PUBLICIDAD

Marruecos

La BBC rapporte l'arrestation de trois de ses journalistes lors de manifestations dans la capitale soudanaise

Des manifestations incessantes se poursuivent dans ce pays africain depuis le renversement du gouvernement civil, dirigé par le Premier ministre Abdalla Hamdok, par l'armée
AFP/ ASHRAF SHAZLY - El presidente del Consejo Soberano de Sudán, el general Abdel Fattah al-Burhan

AFP/ ASHRAF SHAZLY  -   Le président du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan.

Les espoirs d'une transition pacifique vers la démocratie s'épuisent au Soudan. La situation dans ce pays africain continue de s'aggraver, tout comme le climat de tension, où les manifestations citoyennes, les arrestations arbitraires, les attaques contre les journalistes et les médias, ainsi que les abus des forces armées et de la police sont à l'ordre du jour. Toutes les manifestations sont durement réprimées par les forces de sécurité et les groupes paramilitaires.

Lundi dernier, une série de manifestations ont été convoquées par les "comités de résistance" dans les rues de Khartoum, dans les villes jumelles d'Omdurman et de Port-Soudan, entre autres régions du pays. Des milliers de citoyens sont descendus dans les rues du pays pour protester contre le coup d'État d'octobre dernier, selon le mouvement pro-démocratie. À un moment donné, "les forces de sécurité ont tiré des balles réelles, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, notamment autour du palais présidentiel à Khartoum", a déclaré le militant Nazim Sirag

protestas sudan
PHOTO DE FICHIER - Des manifestants au Soudan

Dans un développement connexe, le média BBC a rapporté l'arrestation de trois de ses journalistes dans la capitale de l'État pendant la manifestation de lundi. Les journalistes effectuaient un reportage pour le service arabe de la BBC lorsqu'ils ont été arrêtés et emmenés dans un "lieu inconnu" à Khartoum. "Les autorités soudanaises ont détenu aujourd'hui l'équipe de langue arabe de la BBC qui avait été envoyée à Khartoum et accréditée par le ministère soudanais de l'Information", a déclaré la BBC sur son compte Twitter officiel. La captivité n'a même pas duré un jour, puisqu'ils ont été libérés dans la nuit du même jour, selon la BBC. À tout moment, la BBC a "engagé des communications intensives avec les autorités soudanaises pour assurer la libération de l'équipe dès que possible". Les autorités soudanaises n'ont pas commenté ces déclarations.

Protestas en Sudán
PHOTO DE FICHIER - Des manifestants au Soudan

Rapidement, les médias sociaux ont commencé à être inondés d'images de gaz lacrymogènes couvrant les manifestations dans la région de Khartoum ; 35 personnes ont été touchées par les gaz lacrymogènes et six autres ont été blessées aux yeux. Les images montrent également la répression exercée par les forces de sécurité soudanaises, ainsi que les jets de pierres et de bonbonnes de gaz vides par les manifestants sur les forces de sécurité de l'État. En conséquence, "environ 200 manifestants ont été blessés, dont au moins 12 par balle dans la capitale. Aucun décès n'a été signalé", a déclaré Sirag. L'une des victimes de la fusillade est également hospitalisée en raison de son état grave, a indiqué le Comité des médecins du Soudan. 

FOTO/ARCHIVO - Manifestantes en Sudán 
PHOTO DE FICHIER - Des manifestants au Soudan

Les manifestations ont eu lieu une semaine après que le chef de l'armée soudanaise et président du Conseil souverain, Abdel Fattah al-Burhan, a déclaré qu'il "ne remettrait le pouvoir qu'à un gouvernement élu ou à une autorité issue d'un consensus national". L'instabilité de la République n'a cessé de s'aggraver depuis qu'un compromis a été renié le 2 janvier pour parvenir à un accord entre les militaires et le mouvement pro-démocratique sur la composition d'un gouvernement intérimaire, suite à la démission du Premier ministre Abdallah Hamdok.

AFP/ ASHRAF SHAZLY - El ex primer ministro de Sudán, Abdallah Hamdok (centro)
AFP/ ASHRAF SHAZLY - L'ancien Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok (au centre).

La situation dans le pays ralentit le retour au processus de transition vers un gouvernement soudanais démocratique, qui a débuté après trois décennies de répression et d'isolement international sous la présidence autocratique d'Omar al-Bashir et de son gouvernement islamiste. Les manifestations organisées depuis le dernier coup d'État ont entraîné la mort de plus de 70 citoyens et des centaines de personnes ont été blessées.