PUBLICIDAD

Marruecos

En marge de tout : le sort désespéré des personnes déplacées dans le monde

Les citoyens de nombreux pays du monde souffrent en tant que réfugiés et personnes déplacées
refugiados-carrusel

AP/PANAGIOTIS BALASKAS  -   Sur cette photo d'archives du lundi 29 mars 2021, une femme tient un bébé dans le camp de réfugiés de Karatepe, sur l'île de Lesbos, dans la mer Égée orientale, en Grèce

La guerre ou les persécutions sont quelques-uns des problèmes auxquels sont confrontées les personnes déplacées 

L'objectif de ce document est de rendre visible une réalité dont on parle, mais pas assez, et, ce faisant, d'analyser les réglementations internationales et les solutions temporaires qui sont appliquées.  

Les migrants, les personnes déplacées à l'intérieur de leur pays ou les réfugiés et les apatrides se déplacent dans le monde entier en quittant leur terre natale, contraints par la guerre, la faim, la persécution politique individuelle ou collective, la pression sociale ou économique, le manque ou la rareté des ressources ou leur inexploitation, la menace d'atteintes à leur liberté ou à leur vie, et la discrimination fondée sur leur origine, leur race, leur sexe, leur couleur, leur âge ou leur religion. 

Dans cet environnement critique, le non-respect des droits de l'homme et des droits humanitaires est devenu une caractéristique de la société actuelle et un fait facilement toléré par l'humanité, ce qui peut arriver parce que le problème n'a pas été exposé ou n'a pas été traité de la bonne manière. 

reportaje-refugiados (2)
AFP/ISAAC GUZMAN - Des migrants se dirigeant dans une caravane vers les États-Unis marchent vers Mexico pour demander asile et refuge à Mapastepec, dans l'État du Chiapas, au Mexique, le 1er novembre 2021.
 Un monde troublé 

Il n'y a pas de région du monde qui ne soit pas touchée par un conflit quelconque qui génère des personnes déplacées.  

La situation actuelle en Afghanistan n'est pas spécifique à ce pays et, deuxièmement, elle a un impact sur le monde, car tout conflit armé qui se développe n'importe où sur la planète a un impact sur l'ensemble de l'humanité, que nous le voulions ou non.  

La guerre sous toutes ses formes est une décision humaine, tout comme la paix. 

Dès qu'un conflit politique ou économique surgit, les êtres humains choisissent de le résoudre par la guerre sous toutes ses formes. Des conflits armés au corps à corps dans les tranchées à la guerre froide, avec des méthodes anciennes ou modernes, de la confrontation d'adversaires sur un sol étranger aux méthodes sophistiquées d'aujourd'hui, comme l'utilisation de technologies automatisées ou la production de cyberattaques, ou ce que l'on appelle la nouvelle guerre froide ou la cyber-guerre

Rien n'est laissé au hasard par l'homme. Plus la méthode est moderne, moins elle est coûteuse et moins les soldats meurent.  

Pendant ce temps, ce sont les civils qui ne sont pas directement impliqués dans le conflit qui doivent en supporter les conséquences.  

La guerre en Afghanistan remonte aux années 1970 et a été menée par différentes parties, entraînant des déplacements internes et externes de la population.  

Les personnes déplacées à l'extérieur sont ce que l'on appelle des réfugiés, qui ont dû chercher asile dans des pays voisins comme le Pakistan, l'Inde ou l'Iran.  

reportaje-refugiados (4)
PHOTO/REUTERS -  Des Syriens portent leurs affaires alors qu'ils rentrent en Syrie au poste frontière syro-turc de Bab al-Hawa, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 23 septembre 2015.

Les personnes déplacées ou réfugiées deviennent souvent apatrides, car le déplacement ou les conflits dans leur pays leur font perdre leur propre nationalité.  

Ces personnes vivent en groupe, mais elles sont seules, à la dérive. Ces trois types de citoyens ont en commun de ne pas avoir un toit décent, de ne pas avoir d'éducation, de travail, de nourriture, de ne pas voir leurs droits reconnus.   

Dans un monde convulsé, où ce qui compte le plus est soi-même, ces personnes font partie d'un problème qui semble nous être étranger, mais la pandémie nous a appris que tout ce qui se passe dans ce monde a des répercussions sur nous. 

 Les personnes déplacées sont le problème de tous 

Une personne déplacée est une personne qui doit fuir sa ville à l'intérieur ou à l'extérieur de son pays, et lorsqu'elle le fait en dehors de son pays, elle devient un réfugié. On les distingue des migrants parce qu'un migrant est une personne qui arrive dans un pays autre que son lieu d'origine pour s'y installer de façon permanente ou temporaire, mais cela ne signifie pas "en soi" qu'elle fuit un conflit quelconque, et souvent les personnes qui migrent le font pour des raisons professionnelles.  

Les migrants (légaux ou illégaux) et les réfugiés ont traversé une frontière internationale, alors que les personnes déplacées n'en ont pas traversé et restent dans leur propre pays.   

Par leur façon de se déplacer, ils mettent leur propre vie et celle de leur famille en danger, causant des milliers de morts, immédiates ou indirectes. Ils le font parfois par voie terrestre, à pied ou par le biais de transports publics précaires ou en utilisant des moyens de transport privés ou appartenant à d'autres personnes.  

reportaje-refugiados (7)
REUTERS/LUISA GONZALEZ -  Des réfugiés vénézuéliens se rendent dans une école, où un abri temporaire a été installé, pour recevoir une assistance médicale et une aide humanitaire de la Croix-Rouge colombienne, à Arauquita, en Colombie, le 28 mars 2021.

Bien souvent, ils voyagent par voie d'eau à l'aide de bateaux de fortune ou de canots pneumatiques, comme c'est le cas des Cubains, des Haïtiens ou des Syriens.  

Récemment, nous avons vu des Afghans fuir dans des avions militaires, entrer et sortir de l'avion, comme cela s'est produit à l'aéroport de Kaboul lorsque les Talibans ont pris la capitale de l'Afghanistan.  

En bref, il s'agit d'une réalité qui se produit tous les jours et d'un problème dont on évite de parler, mais qui mérite des solutions définitives, immédiates et palliatives aux besoins que leur état crée. 

Gardons à l'esprit que les réfugiés ne sont pas les seuls à subir les conséquences du non-respect de leurs droits. S'ils sont la partie notoirement touchée, il est vrai que tous les acteurs impliqués en souffrent. De l'État qui est incapable de protéger ses citoyens et les oblige à migrer, c'est l'État qui subit les conséquences de son propre comportement. Cet État commence à vivre une situation de plaintes constantes de la part du reste de la population civile, et au fur et à mesure, il fait preuve d'une mauvaise gestion des ressources du peuple, et montre un manque de respect pour les droits de ses citoyens, toutes choses qui finissent par être rendues visibles par d'autres États et d'autres citoyens, actions qui lui donnent une empreinte particulière au moment de son projet de politique internationale.  

L'État qui accueille le migrant ou le réfugié fait également partie du conflit, car il doit mettre en œuvre des solutions efficaces pour les contenir, reconnaître leurs droits et promouvoir des moyens ou des mécanismes efficaces pour les mettre en pratique, car la simple énonciation de la loi n'est jamais suffisante. 

reportaje-refugiados (5)
PHOTO/Capt. Chris Herbert/U.S. Air Force via AP - Des citoyens afghans s'entassent dans un C-17 Globemaster III de l'US Air Force alors qu'ils sont transportés depuis l'aéroport international Hamid Karzai en Afghanistan.
 Les réfugiés dans le monde 

De nombreux pays produisent des réfugiés, et de nombreuses situations les encouragent, pas seulement la guerre, pas seulement l'Afghanistan. 

On estime à plus de 82,4 millions le nombre de personnes réfugiées dans le monde, dont plus de la moitié sont des enfants ou des adolescents de moins de 18 ans

Un exemple est le cas des réfugiés palestiniens qui, depuis 1948, ont été contraints de se déplacer à travers le territoire vers des zones rurales ou même de se réfugier dans des pays comme la Syrie, la Jordanie, le Liban, l'Égypte, la Colombie, le Chili ou l'Argentine, parce que les pays voisins ont été impliqués dans d'autres conflits qui ont à leur tour généré de nouvelles personnes déplacées et/ou de nouveaux réfugiés.  

On estime qu'il y a au moins 6,6 millions de réfugiés syriens dans le monde et au moins 6,7 millions de personnes déplacées, suite à ce conflit qui dure depuis 9 ans. La Turquie est l'un des principaux pays qui a déjà accueilli plus de 3 millions de Syriens, tout comme des pays tels que le Liban, la Jordanie et l'Égypte.  

Un autre exemple est le conflit somalien qui a ses origines depuis 1991, le conflit yéménite depuis 2015, le conflit irakien depuis 2013, le conflit turco-kurde lui-même depuis 1984, qui inclut également des pays comme le Liban et la Syrie, qui ont aussi leurs propres conflits internes et externes, comme le Liban depuis 2011 ; pour citer des conflits plus globaux qui produisent des réfugiés, des personnes déplacées et des migrants légaux et illégaux, le conflit dans le Golfe Persique depuis 2009, qui inclut des pays comme l'Iran, l'Irak et l'Arabie Saoudite. 

reportaje-refugiados (1)
AFP/YASUYOSHI CHIBA - Des personnes qui ont fui les violences dans la région éthiopienne du Tigré attendent de recevoir des injeras, des pains plats fermentés acides, dans leur cuisine, leur seul repas de la journée, à l'école secondaire May Weyni, qui accueille désormais 1 500 personnes déplacées dans un camp de déplacés, à Mekele, la capitale de la région du Tigré.

Pour en revenir à l'Afghanistan, il convient de noter qu'il compte plus de 2,8 millions de réfugiés dans le monde, dont beaucoup sont accueillis en Inde et au Pakistan, et que 2,9 millions d'autres sont déplacés à l'intérieur du pays. Un autre conflit bien connu et ancien est celui entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, qui remonte aux années 50, pour ne citer que certains conflits en Afrique, en Asie et en Europe.  

Dans le continent américain, le conflit cubain qui a débuté avec le coup d'État de 1952 et s'est approfondi avec la Révolution de 1959 jusqu'à aujourd'hui. Le conflit au Chiapas au Mexique depuis 1983, et au Venezuela, qui est plongé dans une profonde crise politique, sociale, économique et humanitaire depuis avant sa reconnaissance officielle en 2010.  

Sans aller plus loin, les dictatures latino-américaines des années 1970 ont généré des personnes déplacées et des réfugiés dans toutes les parties du monde.  

Dans le cas du peuple vénézuélien, il a été déplacé sur son propre territoire et aussi à l'étranger, en cherchant l'asile dans des pays comme la Colombie, le Brésil, le Pérou et l'Argentine. On estime qu'il y a au moins 5,4 millions de réfugiés et de migrants.  

Ces statistiques révèlent que les crises et les conflits se prolongent dans le temps, que leurs conséquences s'étendent et impliquent d'autres pays, et que ces conflits ne cessent de nécessiter des solutions urgentes, des efforts plus nombreux et meilleurs.  

Ils ne commencent pas et ne se terminent pas à un moment précis ; ils se développent en tandem avec de multiples événements.  

Cela a suscité l'attention des organisations internationales spécialisées dans les droits de l'homme et la création de nouvelles organisations et fondations pour faire face à ce problème difficile à prévenir. 

reportaje-refugiados (9)
AFP/ACHILLEAS ZAVALLIS - Sur cette photo d'archives prise le 23 août 2015, des réfugiés syriens arrivent sur les côtes de l'île de Lesbos, en Grèce, dans un canot pneumatique en provenance de Turquie.
Droits de l'homme et droits humanitaires 

Les fondements des droits de l'homme commencent nécessairement à être posés dans les conflits de guerre ou les crises politiques, sociales, économiques, culturelles ou raciales.  

Nous avons été témoins de révolutions, de crises et de guerres, et la nécessité de protéger les intérêts humains et de les transformer en actifs juridiquement protégés est devenue plus évidente.  

Dans le développement de ces conflits, les sociétés doivent faire face à des problèmes d'impunité, liés aux droits à la santé, à la liberté d'expression, et aux violations constantes des droits des femmes, des enfants, des adolescents et des personnes âgées. 

À cela, il faut ajouter les conflits qui surgissent entre les pays qui produisent des réfugiés et ceux qui les accueillent, comme dans le cas de la Turquie, de la Russie et de la Syrie. 

Les efforts des organisations internationales ou des fondations spécialisées ne suffisent pas à remédier au conflit sans la participation volontaire des États concernés.  

Les réfugiés ont besoin d'un État qui les accueille, d'un endroit où ils peuvent développer leur vie, renforcer leurs liens sociaux, s'instruire et s'éduquer, pouvoir manger, travailler, protéger leur santé et exercer leurs autres droits.  

Sans action positive, les déclarations de droits deviendront de simples déclarations ou des vœux pieux.  

Il existe des différences conceptuelles entre les droits de l'homme et les droits humanitaires, ainsi que des différences instrumentales, car les instruments juridiques qui les couvrent sont différents, mais cela ne signifie pas qu'ils s'excluent mutuellement. Si l'on veut appliquer le droit humanitaire, les droits de l'homme sont plus que jamais d'actualité et doivent donc également être pris en compte. 

reportaje-refugiados (8)
PHOTO/REUTERS - Des réfugiés vénézuéliens sont vus à l'intérieur d'un colisée où un camp temporaire a été installé, après avoir fui leur pays en raison des opérations militaires, à Arauquita, en Colombie, le 5 avril 2021.

Alors que le droit humanitaire vise à protéger les victimes en essayant de limiter les souffrances causées par les conflits, les droits de l'homme protègent la personne humaine et favorisent son plein épanouissement dans des situations de guerre ou de paix, ils ne cessent jamais de s'appliquer

Comme nous l'avons déjà dit, de nombreux réfugiés sont touchés par un conflit armé international ou non international. Dans ce cas, le droit des réfugiés est étroitement lié au droit humanitaire, et chaque fois qu'une guerre est impliquée, les Conventions de Genève de 1949 et les Protocoles additionnels de 1977 s'appliquent. La première Convention de Genève protège, en temps de guerre, les blessés et les malades des forces armées en campagne, tandis que la deuxième Convention de Genève protège, en temps de guerre, les blessés, les malades et les naufragés des forces armées en mer. 

La troisième convention de Genève s'applique aux prisonniers de guerre et la quatrième convention de Genève protège les civils, y compris dans les territoires occupés

Parmi les dispositions relatives aux migrants, aux réfugiés et aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, la Convention de 1990 sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille, qui met l'accent sur la notion de "travailleur migrant" en l'étendant à toute personne qui va se produire, ou a exercé une activité rémunérée dans un État dont il n'est pas ressortissant, y compris la catégorie de "travailleur frontalier" en tant que travailleur migrant qui conserve sa résidence habituelle dans un État voisin, où il retourne normalement chaque jour ou au moins une fois par semaine pour exercer son activité professionnelle. 

L'article 7 de cette Convention indique clairement qu'elle promeut le respect des droits de l'homme lorsqu'il stipule que les États parties s'engagent, conformément aux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, à respecter et à garantir à tous les travailleurs migrants et aux membres de leur famille se trouvant sur leur territoire ou relevant de leur juridiction les droits prévus par la Convention en favorisant l'égalité de traitement, sans distinction aucune, notamment de sexe, de race, de couleur, de langue, de religion ou de conviction, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale, ethnique ou sociale, de nationalité, d'âge, de condition économique, de fortune, d'état civil, de naissance ou de toute autre situation et, dans son article 8, il parle clairement des droits de l'homme des travailleurs migrants et des membres de leur famille.  

reportaje-refugiados (6)
AFP/LOUISA GOULIAMAKI - Une femme se tient dans la partie "jungle" de l'ancien RIC (Centre de réception et d'identification) de Samos dans la ville de Vathy, sur l'île de Samos, le 19 septembre 2021.

Parmi les instruments spécifiques, citons la Convention de l'Union africaine de 2009 sur la protection et l'assistance aux personnes déplacées en Afrique, la Convention européenne relative au statut juridique du travailleur migrant, la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, qui constitue le fondement du droit international des réfugiés, et qui définit un "réfugié".  

D'autre part, le Protocole de 1967 relatif au statut des réfugiés, qui est un instrument distinct de la Convention de 1951, couvre trois points centraux à prendre en considération : d'une part, les obligations des États, y compris l'obligation de coopérer avec les organisations internationales telles que le HCR, et de faciliter la tâche de contrôle de l'application de la Convention, d'autre part. 

La Déclaration de Carthagène de 1984, qui a eu lieu à Carthagène (Colombie) lors d'une conférence réunissant des représentants gouvernementaux et d'éminents juristes latino-américains pour discuter de la protection internationale des réfugiés dans la région, et qui a finalement adopté la Convention de l'OUA sur les réfugiés en septembre 2001, s'applique également. La Déclaration recommande que la définition du réfugié soit élargie pour inclure les personnes qui fuient leur pays d'origine "parce que leur vie, leur sécurité ou leur liberté ont été menacées par une violence généralisée, une agression étrangère, des troubles intérieurs, une violation massive des droits de l'homme ou d'autres circonstances qui ont gravement troublé l'ordre public". 

La déclaration de 1967 sur l'asile territorial, adoptée lors de l'Assemblée générale des Nations unies de cette année-là, qui rappelle que l'octroi de l'asile "est un acte pacifique et humanitaire et, en tant que tel, ne peut être considéré comme inamical par aucun autre État" et précise en outre qu'il appartient à l'État qui accorde l'asile de qualifier les motifs de l'asile.  

Bien que le droit international n'ait pas défini spécifiquement l'institut de l'asile, celui-ci est lié à la protection qu'un pays offre à un réfugié sur son territoire.  

Enfin, il convient de noter que les conventions internationales relatives aux droits de l'homme font partie du catalogue normatif applicable aux migrants, aux personnes déplacées, aux réfugiés et aux apatrides. 

reportaje-refugiados (3)
AP/NARIMAN EL-MOFTY - Des réfugiés du Tigré arrivent sur les rives de la rivière Tekeze, à la frontière entre le Soudan et l'Éthiopie, à Hamdayet, dans l'est du Soudan, le 2 décembre 2020.
Quelques solutions appliquées jusqu'à présent  

Les réfugiés doivent bénéficier d'un ensemble de droits fondamentaux qui leur sont accordés en tant que personnes, garantis par le droit international des droits de l'homme et le droit national, ainsi que de droits spécifiques liés au statut de réfugié.  

Ainsi, en ce qui concerne les directives sur le traitement des réfugiés et des personnes déplacées, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants joue un rôle central. Cette convention confère une protection contre le refoulement d'une personne vers un pays où il y a des motifs sérieux de croire qu'elle risque d'être soumise à la torture et n'exige pas, comme le fait la Convention de 1951, que la protection soit liée à la crainte de persécution en raison de la race, de la religion, de la nationalité, de l'appartenance à un certain groupe social ou des opinions politiques.  

D'autre part, il est également prépondérant l'application de la Convention relative aux droits de l'enfant, à laquelle presque tous les États du monde sont parties, et qui s'applique à tous les enfants sans discrimination, y compris les enfants réfugiés et demandeurs d'asile, qui détermine que tout enfant cherchant à obtenir le statut de réfugié doit bénéficier d'une protection et d'une assistance humanitaire dans la jouissance des droits énoncés dans cette Convention et dans les autres traités auxquels l'État est partie. 

L'asile est l'un des instituts applicables par excellence puisque "en cas de persécution, toute personne a le droit de demander et de bénéficier de l'asile dans tout pays". Cela signifie, à tout le moins, une protection de base contre l'expulsion ou le refoulement lorsque la vie ou la liberté est menacée. 

Le rapatriement, volontaire ou forcé, est devenu l'une des mesures les plus couramment appliquées.  

Par exemple, en 2017, les États-Unis ont rapatrié plus de 1700 Cubains, en 2020 environ 49 Cubains ont été rapatriés, et jusqu'à présent en 2021, plus de 800 ont été rapatriés. 

reportaje-refugiados
AP/NARIMAN EL-MOFTY - Refugiados de Tigray que huyeron del conflicto en la región etíope de Tigray viajan en un autobús hacia el refugio temporal Village 8, cerca de la frontera entre Sudán y Etiopía, en Hamdayet, Sudán oriental, el 1 de diciembre de 2020
 Conclusion 

Les déplacements internes ou externes se sont amplifiés et mettent à l'épreuve les systèmes internationaux de droits de l'homme et d'aide humanitaire.  

Les statistiques actuelles indiquent que les déplacements vont augmenter et que la solution du rapatriement va s'accroître.  

Les politiques des agences internationales telles que le HCR, bien qu'isolées, ne seront pas efficaces si les États dans leur ensemble ne prennent pas la responsabilité de protéger les citoyens du monde.  

Il faut considérer que le droit humanitaire n'exclut pas l'application des droits de l'homme, ainsi la plupart des droits essentiels à la protection des réfugiés coïncident avec les droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, et il sera essentiel que le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité des personnes déplacées soit reconnu, à la liberté et à la sécurité de la personne, le droit de chercher et de bénéficier de l'asile, la garantie contre la torture, les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, contre l'esclavage et la servitude, la garantie contre les arrestations et détentions arbitraires, la garantie de la vie privée et de l'intimité contre les immixtions arbitraires dans la vie privée, la famille et le domicile. La liberté d'opinion et d'expression, le droit à l'éducation et à la participation à la vie culturelle de la communauté doivent être reconnus.  

Le principe de non-refoulement doit être intégré dans la législation nationale de chaque pays.  

Il est important d'adhérer aux conventions, traités et protocoles, mais il sera encore plus important de changer l'état d'esprit qui consiste à limiter la protection à ses ressortissants. Nous sommes tous des citoyens du monde et nous méritons d'être traités avec le même respect. 

Bibliographie consultée 

https://fundacionacnur.org

https://www.right-to-education.org/es

https://www.cubaencuentro.com/cuba/noticias/cifra-record-de-repatriados-segun-cuba-329827

https://www.worldvision.org/refugees-news-stories/forced-to-flee-top-countries-refugees-coming-from

https://www.amnesty.org/en/what-we-do/refugees-asylum-seekers-and-migrants/global-refugee-crisis-statistics-and-facts/

https://www.unhcr.org/refugee-statistics/

https://www.amnesty.org/es/location/africa/east-africa-the-horn-and-great-lakes/djibouti/asia-and-the-pacific/south-asia/afghanistan/report-afghanistan/

https://www.amnesty.org/en/what-we-do/refugees-asylum-seekers-and-migrants/global-refugee-crisis-statistics-and-facts/

Mariel Suárez Juge pénal, experte en droits numériques, triple magistère en cybercriminalité et cybersécurité et experte en criminalistique informatique, conférencière invitée dans des universités étrangères, auteur de plusieurs publications et contributrice à  Sec2Crime.