PUBLICIDAD

Iberdrola

Des experts réunis par le Club des exportateurs analysent les conséquences de la guerre en Ukraine pour les entreprises espagnoles internationalisées

15 000 entreprises ont été directement touchées par l'invasion russe en Ukraine
Antonio Bonet

 -   Antonio Bonet, président du Club des exportateurs

Le Club des exportateurs et investisseurs espagnols, en collaboration avec le cabinet de conseil Iberglobal, a réuni différents experts du commerce extérieur et de la diplomatie dans un séminaire en ligne dans le but d'analyser les conséquences de la guerre en Ukraine pour les entreprises espagnoles opérant à l'étranger.

La séance, animée par Antonio Bonet, président du Club des exportateurs, a vu la participation de Fernando Salazar, président de CESCE ; Alfonso Tena, directeur des relations institutionnelles d'Indra ; et José María Viñals, associé du cabinet Squire Patton Boogs spécialisé dans le commerce international et les sanctions.

Le président du CESCE a commencé son discours en évoquant les plus de 15 000 entreprises espagnoles qui opèrent en Ukraine, en Russie et en Biélorussie, et qui ont été directement touchées par le conflit. " Les entreprises espagnoles génèrent un volume annuel d'importations et d'exportations avec la Russie et l'Ukraine de plus de 10 000 millions d'euros ", a déclaré Salazar, qui s'est montré optimiste quant à la situation du reste des entreprises internationalisées qui n'opèrent pas dans ces territoires : " Pour le moment, nous ne constatons pas que nos entreprises ont des problèmes dérivés du conflit dans un autre pays ".

Alfonso Tena, d'Indra, a également exprimé ce point de vue, reconnaissant que son entreprise, qui n'opère pas en Russie et en Ukraine, ne connaît pas de problèmes autres que ceux générés par la perturbation de la chaîne d'approvisionnement qui, comme il l'a souligné, "était une situation qui s'était manifestée avant le début de l'invasion".

Le risque de sanctions pour les entreprises espagnoles

José María Viñals a axé son intervention sur l'analyse des effets que les sanctions internationales imposées à la Russie pourraient avoir sur les entreprises espagnoles. Viñals a recommandé aux entreprises de rester attentives aux nouvelles mesures réglementaires qui apparaissent chaque jour et d'être très claires quant à leurs risques par rapport à la Russie : "Les entreprises doivent être très conscientes du niveau de leurs relations avec la Russie et de la manière dont les sanctions peuvent affecter les relations contractuelles qu'elles ont précédemment établies avec des opérateurs russes ou provenant de pays sanctionnés".

À ce sujet, Fernando Salazar a souligné que les amendes imposées par les sanctions ne sont pas couvertes par les polices d'assurance souscrites par les entreprises. "Les assurances ne couvrent que les opérations antérieures au conflit qui ont été affectées par une sanction ultérieure sur le client", a-t-il précisé.

Antonio Bonet, presidente del Club de Exportadores
Antonio Bonet, président du Club des exportateurs

Viñals a également mis en garde : "Les entreprises doivent être particulièrement attentives à ne pas être utilisées pour trianguler leurs produits et à ce que, en fin de compte, elles fassent partie de la chaîne d'approvisionnement d'un produit final fabriqué dans l'un des pays sanctionnés". À cette fin, il a recommandé aux entreprises "d'établir des politiques de conformité et de diligence par le biais, par exemple, de clauses contractuelles qui empêchent leurs clients de mener ce type d'action".

Interrogé sur la possibilité que les États-Unis imposent des sanctions secondaires à la Russie qui pourraient affecter directement les entreprises espagnoles internationalisées, Viñals a exclu que, "pour le moment", celles-ci soient appliquées. Il a toutefois rappelé que "l'escalade du conflit continue de s'intensifier et que la clameur du Congrès américain est de plus en plus forte, de sorte que nous ne pouvons pas être sûrs qu'à l'avenir ce type de procédures ne sera pas utilisé".

Opportunités découlant du conflit

Les experts réunis par le Club des exportateurs et Iberglobal ont convenu que, malgré la situation compliquée, il est possible que diverses opportunités se présentent pour les entreprises espagnoles et pour les marchés internationaux en général.

Fernando Salazar, président du CESCE, s'est exprimé dans ce sens, soulignant que les événements de ces derniers mois ont servi à montrer "à quel point nous sommes interdépendants", ce qui servira à "raccourcir les chaînes de valeur et à se diversifier davantage". José María Viñals a ajouté que cette situation conduira à "des chaînes de valeur qui, bien que plus coûteuses, seront plus courtes".

D'autres opportunités signalées par les différents participants à la session sont liées à la promotion des énergies alternatives, qui découlent de la dépendance énergétique qui, une fois de plus, est devenue évidente avec cette invasion ; la diversification du commerce extérieur des entreprises, qui fera que les entreprises nationales ne se concentreront pas sur un seul marché ; " ou les opportunités pour différents secteurs qui découlent de l'augmentation des dépenses de défense récemment annoncées par le gouvernement espagnol, en accord avec le reste des pays qui nous entourent ", a souligné Alfonso Tena, d'Indra.