PUBLICIDAD

Iberdrola

Kherson, de plus en plus éloigné de la ligne de front sud

Les autorités militaires ukrainiennes annoncent le retrait des troupes russes des villes situées en face de Kherson, sur la rive sud du Dniepr
atalayar-jerson-missile-livraison-ukraine-guerre-russe

REUTERS/VIACHESLAV RATYNSKYI  -   Des militaires ukrainiens tirent avec un canon automoteur 2S7 Pion sur une ligne de front dans la région de Kherson, en Ukraine, en novembre 2022

Plus de neuf mois après son occupation, et quelques semaines seulement après avoir été abandonnée par les troupes russes, Kherson pourrait cesser de faire partie - dans les prochains jours - de la principale ligne de front sud du conflit russo-ukrainien. Selon l'agence de presse Reuters, les autorités militaires de Kiev ont révélé le retrait des troupes russes de plusieurs villes situées sur la rive sud du fleuve Dniepr, en face de la ville de Kherson, capitale de l'oblast homonyme.

Cela pourrait être un coup dur pour l'offensive russe - car parmi les quelques grandes villes qu'elle a réussi à contrôler depuis le début de la guerre, seule Kherson se distingue - mais cela ne va pas sans résistance de la part de Moscou. Bien que le géant eurasien ait décidé de commencer à dimensionner ses forces et à choisir ses batailles, son départ de Kherson et des villes environnantes ne se fait pas sans un bombardement final - on l'espère - du territoire. 

atalayar-mapa-ucrania-jerson-ocupacion-rusia-guerra
AFP/AFP - Carte montrant les attaques russes en Ukraine au 9 novembre, ainsi que le contrôle du territoire national ukrainien par les troupes de Moscou

Des centaines de missiles ont frappé l'oblast de Kherson ces dernières semaines, depuis le 11 novembre, a dénoncé le président ukrainien Volodymir Zelensky. En fait, selon The Kyiv Independent, d'après les déclarations du gouverneur du territoire, Yaroslav Yanushevych, au cours des seules dernières 24 heures, les troupes russes ont frappé 42 fois des infrastructures civiles, militaires et administratives, tuant trois personnes et en blessant sept. Cette situation a été aggravée par une nouvelle perturbation de l'électricité et d'autres services à Kherson et dans d'autres territoires ukrainiens - tels que Lviv et Kiev, où une grande partie de la population souffre toujours de coupures d'électricité et d'eau. Cela ne fait que renforcer les craintes que le froid et la faim soient utilisés comme arme de guerre en hiver. 

"Nous avons survécu à l'occupation, nous vivons beaucoup mieux maintenant. Mais nous n'avons pas d'eau, pas d'électricité, mais nous n'avons pas non plus de Russes", a déclaré le média en ligne El Debate en citant une Ukrainienne et sa fille, tandis que nombre de ses voisins, incapables de supporter les conditions de vie dans la ville, fuient en train vers un endroit plus sûr. 

atalayar-edificio-administrativo-jerson-ucrania-liberacion-control-rusia-guerra
PHOTO/FILE - Le bâtiment administratif de Kherson sans le drapeau russe

Le rapport ukrainien, qui n'a pu être confirmé de manière indépendante par Reuters, affirme qu'"une diminution du nombre de soldats et d'équipements militaires russes a été observée dans la colonie d'Oleshky. [...] Les troupes ennemies se sont retirées de centaines de localités de l'oblast de Kherson et se sont dispersées en bandes tampons le long de la section de la route d'Oleshky", un tronçon de route d'environ 25 kilomètres qui traverse plusieurs villages le long du Dniepr. 

En outre, la déclaration précise que la plupart des troupes encore présentes sur le territoire sont des réservistes qui auraient été appelés lors de la récente mobilisation de 300 000 soldats, ce qui laisse penser que les troupes professionnelles de Moscou, mieux entraînées, avaient déjà quitté la région quelques jours auparavant. 

Aujourd'hui, la menace d'une nouvelle attaque générale contre l'Ukraine a incité les services frontaliers du pays à lancer, via Telegram, "une alerte générale aux raids aériens", demandant aux Ukrainiens de "se rendre immédiatement dans des abris antiaériens". 

Dans ce contexte, la Russie continue de se préparer militairement, comme l'a confirmé une déclaration du ministère de la Défense, qui a noté le succès des forces aérospatiales russes dans l'essai d'un nouveau missile pour un système de défense aérienne sur le polygone d'essai de Sary Shagan, au Kazakhstan. "Une équipe de combat des forces de défense antiaérienne et antimissile des forces aérospatiales russes a effectué avec succès le lancement d'essai [...] et a rempli la tâche d'atteindre une cible avec la précision souhaitée", indique le document.

Toutefois, dans le contexte de toutes ces activités militaires, les autorités russes ont rendu public, par l'intermédiaire de l'agence de presse Ria Novosti, le crash d'un chasseur MiG31 dans la région de Nadejdinsky, dans la province de Primorye, près de la frontière avec la Chine et la Corée du Nord. Dans l'est du pays eurasien. 

L'Ukraine, pour sa part, a continué à appeler à la coopération internationale. Elle envoie notamment le système de défense antimissile "Patriot", qui a suscité la controverse parmi les alliés et les membres de l'OTAN. "Nous devons séparer la discussion sur l'offre faite à la Pologne de l'aide à l'Ukraine", a déclaré le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, lors d'une apparition conjointe avec le dirigeant allemand Olaf Scholz. "Nous sommes en dialogue avec la Pologne [au sujet de l'envoi de telles armes]", a déclaré Scholz, notant que l'Allemagne n'avait "aucune extension de l'offre" à l'Ukraine. 

"Il s'agit d'un système purement défensif", tel a été l'argument du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, pour tenter de convaincre le représentant allemand. Il a affirmé que le déploiement de missiles Patriot dans l'ouest de l'Ukraine - pour protéger le réseau électrique du pays - ne conduirait pas à une escalade du conflit en raison de l'entrée d'un membre de l'OTAN. Cela n'a toutefois pas semblé convaincre les membres de l'Alliance.

atalayar-sistema-antiaereo-misiles-patriot-estados-unidos-eeuu-ucrania
PHOTO/AP - Système de défense antimissile américain Patriot

Le sommet de deux jours des ministres des Affaires étrangères de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) dans la ville polonaise de Lodz, qui a été profondément marqué par la guerre en Ukraine, a également servi de forum pour discuter des prochaines mesures à prendre contre la Russie. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, n'a pas pu assister à la réunion car il figure sur la liste des personnes interdites d'entrée dans l'UE. 

"Si la responsabilité du crime d'agression contre l'Ukraine n'est pas assurée, il n'y aura pas de paix et de sécurité durables au sein de l'OSCE. C'est pourquoi un tribunal spécial doit être mis en place pour traiter le crime d'agression", a plaidé diplomatiquement et juridiquement Dmytro Kuleba devant les personnes présentes.