Israël et les Émirats s'associent pour poser ensemble le pied sur la lune en 2024

Les accords d'Abraham ont ouvert la voie à une relance de la coopération spatiale au Moyen-Orient entre Arabes et Israéliens
emiratos-israel-luna

PHOTO/SpaceIL  -   La nouvelle mission lunaire Beresheet 2 s'inscrit dans le prolongement de la portée, des dimensions et des objectifs plus vastes du projet Beresheet de 2019 (photo), qui a échoué et qui constituait la première tentative israélienne en solo de faire atterrir un dispositif robotique sur la Lune.

Israël et l'Union des Émirats arabes unis ont convenu d'aller main dans la main sur la lune. Les irréconciliables antagonistes d'antan viennent de conclure un nouveau pacte pour tenter de poser simultanément le pied sur le satellite naturel de la Terre. Ils l'ont fait sous l'égide des accords d'Abraham, signés entre les deux pays le 15 septembre 2020, qui constituent l'instrument de normalisation de leurs relations au plus haut niveau diplomatique, économique et global.

Lorsque les États d'Israël et des Émirats arabes unis ont scellé le début de leur partenariat bilatéral sur la pelouse de la Maison Blanche, aucune des autorités présentes à la cérémonie - et encore moins le président américain Donald Trump, qui agissait en tant que témoin - ne pensait que l'espace extra-atmosphérique serait l'un des domaines prioritaires de coopération. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

emiratos-israel-luna
PHOTO/Gulf News - Acteurs clés de la coopération spatiale israélo-émiratie : les ministres Orit Farkash-Hacohen et Sarah bint Yousif Al Amiri, et leurs directeurs respectifs des agences spatiales, le général Uri Oron et Salem Butti Al Qubaisi.

Un peu plus de 400 jours après avoir paraphé les accords d'Abraham et donné le feu vert à des dizaines d'accords entre les Émirats arabes unis et Israël, les autorités politiques des deux nations ont conclu qu'il existait également de solides arguments en faveur d'une coopération dans le domaine de l'espace

La ministre émiratie des technologies avancées, Sarah bint Yousif Al Amiri, et la ministre israélienne de l'innovation, des sciences et de la technologie, Orit Farkash-Hacohen, se sont rencontrées à l'Expo Dubaï le 20 octobre et ont scellé leur partenariat stratégique en vue de voler ensemble vers la lune et de placer simultanément sur leur sol des technologies émiraties et israéliennes.

emiratos-israel-luna
PHOTO/SpaceIL - Une fois en orbite autour de la Lune, la sonde Beresheet 2 se détachera simultanément de deux petits modules de surface, qui devront descendre et se poser sur le sol lunaire.

Les négociations remontent à plusieurs mois, le premier ambassadeur d'Israël aux Émirats arabes unis, Amir Hayek, et, bien sûr, les responsables des agences spatiales respectives jouant un rôle décisif. D'une part, Salem Butti Al Qubaisi, et d'autre part, le général de brigade de l'armée de l'air israélienne Uri Oron, nouvellement nommé à la tête des programmes spatiaux de l'exécutif du nouveau Premier ministre Naftali Bennet.

Sur la base du projet israélien Beresheet 2

Comment se concrétisera le premier grand engagement spatial israélo-émirati ? La proposition de la ministre Orit Farkash-Hacohen - acceptée par son homologue Sarah bint Yousif Al Amiri - consiste à convertir le projet lunaire appelé Beresheet 2 (Genèse 2 en anglais), qui appartient à la société privée israélienne SpaceIL. L'initiative est en cours depuis début décembre 2020, date à laquelle elle a été annoncée par le président israélien Reuven Rivlin.

emiratos-israel-luna
PHOTO/WAM - Le vice-président, premier ministre des Émirats arabes unis et chef de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, a conclu qu'il existe de solides arguments en faveur d'une coopération dans le domaine spatial, tout comme le premier ministre israélien Naftali Bennet.

Bénéficiant du soutien officiel du gouvernement de Jérusalem et dont le lancement dans l'espace est prévu au premier semestre 2024, le projet a fait appel à l'Agence spatiale des Émirats, à ses investisseurs et à son industrie, qui apporteront des ressources financières et un certain nombre d'instruments scientifiques. De cette manière, les deux nations évitent d'entrer en compétition pour savoir laquelle d'entre elles sera la première à placer son drapeau sur la surface lunaire.

La mission originale de SpaceIL - Beresheet 2 - fait suite à l'échec de Beresheet en 2019, première tentative israélienne en solo de faire atterrir un engin robotisé sur la Lune. Lancée dans l'espace depuis la base spatiale américaine de Cap Canaveral le 22 février 2019 par une fusée Falcon 9, la sonde est entrée en orbite lunaire le 4 avril et a entamé sa phase de descente le 11, qui s'est soldée par un désastre. Le rapport final a conclu que l'un des gyroscopes s'est rompu pendant la phase de freinage avant le toucher des roues. Ni le logiciel embarqué de la sonde ni les techniciens au sol n'ont pu réparer l'anomalie et le vaisseau spatial s'est écrasé à une vitesse de 500 km/heure.

emiratos-israel-luna
PHOTO/SpaceIL - L'Agence spatiale israélienne et la société SpaceIL disposent d'un centre de vol. Le 11 avril 2019, leurs techniciens n'ont rien pu faire pour empêcher le vaisseau spatial Beresheet de s'écraser sur la Lune à une vitesse de 500 km/h.

Mais Beresheet 2 est un projet beaucoup plus ambitieux, même si sa forme extérieure rappelle le projet raté d'il y a deux ans. Il s'agit d'un vaisseau spatial cylindrique, d'une masse de lancement de 630 kilos et de dimensions de 2,5 mètres de haut et 1,6 mètre de diamètre. À l'intérieur, il transporte deux petits modules de surface pesant 120 kilos chacun. Une fois en orbite lunaire, le vaisseau spatial se détachera simultanément des deux sondes, qui devront descendre et se poser sur le sol lunaire grâce à quatre supports extensibles. 

L'orbiteur restera autour du satellite pendant deux à cinq ans, période pendant laquelle les agences spatiales d'Israël, des Émirats arabes unis et d'autres pays pourront mener des programmes éducatifs dans les écoles et les universités afin de sensibiliser les élèves à la mission et aux caractéristiques de la Lune.

emiratos-israel-luna
PHOTO/WAM - Le centre spatial Mohammed bin Rashid des Émirats arabes unis n'a ni confirmé ni infirmé la poursuite de son programme visant à envoyer sur la lune, en 2024, un mini-véhicule tout-terrain de 10 kilos et d'un demi-mètre de long.
Espace, un nouveau cadre de coopération entre les Émirats et Israël

SpaceIL affirme que le coût du projet s'élève à 100 millions de dollars, dont la majeure partie provient de dons privés, principalement de la fondation du milliardaire israélien d'origine sud-africaine Morris Kahn, qui aurait donné 40 millions de dollars. Toutefois, l'investissement total est manifestement loin d'atteindre les objectifs fixés, comme le montre l'afflux de capitaux et de technologies financés par les Émirats.

Les négociations entre Arabes et Juifs ont commencé à l'initiative d'Israël peu après la signature des accords d'Abraham. La réceptivité émiratie a été immédiate et le résultat final est le projet lunaire commun, qui fait partie de l'accord-cadre de coopération technologique, scientifique et éducative signé il y a dix jours par les ministres, qui vise à accroître les relations entre les deux pays et à encourager d'autres nations arabes à établir des relations avec Israël.

emiratos-israel-luna
PHOTO/WAM - Amir Hayek, le premier ambassadeur d'Israël aux Émirats arabes unis, a joué un rôle déterminant dans les négociations visant à finaliser un accord-cadre sur l'espace.

Les deux pays s'intéressent au potentiel spatial de l'autre depuis des décennies. Israël a observé avec inquiétude la volonté des Émirats arabes unis de devenir un acteur majeur du secteur spatial international, leur projet d'envoyer un petit rover sur la lune en 2024, leurs investissements dans des satellites espions et leur positionnement autour de Mars avec la sonde Al Amal, qui collecte des données sur son atmosphère et les partage avec des centaines d'institutions scientifiques dans le monde. Il est également conscient de ses projets de vols spatiaux habités, de sa mission robotique en 2028 pour explorer la ceinture d'astéroïdes entre Jupiter et Mars.

Du côté émirati, on est conscient de la force de la technologie spatiale israélienne, de la puissance de sa locomotive industrielle aérospatiale Israel Aircraft Industries (IAI) et de la volonté de l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et de l'actuel Premier ministre Naftali Bennet de faire de la Judée le quatrième pays à se poser sur la lune. Rien n'a été dit sur la poursuite dans le projet désormais bilatéral de la société spatiale allemande OHB, qui a signé en mai 2020 un contrat avec IAI pour gérer les équipements scientifiques à bord de Beresheet 2. 

Les deux pays sont des alliés clés des États-Unis au Moyen-Orient, entretiennent d'excellentes relations avec n'importe quelle administration au pouvoir à Washington et sont des clients privilégiés du géant américain de l'aérospatiale et du tissu scientifique. En outre, ils ont la bénédiction et la médiation de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) si quelque chose devait dévier de la voie de la coopération bilatérale sur le chemin de la Lune.