PUBLICIDAD

Iberdrola

Imran Khan dissout le Parlement au Pakistan et organise des élections pour contourner la motion de défiance

Le premier ministre pakistanais exécute une manœuvre constitutionnelle douteuse pour se perpétuer au pouvoir face aux accusations d'ingérence extérieure
Imran Khan

REUTERS/NASEER CHAUDARY  -   Le Premier ministre pakistanais Imran Khan lors d'un rassemblement pour exprimer sa solidarité avec le peuple du Cachemire, à Muzaffarabad, dans le Cachemire administré par le Pakistan, le 13 septembre 2019

"Le Premier ministre Imran Khan est un joueur qui se bat jusqu'à la dernière balle. Il ne démissionnera pas", a tweeté le ministre pakistanais de l'information, Fawad Ahmed Chaudhry, après avoir appris la motion de défiance que l'opposition préparait à l'Assemblée nationale pour écarter du pouvoir son chef de gouvernement. Et c'est ainsi que les choses se sont passées. L'ancien joueur de cricket charismatique restera en fonction jusqu'à au moins deux semaines, date à laquelle son mandat constitutionnel expirera avec la nomination d'un premier ministre intérimaire.

Ce qui s'est passé au Pakistan ces dernières heures n'est rien d'autre qu'un épisode dantesque, digne de la tradition politique locale. Le bloc d'opposition a construit une majorité parlementaire contre le Premier ministre Imran Khan. Avec le soutien du Mouvement national uni, un parti de centre-gauche ne comptant que sept députés et faisant partie de la coalition au pouvoir, les groupes dissidents ont obtenu suffisamment de soutien pour évincer le Premier ministre du pouvoir quatre ans après son entrée en fonction.

Ce soutien de dernière minute signifiait que le bloc d'opposition n'avait plus besoin des transfuges du Pakistan Justice Movement (PTI), le groupe parlementaire du premier ministre, dont les rangs ont vu émerger des profils déçus par le leader et fondateur du parti. Irrité par ce transfert de soutien, Imran Khan a demandé à la Cour suprême de disqualifier ses anciens collègues à vie, une disqualification sur laquelle la Cour n'a pas encore statué. Mais il devra d'abord répondre à une autre demande, de plus grande envergure.

Acculé politiquement par ses rivaux, qui espéraient mettre fin à son mandat dans un contexte marqué par une inflation à deux chiffres et la hausse du coût de la vie, Imran Khan a réussi un coup dimanche quelques heures avant le vote avec la dissolution du parlement et l'appel à des élections anticipées. Une démarche orchestrée conjointement avec le vice-président de la chambre basse, Qasim Suri, membre du PTI et proche allié, qui a soulevé un argument d'inconstitutionnalité pour déloyauté présumée envers l'État.

Oposición Pakistán
PHOTO/AP  -   Les législateurs de l'opposition pakistanaise ont lancé lundi au Parlement une motion de défiance contre le Premier ministre Khan, dans l'espoir de renverser le gouvernement de ce dernier, accusé d'avoir mal géré l'économie du pays

Après l'ajournement de la session parlementaire, le premier ministre a fait sa toute nouvelle apparition à la télévision pour annoncer les élections, auxquelles il sera candidat, et pour féliciter la nation d'avoir "vaincu" une conspiration étrangère. Les accusations d'ingérence et d'implication d'États tiers dans la motion de défiance ont été un thème constant utilisé par Khan ces dernières semaines. Ce leitmotiv l'a conduit à désigner la CIA comme le principal promoteur d'un "coup d'État" contre lui, sans fournir de preuves solides.

L'agence de renseignement américaine et l'administration Biden ont nié toute implication dans la politique intérieure du Pakistan, mais le premier ministre n'a pas relâché ses accusations contre Washington, une tendance commune pour un dirigeant caractérisé, en partie, par son anti-américanisme. Cette controverse est une réponse au rôle extérieur joué par Islamabad au cours des quatre dernières années, qui s'est beaucoup éloigné des États-Unis, autrefois son proche allié, pour se rapprocher de la Russie et, dans une plus large mesure, de la Chine de Xi Jinping, aujourd'hui son principal partenaire politique et économique.

Selon la constitution pakistanaise, dès que l'Assemblée nationale est dissoute, le premier ministre cesse d'exercer ses fonctions avec effet immédiat. Toutefois, M. Khan pourra invoquer l'article 224 de la Constitution, qui permet au chef de l'exécutif de rester en fonction pendant les 15 prochains jours. Toutefois, le ministre de l'information a confirmé par la suite qu'il resterait au pouvoir jusqu'aux élections, qui doivent avoir lieu dans les 90 jours. Une décision qui menace la fragile démocratie pakistanaise.

Aucun des 22 premiers ministres de l'histoire du Pakistan n'a réussi à terminer son mandat de cinq ans. Imran Khan non plus, même si les analystes craignent qu'il ne se perpétue au pouvoir par des arrestations massives de dissidents jusqu'à ce que le nombre de parlementaires soit suffisant, ou par un coup d'État, un recours bien trop courant au Pakistan. Depuis l'indépendance en 1947, il y a eu quatre coups d'État réussis.

Furieuse de la ruse de Khan, l'opposition l'a accusé de trahison et de violation de la constitution. Les dirigeants des différents groupes parlementaires se sont précipités à la Cour suprême pour demander la reprise de la session parlementaire comme prévu, mais la haute cour a reporté sa décision à lundi. On ignore si le pouvoir judiciaire confirmera la décision du premier ministre, mais cela semble peu probable compte tenu du climat défavorable à Khan à Islamabad.

Oposición Pakistán
REUTERS/AKHTAR SOOMRO  -   Des partisans du Jamiat Ulema-e-Islam-Fazal (JUI-F) scandent des slogans et brandissent des bâtons lors d'un rassemblement antigouvernemental organisé par le Mouvement démocratique du Pakistan (PDM), une alliance de partis politiques d'opposition, après l'acceptation par le Parlement d'une motion de défiance déposée par des législateurs de l'opposition dans le but d'évincer le Premier ministre Imran Khan

L'indépendance de la justice pakistanaise a été remise en question pour son soutien sans équivoque à l'establishment. Khan compte sur la Cour suprême pour valider sa démarche, mais les experts estiment qu'elle risque de se prononcer contre lui. Cela signifierait qu'il devrait faire face à une motion de censure. Dans le cas contraire, la procédure électorale se poursuivrait. Un scénario que l'opposition a voulu dénoncer par un sit-in au parlement, où les législateurs de l'opposition sont restés à débattre les lumières éteintes.

Les héritiers des deux principales dynasties politiques rivales du Pakistan, Bilawal Bhutto Zardari et Shahbaz Sharif, accusés de crimes financiers pour lesquels ils sont en liberté sous caution suite aux poursuites engagées par Imran Khan, ont uni leurs forces avec le reste des partis politiques contre le Premier ministre et son parti, le Pakistan Justice Movement. Dirigeant respectivement le Parti du peuple pakistanais (PPP) et la Ligue musulmane du Pakistan (N), tous deux ont demandé que Khan soit reconnu coupable de trahison.

Le rôle de l'armée

L'organe le plus puissant et le plus influent du Pakistan, l'armée, a catégoriquement rejeté son implication dans la tempête politique qui a embrasé le pays. Le général de division Babar Iftikhar, principal porte-parole de l'armée, a déclaré dans une interview télévisée dimanche : "L'armée n'a rien à voir avec ce qui s'est passé aujourd'hui. Ce qui s'est passé aujourd'hui est un processus purement politique. Selon le général Iftikhar, les forces armées pakistanaises "se tiennent aux côtés de la loi et de la Constitution".

La version officielle est discutable étant donné l'implication continue de l'armée dans la politique nationale. C'est d'autant plus vrai que l'armée et le Premier ministre Imran Khan se sont récemment déchirés en octobre. Après avoir donné leur bénédiction au candidat outsider lors des élections de 2018, élections assombries par des soupçons de truquage, les militaires ont lancé un défi au président actuel, et l'ont remporté.

Khan a contesté le chef de l'armée, le général Qamar Bajwa, au sujet du limogeage de Faiz Hamid, alors chef des services de renseignement - la toute puissante ISI -, qui avait été photographié à Kaboul quelques jours après la chute de la capitale afghane aux mains des talibans. M. Hamid a ensuite tenu une réunion avec les dirigeants fondamentalistes, avant la formation du gouvernement, où il les a assurés du soutien politique du Pakistan dans le cadre d'une coopération axée sur la sécurité.

Imran Khan
AP/ ANJUM NAVEED  -   Le chef de l'armée pakistanaise, le général Qamar Javed Bajwa, au centre, lors d'une parade militaire avec le Premier ministre Imran Khan, à gauche, et le président Arif Alvi, à Islamabad, au Pakistan

Mais le général Bajwa a ignoré les supplications du premier ministre lors d'une confrontation publique sans précédent. Le chef des forces armées a remplacé Faiz Hamid en octobre, après un retard dans sa nomination causé par Khan, pour le remplacer par le major Nadeem Anjum, qui n'attire pas les regards. Un geste qui met en évidence le fossé entre le chef du gouvernement et les dirigeants militaires. Un désaccord que Khan lui-même a minimisé, défendant l'armée comme "le grand ennemi du mal et le principal défenseur de la démocratie et de la nation".

Chute libre

L'ancien playboy international de 69 ans, qui s'est rendu célèbre pour sa liaison avec la journaliste britannique Jemima Goldsmith et est devenu populaire au niveau national pour sa carrière réussie dans le cricket pakistanais, a accédé au pouvoir il y a quatre ans à bord du Pakistan Justice Movement, qu'il a fondé et qu'il dirige aujourd'hui avec un profil indépendant et une rhétorique populiste.

Formé à Oxford, ce natif de Lahore s'est transformé en un musulman dévot qui s'est élevé contre les excès de l'Occident. Mélangeant les prescriptions du libéralisme économique et de l'État-providence islamique, Khan s'est présenté comme l'alternative pour déloger l'establishment, incarné au Pakistan par le duopole du Parti du peuple et de la Ligue musulmane, étouffé par le népotisme et la corruption systémique. Mais ses promesses ambitieuses n'ont pas abouti dans un pays frappé par une grave crise économique.

Khan a rassemblé ses derniers partisans lors d'un rassemblement à Islamabad, dimanche. Des milliers de personnes se sont rassemblées dans la capitale pour montrer leur soutien à un dirigeant qui a remplacé le gouverneur du Pendjab, la deuxième plus grande province du pays après le Baloutchistan, pour obtenir le soutien d'une formation politique dans sa contestation constitutionnelle. Il semble bien parti pour se maintenir au pouvoir, mais il se trouve en position de faiblesse face à un bloc d'opposition uni sans réserve. L'avenir du Pakistan est en jeu dans les prochaines heures.