PUBLICIDAD

Marruecos

L'Éthiopie commence à produire de l'électricité à partir du barrage de la Grande Renaissance éthiopienne

Le pays africain va de l'avant avec cette infrastructure qui a longtemps fait l'objet de controverses avec l'Égypte et le Soudan au sujet de la gestion de l'eau du Nil
Barrage de la Renaissance éthiopienne

PHOTO/AFP/AMANUEL SILESHI  -   Barrage de la Renaissance éthiopienne

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a inauguré la centrale électrique du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) en présence d'éminents dirigeants éthiopiens, dont l'ancien Premier ministre Hailemariam Desalegne et l'ancien président Mulatu Teshome, et dans un contexte de grande attente populaire et médiatique. 

L'Éthiopie a donc franchi une nouvelle étape importante dans le développement des infrastructures du barrage de la Grande Renaissance éthiopienne avec le début de la production d'électricité à partir de cette installation, qu'elle a construite autour du Nil et qui a suscité une controverse avec les voisins africains que sont l'Égypte et le Soudan, des nations qui revendiquent également leurs droits dans la gestion des eaux du Nil. 

Presa del Renacimiento de Etiopía
PHOTO/AFP/AMANUEL SILESHI - Le barrage de la Renaissance en Éthiopie

Comme le rapporte le média Asharq, Abiy Ahmed était en personne à l'inauguration de la première production d'électricité du barrage, qui s'élève à 375 mégawatts. Ahmed a déclaré sur le réseau social Twitter que ce début de production d'électricité est "une bonne nouvelle pour notre continent et les pays en aval avec lesquels nous aspirons à travailler".

Le processus de production d'énergie a donc commencé avec le fonctionnement de la première des deux turbines récemment installées au barrage. La capacité de production de cette première turbine est de 375 mégawatts, tandis que la production d'une deuxième turbine est prévue ultérieurement, portant la production initiale totale de cette première phase à 750 mégawatts. 

Presa del Renacimiento de Etiopía
PHOTO/AFP/AMANUEL SILESHI - Le barrage de la Renaissance en Éthiopie

Malgré les messages du président éthiopien, l'Égypte dénonce les pénuries d'eau que la mise en œuvre du barrage entraînera pour la nation. Le ministre égyptien de l'irrigation, Mohamed Abdel-Aty, a déclaré dans un communiqué officiel que "l'Égypte est l'un des pays les plus pauvres en eau au monde", et a noté qu'"elle fait de grands efforts pour relever les défis de l'eau, en mettant en œuvre un développement global et la modernisation du système de l'eau", en appliquant des mesures pour réhabiliter les canaux et l'irrigation et d'autres installations liées à l'eau et la mise en œuvre de projets de réutilisation et de dessalement de ce bien précieux qui est rare dans de nombreuses régions du continent africain. 

Le ministre a déclaré que "l'Égypte attache de l'importance au projet de corridor de navigation entre le lac Victoria et la Méditerranée", et a expliqué que ce projet "vise à transformer le Nil en un axe de développement" reliant les pays du bassin du Nil afin de réaliser l'intégration régionale, étant donné que "le transport fluvial est l'un des meilleurs moyens de transport", comme l'indique le communiqué officiel. 

Presa del Renacimiento de Etiopía
PHOTO/AFP/AMANUEL SILESHI - Le barrage de la Renaissance en Éthiopie

L'Égypte et l'autre pays en lice, le Soudan, soulignent depuis longtemps que cette infrastructure éthiopienne affecte ces deux nations en aval. Les autorités éthiopiennes estiment toutefois qu'il n'est pas destiné à nuire aux autres pays de la zone d'influence du Nil. Les dirigeants égyptiens et soudanais considèrent le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne comme une "menace existentielle", car ils dépendent fortement du Nil pour l'agriculture, comme l'indique le média Asharq. 

Une fois que l'Éthiopie a annoncé la construction du barrage, des affrontements avec le Soudan et l'Égypte ont éclaté pendant des mois à propos de divers aspects de l'installation, principalement liés à des questions telles que les règlements relatifs au remplissage de l'eau et à la gestion du barrage, les années requises pour le remplissage de l'eau, le système à utiliser en cas de litiges ou de conflits d'intérêts, et les moyens de partager les informations concernant le projet et la gestion du barrage en dehors des périodes de pluie. 

Presa del Renacimiento de Etiopía
PHOTO/AFP/AMANUEL SILESHI - Le barrage de la Renaissance en Éthiopie

Le problème remonte à loin, plus précisément au début de la construction du barrage en avril 2011. L'infrastructure est maintenant terminée à 83 %. L'investissement réalisé par l'Éthiopie s'élève à 5 milliards de dollars et le pays africain prévoit de générer 6 000 mégawatts d'énergie lorsque la construction sera terminée, comme le rapporte Al-Ain News, afin de devenir l'un des acteurs les plus importants en termes de production d'électricité en Afrique et d'utiliser cet élément pour son autosuffisance nationale.

L'Organisation des Nations unies (ONU) a tenté de servir de médiateur dans ce conflit et a appelé à des pourparlers entre les pays concernés sous la médiation de l'Union africaine, mais les désaccords entre l'Éthiopie, d'une part, et l'Égypte et le Soudan, d'autre part, n'ont cessé de se manifester. Tout cela en tenant compte du fait que les pourparlers sur la question étaient au point mort en raison de problèmes internes aux pays, tels que le conflit du Tigré en Éthiopie et l'instabilité politique soudanaise, notamment la démission du Premier ministre Abdallah Hamdok face à la pression militaire.