PUBLICIDAD

Marruecos

José Manuel Cabra de Luna : "On ne peut pas aider davantage en faisant taire davantage"

La culture russe a été exposée à de nombreuses sanctions à la suite du conflit en Ukraine
Exposition au Musée russe de Malaga

 -  

José Manuel Cabra de Luna : "Le peuple n'est pas toujours celui qui le gouverne"

"La culture est le plus grand dépositaire de la dignité des peuples. Souvent, les pouvoirs en place, les faux pouvoirs, tentent de la gouverner, de la dominer, de la dompter, mais la culture émerge toujours parce qu'elle est le plus grand représentant de la liberté". Ce sont les mots du président de l'Académie royale des beaux-arts et peintre, José Manuel Cabra de Luna, exprimés lors de la séance plénière extraordinaire du conseil municipal de Malaga pour défendre le musée russe hébergé dans la ville

Museo de Ruso de Málaga

L'institution, ouverte depuis 1895 et fondée par le dernier tsar russe - Nicolas II - est devenue un sujet de débat dans la ville andalouse - malgré les nombreuses condamnations de l'invasion de l'Ukraine par le centre culturel de Malaga - en raison de son lien culturel avec la Russie. 

Cette galerie d'art a accueilli de nombreux auteurs russes depuis son inauguration - même ceux qui ont été censurés par l'URSS - et est la seule en Europe à se trouver hors des frontières russes. Mais pendant la durée du conflit entre l'Ukraine et la Russie, le musée sera en état d'hibernation, car il ne pourra plus recevoir de collections en raison des sanctions. Cependant, certaines voix se sont élevées à l'intérieur et à l'extérieur de la politique de Malaga pour demander la fermeture du musée en guise de repoussoir à l'invasion russe. 

Olga Luvakova, résidente russe et professeure d'anglais à Malaga, a répondu en larmes à ces demandes lors de la même séance plénière : "La guerre passera, mais que restera-t-il ? Le vide ? La haine ? Je pense qu'en ces jours, le musée russe et la ville de Malaga peuvent enseigner au monde entier que l'art et la culture sont au-dessus de tout, au-dessus de la politique".  

C'est cette haine et cette répulsion envers la culture russe qui se répandent comme une épidémie dans toute l'Europe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, provoquant une forte vague de russophobie. 

La guerre contre Dostoïevski 

Le 2 mars, la nouvelle a été surprenante : l'université Bicocca de Milan a décidé de reporter une série de conférences et de cours sur Fyodor Dostoïevski et la Russie donnés par l'universitaire italien Paolo Nori. La lettre envoyée par l'université a excusé le report du cours dans le "but" d'éviter "toute forme de controverse, notamment interne, en cette période de grande tension". 

Paolo Nori hablando

Suite à cela, l'écrivain et expert de la culture russe a expliqué sur les médias sociaux que ce qui se passait en Ukraine était "horrible", mais qu'il trouvait ridicule de censurer un cours à cause de cela. Il a également déclaré que "non seulement être un Russe vivant est un crime dans l'Italie d'aujourd'hui, mais aussi être un Russe mort, qui, de son vivant, en 1849, a été condamné à mort pour avoir lu quelque chose d'interdit. Qu'une université italienne interdise un cours sur un auteur comme Dostoïevski est quelque chose que je ne peux pas croire, et quand j'ai lu ce courriel, je n'y ai pas cru". 

La vidéo s'est rapidement répandue sur les réseaux, provoquant d'innombrables interactions. Cela a incité l'université à rectifier la situation, qui a publié une déclaration annonçant qu'elle avait rétabli le cours. Mais Nori a refusé de l'enseigner, après une rencontre avec le pré-recteur de l'université qui avait expliqué que le report était dû au fait que l'université souhaitait inclure certains "auteurs ukrainiens" aux côtés de Dostoïevski. L'universitaire a expliqué que "malheureusement, je ne connais pas d'auteurs ukrainiens, donc je vous libère de votre engagement et le cours que j'aurais dû suivre à Bicocca, je le suivrai ailleurs"

Foto de Fiodor Dostoievski

Cependant, la bataille contre Dostoïevski en Italie ne s'est pas arrêtée à cette anecdote. Le 2 mars, suite à la viralisation de la vidéo, le maire de Florence, Dario Nardella, a rendu public sur son compte Twitter qu'il lui avait été demandé de "jeter à terre" la statue de Dostoïevski dans la ville. Le maire a expliqué dans le même tweet qu'il ne fallait pas faire de confusion, car "il s'agit de la guerre folle d'un dictateur et de son gouvernement, pas d'un peuple contre un autre". Au lieu d'effacer des siècles de culture russe, pensons à arrêter Poutine rapidement"

La statue, qui rend hommage à l'écrivain, a été offerte par le gouvernement russe l'année dernière à l'occasion du 200e anniversaire de sa naissance. L'écrivain avait un lien particulier avec la ville italienne, qu'il a visitée deux fois et qui lui a inspiré son œuvre intitulée "L'Idiot"

Quand Tchaïkovski a cessé de jouer  

La semaine dernière, le chef de l'orchestre philharmonique de Cardiff, Martin May, a décidé de retirer le compositeur russe Tchaïkovski de son programme en raison du conflit avec l'Ukraine. Selon le communiqué de presse publié sur le site web du St David's Hall, " l'Orchestre philharmonique de Cardiff [...] considère que le programme précédemment annoncé, comprenant l'Ouverture 1812, est inapproprié à ce moment-là ". Il a également expliqué qu'au lieu de Tchaïkovski, l'orchestre remplacera le programme par un programme axé sur l'ouverture n° 8 du compositeur tchèque Antonín Dvořák. 

Cette situation est rapidement devenue virale et a suscité des critiques tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'île anglaise. Cette décision a surpris, notamment parce que le compositeur était connu pour ses critiques acerbes du nationalisme russe de son époque. Le rédacteur en chef du magazine américain Reason, Billy Binion, a souligné ce fait et a qualifié la situation d'ironique. Il a également souligné que le musicien russe "est mort il y a plus d'un siècle", et a qualifié la retraite de Tchaïkovski de folie. M. Binion a terminé son tweet en expliquant la nécessité de la culture, et "plus encore par les temps qui courent"

Cuadro del compositor Tchaikovski

Le Teatro Real d'Espagne a également commenté la décision. Le directeur général, Ignacio García-Belenguer, s'est exprimé lors d'une conférence de presse sur la culture de l'annulation. Il a exprimé le caractère insensé de cette décision et a déclaré que l'institution espagnole le devait aux "artistes". Il a également expliqué, comme le rapporte l'agence de presse Europa Press, que "le Teatro Real avait déjà décidé d'annuler les représentations du Ballet du Bolchoï à Moscou parce que le gouvernement russe était derrière tout cela. Nous condamnons la décision des dirigeants russes (d'envahir l'Ukraine), mais c'est une chose et les artistes en sont une autre"

Une décision similaire à celle de l'orchestre anglais a été prise par le président du conseil d'administration du Chubu Philharmonic au Japon, Takahisa Kato, qui a retiré l'ouverture 1812. M. Kato a justifié son action en déclarant que "si certaines personnes peuvent l'apprécier purement en tant que musique, d'autres peuvent se demander pourquoi nous interpréterions un hymne à la victoire russe"

Artistes russes et positionnement 

De nombreux artistes russes sont contraints d'expliquer leur position sur la situation en Ukraine. Le directeur de l'opéra, Andreas Homoki, a expliqué dans le New York Times que cette situation était totalement nouvelle pour les artistes russes, et que "la politique n'a jamais été présente dans nos esprits comme cela auparavant"

Les artistes et les institutions sont déconcertés d'être obligés de renoncer à tous ces liens culturels qu'ils avaient acquis après la chute de l'URSS. Le directeur de l'Opéra de Paris, Alexander Neef, a expliqué au New York Times que tout le monde ne pouvait pas être suspecté, et que "vous ne pouvez pas exiger des déclarations de loyauté ou de condamnation de ce qui se passe"

La russophobie et la culture de l'annulation 

Ces cas exposés ont suscité de nombreux débats sur l'efficacité ou non de ces sanctions culturelles à l'encontre de la Russie, et sur la manière dont elles affectent notre société. La situation en Ukraine a accru le rejet de la société russe et de sa culture, et ces situations peuvent renforcer ces sentiments de haine

La semaine dernière, de nombreuses associations russes en Espagne ont fait état de la montée de la russophobie dans le pays. Radio Televisión Española a montré dans une publication comment plusieurs enfants d'origine russe avaient été traités d'"assassins" par leurs propres camarades de classe à la suite de l'invasion de l'Ukraine. 

Jose Manuel Cabra de Luna durante su discurso en el Ayuntamiento de Málaga

Il est important de dissocier la culture russe de la guerre en Ukraine afin d'éviter ce qui s'est passé dans d'autres conflits. Pour éviter la stigmatisation d'une société par des décisions politiques. José Manuel Cabra de Luna a terminé son intervention lors de la plénière de Malaga en expliquant que "toute la solidarité, mais on ne peut pas aider plus en faisant taire plus [...] et que la culture doit se manifester, elle doit atteindre le cœur des gens parce que l'âme du peuple y est représentée".