PUBLICIDAD

Iberdrola

La Chambre des représentants libyenne approuve le budget du gouvernement parallèle, aggravant ainsi la fracture institutionnelle

Le premier ministre de l'Est de la Libye, Fathi Bashagha, s'appuie sur la banque centrale libyenne pour financer ses dépenses
Fathi Bashagha

PHOTO/HoR  -   Le Premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashaga, lors d'une réunion à Misrata avec des leaders sociaux, des militaires et des universitaires

Le fossé entre les administrations parallèles de la Libye s'élargit et semble irréversible. La Chambre des représentants de l'Est a approuvé mercredi le budget annuel du cabinet de Fathi Bashagha, le Premier ministre élu en février dans le cadre d'un nouveau découpage institutionnel face à l'incapacité du chef du gouvernement d'union nationale (GUN), Abdel Hamid Dbeibé, à organiser des élections. C'est la première fois en huit ans que le corps législatif approuve un budget national. 

Le budget a été adopté à l'unanimité. Pas moins de 103 députés ont pris part au vote, 98 depuis le siège de Syrte et cinq par vidéoconférence, bien que la Constitution stipule qu'au moins 120 des 200 membres de la Chambre doivent être présents pour que le budget général soit adopté. En outre, le vote est adopté avec le soutien des deux tiers plus un, soit 17 voix de moins que les 120 nécessaires. 

L'Est soutient que la violation de la constitution est due à la démission ou au décès de certains députés. L'organe n'a pas été soumis à un contrôle électoral depuis 2014 et a rejeté jusqu'à cinq propositions budgétaires faites par l'exécutif dirigé par Dbeibé au cours de l'année dernière, depuis l'instauration du GNU à Tripoli à la fin du processus de paix de Genève.

Banco Central de Libia
PHOTO/BCL  -   De gauche à droite, le Premier ministre par intérim Abdul Hamid Dbeibé, le président du Conseil présidentiel Mohamed Menfi et le président de la Banque centrale de Libye Saddek Omar El-Kaber

Le Parlement a approuvé la mobilisation de 90 milliards de dinars, selon le porte-parole Abdullah Blehiq, soit l'équivalent d'environ 18 milliards d'euros. Ce montant est inférieur à celui proposé par Bashagha pour "reconstruire l'État", qui prévoyait un budget de plus de 94 milliards à répartir en quatre chapitres de dépenses, dont 41 milliards pour les salaires, 8 milliards pour les frais de gestion et de fonctionnement, 17 milliards pour les programmes de développement et de reconstruction et, enfin, 26 milliards pour les subventions publiques, selon les autorités de l'Est. 

L'approbation du budget a été perçue par Tripoli comme un moyen d'exercer davantage de pression sur le gouvernement internationalement reconnu de l'homme d'affaires de Misrata, Abdel Hamid Dbeibé, que certains estiment responsable d'une nouvelle duplicité institutionnelle comme celle que la Libye a connue en 2014 avec le déclenchement de la guerre civile. Depuis l'Est, cependant, on affirme qu'il ne s'agit pas d'un mouvement contre, mais en faveur, et que le nouveau budget permettra de lutter contre la corruption. 

La Banque centrale de Libye (CBL) nouvellement réunifiée et le Bureau d'audit basé à Tripoli devront décider d'approuver ou non le budget de Bashagha. La CBL, dont le gouverneur, Saddek Omar El-Kaber, est en poste depuis 2011 et préside parallèlement la banque Arab Banking Corporation basée à Manama et disposant d'un bureau à Londres, est susceptible de refuser de procéder au décaissement en raison des désaccords de l'agence avec les autorités de l'est. 

El-Kaber a refusé de rencontrer il y a quelques semaines le président de la Chambre des représentants, Aguila Salé, où le partenaire du maréchal Khalifa Haftar entendait négocier le financement du budget du gouvernement parallèle avant même qu'il ne soit approuvé par le parlement. Les sources orientales insistent sur le fait que la CBL est une institution souveraine placée sous l'autorité de l'organe législatif, la Chambre des représentants. Ils sont donc responsables devant la Chambre des représentants, et c'est la Chambre qui nomme ou révoque le chef du CBL. 

" [La Banque centrale de Libye] doit suivre les directives de l'organe législatif. Cela a toujours été le cas en Libye, même sous le régime de Kadhafi", indiquent à Atalayar des sources qui préfèrent rester anonymes. "La précédente législature a nommé Saddek et la Chambre des représentants l'a autorisé à rester à son poste". Pour cette raison, Salé a déclaré en mai que si la CBL et d'autres organismes "obstructeurs" refusaient de financer l'exécutif de Bashagha, ils s'exposeraient à des conséquences pénales en vertu de la Constitution.

"La Chambre des représentants n'a pas le pouvoir de changer le gouverneur de la CBL en vertu de l'accord politique libyen. Ils ont besoin de l'accord du Conseil d'État, conformément à l'article 15 de la Constitution. S'ils pouvaient l'éliminer, ils l'auraient fait il y a longtemps. Ils ont déjà essayé, en nommant un nouveau gouverneur de la CBL, mais le monde a ignoré cette décision unilatérale", explique à Atalayar l'analyste libyen Ahmad Sehweli.

Le scénario de fragmentation politique a également conduit à un arrêt presque complet de la production de pétrole dans le pays. Le ministère du Pétrole et du Gaz a annoncé cette semaine une baisse de 85 % de la production en raison du blocage des installations pétrolières par les manifestants anti-Dbeibé, selon Reuters.

Fathi Bashaga
PHOTO/HoR  -   Le premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashagha

La Libye se retrouve une nouvelle fois face à l'abîme après s'être révélée incapable d'organiser les élections générales prévues pour le 24 décembre. L'analyste libyen Ahmed Sewehli a déclaré à Reuters que l'échec était dû à des "problèmes juridiques". "La Chambre des représentants dirigée par Aguila Salé a décidé d'adopter ses propres lois électorales, sans même avoir l'aval de l'ensemble du Parlement, qui n'ont pas été approuvées par le Haut Conseil présidentiel". Il n'y a pas eu de consensus pour établir un cadre juridique unique et contraignant. 

Dbeibé est arrivé au pouvoir à l'issue du Forum de dialogue politique libyen (FDPL), qui s'est tenu à Genève avec pour mission de remettre le processus électoral sur les rails. Il n'a pas réussi et, depuis l'Est, on prétend que son mandat a expiré en décembre. Pendant ce temps, Tripoli accuse les autorités orientales d'entraver le processus de transition. "Dbeibé a été élu par un groupe de 75 personnes représentatives de la société libyenne dans le cadre de l'ONU. Sur l'autre ticket se trouvaient Bashagha et Salé, et ils ont perdu. Ils ont saboté le processus parce qu'ils n'ont pas accepté la défaite. Ils veulent être au pouvoir", affirme Seweheli. 

Les autorités de l'Ouest estiment que la Chambre des représentants tente d'imposer le mandat de Bashagha afin de se perpétuer au pouvoir. "Bashagha désavoue le gouvernement de Tripoli alors qu'il a combattu à ses côtés il y a trois ans lors de la bataille pour la capitale, lorsqu'il était ministre de l'intérieur dans le gouvernement d'entente nationale de Fayez Al-Sarraj", souligne l'analyste libyen. "Il est passé dans l'autre camp il y a un an".