PUBLICIDAD

Marruecos

L'Égypte et son rôle important dans la bande de Gaza

Lors du dernier conflit israélo-palestinien, le pays africain a joué le rôle de médiateur dans les négociations indirectes entre les deux parties dans le but de parvenir à un cessez-le-feu ; parallèlement, il aide à la reconstruction de Gaza
AFP/ MOHAMMED ABED

AFP/ MOHAMMED ABED  -   Sur cette photo d'archive prise le 31 mai 2021, des femmes passent devant une bannière géante à l'effigie du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi, alors qu'elles se préparent à recevoir une délégation des services de renseignement égyptiens dans la ville de Gaza.

L'Égypte est un pays clé dans l'aide à Gaza

L'Égypte est un pilier fondamental de la bande de Gaza, qui couvre une superficie de 365 kilomètres carrés et abrite près de deux millions de Palestiniens. Le rôle et l'exercice de la diplomatie du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi ont été déterminants dans le conflit qui a opposé Israël à la milice islamique Hamas l'année dernière. Il a obtenu un cessez-le-feu par le biais d'une "trêve bilatérale" avec le Hamas, "sans conditions", après des jours de nombreuses offensives au cours desquelles 13 Israéliens et 250 Palestiniens ont été tués. À l'issue des négociations, le Caire s'est engagé à verser 500 millions de dollars pour la reconstruction de toutes les zones dévastées de la bande de Gaza.

Hamas, groupe militant palestinien

Le Hamas est arrivé au pouvoir en 2006 après avoir remporté les élections du Conseil législatif palestinien. Rapidement, des tensions sont apparues avec l'autre faction palestinienne, le Fatah, et les deux factions ont entamé une confrontation militaire en 2007, le Hamas prenant le contrôle de la bande de Gaza, tandis que le Fatah prenait le pouvoir dans des zones autonomes de la Cisjordanie occupée par Israël. Ainsi, depuis l'expulsion du dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et de ses forces loyalistes internationalement reconnues, le Hamas dirige la bande de Gaza, ce qui a conduit à l'imposition d'un blocus par Israël et l'Égypte au cours de la même période. 

Un miembro de las Brigadas Ezzedine al-Qassam, ala militar del movimiento palestino Hamás, participa en un desfile en la ciudad de Gaza el 14 de noviembre de 2021 AFP/ MAHMUD HAMS
AFP/ MAHMUD HAMS - Un membre des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du mouvement palestinien Hamas, participe à un défilé dans la ville de Gaza, le 14 novembre 2021.

Il y a des années, en 2012, avec l'arrivée au pouvoir de l'islamiste Mohamed Morsi au gouvernement égyptien, avec l'aide du groupe terroriste des Frères musulmans, ils ont allégé le blocus imposé à la bande et négocié une brève guerre à Gaza. En outre, le gouvernement Morsi a fait preuve d'une certaine sympathie à l'égard du groupe terroriste Hamas. L'année suivante, le gouvernement islamiste a été renversé par un coup d'État de l'armée égyptienne et de son chef, Al-Sisi, qui a également mené le renversement des Frères musulmans, une organisation terroriste interdite dans le pays.

Le nouveau dirigeant égyptien, Al-Sisi, a adopté dès le départ une position ferme à l'égard du Hamas, ordonnant la destruction d'un réseau de tunnels de contrebande qui soutenait l'économie de Gaza. Malgré cela, le Caire et le Hamas ont entamé une série de rapprochements, qui ont été renforcés par la visite du chef des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel, au chef du Hamas, Yahia Sinwar, visite rendue publique par des photos ayant fait l'objet de fuites. "La logique générale qui régit la politique intérieure et étrangère des dirigeants égyptiens est d'assurer la pérennité du gouvernement. Les relations avec le Hamas n'en sont qu'un exemple", a déclaré Bahey eldin Hassan, directeur de l'Institut d'études des droits de l'homme du Caire.

El presidente egipcio Abdel Fattah al-Sisi durante una conferencia de prensa  REUTERS/COSTAS BALTAS
REUTERS/COSTAS BALTAS - Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi lors d'une conférence de presse 

De même, les relations entre le Hamas et le Fatah, le parti dirigé par Abbas, se sont à nouveau envenimées l'année dernière après l'annulation des premières élections organisées depuis plus de 15 ans. Des tentatives de réconciliation ont eu lieu à plusieurs reprises, souvent négociées par Le Caire, mais elles ont échoué. "L'Égypte veut des arrangements ou même des pressions sur le Hamas afin que la situation n'explose pas", a déclaré Talal Oukal, un analyste politique basé à Gaza.

El presidente egipcio Abdel Fattah al-Sisi se reúne con el presidente palestino Mahmoud Abbas antes de la asamblea general de la ONU de este mes en el palacio presidencial de Ittihadiya en El Cairo, Egipto, el 2 de septiembre de 2021 Oficina del Presidente Palestino (PPO) vía REUTERS
Oficina del Presidente Palestino (PPO) vía REUTERS - Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi rencontre le président palestinien Mahmoud Abbas avant l'Assemblée générale des Nations unies de ce mois-ci au palais présidentiel Ittihadiya au Caire, en Égypte, le 2 septembre 2021.
Relations égypto-israéliennes 

L'Égypte a actuellement une certaine influence sur le Hamas en raison de l'aide qu'elle lui envoie. L'Égypte contrôle également la zone de Rafah, le seul poste frontière de Gaza qui n'est pas sous contrôle israélien. Ainsi, le pays africain continue d'être présent dans la bande de Gaza, et son rôle s'est même intensifié ces derniers mois. Sa présence dans la zone n'a été rendue publique que récemment, la nation s'est engagée depuis des années dans des activités de dialogue dans le plus grand silence entre Israël et le Hamas pour maintenir la paix entre les deux parties, ainsi que pour rechercher la réconciliation entre les factions palestiniennes rivales.

L'Égypte et Israël, après quatre guerres, de nombreux affrontements et des années sans contact officiel, sont destinés à s'entendre. L'année dernière, au lendemain des conflits dans la bande de Gaza, le président égyptien et le Premier ministre israélien Naftali Bennett se sont rencontrés, car le point de friction entre les deux États est la question palestinienne. Au cours de la réunion, dont l'un des principaux sujets était le conflit de Gaza, la péninsule du Sinaï a été très claire dès le départ quant à sa position : "Le président a affirmé le soutien de l'Égypte à tous les efforts déployés pour parvenir à une paix globale au Moyen-Orient, fondée sur la solution à deux États et sur des résolutions de légitimité internationale, qui contribue à améliorer la sécurité et la prospérité de tous les peuples de la région". Le rôle du Caire a été crucial pour parvenir à la trêve tant attendue.

El presidente egipcio Abdel Fattah al-Sisi (R) reuniéndose con el primer ministro israelí Naftali Bennett en la ciudad turística egipcia de Sharm El-Sheikh, en el Mar Rojo. - Bennett se reunió con Sisi en la primera visita a Egipto de un primer ministro israelí en más de una década, el 13 de septiembre de 2021 AFP PHOTO / HO / PRESIDENCIA EGIPCIA
AFP PHOTO / HO / PRESIDENCIA EGIPCIA -Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (R) rencontre le Premier ministre israélien Naftali Bennett dans la station balnéaire égyptienne de Sharm El-Sheikh, sur la mer Rouge. - Le 13 septembre 2021, Bennett a rencontré Sisi lors de la première visite en Égypte d'un premier ministre israélien depuis plus de dix ans.

Le conflit israélo-palestinien de 2021 a duré 11 jours. Pendant ces jours, l'offensive "a permis à l'Égypte de se présenter une fois de plus comme un partenaire de sécurité indispensable pour Israël dans la région, ce qu'elle est, ce qui en fait un partenaire de sécurité indispensable pour les États-Unis", a déclaré Hafsa Halawa, expert au Middle East Institute. "Gaza rappelle à tous, en fait, que l'on ne peut vraiment rien faire sans l'Égypte", a-t-il déclaré.

Le point de passage de Rafah

La ville de Rafah, administrée par les Palestiniens, et son poste-frontière, qui relie la péninsule égyptienne du Sinaï au territoire palestinien, ont été le seul point de passage ouvert en permanence, à titre exceptionnel, alors que les bombardements s'intensifiaient. Grâce à ce point de passage, le Caire a pu envoyer de l'aide humanitaire (médicaments, nourriture, vêtements, etc.) aux Palestiniens, ainsi que des équipes médicales et du matériel d'ingénierie pour aider à enlever les décombres des maisons détruites. 

Un oficial de seguridad palestino monta guardia en el paso fronterizo de Rafah con Egipto, en el sur de la Franja de Gaza AFP/SAID KHATIB
AFP/SAID KHATIB - Un agent de sécurité palestinien monte la garde au poste frontière de Rafah avec l'Égypte, dans le sud de la bande de Gaza.

Depuis juin 2021, le gouvernement égyptien a envoyé des bulldozers, des grues et 50 camions à Gaza pour commencer à reconstruire le territoire, suite à la guerre avec Israël. "Des équipes et des brigades de génie égyptiennes sont entrées dans la bande de Gaza aujourd'hui, vendredi, par le point de passage de Rafah pour aider à enlever les décombres des maisons détruites", a indiqué un bref communiqué de l'agence de presse étatique égyptienne MENA. L'un des chauffeurs de camion a déclaré à Reuters : "Nous avons fui avec tout notre argent, notre équipement et ce que nous avions pour rejoindre les Palestiniens dans la reconstruction. Tous les musulmans et les Égyptiens veulent participer".

Israël a détruit quatre gratte-ciel pendant le conflit, affirmant qu'ils contenaient des infrastructures militaires du Hamas. "Nous espérons qu'il y aura de grands ensembles de projets dans un avenir proche, en particulier les tours qui ont été détruites pendant la guerre", a déclaré. Alaa al-Arraj, du syndicat des entrepreneurs palestiniens, a déclaré que "neuf entreprises palestiniennes participeront aux projets égyptiens, ce qui permettra de créer quelque 16 000 emplois dont le territoire appauvri a tant besoin". Aujourd'hui, il n'existe aucune preuve de cette allégation, et la milice islamique l'a toujours niée.

En esta foto de archivo tomada el 4 de junio de 2021, un convoy de excavadoras proporcionadas por Egipto llega al lado palestino del paso fronterizo de Rafah entre Egipto y el enclave palestino de la Franja de Gaza AFP/ SAID KHATIB
AFP/ SAID KHATIB - Sur cette photo d'archive prise le 4 juin 2021, un convoi de bulldozers fournis par l'Égypte arrive du côté palestinien du poste-frontière de Rafah, entre l'Égypte et l'enclave palestinienne de la bande de Gaza.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a exprimé sa reconnaissance, au nom du groupe terroriste, pour les contributions de l'Égypte et ses efforts pour reconstruire Gaza. Un fonctionnaire gazaoui du ministère du Logement a estimé le coût de la reconstruction à 150 millions de dollars. Par ailleurs, le ministère a estimé que 1 500 maisons ont été détruites pendant l'agression, que 1 700 maisons ont subi des "dommages irréparables" et que 17 000 maisons ont été partiellement endommagées. Les dommages causés par l'offensive ont été considérables en raison des bombardements constants, et on estime qu'il faudra des années pour réparer tous les dégâts.

La présence de l'Égypte dans la bande de Gaza

Pour la nouvelle année, l'Égypte s'est à nouveau engagée à envoyer un certain nombre d'équipes pour continuer à déblayer les décombres, et a promis de construire de grands complexes d'appartements. On ne sait pas exactement combien d'argent a été versé par le pays voisin, mais on sait qu'une partie de l'aide financière sera destinée à "la construction de trois villes qui abriteront quelque 300 000 résidents", selon Naji Sarhan, directeur adjoint du ministère du Logement dirigé par le Hamas. La principale route côtière de Gaza est également en cours de réfection. La réalisation de tous ces projets prendra un an et demi. 

Miembros de una familia palestina ondean banderas egipcias y sostienen un retrato del presidente de Egipto, Abdel Fattah al-Sisi AFP/ MOHAMMED ABED
AFP/ MOHAMMED ABED - Les membres d'une famille palestinienne brandissent des drapeaux égyptiens et tiennent un portrait du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi.

Presque chaque semaine, des membres de délégations égyptiennes se rendent à Gaza pour inspecter les travaux de reconstruction qui ont débuté l'année dernière. Ils ont même ouvert un bureau dans un hôtel de la ville de Gaza pour les représentants techniques qui se trouvent en permanence sur le territoire, et la présence de dizaines de travailleurs détachés, qui dorment dans un abri de fortune dans une école de la ville de Gaza. En outre, cinq jours par semaine, des camions égyptiens remplis de matériaux de construction arrivent et passent par le passage de Rafah, tandis que des cargaisons intermittentes arrivent par un autre passage contrôlé par Israël. En revanche, Suhail Saqqa, un entrepreneur de Gaza impliqué dans la reconstruction palestinienne, a déclaré que "le flux constant de matériaux égyptiens est essentiel", car "les marchandises ne sont pas limitées par les points de passage israéliens, ce qui leur confère une importance capitale", a déclaré Saqqa.

Una retroexcavadora rompe y retira partes del edificio Al-Jawhara, mientras un trabajador recicla varillas de metal de los escombros del edificio, dañado por los ataques aéreos israelíes durante la guerra de Israel con los gobernantes de Hamás en Gaza el pasado mes de mayo, en el centro del barrio de Al-Rimal de la ciudad de Gaza, el lunes 10 de enero de 2022 AP/ADEL HANA
AP/ADEL HANA - Une pelleteuse casse et enlève des parties de l'immeuble Al-Jawhara, tandis qu'un ouvrier recycle des tiges métalliques provenant des décombres de l'immeuble, endommagé par les frappes aériennes israéliennes pendant la guerre d'Israël contre les dirigeants du Hamas à Gaza en mai dernier, dans le centre du quartier Al-Rimal de la ville de Gaza, lundi 10 janvier 2022.

Le rôle croissant de l'Égypte constitue pour le Hamas un outil puissant pour faire respecter la trêve. Alors que la nation africaine peut fermer le poste-frontière de Rafah quand elle le souhaite, rendant impossible les entrées et sorties de la bande de Gaza, "l'Égypte peut étouffer Gaza en un instant si ses exigences ne sont pas satisfaites", a déclaré Maged Mandour, un analyste politique égyptien. Outre l'aide égyptienne, il existe d'autres pays donateurs tels que le Qatar, les Émirats arabes unis et les États-Unis, qui posent tous un certain nombre de conditions au déblocage des fonds. Toutes ces mesures pourraient être plus que suffisantes pour éviter une nouvelle flambée des hostilités à court terme.

Una excavadora despeja el terreno en un tramo de carretera que se está ampliando al norte de la ciudad de Gaza el 30 de octubre de 2021 AFP/ MOHAMMED ABED
AFP/ MOHAMMED ABED - Un bulldozer déblaie le terrain sur un tronçon de route en cours d'élargissement au nord de la ville de Gaza, le 30 octobre 2021.

Il est important de souligner que tant Israël que la plupart des pays occidentaux, le Canada, les États-Unis, le Japon et l'Union européenne, entre autres, considèrent le Hamas comme une organisation terroriste, en raison de son passé d'attaques contre des cibles israéliennes et de son refus d'accepter l'existence d'Israël. En réponse, Israël a imposé une politique de séparation entre la Cisjordanie occupée par Israël et la bande de Gaza.

Le gouvernement israélien actuel a exclu toute négociation de paix significative à Gaza, une affirmation soutenue par le président palestinien basé en Cisjordanie, Mahmoud Abbas, qui bénéficie du soutien de l'Occident. Néanmoins, des mesures ont été prises pour améliorer les conditions de vie des habitants de Gaza, notamment la délivrance de quelque 10 000 permis permettant à ces derniers de travailler en Israël. À tout moment, le Caire, dans son rôle de pacificateur du Moyen-Orient, veut éviter un nouveau cycle de violence, ou du moins le retarder, tout en regagnant son influence sur la scène diplomatique, qui a été affectée après la fermeture du passage de Rafah en août, un acte rejeté par le Hamas car il a aggravé la crise humanitaire à Gaza.  

Palestinos esperan su turno para cruzar a Egipto por el paso fronterizo de Rafah, en el sur de la Franja de Gaza, el 15 de noviembre de 2021 PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - Des Palestiniens attendent leur tour pour passer en Égypte au poste frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 novembre 2021.

L'Égypte, Israël et l'administration américaine, concentrés sur d'autres crises plus importantes, pensent que le maintien du statu quo à Gaza pourrait suffire à maintenir le calme. Pendant ce temps, l'Égypte et Israël continuent d'entretenir des relations diplomatiques, soutenues par Washington, tout comme l'Égypte avec le Hamas et l'Autorité palestinienne.