PUBLICIDAD

Marruecos

Dernier tour des partis allemands pour présenter un gouvernement de coalition

La répartition des ministères est toujours l'un des facteurs en litige
SPD

 -  

Les sociaux-démocrates, les libéraux et les verts, les trois partis allemands qui négocient la future coalition gouvernementale, se sont réunis hier soir jusqu'aux premières heures du matin dans le but de présenter un accord mercredi.

Selon le quotidien Bild, le dernier tour de négociations commence aujourd'hui à 11h00 (10h00 GMT) et l'heure possible de présentation de l'accord a été fixée à 15h00 (14h00 GMT).

La répartition des ministères est l'un des points sur lesquels les parties sont encore en désaccord, note le journal.

Gobierno Alemania

L'Allemagne disposera donc d'un accord de coalition 59 jours après les élections générales du 26 septembre, lors desquelles les sociaux-démocrates ont été la force la plus votée, avec 25,7 % des voix, devant les conservateurs, qui sont tombés à un niveau historiquement bas avec 24,1 %.

L'accord doit encore être ratifié par les trois partis ; les sociaux-démocrates et les libéraux prévoient de le faire lors de leurs congrès respectifs le premier week-end de décembre, tandis que les Verts consulteront leur base.

Il est prévu que le candidat social-démocrate, vice-chancelier et ministre des finances sortant, accède à la chancellerie dans la semaine du 6 décembre.

Parlamento Alemania

Les négociations ont débuté le 28 septembre lors d'une réunion entre les dirigeants des Verts et des Libéraux - partenaires juniors du futur gouvernement de coalition - qui a ensuite été immortalisée par un selfie montrant les Verts Annalena Baerbock et Robert Habeck et les Libéraux Christian Lindner et Volker Wissing. Les Verts et les libéraux du FDP avaient obtenu 14,8 % et 11,5 % des voix.

La première réunion entre les Verts et les libéraux a été interprétée comme une tentative de trouver un terrain d'entente et d'éviter une situation comme en 2017, lorsque, après des semaines de pourparlers, le FDP a rompu les négociations avec les Verts et les conservateurs.