Dubaï conserve le Congrès international d'astronautique, mais ce sera en 2021

Le 71e congrès correspondant à 2020 est converti au format télématique et l'organisation de la 72e édition l'année prochaine déménage de Paris à Dubaï
Les participants au Congrès 2020 reconfiguré devront se contenter de voir et d'entendre l'administrateur de la NASA Jim Bridenstine sur l'écran de leurs appareils électroniques

PHOTO/IAF  -   Les participants au Congrès 2020 reconfiguré devront se contenter de voir et d'entendre l'administrateur de la NASA Jim Bridenstine sur l'écran de leurs appareils électroniques

En raison de la pandémie du coronavirus COVID-19 et suite à l'accord du 11 avril de la Fédération internationale d'astronautique - IAF - « de ne pas tenir le 71e Congrès international d'astronautique à Dubaï en 2020 et de le reporter » au-delà d'octobre, le Conseil d'administration de l'IAF a pris une décision digne de Salomon, qui semble satisfaire toutes les parties impliquées dans ce qui est le plus grand événement annuel de la communauté spatiale mondiale. 

Après deux longues semaines de consultations et de négociations ardues, l'IAF, présidée par l'Allemande Pascale Ehrenfreund, vient de confirmer que la ville de Dubaï ne restera pas sans accueillir un congrès international d'astronautique ou IAC. Dubaï a été choisie pour accueillir la 71e édition du Congrès en septembre 2017 et sera la première ville du monde arabe à accueillir un tel événement. 

La candidatura de Bakú para albergar el Congreso de 2022 logró superar las propuestas de Milán, Nueva Delhi, Rio de Janeiro y Singapur. Prevista del 26 al 30 de septiembre, ahora se retrasa sin fecha determinada
PHOTO/IAF - La candidature de Bakou pour accueillir le Congrès en 2022 a dépassé les propositions de Milan, New Delhi, Rio de Janeiro et Singapour. Prévue pour le 26-30 septembre, elle est maintenant reportée sans date fixe  

Mais elle n'aura pas lieu cette année mais en 2021, l'édition précédemment attribuée à Paris, coïncidant avec le 60ème anniversaire de la création du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), l'agence spatiale française. En conséquence, le 72e Congrès international d'astronautique ne se tiendra pas dans la capitale française du 27 septembre au 1er octobre comme prévu, mais à Dubaï du 25 au 29 octobre 2021. 

Cependant, Pascale Ehrenfreund et l'équipe de direction de l'IAF ont également convenu que 2020 ne pourrait pas se passer d'un événement spatial mondial majeur, offrant l'occasion de connaître et de suivre les dernières tendances et innovations de l'industrie spatiale. 

París debía acoger el Congreso de 2021, pero la IAF ha decidido que se desarrolle en Dubái, que a causa del coronavirus no puede asumir el evento el próximo mes de octubre
PHOTO/IAC2021-CNES - Paris devait accueillir le congrès de 2021, mais l'IAF a décidé de le tenir à Dubaï, qui, en raison du coronavirus, ne peut pas se charger de l'événement en octobre prochain  
Les congrès déjà affectés à Paris et à Bakou sont retardés 

Les décisions prises par la direction de l'IAF ont conduit à la modification de son calendrier d'événements majeurs pour les années à venir, qui étaient déjà en pleine phase d'organisation. Le principal problème auquel l'IAF est confrontée est que la décision sur le lieu des congrès de 2021 et 2022 avait déjà été prise il y a plusieurs années. La complexité de ces événements est prise en compte deux ou trois ans à l'avance, car il s'agit de forums auxquels participent entre 8 000 et 10 000 personnalités du secteur et qui comprennent des sessions plénières, de nombreuses conférences de haut niveau, des séminaires techniques et des présentations des dernières technologies appliquées ou en développement.  

Parmi les milliers de participants au congrès figurent de hautes autorités politiques, les dirigeants d'agences spatiales, de centres scientifiques et d'organisations internationales, ainsi que des scientifiques de renom, des cadres supérieurs du secteur spatial public et privé, et de nombreux ingénieurs et chercheurs de programmes.

Dubái fue elegida ciudad sede de la 71 edición del Congreso Internacional de Astronáutica en septiembre de 2017, durante el 68 Congreso celebrado en Adelaida (Australia)
PHOTO/WAM - Dubaï a été choisie comme ville hôte du 71e Congrès international d'astronautique en septembre 2017, lors du 68e Congrès qui s'est tenu à Adélaïde (Australie)

Non seulement le lieu et l'organisation du Congrès de Paris de 2021 étaient déjà établis, mais aussi celui de 2022 - le 73e CIA - qui devait se tenir à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, du 26 au 30 septembre. Le choix de Bakou avait été fait le 25 octobre 2019 à Washington, le site du 70e Congrès. Les autorités azerbaïdjanaises se sont battues avec acharnement et ont finalement remporté le concours avec les candidats de New Delhi, Singapour, Milan et Rio de Janeiro, villes désignées par les agences spatiales de l'Inde, de Singapour, de l'Italie et du Brésil.

Compte tenu de la situation et de l'évolution inconnue du COVID-19 et des restrictions que les gouvernements maintiendront à cause de celle-ci, Pascale Ehrenfreund assure prudemment que les congrès de Paris et de Bakou seront « reportés » et que les détails exacts seront communiqués « dans les prochaines semaines ».