PUBLICIDAD

Iberdrola

Gouvernement d'unité au Sud-Soudan : une option, trop de risques

La guerre fratricide dans le pays a fait plus de 400.000 morts et cinq millions de déplacés
: Le président du Sud-Soudan Salva Kiir Mayardit, à droite, et Riek Machar, à gauche, se saluent après la cérémonie de prestation de serment à Juba, au Sud-Soudan, le 22 février 2020

PHOTO/AP  -   Le président du Sud-Soudan Salva Kiir Mayardit, à droite, et Riek Machar, à gauche, se saluent après la cérémonie de prestation de serment à Juba, au Sud-Soudan, le 22 février 2020

Le 22 février, alors que l'échéance approchait, les deux dirigeants - et éternels ennemis - du Sud-Soudan, Salva Kiir et Riek Machar, ont convenu de former un gouvernement de transition d'unité nationale. C'était déjà la troisième tentative - depuis la signature de l'accord de paix de 2018 - de mettre fin à une guerre fratricide sanglante qui, après six ans, a fait plus de 400 000 morts, cinq millions de personnes sans défense ont fui leurs foyers pour vivre à l'intérieur et à l'extérieur de leurs frontières, et la majorité de la population - six millions de Sud-Soudanais - se trouve dans des conditions d'extrême pauvreté et de famine insupportable, selon les Nations unies (ONU).

Mais cette fois, la pression internationale - menée par les Nations unies, l'Union africaine, l'initiative régionale de l'IGAD et la soi-disant troïka (Grande-Bretagne, États-Unis et Norvège), ainsi que la médiation du Premier ministre éthiopien Abiy - a réussi à briser la lutte constante pour le pouvoir et le contrôle des ressources entre le président Kiir et le vice-président Machar, aujourd'hui réintégré. Une lutte politique et violente - également personnelle - dans laquelle tous deux sont engagés depuis l'indépendance nationale en 2011, indépendamment de l'énorme drame humain qu'ils ont causé : « Pensez à votre peuple, respectez votre peuple - a demandé le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres début février en Ethiopie - vous n'avez pas le droit de poursuivre la confrontation alors que votre peuple souffre tant ».

Cependant, sans rejeter la constitution de ce gouvernement de « conciliation » obligatoire, il reste de nombreux défis complexes, presque autant que les dangers que cette initiative comporte. Il reste de profondes blessures à guérir - politiques, économiques et sociales - pour surmonter un conflit qui a éclaté en décembre 2013. A cette époque, les deux plus hautes autorités nationales : Salva Kiir - de l'ethnie Dinka - et Riek Machar - leader des Nuer - ont démontré une fois de plus que la violence était leur seul recours pour résoudre leurs différends. Le président Kiir a accusé le vice-président Machar d'avoir mené un coup d'État et, en conséquence directe, une lutte armée et une rivalité ethnique ont éclaté à Juba. Bientôt, la bagarre dans la capitale se répandit avec une extrême virulence sur tout le territoire, en particulier - et ce n'est pas un hasard - dans les États du nord et du pétrole du Sud-Soudan : Jonglei, Nil supérieur et Unité. Face à l'effondrement violent du pays le plus jeune et le plus pauvre du monde, toutes les initiatives internationales ont échoué dans leur tentative d'arrêter les affrontements entre l'ancienne Armée/Mouvement de libération du Soudan (SLPA/M) rebelle - maintenant reconvertie en Armée du Sud-Soudan - et les forces loyales à Machar, appelées le SPLA/M dans l'opposition (SPLA-IO).
 

Mapa

L'accord de 2018 : un consensus imparfait pour la paix 

Enfin, en septembre 2018, Kiir et Machar ont signé leur douzième pacte pour pacifier le pays : l'Accord revitalisé pour la résolution des conflits en République du Sud-Soudan. À Addis-Abeba, et sous la prémisse d'une cessation immédiate des hostilités, ils se sont engagés à former un gouvernement de transition dans les huit mois, qui devait conduire le pays à des élections démocratiques dans les trois ans. En outre, et comme condition préalable au rétablissement d'une gouvernance commune, ils ont convenu de créer une armée nationale - précédée du cantonnement et de la formation de toutes les forces rebelles, ou de leur réintégration dans la société - et de résoudre la question de la délimitation interne du Sud-Soudan : une division administrative que Riek Machar, afin de garantir la suprématie de son groupe ethnique Dinka sur l'ensemble du territoire souverain, avait divisée en 32 États fédéraux, les dix existant après l'indépendance en 2011. Enfin, la protection des deux dirigeants à Juba devait être assurée par une force commune, ce qui montre leur méfiance mutuelle.

Malgré l'accord, le profond clivage entre les deux parties a retardé la constitution du gouvernement d'une longue année, la délimitation administrative du territoire devenant la principale pierre d'achoppement des négociations. Ce n'est que le 16 février que Salva Kiir cède aux exigences de l'opposition politique et armée de retourner dans les dix États, mais il prévoit la création de trois « zones administratives » dans le nord du pays, qui sont sous le feu des partisans de Machar. Parmi ces régions, la plus controversée est la région pétrolière de Ruweng, revendiquée par les Dinka et les Nuer, dont la richesse pétrolière - fondement de la corruption endémique de l'État - fournit la majeure partie des revenus financiers aux caisses épuisées du Sud-Soudan. Aujourd'hui, le gouvernement inégal déjà en place - 34 ministres : 20 de la SLPA/M de Kiir, neuf de la SLPA/M-IO de Machar et cinq des autres partis d'opposition - a décidé de reporter cette épineuse question qui, si elle n'est pas résolue rapidement, pourrait conduire à une reprise rapide du conflit. Pour l'instant, ils n'ont pas encore nommé les autorités locales, ni décidé qui gouvernera finalement les États pétroliers du Nil supérieur, du Jonglei et de l'Unité.  

Sur le terrain, la sécurité reste absente dans une grande partie du territoire et les groupes armés - dont certains échappent au contrôle des dirigeants nationaux - menacent directement la réalisation d'un processus politique pacifique, tout comme la violence intercommunautaire généralisée et croissante. Pour y parvenir, il est urgent de s'atteler à l'intégration des forces gouvernementales de Kiir et des milices rebelles de Machar en une seule armée nationale (83 000 hommes) dans un délai de huit mois : un défi complexe après tant d'années à s'entretuer et - selon un récent rapport des Nations unies - à massacrer sans merci une population sans défense, à recruter des enfants soldats ou à violer des femmes et des filles.  

Soldados de las Fuerzas de Defensa Popular del Sur de Sudán (SSPDF), la Alianza de Oposición del Sur de Sudán (SSOA) y el Movimiento de Liberación Popular del Sudán en la Oposición (SPLM-IO) se reúnen en el lugar de entrenamiento de la fuerza conjunta
REUTERS/ANDREEA CAMPEANU - Des soldats des Forces de défense populaires du Sud-Soudan (SSPDF), de l'Alliance de l'opposition du Sud-Soudan (SSOA) et du Mouvement populaire de libération du Soudan dans l'opposition (SPLM-IO) se rencontrent sur le site d'entraînement des forces conjointes

Toutefois, l'accord de 2018, contrairement aux précédents, ne prévoit pas de mécanismes de responsabilité suffisants pour tous ces criminels, ni de dispositions claires en matière de désarmement ou de programme solide de démobilisation des milices. En raison de toutes ces lacunes, il n'existe actuellement aucune « feuille de route » pour faire taire les armes qui, malgré l'embargo de l'ONU de 2018, continuent d'entrer dans le pays sans contrôle ; et la seule chose sur laquelle les deux dirigeants nationaux se sont mis d'accord est le déploiement de milliers de soldats du SPLM dans la capitale Juba pour sauvegarder leur propre intégrité.  

Enfin, et c'est l'objectif le plus complexe de tout le processus, le gouvernement d'unité doit organiser des élections libres et démocratiques soixante jours avant la fin de la période de transition de trois ans. Des millions de Sud-Soudanais, qui n'ont jamais bénéficié du moindre signe de bonne gouvernance et de réconciliation sociale, avec un très faible niveau d'éducation et vivant dans une pauvreté abjecte, même s'ils vivent sur d'énormes réserves de pétrole, doivent participer à cet appel. De plus, il n'existe aucune structure de la société civile - et aucune diaspora prête et désireuse de coopérer - qui puisse défier les pouvoirs dominants et despotiques qui ont outragé le pays depuis bien avant son indépendance.  

Pourtant, en si peu de temps, il est extrêmement difficile d'organiser un secteur de la sécurité commun et efficace, de consolider les institutions de l'État et un régime fédéral et, en même temps, d'organiser un processus électoral pacifique et fiable. Il ne fait aucun doute que la coopération internationale - à condition que la volonté des dirigeants nationaux soit présente - sera décisive pour y parvenir.

Un personal médico atiende a un niño desnutrido en un hospital de Médicos Sin Fronteras (MSF) en un campo de desplazados internos dentro de la base de la ONU en Malakal
REUTERS/ANDREEA CAMPEANU - Le personnel médical traite un enfant mal nourri dans un hôpital de Médecins Sans Frontières (MSF) dans un camp de personnes déplacées à l'intérieur de la base des Nations Unies à Malakal
L'avenir incertain du Sud-Soudan 

Le nouveau gouvernement d'union nationale a commencé son travail, mais les défis qu'il doit relever sont trop nombreux et les risques indéniables pour la paix, d'autant plus que l'impunité totale continue de se répandre dans tout le pays. Espérer que le président Kiir et le vice-président Machar - deux rebelles devenus des leaders politiques violents - puissent mener une transformation nationale massive est trop demander à la population du Sud-Soudan. Cependant, et malheureusement, il n'y a pas d'autre option.  

Il est donc temps maintenant de renforcer la coopération - notamment par la présence d'une force internationale d'imposition de la paix forte - et la pression de tous les acteurs extérieurs ; et sous la menace constante de sanctions économiques et même pénales, et sans aucune ingérence intéressée de la part des pays voisins. C'est seulement ainsi que la communauté internationale tout entière peut devenir le véritable et nécessaire garant de la paix nationale. Si cette occasion est manquée, il n'y aura que l'anarchie totale et des millions de vies détruites : une situation épouvantable pour tous ceux qui, après l'indépendance nationale en 2011, ont imaginé un avenir stable et prospère pour le Sud-Soudan.