PUBLICIDAD

Iberdrola

Gustavo de Arístegui : "Poutine ne va pas laisser tomber son régime"

Le diplomate espagnol s'est exprimé dans les micros de l'émission "De cara al mundo" et a analysé divers aspects de l'actualité internationale, notamment l'invasion russe en Ukraine
gustavo-de-arístegui-portada

 -   Gustavo de Arístegui

Dans la dernière édition de "De Cara al Mundo", sur Onda Madrid, nous avons eu la participation de Gustavo de Arístegui, diplomate et analyste international, qui a passé en revue l'actualité internationale, en mettant l'accent sur l'invasion russe en Ukraine.

Peut-on penser que Poutine reconnaît enfin qu'il est en guerre, et non dans une opération spéciale, et que, de plus, il est en train de perdre la guerre et mobilise donc les jeunes Russes dans l'armée ?

Il semble assez clair que l'aide militaire de nombreux pays occidentaux commence à avoir un effet notable sur le conflit. Par exemple, avec les missiles américains, les Ukrainiens ne disent plus combien ils en ont parce que c'est un secret de guerre, car les révéler permettrait aux Russes de calculer plus ou moins où ils sont. La formation des troupes ukrainiennes dans différentes parties du monde, telles que le Royaume-Uni, l'Allemagne, les États-Unis, la Pologne, etc. est également importante. Le Royaume-Uni a accordé à lui seul une aide militaire de près de 3 milliards de livres à l'Ukraine. Il faut aussi se rappeler une chose qui semble toujours nous échapper dans cette guerre, c'est que cette guerre n'a pas commencé cette année, l'Ukraine est en guerre depuis 2014, à Lougansk, à Donetsk, en Crimée et la stratégie suivie par le ministère de la Défense ukrainien est extraordinairement intelligente, faisant tourner toutes ses troupes dans toutes les zones du conflit, ce n'étaient pas des unités stationnaires donc, elles avaient une connaissance très profonde de toutes les conditions de guerre possibles, ce n'étaient pas des troupes locales, mais mobiles. Ce fait a eu pour conséquence que lorsque les Russes ont envahi l'Ukraine, ils ont été confrontés à des soldats ayant 8 à 9 ans d'expérience de la guerre et qui étaient très en avance sur eux dans les aspects tactiques et même stratégiques. Certains des plus grands échecs de la Russie ont été non seulement le manque de motivation des troupes russes, avec des soldats enrôlés de force et maintenant beaucoup plus, mais aussi le fait que les généraux russes ont été dépassés par leurs homologues ukrainiens. En fait, nous avons vu comment des officiers relativement subalternes, des capitaines et des commandants ont pu faire plier les bras des colonels des forces spéciales russes, et comment les forces spéciales ukrainiennes ont eu des confrontations directes avec les forces spéciales russes et ont également fait plier leurs bras.

Ce qui m'inquiète le plus dans tout cela, c'est que plus nous nous rapprochons de la défaite russe, plus nous nous rapprochons de l'utilisation des armes nucléaires, Poutine ne va pas permettre à son régime de tomber ou à quiconque de se soulever contre lui, ni du côté libéral ni du côté totalitaire d'extrême droite. Si, à un moment donné, il avait le sentiment que la guerre était perdue ou qu'il se trouvait dans une situation totalement désespérée, il utiliserait des armes nucléaires tactiques, ce qui, comme l'a dit le président Joe Biden, changerait complètement le concept de guerre au XXIe siècle. Les avertissements sont de peu d'utilité si la menace reste latente. Comprenons que, dans ce scénario de guerre, les armes nucléaires tactiques signifient que Poutine pourrait être tenté d'utiliser des dispositifs nucléaires tactiques pour éliminer des unités entières de l'armée ukrainienne. Évidemment, imaginez éliminer une brigade ou une division, selon l'étendue de la division, mais, même s'il s'agissait d'un régiment, s'ils éliminent trois ou quatre régiments d'un coup, le sens de la guerre commencerait à s'inverser.  Ce qui serait terrible, c'est la situation dans ces zones, même si les armes sont de faible radioactivité, nous serions confrontés à un scénario de contamination radioactive qui durerait des décennies.

Gustavo de Arístegui

Cela lui donnerait en effet une autre dimension. Il faut expliquer que ces armes nucléaires tactiques ont un effet limité. En théorie, l'OTAN ne dispose pas de telles armes, mais elle dispose d'armes nucléaires stratégiques à longue portée avec les États-Unis, le Royaume-Uni ou la France, bien que la simple utilisation d'armes nucléaires porterait le conflit à un niveau très dangereux.

Le problème est que l'on sait comment l'escalade commence, mais jamais comment elle se termine. Nous sommes plus proches d'une escalade de la guerre sans précédent dans l'humanité que nous ne l'étions de la crise des missiles de Cuba en 1962. J'ai écouté le discours de M. Guterres, secrétaire général des Nations unies, qui m'a paru conforme à la réalité, mais il nous signale l'inopérabilité complète et totale du système des Nations unies dans ces scénarios du XXIe siècle. 

Les référendums convoqués par les autorités locales de Donetsk, Lougansk et Kherson sont une tactique de plus utilisée par Poutine pour légitimer l'adhésion de ces territoires ukrainiens et même pour utiliser la force pour défendre la Russie afin de justifier la mobilisation partielle des troupes qu'il a décrétée.

Je pense que l'appel aux référendums a une multitude d'objectifs qui ne peuvent être décrits que comme machiavéliques. C'est une initiative plutôt intelligente de la part de Poutine, car elle donnera en effet l'impression d'une petite victoire aux yeux de son opinion publique meurtrie, puisque dans un pays où l'opinion publique est totalement dominée comme c'est le cas de la Fédération de Russie, il y a un groupe avec un certain malaise et un certain mécontentement dans l'opinion publique, et cela devient de moins en moins dissimulable. D'autre part, il y a aussi la mise à l'index de ceux qui ne votent pas en faveur de l'annexion de ces territoires à la Russie, car on peut imaginer que dans une démocratie le vote est secret, mais dans ce cas, il ne l'est pas dans des territoires complètement dominés par les forces d'occupation russes et leurs services de renseignement. En conséquence, tout Ukrainien non russe serait surveillé, maltraité, harcelé, détenu, torturé, n'importe quoi. Cela pourrait également être utilisé pour essayer de découvrir les éléments de résistance cachée, dont nous savons qu'ils existent dans différentes parties des territoires occupés par la Russie, une résistance passive, non pas comme celle que nous avons connue tout au long de la Seconde Guerre mondiale, mais une résistance passive de sabotage et de traînage des pieds dans l'exécution des ordres imposés par la Russie, bref, il y a beaucoup de choses. Le dernier des éléments, à mon avis, qui a conduit Poutine à prendre cette décision est qu'il n'a plus de temps et peut-être que dans très peu de temps ces territoires seront reconquis, si avant cette reconquête ils ont réussi à annexer ces territoires ils pourront dire qu'il y a une agression contre le territoire russe, Par conséquent, la guerre aura changé à ce moment-là, car ce n'est pas la même chose pour les forces ukrainiennes d'expulser l'envahisseur de leur territoire que d'envahir et de tenter de reconquérir un territoire qui, à la suite d'un référendum illégal et manipulé, est considéré comme faisant partie de la Russie.

Gustavo de Arístegui

Pensez-vous que la Chine ou l'Inde puissent d'une manière ou d'une autre conditionner Poutine ? En public, nous avons vu comment ils ont montré certaines divergences, mais en privé, ils pourraient être intéressés par ce que fait Poutine. 

En ce qui concerne l'Inde, un pays que je connais assez bien puisque j'y ai été ambassadeur d'Espagne, les liens entre l'Inde et la Russie sont extraordinairement profonds et anciens. Lorsque personne n'était l'allié de l'Inde, lorsque personne ne soutenait le pays, même dans les guerres avec la Chine ou le Pakistan, une partie très importante des systèmes d'armes dont ils disposaient étaient d'abord à propulsion soviétique et maintenant à propulsion russe ; par exemple, en ce qui concerne la partie fondamentale de l'aviation du pays. Le seul avantage qu'a l'Inde, dont il faut rappeler qu'elle est un pays très dépendant d'une énergie qu'elle ne produit pas, puisqu'elle ne produit ni pétrole ni gaz en quantité significative, c'est qu'elle achète du pétrole et du gaz russe dans des conditions extraordinaires, au moment où le monde entier connaît une crise énergétique, paradoxalement les prix en Inde sont contenus. Dans le cas de la Chine, il est vrai qu'elle est le premier rival, pas encore un ennemi, de l'Occident, mais elle n'en est pas moins une économie axée sur l'exportation, et ces crises (la crise énergétique, la crise de la guerre et la crise inflationniste) portent gravement atteinte à la capacité d'exportation de la Chine, qui est son pain et son beurre, l'élément central de son économie. De nombreuses personnes ont évoqué à tort une supposée alliance stratégique entre la Chine et la Russie, tout d'abord parce que la Chine ne considère pas la Russie comme une puissance mondiale, mais plutôt comme une grande puissance régionale, une puissance régionale irresponsable qui dispose d'énormes capacités nucléaires et militaires mondiales, qui ont été grandement discréditées par la guerre en Ukraine, mais qui était auparavant considérée comme la deuxième puissance militaire de la planète, bien que d'un point de vue géostratégique et géopolitique, la Russie soit un acteur secondaire. Deuxièmement, la Chine et la Russie ont de nombreux points de friction. Rappelons qu'il y a eu un certain changement, non pas de régime, mais de tendance de régime au Kazakhstan ; la récente signature d'un traité d'amitié et de coopération permettant au Kazakhstan de rompre des liens presque indélébiles avec la Russie de Poutine a été un coup que les Russes ont très mal reçu et a été la première démonstration que la Russie et la Chine ne sont pas aussi amicales qu'elles le paraissent.

L'Ouest doit-il suivre le rythme et devons-nous avoir froid cet hiver ? Parmi les nombreuses retombées, la présence aux funérailles d'Elizabeth II est un exemple de resserrement des rangs autour des démocraties libérales avec tous les dirigeants qui s'y sont réunis, à l'exception de Poutine, qui n'était pas invité.

Il y a eu des absents de marque, notamment Poutine, qui n'a pas été invité, bien qu'il ait voulu y aller. Ce qui est surprenant dans la figure de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne, c'est la réaction des adversaires acharnés du Royaume-Uni, comme la Russie de Poutine, qui sait que le Royaume-Uni est le deuxième ou troisième plus grand contributeur à l'effort de guerre en Ukraine. Cependant, la déclaration de condoléances de Poutine à l'occasion du décès de la reine est extraordinaire ; il faut la lire attentivement pour se rendre compte de l'admiration sans bornes qu'il lui portait. En tout cas, pour ce qui est de resserrer les rangs, je suis convaincu que c'était une très bonne occasion pour que de nombreuses rencontres discrètes aient lieu, puisque l'attention était ailleurs. Nous, les démocrates des démocraties représentatives du monde, depuis que nous avons gagné la guerre froide, nous avons considéré que tous les problèmes étaient résolus. Nous n'avons pas réalisé que la guerre froide a en quelque sorte dénaturalisé certains conflits qui ont retrouvé leur véritable nature et leur dangerosité une fois que le cadre d'acier brutal de la guerre froide a disparu, et c'est une conséquence que je crains que nous ne lisions pas correctement en Occident. L'extraordinaire irresponsabilité, pour se concentrer sur la réponse à la crise énergétique, de l'Europe en général, de l'Allemagne, et d'autres pays industriels, est venue en ignorant les appels lancés par de nombreux commissaires européens à l'énergie. Je me souviens des appels de la Commission européenne pour que l'Union européenne prenne conscience de la nécessité impérative d'avoir une indépendance énergétique, loin de là, nous nous sommes dopés au gaz russe bon marché et évidemment aujourd'hui nous avons ces conséquences, et nous faisions une transition énergétique vers les énergies renouvelables complètement accélérée, au mauvais moment et sans tenir compte des conséquences et sans tenir compte d'une alternative, en éteignant ce que nous disons était considéré comme impopulaire sans avoir mis en place les alternatives qui aujourd'hui sont les plus viables aux énergies fossiles. Le jour où nous maîtriserons l'hydrogène vert, ce jour-là le chantage des pays producteurs de gaz, notamment la Russie, aura disparu. Je voudrais rappeler la phrase de Carter en 73, un président pour lequel je n'ai aucune dévotion particulière, ou plutôt aucune, mais qui disait alors que la responsabilité et l'indépendance énergétique avaient la même valeur morale qu'une guerre et que l'indépendance énergétique des États-Unis était un facteur stratégique fondamental, un facteur stratégique qui avait l'équivalence d'une guerre et que quiconque allait à l'encontre de cette indépendance énergétique commettait un acte de guerre contre les États-Unis. Cela a disparu parce que nous sommes tous revenus à l'énorme facilité de consommer de l'énergie bon marché qui nous est fournie par des régimes dictatoriaux comme celui de Poutine.

gustavo-de-arístegui

Un jour, nous parlerons du fracking, qui a mis les États-Unis dans une position extraordinaire, et pourtant, en Europe, une sorte d'environnementalisme taliban l'interdit...

Mais il est également illogique, il est illogique que nous interdisions la fracturation en Europe et que nous achetions du gaz produit par la fracturation aux États-Unis. Où est la logique et la moralité dans cet achat, car si nous achetons du gaz issu de la fracturation, nous pourrions le produire nous-mêmes. 

Les 1er et 2 octobre se tient le Sommet de la Ligue arabe à Alger, avec la question du Sahara et la tension entre l'Algérie et le Maroc. Nous verrons si nous pouvons enfin trouver une solution par le biais de l'autonomie au sein des Nations unies et avec des négociations appropriées. Le roi du Maroc peut-il se rendre à Alger et ainsi renverser une situation bloquée et espérer rétablir les relations entre les deux pays ?

Le rétablissement de relations diplomatiques complètes et de canaux de communication entre l'Algérie et le Maroc est essentiel. Ce sont deux pays fondamentaux pour la région, pour la sécurité de la Méditerranée et pour la sécurité de l'Union européenne ; ce sont deux pays qui ont été déterminants dans la lutte contre le terrorisme, payant un prix très élevé dans la lutte contre le terrorisme djihadiste. Cela dit, aujourd'hui, en consultant la presse et certains analystes du pays que je connais très bien, je sais qu'il est très peu probable que le roi Mohammed VI assiste au sommet de la Ligue arabe, mais il ne faut rien exclure car ce serait un coup d'État extraordinaire s'il avait lieu.