PUBLICIDAD

Marruecos

Conséquences possibles de l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN

Le président russe Vladimir Poutine a menacé de réagir si les deux pays nordiques installent de nouvelles bases de l'OTAN sur leur territoire
tropas-finlandia-otan-rusia

LEHTIKUVA/HEIKKI SAUKKOMAA vía AP  -   Des soldats finlandais participent à l'exercice mécanisé de l'armée Arrow 22 sur la garnison de Niinisalo à Kankaanp, en Finlande occidentale, le 4 mai 2022.

L'OTAN s'étend. L'Alliance atlantique, qui, il y a quelques années seulement et selon les termes du président français Emmanuel Macron, était condamnée à la "mort cérébrale", occupe désormais tous les titres de la presse internationale et renaît avec plus d'influence et de force que jamais.  

En plus des 30 pays qui composent actuellement l'OTAN, la Suède et la Finlande ont maintenant officiellement soumis leur décision de demander à rejoindre l'Alliance transatlantique dans un geste qui est déjà salué comme historique. "Une nouvelle ère s'ouvre", a déclaré le président finlandais Sauli Ninisto lors de la première conférence de presse tenue à Helsinki après l'annonce de la décision.  

otan-banderas
AP/OLIVIER MATTHYS  - Le siège de l'OTAN à Bruxelles

Le président russe Vladimir Poutine, loin d'affaiblir les États membres de l'Alliance, a eu l'effet inverse. L'invasion de l'Ukraine par la Russie sous le prétexte de "dénazifier" le pays a non seulement renforcé l'OTAN, mais aussi augmenté les budgets de défense des États membres, de même que l'annexion des deux pays nordiques à l'Alliance.  

Face à cette situation, Poutine a déjà déclaré que "la Russie répondra" si des armements sont déployés dans ces deux pays. Pour Poutine, les États-Unis sont responsables de cette situation et il affirme que les États-Unis utilisent l'expansion de l'Alliance de manière "agressive" pour rendre encore plus difficile une situation dans laquelle la sécurité mondiale est sérieusement affectée. 

vladimir-putin-rusia
KREMLIN/MIKHAIL KLIMENTYEV  - Le président russe Vladimir Poutine

La nouvelle situation en Finlande et en Suède n'est que le résultat de ce nouveau contexte. La proximité de la guerre dans le conflit russo-ukrainien, associée à la crainte de voir Poutine franchir les frontières de l'Ukraine, a amené les États à repenser leurs dispositifs de sécurité et à s'éloigner de la neutralité. 

La Finlande, défenseur de la sécurité nationale 

Les deux pays nordiques se sont donc éloignés de ce statut auquel ils ont souscrit au niveau international. La Finlande en est un exemple clair. À cet égard, la politique de sécurité du pays était fondée sur l'accord d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle finno-soviétique de 1948. Cette neutralité signifiait que le pays ne devait pas "conclure ou rejoindre une coalition dirigée contre" l'Union soviétique en échange d'une garantie alliée de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du pays. 

espacio-aereo-suecia-rusia
AFP/KARL MELANDER / TT NEWS AGENCY - Des soldats du régiment de Gotland patrouillent dans le port de Visby, le 13 janvier 2022. - La mobilisation de la Russie à la frontière ukrainienne et le durcissement du ton entre la Russie et l'OTAN ont incité la défense suédoise à accroître ses activités visibles, notamment à Gotland, dans l'est du pays.

Cependant, 22 ans après la chute de l'Union soviétique, l'ordre mondial a été et continue d'être transfiguré par le conflit russo-ukrainien. Pour Poutine, l'adhésion de la Suède et de la Finlande ne constitue pas une menace directe tant qu'elles ne se réarment pas, ce qui se traduit par la création de nouvelles bases de l'OTAN dans ces deux pays. Si tel était le cas, la Russie verrait dans cette situation une menace directe pour sa sécurité, puisque la Finlande et la Suède partagent avec elle la région de la mer Baltique et une frontière de 1 300 kilomètres qui sera certainement renforcée par cette nouvelle adhésion. 

Malgré cela, la Finlande ne veut pas externaliser sa défense à l'OTAN. Pour de nombreux Finlandais, c'est une source de fierté de tenir tête à la Russie, mais la défense nationale du pays est l'une des priorités politiques de la Finlande. Pour reprendre les termes du président Ninisto, "l'adhésion à l'OTAN ne changera pas la géographie".  

otan-suecia-finlandia-rusia-ucrania
REUTERS/MICHELE TANTUSSI - Le chancelier allemand Olaf Scholz avec le Premier ministre finlandais Sanna Marin et le Premier ministre suédois Magdalena Andersson.

En fait, la Finlande atteint déjà l'objectif de 2 % des dépenses de défense de l'OTAN. En termes de forces terrestres, le pays dispose d'une armée entièrement mobilisée comptant jusqu'à 280 000 soldats, plus des centaines de milliers de réservistes. L'armée de l'air est extrêmement bien équipée avec le dernier achat de 64 avions F-35. 

En outre, la culture de défense du pays est très répandue. Dans cet esprit, la défense militaire de la Finlande est organisée par le biais du service militaire obligatoire, une anomalie en Europe. Selon la Constitution finlandaise elle-même, tous les citoyens sont tenus de défendre leur pays, bien que seuls les hommes âgés de 18 à 60 ans soient obligés de faire leur service militaire, contrairement aux femmes qui peuvent s'y engager volontairement.  

consejo-seguridad-naciones-unidas
AFP/ OLIVIER DOULIERY - Réunion du Conseil de l'Atlantique Nord (CAN) lors de la session des ministres des Affaires étrangères au siège de l'OTAN à Bruxelles, le 4 mars 2022

Avec la fin de la guerre froide, l'Europe a décidé de changer son approche et de s'éloigner d'une politique plus militariste. Ainsi, l'UE a réduit son budget de défense et a décidé de développer des opérations militaires plus petites mais plus spécialisées, en se concentrant sur un plus grand professionnalisme, ce que la Finlande n'a pas fait. 

Ainsi, la Finlande a maintenu une position forte qui défendait la défense nationale avant tout, avec pour base le service militaire obligatoire et une réserve importante et bien entraînée. À la fin de la guerre froide, Helsinki a consacré 1,6 % de son PIB à l'acquisition de F-18 américains. Après la chute brutale des dépenses de défense à 1,1 % en 2001, la Finlande a augmenté son budget de manière exponentielle. En conséquence, le pays a acheté de nouveaux systèmes et a modernisé ses capacités existantes. 

caza-f 35-eeuu
REUTERS/EDDIE KEOGH  - Un avion de combat F-35B Lightning de la RAF.

Parmi ses achats les plus importants, citons les missiles à distance de sécurité air-sol AGM-158, les systèmes de fusées à lancement multiple, les chars de combat Leopard 2 A6, les obusiers blindés K9 et les avions de combat F-35. Contrairement à la Finlande, la Suède, dont la population est deux fois plus importante, compte 24 000 militaires d'active et 34 000 réservistes.  

La Géorgie et la Moldavie sont deux autres pays qui ont demandé à rejoindre l'Alliance. Au fur et à mesure que la rivalité entre le bloc occidental et l'Est s'accroît, les pays européens réduisent la possibilité d'avoir des pays rivaux. Ces mouvements signifient nécessairement la force et l'unité de l'Occident face à la Russie. Pour leur part, l'Autriche et l'Irlande participent depuis longtemps à la politique de défense commune de l'UE, ce qui renforce encore l'unité et donc la force de l'Occident. 

Conséquences pour l'Ukraine 

L'une des conséquences les plus évidentes de l'invasion de l'Ukraine par la Russie est qu'elle a réussi à réveiller les politiques européennes en matière d'armement. Le fait même que ce conflit se déroule sur le sol européen a fait réagir l'UE et les États membres eux-mêmes. 

guerra-ucrania-rusia
AP/VADIM GHIRDA  -  Des militaires ukrainiens marchent alors qu'ils vérifient que les corps des civils ne sont pas piégés, dans la banlieue de Bucha, anciennement occupée par les Russes, en Ukraine, samedi 2 avril 2022.

Nous assistons actuellement à l'émergence d'un nouvel ordre de sécurité européen, plus fort et plus consolidé. Cette nouvelle configuration, résultat direct des ruines de la guerre, commence à estomper un Rideau de fer qui, bien que différent dans sa forme de celui érigé pendant la Guerre froide, reste de même nature.  

Il est de plus en plus probable qu'avec l'intégration de nouveaux pays et les budgets d'armement, les alliances de sécurité seront consolidées face aux menaces et à la guerre en cours en Ukraine. De cette manière, l'Union et l'OTAN sont déjà sur la voie de la sécurité face à une situation limite. Toutefois, le chemin à parcourir sera long et pavé de difficultés et de revers. La vitesse à laquelle ce chemin pourra être parcouru dépendra directement de ce qui se passera en Ukraine.