PUBLICIDAD

Iberdrola

Israël attaque le port syrien de Lattaquié pour la deuxième fois en un mois

Le 7 décembre, l'armée israélienne a détruit une cargaison d'armes iraniennes
AFP/ JACK GUEZ

AFP/ JACK GUEZ  -   Avion de combat F-35 Lightning II de l'armée de l'air israélienne

Les forces aériennes israéliennes ont attaqué le port syrien de Lattaquié, a rapporté l'agence de presse syrienne SANA. "L'ennemi israélien a mené une agression aérienne avec plusieurs missiles depuis la Méditerranée contre le champ de conteneurs du port de Lattaquié", a dénoncé l'agence d'État. Les attaques de l'armée israélienne ont causé des "dégâts matériels importants" et plusieurs incendies, a ajouté SANA. La chaîne de télévision Al Ekhbariya a également montré des images de feu et de fumée dans le port. En outre, elle a fait état de dommages causés à des bâtiments résidentiels, à un hôpital, à plusieurs magasins et à certains sites touristiques proches. 

Selon les médias syriens, les conteneurs attaqués contenaient "de l'huile moteur et des pièces détachées pour voitures et autres véhicules", tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG anti-Bachar el-Assad basée à Londres, a déclaré qu'ils contenaient des armes et des munitions "provenant probablement d'Iran".

bachar al asad
PHOTO/SANA - Le président de la Syrie, Bashar al-Assad

Ce n'est pas la première fois qu'Israël attaque le port de Lattaquié. Une attaque similaire a été menée par l'armée de l'air le 7 décembre. Des conteneurs contenant des "armes et des munitions iraniennes" ont également été visés. Dans la foulée, le Premier ministre israélien, Naphtali Bennet, a déclaré qu'ils "repoussaient jour et nuit les mauvaises forces dans la région". "Nous ne nous arrêterons pas une seconde", a-t-il ajouté. Un journaliste d'Al Ekhbariya a noté que le dernier bombardement "semblait avoir été plus important", car des explosions ont été entendues à Tartus, une ville côtière située à plus de 80 kilomètres, rapporte le journal israélien The Times of Israel. 

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a pris pour cible les positions du gouvernement d'el-Assad, les groupes militaires soutenus par l'Iran et les forces du Hezbollah. Cependant, Israël a longtemps évité d'attaquer Lattaquié en raison de la présence importante de troupes russes à proximité, même si l'Iran utiliserait le port de la ville pour transporter des armes. Moscou, l'allié le plus important d'Al-Assad, exploite une base aérienne militaire à Hmeimim, à 20 kilomètres de Lattaquié. Selon les médias israéliens, les forces aériennes israéliennes ont mené des "raids" contre des cibles dans la ville côtière en 2013 et 2014.

siria-israel
AFP/ JACK GUEZ - Des soldats israéliens se tiennent près d'un véhicule d'artillerie automoteur sur le plateau du Golan annexé par Israël, près de la frontière syrienne.

L'armée israélienne a fait valoir que ces opérations visaient à limiter l'influence de Téhéran dans la région. Le chef des services de renseignements militaires israéliens, le général Aharon Haliva, a accusé l'Iran de "continuer à promouvoir la subversion et la terreur" au Moyen-Orient. Selon un rapport des FDI, une cinquantaine d'attaques ont été lancées en 2020 en Syrie à cette fin. L'attaque la plus meurtrière a eu lieu en janvier dernier, tuant 57 soldats syriens. 

Cette attaque intervient peu de temps après que le gouvernement israélien a annoncé un plan visant à accroître la population du plateau du Golan, une région qui a appartenu à la Syrie jusqu'en 1967, date à laquelle elle a été intégrée à Israël après la victoire des Juifs dans la guerre des Six Jours. L'Iran a également lancé récemment des missiles lors d'un exercice d'"avertissement" contre Israël. L'armée iranienne a affirmé que ces manœuvres étaient une réponse aux "menaces" israéliennes.