimir Poutine a cherché à diviser l'UE-27 avec son agression contre l'Ukraine, il a obtenu le contraire. Bruxelles a adopté des sanctions économiques sévères à l'encontre du régime russe et, pour la première fois dans l'histoire, l'UE a fourni des armes à l'Ukraine par le biais de la Facilité européenne de paix.

AFP/ JOHN THYS  -   La presidenta de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen (C), aplaude al presidente ucraniano, Volodymyr Zelensky (L), que aparece en una pantalla mientras habla por videoconferencia durante una sesión plenaria especial del Parlamento Europeo centrada en la invasión rusa de Ucrania en la sede de la UE en Bruselas, el 1 de marzo de 2022
AFP/ JOHN THYS - La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (C), applaudit le président ukrainien, Volodymyr Zelensky (L), qui s'exprime par vidéoconférence lors d'une session plénière spéciale du Parlement européen consacrée à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au siège de l'UE à Bruxelles, le 1er mars 2022.

En plus de ce fonds, de nombreux pays européens ont envoyé parallèlement des armes à l'Ukraine. Il convient de noter ici la décision de l'Allemagne de livrer des armes lourdes à Kiev, un tournant dans la politique allemande. Dès le début de l'invasion russe, Berlin a refusé d'envoyer des armes à l'Ukraine, une décision qui lui a valu des critiques tant en Ukraine qu'au sein de l'UE. Toutefois, à la suite de l'agression russe, l'Allemagne a choisi d'augmenter les dépenses de défense de 2 % du PIB. 

L'attaque russe contre l'Ukraine est également une offensive contre l'Europe, ses valeurs et son mode de vie. L'invasion de l'Ukraine montre que la démocratie européenne n'est pas garantie, c'est pourquoi il est nécessaire de la défendre et, si nécessaire, de se battre pour elle. C'est pourquoi l'unité européenne est plus importante que jamais, tout comme la solidarité avec l'Ukraine et ses citoyens. L'Union européenne a été renforcée. En outre, après le début de l'invasion russe, l'Ukraine et la Géorgie ont réitéré leur désir de rejoindre l'organisation.

REUTERS/VALENTYN OGIRENKO - Los dirigentes europeos observan las consecuencias de la masacre de Bucha, en Ucrania, durante su visita al país
REUTERS/VALENTYN OGIRENKO - Les dirigeants européens examinent les conséquences du massacre de Buca en Ukraine lors de leur visite dans le pays.

Il en a été de même pour l'OTAN. L'Alliance de l'Atlantique Nord, avec la guerre en Ukraine, a été ressuscitée de la "mort cérébrale" qu'elle a subie en 2019. Puis, avec Donald Trump comme président américain, la pertinence, le leadership et l'unité de l'OTAN ont été mis en péril. En outre, la Turquie, membre important du partenariat, se rapproche de Moscou et prend ses distances avec Washington. Mais avec l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche et l'escalade des tensions avec la Russie qui s'en est suivie, l'OTAN a commencé à s'imposer à nouveau comme une alliance mondiale essentielle. À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, cette pertinence et cette unité entre les membres se sont accrues et ont même incité d'autres pays, comme la Finlande et la Suède, à exprimer leur intention de rejoindre l'organisation militaire.

La menace que représente la Russie et la situation actuelle en Ukraine ont poussé Helsinki et Stockholm à rejoindre l'OTAN. Les deux pays abandonnent leur neutralité défensive et, malgré les dures déclarations de Moscou, les gouvernements finlandais et suédois commencent à élaborer des plans pour rejoindre l'Alliance, qui a déjà confirmé qu'ils y adhéreront "facilement".  

PHOTO/AFP  -   El Secretario General de la OTAN, Jens Stoltenberg
PHOTO/AFP - Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg
La militarisation en Méditerranée

Alors que la guerre fait rage en Ukraine, la présence militaire de la Russie et de l'OTAN en mer Méditerranée s'accroît. La région est au cœur des intérêts occidentaux. 65 % du pétrole et du gaz naturel qui atteignent l'Europe passent par cette mer, tandis que les milliers de navires qui la traversent chaque jour représentent environ 30 % du commerce mondial.

La Russie, pour sa part, a renforcé sa présence dans la région après son intervention dans la guerre civile syrienne en 2015. Depuis lors, Moscou maintient la base navale de Tartus dans le pays arabe, la seule base de ce type en dehors des frontières de l'ancienne Union soviétique. L'armée russe dispose également de la base aérienne de Khmeimin. 

PHOTO/Servicio de Prensa del Ministerio de Defensa ruso vía AP  -   Fotografía de archivo del 5 de septiembre de 2017, un misil de crucero Kalibr lanzado por la fragata Almirante Essen de la Armada rusa en el mar Mediterráneo
PHOTO/Service de presse du ministère russe de la Défense via AP - Photo d'archives du 5 septembre 2017, un missile de croisière Kalibr lancé par la frégate de la marine russe Admiral Essen en mer Méditerranée.

La Méditerranée est une région stratégique, économique et énergétique essentielle. La partie orientale contient d'importantes réserves de gaz naturel qui ont souvent fait l'objet de litiges entre la Turquie et la Grèce. Pour ces raisons, la région est devenue un point de mire ces dernières semaines, coïncidant avec une tension accrue entre l'OTAN et la Russie au sujet de la situation en Ukraine. Alors que le conflit se poursuit dans le pays et que le fossé entre Washington et Moscou s'intensifie, la Méditerranée fait l'objet d'une forte militarisation par les deux parties qui cherchent à renforcer leur rôle dans la région

Avant le début de l'invasion russe en Ukraine, l'OTAN a mené plusieurs exercices militaires, notamment des opérations dans la région méditerranéenne. Début février, quelques semaines avant le début de la guerre, l'Alliance a effectué des exercices en mer Ionienne dans le but, selon le Pentagone, de "démontrer la capacité de l'OTAN à intégrer une force de frappe maritime sophistiquée". Au cours de ces exercices en Méditerranée, le groupe d'attaque du porte-avions américain Harry S. Truman a été amené à intervenir, ce qui n'était pas arrivé depuis l'époque de la guerre froide.

PHOTO/AP  -   Los buques de guerra europeos participan en un ejercicio militar en el Mediterráneo oriental el 25 de agosto
PHOTO/AP - Des navires de guerre européens participent à un exercice militaire en Méditerranée orientale, le 25 août.

La Russie n'est pas restée les bras croisés et a également mené des opérations dans la région peu après l'OTAN, ce qui a entraîné le plus grand déploiement naval russe en Méditerranée depuis la guerre froide. Ces manœuvres dans la partie orientale de la mer, a souligné Moscou, visent à "protéger les intérêts nationaux" et à "repousser les menaces militaires contre la Russie".

Aujourd'hui, alors que la guerre en Ukraine se poursuit, les deux parties prennent des mesures dans la région qui n'ont pas été vues depuis l'époque de la guerre froide. "L'Ukraine a changé les choses. Les Américains sont de retour", confirme à l'AFP Thibault Laverhne, officier régional de communication de l'armée française en Méditerranée. La situation en Ukraine a incité Washington à déplacer des navires de l'océan Atlantique vers la Méditerranée afin d'affronter les troupes russes et de surveiller leurs mouvements.

Ministerio de Defensa ruso via REUTERS - El ministro de Defensa ruso Sergei Shoigu y el presidente sirio Bashar al-Assad asisten a una reunión en Damasco, Siria 15 de febrero de 2022
Ministère russe de la Défense via REUTERS - Le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, et le président syrien Bashar al-Assad participent à une réunion à Damas, en Syrie, le 15 février 2022.

L'avion français Atlantique 2, fabriqué par Dessault Aviation, est l'un des outils utilisés par l'OTAN pour surveiller les mouvements russes. L'avion est équipé d'un radar, d'une caméra de 3 200 millimètres et de systèmes capables de détecter les champs magnétiques et de capter les signaux radar à proximité. L'Atlantique 2 est basé sur la base de l'OTAN à Souda, sur l'île de Crète, et, comme l'a déclaré à l'AFP le capitaine de corvette Johann, il est destiné à "démontrer aux Russes que la Méditerranée orientale est une zone de manœuvre pour les alliés de l'OTAN"

D'autre part, selon Laverhne, la Russie "a doublé, voire triplé" sa capacité militaire dans la région, car "là où il y a des forces américaines, il y a aussi des forces russes". Moscou dispose actuellement d'une vingtaine de navires de guerre en Méditerranée. L'objectif de ces navires, outre la dissuasion, est également de surveiller les mouvements des forces alliées également dans la région. L'officier français explique que les forces russes se sont étendues au nord de la Crète, à l'ouest de la Grèce et au nord de la mer Égée, près de la mer Noire.

L'Ukraine, une opportunité pour les relations Turquie-USA 

Dans ce contexte, la Turquie est un pays de grande importance en raison de son contrôle sur deux détroits clés : le Bosphore et les Dardanelles. Les navires russes en Méditerranée qui veulent se rendre en mer Noire pour soutenir les opérations des troupes russes en Ukraine doivent passer par le canal qui sépare l'Europe de l'Asie. Pour cette raison, et conscient du rôle d'Ankara, l'ambassadeur ukrainien a demandé la fermeture des détroits peu après le lancement de l'offensive russe contre l'Ukraine.

REUTERS/YORUK ISIK  -   El destructor de misiles guiados de la Armada de EEUU, el USS ‘Ross’ navega en el Bósforo, en su camino hacia el Mar Negro, en Estambul, Turquía, el 15 de diciembre de 2019
REUTERS/YORUK ISIK - Le destroyer à missiles guidés de la marine américaine USS 'Ross' navigue dans le Bosphore, en route vers la mer Noire, à Istanbul, en Turquie, le 15 décembre 2019.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a répondu à la demande du diplomate et a décidé de fermer le Bosphore et les Dardanelles aux navires de guerre. Il a invoqué la convention de Montreux de 1936, qui donne à Ankara le droit de limiter le passage des navires dans ses détroits en temps de guerre.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a exprimé sa "reconnaissance" à Ankara pour sa décision. Washington a également applaudi le rôle de la Turquie pendant la guerre. Bien que le gouvernement turc fasse attention à son langage pour ne pas offenser Moscou, Ankara condamne l'invasion russe tout en soutenant l'Ukraine, où elle a envoyé des drones Bayraktar malgré les critiques russes. 

PHOTO/REUTERS - El estrecho del Bósforo
PHOTO/REUTERS - Le détroit du Bosphore

La position d'Ankara sur la guerre est donc une occasion d'améliorer les liens entre la Turquie et les États-Unis. Selon Asli Aydintasbas, membre senior du Conseil européen, la situation actuelle a introduit "un niveau de stabilité et d'engagement entre les deux pays qui n'existait pas avant la guerre". Des diplomates américains se sont rendus en Turquie depuis le début du conflit et, début avril, Washington et Ankara ont lancé un mécanisme stratégique pour stimuler la coopération économique et de défense. "Le lancement du mécanisme est certainement le prélude à une ère plus constructive dans les relations", déclare à Al-Monitor Sinan Ulgen, ancien diplomate et chercheur invité à Carnegie Europe. 

PHOTO/MURAT CETINMUURDAR/OFICINA DE PRENSA PRESIDENCIAL - El presidente turco Tayyip Erdogan se reúne con el presidente estadounidense Joe Biden al margen de la cumbre de la OTAN en Bruselas, Bélgica
PHOTO/MURAT CETINMUURDAR/PRESIDENTIAL PRESS OFFICE - Le président turc Tayyip Erdogan rencontre le président américain Joe Biden en marge du sommet de l'OTAN à Bruxelles, en Belgique.

Les relations entre les États-Unis et la Turquie se sont fortement détériorées après qu'Ankara a acquis le système de missiles russe S-400. En conséquence, l'administration américaine a exclu la Turquie du programme d'avions de combat F-35. C'est précisément ce point qui continue de susciter la controverse entre les deux pays. "Leurs positions actuelles sont totalement disparates", a noté Ulgen. "Les deux parties devront faire preuve de flexibilité sur cette question", ajoute-t-il. 

La guerre menace la sécurité alimentaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

La guerre se déroule entre deux pays qui représentent un tiers des exportations mondiales de blé. La Russie et l'Ukraine sont également de grands exportateurs de maïs et d'huile de tournesol, notamment dans certains pays de la région MENA (Afrique du Nord et Moyen-Orient). En raison de cette forte dépendance, cette zone risque d'être la plus touchée en termes d'alimentation. L'Égypte, en particulier, ressent déjà les conséquences de la guerre sur le prix des denrées alimentaires de base comme le pain. Selon Reuters, en mai dernier, le prix du pain en Égypte a augmenté jusqu'à 25 %, tandis que le prix de la farine a augmenté de 15 %.

REUTERS/ALI HASHISHO - Manifestantes sostienen una bandera libanesa durante una protesta contra el gobierno en el centro de Beirut, Líbano
REUTERS/ALI HASHISHO - Des manifestants brandissent un drapeau libanais lors d'une manifestation antigouvernementale dans le centre de Beyrouth, au Liban.

Toutefois, cette situation se reproduit dans d'autres pays qui importent des pourcentages élevés de blé russe et ukrainien, comme le Liban et la Tunisie. Les experts craignent donc une nouvelle vague de protestations dans les pays les plus touchés. "L'inflation et l'économie, plutôt que la liberté politique, sont la clé", a déclaré Kamal Alam, membre de l'Atlantic Council, à CNBC. Il rappelle les troubles sociaux qui ont conduit aux manifestations massives du printemps arabe. "On pourrait dire que la première et principale raison des troubles dans le monde arabe est toujours le manque de mobilité économique", ajoute-t-il.