PUBLICIDAD

Iberdrola

Erdogan et Guterres se rendent en Ukraine dans le cadre du processus de déblocage des céréales

Les préoccupations concernant la centrale nucléaire de Zaporiyia seront également un sujet important lors de la rencontre entre António Guterres et le président Volodímir Zelenski
guterres-onu-visita-ucrania-zelenski

REUTERS/GLEB GARANICH  -   Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, visite la ville de Borodianka, alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 28 avril 2022

Une lueur d'espoir. C'est ainsi que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a décrit l'accord conclu à Istanbul pour garantir l'exportation en toute sécurité de denrées alimentaires ukrainiennes à travers la mer Noire. Ces denrées étaient stockées en Ukraine depuis le début de l'invasion russe. Cependant, pour les promoteurs de ce pacte, la Turquie et l'ONU, ce n'est pas suffisant.

Guterres a annoncé que cette semaine, probablement jeudi, il rencontrera en Ukraine le président Volodymir Zelenski et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, pour discuter de différents aspects, des solutions possibles au conflit et du mécanisme établi pour exporter des céréales depuis le territoire ukrainien lors d'un sommet trilatéral. Ils aborderont cette question dans le port d'Odessa, l'un des trois points de départ du grain, après une brève escale à Lviv.

L'accord sur les céréales ukrainiennes est actuellement au cœur des négociations. Le Secrétaire général des Nations unies lui-même se rendra ensuite à Istanbul pour visiter le Centre commun de coordination (CCC), qui supervise le respect de l'accord.

guterres-onu-visita-ucrania-zelenski
REUTERS/GLEB GARANICH - Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, visite la ville d'Irpin, alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 28 avril 2022.
Les céréales comme frein à la famine en Afrique

Depuis que le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, et le ministre ukrainien des Infrastructures, Oleksander Kubrakov, ont signé l'accord au palais Domabahçe d'Istanbul, 17 navires ont été affrétés pour transporter des céréales et des engrais au cours des dernières semaines.

Le dernier en date était celui qui quittait le port de Pivdennii avec environ 23 000 tonnes de céréales à destination de Djibouti pour être distribuées dans toute la Corne de l'Afrique, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). "Le ministère des Infrastructures et les Nations unies travaillent actuellement sur les moyens d'accroître l'approvisionnement alimentaire des secteurs socialement vulnérables de la population africaine", a déclaré le PAM dans un communiqué. 

Cet envoi contribuera à atténuer la famine et la sécheresse qui sévissent dans une grande partie de l'Éthiopie, de la Somalie, du Kenya, du Soudan et du Sud-Soudan. Selon le directeur exécutif du PAM, David Beasley, "l'ouverture des ports de la mer Noire est la chose la plus importante que nous puissions faire actuellement pour aider les personnes souffrant de la faim dans le monde".

encuentro-ucrania-rusia-turquia-exportacion-ONU-grano
AFP/BUREAU DE PRESSE DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE TURC - Cette photo prise et publiée le 13 juillet 2022 par le bureau de presse du ministère turc de la Défense montre les délégations militaires des Nations unies (ONU), de la Turquie, de l'Ukraine et de la Russie lors de leur réunion quadripartite à Istanbul
Zaporiyia, l'autre appel à la stabilisation de l'ONU

L'accord sur les céréales ne signifie pas une baisse des tensions. Alors que l'annonce de la visite de Guterres et d'Erdogan à Kiev est en cours, les autorités ukrainiennes dénoncent une cyberattaque "sans précédent" contre le site web de son agence pour l'énergie nucléaire, Energoatom, au moment où la centrale nucléaire de Zaporiyia connaît elle aussi l'un de ses moments les plus critiques en raison des craintes d'une fuite radioactive, résultat des récentes attaques contre l'installation.

La communauté internationale exige la fin de ces attaques, tandis que l'ONU demande la démilitarisation de Zaporiyia par crainte d'une catastrophe nucléaire. La centrale, la plus grande d'Europe, est occupée par les troupes russes depuis mars, mais exploitée par des employés de l'entreprise publique ukrainienne Energoatom, qui affirment travailler sous la menace des armes.

"L'installation ne doit pas être utilisée dans le cadre d'une opération militaire. Au contraire, un accord urgent est nécessaire au niveau technique sur un périmètre démilitarisé pour assurer la sécurité de la zone", a déclaré António Guterres dans un communiqué. Une demande qu'il est susceptible de réitérer lors de sa rencontre avec Zelenski. 

ataque-central-nuclear-zaporiyia-ucrania-rusia
CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPORIYIA VIA YOUTUBE/VIA REUTERS - Photo d'archive. Une caméra de surveillance montre une fusée éclairante atterrissant à la centrale nucléaire de Zaporiyia lors d'un bombardement à Enerhodar, dans l'oblast de Zaporiyia, en Ukraine, le 4 mars 2022, dans cette capture d'écran d'une vidéo obtenue des médias sociaux

Dans ce sens, l'ONU a annoncé qu'elle était prête à envoyer des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour analyser la sécurité de la centrale si l'Ukraine et la Russie sont d'accord. Ces demandes de sécurité à Zaporiyia ont été soulignées par les États-Unis et par le président français, Emmanuel Macron, qui a établi une conversation téléphonique avec Zelenski mardi et à l'issue de laquelle il a mis en garde contre le risque de présence et d'actions russes dans les installations nucléaires, dont il a demandé le retrait, selon un communiqué de l'Élysée. 

La visite surprise en Ukraine de l'ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et de l'ancien président colombien et lauréat du prix Nobel de la paix José Manuel Santos s'inscrit également dans ce contexte. Tous deux ont visité des villes telles que Buca, théâtre de crimes de guerre russes.