PUBLICIDAD

Marruecos

De Mistura cherche à reprendre le dialogue politique entre les parties impliquées dans le conflit du Sahara

Le diplomate a déjà rencontré les autorités marocaines à Rabat et les représentants du Front Polisario à Tindouf. Il se rendra également en Mauritanie et à Alger
REUTERS/RAMZI BOUDINA

REUTERS/RAMZI BOUDINA  -   L'envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental Staffan de Mistura rencontre des responsables du Front Polisario lors d'une visite du camp de réfugiés de Smara à Tindouf, en Algérie, le 15 janvier 2022.

Deux mois après avoir été nommé envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara, Staffan de Mistura a déjà entamé son premier voyage dans la région. Au cours de cette tournée, qui est toujours en cours, de Mistura rencontrera toutes les parties impliquées dans le conflit. Jusqu'à présent, le diplomate italo-suédois s'est déjà entretenu à Rabat avec Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, et avec des représentants du Front Polisario à Tindouf. Des camps de réfugiés sahraouis, il se rendra en Mauritanie, puis à Alger, où il terminera son voyage.

Lors de la rencontre entre de Mistura et les autorités de Rabat, Bourita a une nouvelle fois défendu la proposition marocaine d'autonomie pour le Sahara. Omar Hilale, l'ambassadeur alaouite auprès des Nations unies, était également présent à cette réunion. Le chef de la diplomatie marocaine a profité du dialogue avec l'envoyé spécial pour réitérer son soutien à "la reprise du processus politique" sous la direction de l'ONU. Bourita a également insisté sur la nécessité d'un dialogue direct et clair entre le Maroc, l'Algérie, le Front Polisario et la Mauritanie, supervisé par l'ONU. 

El enviado de las Naciones Unidas Staffan De Mistura, segundo a la derecha, habla con Nasser Bourita, ministro de Asuntos Exteriores de Marruecos, segundo a la izquierda, y Omar Hilal, embajador del país ante la ONU, a la izquierda, durante una reunión en Rabat, Marruecos, el jueves 13 de enero de 2022 Mohamed Abbassi, Ministerio de Asuntos Exteriores de Marruecos vía AP
Mohamed Abbassi, Moroccan Foreign Ministry via AP - L'envoyé de l'ONU Staffan De Mistura, deuxième à droite, s'entretient avec Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères du Maroc, deuxième à gauche, et Omar Hilal, ambassadeur du pays auprès de l'ONU, à gauche, lors d'une réunion à Rabat, au Maroc, jeudi 13 janvier 2022.

Horst Köhler, ancien envoyé spécial pour le Sahara, a réussi à réunir les acteurs concernés autour d'une même table en décembre 2018 et en mars 2019. Cependant, les pourparlers et les efforts de l'ancien président allemand pour parvenir à une solution politique n'ont pas permis de trouver un accord entre les parties. De plus, tant Alger que le Polisario ont exprimé leur refus de reprendre les négociations, ce qui a paralysé le dialogue politique.

Après la visite à Rabat, de Mistura s'est rendu dans le sud à bord d'un avion fourni par l'Espagne. Le diplomate a atterri samedi dans la région algérienne de Tindouf pour voir la situation dans les camps de réfugiés sahraouis et rencontrer les autorités du Front Polisario. Le diplomate a été reçu par Sidi Mohamed Omar, représentant du Front Polisario auprès des Nations unies et coordinateur de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO).

REUTERS/RAMZI BOUDINA
REUTERS/RAMZI BOUDINA - L'envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental Staffan de Mistura visite le camp de réfugiés de Tindouf, en Algérie, le 16 janvier 2022.

Selon les médias sahraouis, De Mistura a visité des institutions sahraouies telles que l'école Jalil Sid Mohamed dans le camp de Boujdour, le Musée National de la Résistance, le Centre de Documentation Numérique, le Croissant Rouge Sahraoui, le Comité Sahraoui des Droits de l'Homme et le camp de réfugiés de Smara. En outre, outre les personnalités politiques, il a rencontré des organisations de jeunes et de femmes. Cependant, la partie sahraouie n'a pas eu beaucoup de confiance dans cette visite, comme l'a souligné Mohamed Omar.

"Nous allons écouter De Mistura lors de son premier contact et ensuite nous rendrons notre position publique. Nous n'avons pas beaucoup d'espoir parce que c'est le premier contact et évidemment, comme je l'ai dit, il est le cinquième envoyé personnel à nous rendre visite et maintenant la situation est différente", a-t-il déclaré. Le diplomate sahraoui a également averti de Mistura qu'actuellement "il n'y a pas de cessez-le-feu ou de processus de paix". Dans ce sens, Mohamed Omar a annoncé que la position du Front Polisario "est toujours de lutter jusqu'à la pleine indépendance de la République Sahraouie".

REUTERS/RAMZI BOUDINA
REUTERS/RAMZI BOUDINA - Brahim Ghali, président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) autoproclamée et secrétaire général du Front Polisario, rencontre l'envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, à Tindouf, en Algérie, le 16 janvier 2022.

De Mistura a également eu des entretiens avec Brahim Ghali, chef du Front Polisario. Ghali a reçu le diplomate dans le camp de réfugiés de Rabuni, où il a exigé "une solution juste et équitable, capable de garantir au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination et à la pleine indépendance", selon l'agence de presse EFE. Ghali, tout en insistant sur "l'indépendance totale", a averti que le peuple sahraoui "continuera sa lutte" pour atteindre ses objectifs, réitérant les déclarations de Mohamed Omar.

Cependant, toutes les voix sahraouies ne partagent pas le point de vue du Polisario. Hach Ahmed, premier secrétaire du Mouvement sahraoui pour la paix (MSP), a souligné à de Mistura, dans une déclaration, la nécessité de revenir au "respect du cessez-le-feu".

REUTERS/RAMZI BOUDINA
REUTERS/RAMZI BOUDINA - L'envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental Staffan de Mistura visite le musée militaire dans le camp de réfugiés de Tindouf, Algérie, 16 janvier 2022.

Ce voyage régional témoigne des efforts de Mistura et de l'ONU pour parvenir à une solution au conflit du Sahara, qui dure depuis longtemps. De même, la décision de rencontrer toutes les parties concernées et d'écouter leurs points de vue et leurs demandes montre également l'engagement de Mistura à reprendre le processus politique sur le Sahara, bloqué depuis les derniers pourparlers organisés par son prédécesseur en 2019.

La reprise des négociations entre les parties concernées ne sera pas une tâche facile pour le diplomate, surtout à l'heure actuelle, où les tensions entre le Maroc et l'Algérie sont fortes après la décision d'Alger de rompre ses relations avec son voisin. L'inimitié entre les deux nations "relève du mandat de De Mistura", selon le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Pour cette raison, il est possible que de Mistura tienne un dialogue avec les autorités algériennes sur cette question, et qu'il les presse de parvenir à un rapprochement avec Rabat, ce qui est essentiel pour progresser sur la question du Sahara.