David Govrin, nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc

Les Israéliens ont renforcé leur représentation avec l'ancien chef du bureau de liaison israélien à Rabat
embajador-david-govrin

 -  

Le rapprochement entre le Maroc et Israël continue de faire les progrès attendus depuis qu'ils ont normalisé leurs relations il y a quelques mois. David Govrin est devenu le nouvel ambassadeur d'Israël à Rabat après avoir été directeur du bureau de liaison israélien dans la capitale marocaine. Ce développement fait suite à la promesse faite par le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid lors de son dernier voyage au Maroc en août de cette année d'augmenter le niveau de représentation dans le Royaume. L'annonce officielle a été faite par Govrin lui-même, tandis que le ministère des affaires étrangères n'a pas encore fait de commentaire sur la question.

Israël continue à œuvrer pour étendre sa sphère d'influence parmi les pays arabes. Dans ce cas, la normalisation des pourparlers entre les deux a eu lieu il y a presque un an, le 22 décembre 2020. Elle a coïncidé avec l'un des derniers gestes de l'ancien président américain Donald Trump visant à reconnaître l'autorité du Maroc sur le Sahara occidental. L'étape suivante a été la visite de M. Lapid, qui a annoncé que "les relations seront améliorées", ce qui se traduit désormais par la nomination de David Govrin à la tête de l'ambassade d'Israël à Rabat.
yair-lapid-david-govrin

"Je suis honoré de partager avec mes followers et amis du monde entier la nouvelle de ma nomination en tant qu'ambassadeur officiel de l'État d'Israël au Maroc", a annoncé Govrin sur son compte Twitter. Il a également remercié le royaume alaouite pour ses efforts "en vue d'instaurer la paix et la sécurité" et a déclaré que son pays continuerait à œuvrer "au développement de relations conjointes dans l'intérêt des deux pays frères". Ce pas en avant représente une étape importante dans les efforts d'Israël pour continuer à renforcer les liens et à gagner du soutien à un moment de complexité suite à l'escalade du conflit avec la Palestine en mai de cette année.

L'intention du Maroc de se lancer dans la fabrication de drones suicide l'a conduit à coopérer avec Israël, l'une des étapes préalables à l'établissement de l'ambassade qui, pour l'instant, n'a pas été annoncée officiellement par Rabat. Selon l'analyste Mohamed Shkeir dans des déclarations à Defense News, l'accord pourrait devenir effectif dans les prochains jours, lorsque le ministre israélien de la défense est attendu dans la capitale marocaine. Cependant, les détails de l'accord final sont inconnus, bien que des sources suggèrent que les drones ne sont pas la seule chose incluse dans l'accord.
ministro-yair-lapid

Certains systèmes de missiles à courte et moyenne portée, des chars et des véhicules blindés devraient également faire partie de l'accord. L'initiative du Maroc pourrait être motivée par le récent regain de tension entre le Royaume et l'Algérie, suite à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays à la fin du mois d'août. Les désaccords permanents entre les deux pays, notamment au sujet du Sahara occidental, ont conduit à la rupture de relations essentielles en Afrique du Nord. Alors que le Maroc cherche à étendre son territoire au Sahara, l'Algérie prône un référendum sur l'indépendance des Sahraouis, ce qui a fini par dynamiser leurs liens.

L'établissement de l'ambassade d'Israël au Maroc est une étape très importante pour les intérêts de l'État juif. Cependant, il ne faut pas oublier que Rabat a également besoin de nouveaux alliés, surtout dans une période aussi compliquée que celle que traverse le pays, alors qu'il y a à peine un mois, un changement de gouvernement a été décidé par les urnes après dix ans de présence des islamistes aux commandes. Le renforcement de ses liens avec les Israéliens pourrait marquer un tournant pour le nouveau gouvernement, qui, bien que désormais dépourvu d'islamistes, a conservé l'essentiel du gouvernement précédent sans rompre radicalement avec tout ce qui a été construit pendant une décennie par le Parti de la justice et du développement.