PUBLICIDAD

Marruecos

Coopération énergétique en Méditerranée : à la recherche de la diversification

La Fondation Friedrich Naumann à Madrid discute de la situation dans le secteur de l'énergie et des opportunités qui peuvent être exploitées à l'avenir grâce aux énergies renouvelables
evento naumann

FNF MADRID / Nieves Díaz  -   David Hanneberger, directeur de la FNF Madrid, Iskander Ben Mustapha y Nemesio Fernández-Cuesta

La coopération entre l'Europe et les pays d'Afrique du Nord dans le but d'apporter une solution aux besoins énergétiques a été le dernier sujet abordé lors des colloques organisés par la Fondation Friedrich Naumann à Madrid. 

Avec un panel d'experts de renom, comme il est de coutume pour la fondation libérale allemande, la table ronde coordonnée par Iskander Ben Mustapha, chef de projet et conseiller principal à International Development Renewable Energies, s'est notamment penchée sur l'hydrogène vert.
 
L'ancien secrétaire d'État à l'énergie, économiste et homme d'affaires ayant travaillé pour Repsol, Nemesio Fernández-Cuesta, et David Henneberger, directeur du bureau de Madrid de la Fondation Friedrich Naumann, étaient également présents. 

Nemesio Fernández-Cuesta a été le premier à donner son avis sur le fameux hydrogène vert, souvent présenté comme l'énergie "dorée" du futur par les plans de l'Union européenne. À propos de cette image, Fernández Cuesta a déclaré que l'hydrogène vert est effectivement une partie de la solution, mais pas la totalité. "La clé de la solution à nos problèmes énergétiques est l'électrification", a déclaré l'ancien secrétaire d'État. "Notre énergie électrique devrait représenter environ 50 % de ce que nous consommons, soit presque le double de ce qu'elle est aujourd'hui", a-t-il ajouté dans son postulat. Dans les 50 % que Fernández Cuesta estime à juste titre, l'hydrogène jouerait un rôle clé. 
 

evento naumann
FNF MADRID / NIEVES DÍAZ - La table ronde organisée par la FNF a réuni David Henneberger, Iskander Ben Mustapha et Nemesio Fernández-Cuesta.

Pour ce rôle clé de l'hydrogène, Fernández Cuesta voit une opportunité évidente dans les pays d'Afrique du Nord, qui disposent de ressources suffisantes pour produire de l'hydrogène propre de manière beaucoup plus économique et efficace que les pays d'Europe. L'opportunité dont parle Nemesio Fernández-Cuesta est le désert du Sahara, et les longues et fortes heures de soleil qui baignent l'Afrique du Nord pratiquement toute l'année. "C'est l'avantage comparatif de l'Afrique", a déclaré l'expert en énergie et en changement climatique. 

Le transport de cet hydrogène vert moins cher nécessiterait des investissements considérables en termes d'infrastructures. Selon Fernández-Cuesta, la transformation et le renforcement des infrastructures gazières est l'étape à franchir pour concrétiser cette réalisation énergétique. "Avec de gros investissements, il est possible de transformer les gazoducs d'Algérie vers le Maroc, l'Espagne et l'Italie en une infrastructure capable de transporter de l'hydrogène vert", a annoncé Fernandez-Cuesta en réponse aux questions d'Iskander. "Techniquement, nous savons que c'est possible. Mais des investissements sont nécessaires", a-t-il conclu. 

Sur la question du financement, David Henneberger, directeur du bureau de Naumann à Madrid, a ajouté que ce n'est pas tant un problème de capital que de volonté politique. "Les gouvernements politiques ont leurs préoccupations concernant l'Afrique du Nord en termes de leur propre sécurité énergétique", a ajouté  Hennerberger. Le directeur de Naumann a résumé toutes les préoccupations des secteurs politiques européens lorsqu'il s'agit d'établir ce type d'accords. Les droits de l'homme, la fiabilité...

evento naummann
FNF MADRID / NIEVES DÍAZ  - Iskander Ben Mustapha y Nemesio Fernández Cuesta

Bien que l'Union européenne ne dispose pas de la capacité de production d'hydrogène vert de l'Afrique, elle pourrait se positionner comme un concurrent au nord du continent voisin. Selon le panel d'experts, la question se résume à une situation de "marché libre", dans laquelle l'option la plus viable, la plus économique et la plus rentable pour les opérateurs triomphe des autres. Si l'Europe parvient à créer une industrie de l'hydrogène vert, elle sera en concurrence directe avec l'industrie nord-africaine.

En outre, il existe tous les autres types d'hydrogène qui peuvent être produits, qui ont peu ou pas d'impact sur l'environnement, et qui sont des options que les pays européens pourraient explorer à l'avenir, sans avoir besoin d'un partenariat avec l'Afrique.  "Nous devons parvenir à une situation gagnant-gagnant", a conclu le modérateur de la table ronde, Iskander Ben Mustapha. 

Climat politique

Le modérateur de la table ronde, Iskander Ben Mustapha, a posé une question sur les problèmes de tensions politiques entre les pays méditerranéens. Il n'a pas voulu faire allusion à un pays en particulier, mais il va sans dire que le climat des relations internationales dans la région euro-méditerranéenne n'est pas au mieux, comme le montrent les bilans des 25 années écoulées depuis le début des efforts de l'Union pour la Méditerranée. "Est-il sûr d'échanger la dépendance à l'égard de la Russie contre une dépendance à l'égard d'autres pays africains ?", a demandé l'expert en énergies renouvelables au directeur du Naumann à Madrid. 

evento naumann
FNF MADRID / NIEVES DÍAZ -  David Henneberger et Iskander Ben Mustapha

A cela David Henneberger a répondu que s'il y a une bonne chose que la crise en Ukraine a apporté, c'est des changements dans l'échiquier géopolitique à plusieurs égards. Et ces changements peuvent apporter beaucoup de choses positives à long ou moyen terme pour les pays européens. L'Afrique ne doit pas être dépendante, mais plutôt rechercher la diversification dans la politique internationale, de la même manière qu'elle est recherchée dans l'énergie.  "Vous ne pouvez pas compter sur un seul fournisseur. Vous ne pouvez pas compter sur la seule Russie, comme cela a été le cas jusqu'à présent. En tant que représentant d'une fondation allemande, je peux dire que mon pays fait de grands progrès. Nous sommes passés de 55 % d'importations énergétiques en provenance de Russie à 35 % en quelques semaines de guerre, et je pense que cela apportera beaucoup de choses positives à moyen et long terme", a déclaré Henneberger. 

En conclusion, pour Henneberger, s'il n'est pas nécessaire de s'en remettre à un seul fournisseur, les pays d'Afrique du Nord se sont montrés des partenaires responsables et fiables en la matière, et la confiance politique entre les gouvernements a été amplement démontrée et récemment réaffirmée avec la prolongation de contrats tels que l'Italie et l'Algérie.