PUBLICIDAD

Iberdrola

La Chine continue à déplacer ses jetons vers le Moyen-Orient

Le géant asiatique continue de renforcer son influence économique dans des régions telles que le Moyen-Orient et l'Afrique de l'Ouest dans le but d'acquérir du pouvoir dans la gouvernance mondiale et de sécuriser son approvisionnement énergétique
FOTO/AP

FOTO/AP  -   Le président chinois Xi Jinping, à droite, serre la main du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman lors d'une réunion en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, vendredi 30 novembre 2018.

Les tentacules du pouvoir chinois s'étendent en Afrique et au Moyen-Orient 

La République populaire de Chine n'aspire plus à rester "l'usine du monde", ou du moins elle n'est plus la seule chose qu'elle prétend être. Ces dernières années, le géant asiatique a commencé à développer sa présence stratégique dans le monde - notamment dans les sphères économiques et commerciales - dans le but de devenir une grande puissance et de gagner en influence dans la gouvernance mondiale.  

À cette fin, et malgré le paradoxe que cela implique, Xi Jinping s'est imposé comme un ardent défenseur des avantages du libre marché et l'un des principaux promoteurs du processus de mondialisation. Un exemple en est son discours lors de l'ouverture virtuelle du Forum de Davos en 2020, où il a déclaré que "le multilatéralisme est l'architecture de base qui nous donnera l'efficacité pour toutes nos actions coordonnées". Suivant cette feuille de route, le secrétaire général du Comité central du Parti communiste (PCC) et président de la République populaire de Chine depuis 2013 a conduit la signature d'importants accords économiques internationaux, comme le Partenariat économique global régional (RCEP) qui, adopté en 2020, est devenu le plus grand pacte commercial du monde à ce jour. Ses membres représentent à eux seuls 30 % du PIB mondial. 

AP IMAGE/LUKAS COCH  -   Los líderes de la ASEAN para una foto de grupo virtual después de firmar la Asociación Económica Regional Integral (RCEP) durante una ceremonia de firma virtual en la Casa del Parlamento en Canberra, el 15 de noviembre de 2020
AP IMAGE/LUKAS COCH - Les dirigeants de l'ASEAN pour une photo de groupe virtuelle après avoir signé le Partenariat économique global régional (RCEP) lors d'une cérémonie de signature virtuelle au Parlement à Canberra, le 15 novembre 2020.

En fait, la légitimité politique est déjà devenue l'un des principaux outils avec lesquels la Chine cherche à renforcer sa présence internationale. L'accroissement de sa visibilité dans les institutions internationales a fait du pays un partenaire - apparemment - plus fiable, ce qui a entraîné une croissance considérable de son commerce extérieur. En 2021, au milieu d'une pandémie apparemment sans fin et de crises énergétiques et d'approvisionnement, l'économie chinoise n'a pas vu sa tendance à la hausse interrompue, atteignant un excédent commercial de plus de 675 milliards de dollars, soit plus de 30 % de plus que les résultats de l'année précédente. 

Toutes ces questions témoignent sans aucun doute du renforcement de la présence de la Chine dans le monde, qui a inévitablement modifié les équilibres historiques qui régissaient la société internationale jusqu'à présent. L'équilibre mondial des forces penche en faveur de la République populaire de Chine, reléguant les États-Unis d'Amérique au second plan. Au cours des dix dernières années, Pékin a progressivement remplacé Washington comme principal partenaire et fournisseur de l'Amérique latine, de l'Europe, de l'Afrique et de l'Asie. Dans cette dynamique de transition des pouvoirs, plusieurs experts estiment que d'ici 2050, la Chine deviendra la première puissance mondiale.  

AFP/NICOLAS ASFOURI  -   Donald Trump, presidente de Estados Unidos, junto a Xi Jinping, presidente de China
AFP/NICOLAS ASFOURI - L'ancien président américain Donald Trump avec le président chinois Xi Jinping.

Les relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis se sont érodées au cours des dernières années, atteignant leur apogée en 2018, lorsque l'ancien président Donald Trump a déclaré une guerre commerciale au géant asiatique. La politique agressive à l'égard de Pékin, notamment l'augmentation des droits de douane et les restrictions sur les importations et les investissements chinois, a aiguisé les hostilités entre les deux puissances. Parallèlement, l'isolationnisme politique et économique qui a guidé les mesures de l'ancien président a fini par affaiblir l'influence des États-Unis dans la communauté internationale.  

Cependant, Xi Jinping n'a pas laissé passer l'occasion diplomatique et a commencé à profiter du vide de pouvoir que les mesures isolationnistes de Trump ont créé dans les structures internationales. Ainsi, la stratégie de renforcement de son image a conduit Pékin à consolider sa présence dans des institutions telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou les sommets internationaux sur le climat, face au retrait des États-Unis de nombre de ces accords et traités.  

PHOTO/ Nazri Rapaai/Malasia Departamento de Información vía AP  -   El presidente chino Xi Jinping pronunciando un discurso a través de una reunión virtual durante los Diálogos CEO de APEC 2020, antes de la cumbre de líderes de la Cooperación Económica Asia-Pacífico (APEC) en Kuala Lumpur, Malasia, el jueves 19 de noviembre de 2020
PHOTO/ Nazri Rapaai/Malaysia Information Department via AP - Le président chinois Xi Jinping prononçant un discours via une réunion virtuelle lors des Dialogues des PDG de l'APEC 2020, avant le sommet des dirigeants de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Kuala Lumpur, en Malaisie, jeudi 19 novembre 2020.

Aujourd'hui, en termes de relations commerciales, le géant asiatique a commencé à étendre son influence à l'échelle mondiale, en mettant toutefois l'accent sur le Moyen-Orient. À la suite du retrait progressif des États-Unis de la région - qui s'est accentué après le départ des troupes américaines d'Afghanistan - et en utilisant les progrès réalisés dans le cadre de l'initiative "Une ceinture, une route", la Chine a entamé "un changement historique qui commence par une reformulation du plan géopolitique pour le Moyen-Orient", comme l'a déclaré le reporter et journaliste spécialisé dans l'Afrique et le Moyen-Orient, Joseph Dana. 

La Chine au Moyen-Orient ; la nouvelle route de la soie 

"Nous ne devons pas nous attendre à ce que les États-Unis perdent leur position dominante du jour au lendemain, mais le vent tourne et, à moins que l'administration Biden ne trouve une nouvelle façon créative d'engager ses alliés au Moyen-Orient, l'ombre de la Grande Muraille de Chine continuera de planer sur la région, créant ainsi des partenariats plus profonds et une plus grande collaboration. La transformation a déjà commencé", a déclaré Joseph Dana à Al-Arab News.  

PHOTO/AFP  -   Terminal de Contenedores de Comercio Exterior del Puerto de Qingdao, en la provincia oriental de Shandong, China.
PHOTO/AFP -  Terminal à conteneurs pour le commerce extérieur au port de Qingdao, dans la province orientale de Shandong, en Chine.

L'entrée de la Chine dans la région s'est largement appuyée sur la nouvelle route de la soie, également connue sous le nom de "collier de perles". Lancée en 2013, cette initiative s'est imposée comme le projet le plus ambitieux du géant asiatique, comprenant un vaste ensemble de routes commerciales qui relieront de nombreux marchés en Eurasie et en Afrique de l'Ouest. Le plan se compose de deux parties distinctes. Le premier, qui concerne le transport terrestre, est le "corridor" ou "ceinture économique de la route de la soie", tandis que le second a été baptisé "route de la soie maritime du XXIe siècle". La combinaison des deux vise à renforcer les liens avec plus de 70 pays, à relancer l'économie chinoise et à collaborer à l'exportation de la culture chinoise, tout en consolidant l'influence politique et financière de Pékin.  

Ainsi, grâce à cette initiative commerciale, ainsi qu'au renforcement des accords d'assistance militaire et d'exportation de technologies et d'équipements de défense dans la région, la Chine a pris de l'avance sur les États-Unis, qui réévaluent actuellement leur politique de vente d'armes à des alliés historiques comme Riyad en raison du conflit au Yémen. 

Les coûts d'infrastructure requis pour un projet de cette envergure ont été supportés par des entreprises de construction chinoises, soutenues par le gouvernement de Pékin et financées par la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB), la Banque BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et le Fonds de la route de la soie. Toutefois, bien que le pays affirme que cette initiative constituera un formidable élan économique pour les territoires qu'elle traverse, la vérité est que, en termes de construction, les projets d'infrastructure sont et seront exécutés presque exclusivement par des citoyens et des entreprises chinoises.  

ruta de la seda china
AFP/AFP/LAURENCE CHU - Carte montrant les voies routières, ferroviaires et maritimes qui font partie du plan de la Chine pour relever les défis de la mondialisation en faisant revivre l'ancienne route de la soie.

L'objectif fondamental de ce plan est d'inverser le ralentissement économique progressif que connaît le géant asiatique - qui devrait être encore plus important d'ici 2022 en raison de la baisse de la demande - ainsi que de créer de nouveaux marchés pour l'économie chinoise. La création d'infrastructures dans les territoires qu'elles traversent est la clé de la réactivation économique.  

Cependant, l'un des principaux intérêts de Pékin au Moyen-Orient est lié à ses besoins énergétiques. Pékin est l'un des principaux importateurs de pétrole au monde et sa stratégie à long terme dans la région consiste à tisser des liens plus étroits avec les puissances de la région - en particulier celles du Golfe - et à en faire un espace d'influence exclusif. Plus de 40 % des importations de pétrole brut de la Chine proviennent du Moyen-Orient, et la région est également un fournisseur clé de gaz pour le géant asiatique. Pékin est donc tributaire des approvisionnements énergétiques de ces pays, et cette dépendance devrait s'accroître avec l'augmentation de la consommation d'énergie dans les années à venir. 

Le partenariat stratégique global avec l'Iran 

Le rapprochement entre la Chine et l'Iran s'inscrit dans ce processus. Avec la signature du traité de partenariat stratégique global en 2021, pour les 25 prochaines années, les deux pays ont convenu de coopérer dans les domaines de l'énergie, des infrastructures, de la sécurité et des communications. La République islamique a vu son économie stimulée par des millions de dollars d'investissements en provenance de Pékin, tandis que ce dernier se verra garantir un approvisionnement régulier en pétrole persan à un prix fortement réduit.  

"L'Iran est un État clé de l'initiative "la Ceinture et la Route" et un important exportateur de pétrole vers la Chine", a déclaré l'ancien ambassadeur Hua Liming au Global Times de Chine. En effet, en prévision de ce besoin de brut iranien, Pékin a déjà développé une route maritime qui relie directement le port de Bandar Abbas au détroit d'Ormuz.  

AP/NOEL CELIS  -   El ministro de Relaciones Exteriores de China, Wang Yi (Derecha), estrecha la mano del ministro de Relaciones Exteriores de Irán, Mohammad Javad Zarif, durante su reunión en la Casa de Huéspedes del Estado de Diaoyutai en Pekín el 31 de diciembre de 2019
AP/NOEL CELIS - L'Iran et la Chine signent un accord de coopération de 25 ans à la maison d'hôtes d'État de Diaoyutai à Pékin, le 31 décembre 2019.

L'accord a suscité des inquiétudes au sein de l'administration Biden, qui reste fermement décidée à imposer des sanctions au régime iranien pour violation du pacte nucléaire de 2015. Comme si cela ne suffisait pas, la position de la Chine, qui soutient la République islamique et qualifie les amendes à son encontre d'"unilatérales et illégales", n'a pas contribué à apaiser les tensions. Toutefois, s'il est vrai qu'il s'agit de la première alliance majeure de la Chine avec un ennemi historique des États-Unis, le géant asiatique a déjà utilisé cet outil de politique étrangère pour tendre la main à de nombreux autres pays de la région, comme l'Irak et l'Arabie saoudite. 

Le port israélien de Haïfa  

Dans le même temps, l'évolution des relations avec Israël, allié historique des États-Unis, a été plus tortueuse. Toutefois, signe de progrès lents mais constants, Tel Aviv et la société chinoise Shanghai International Port Group (SIPG) ont signé l'année dernière un contrat d'exploitation du port de Haïfa - l'un des principaux ports du pays - pour les 25 prochaines années. Cet accord s'inscrivait dans le cadre de la Nouvelle route de la soie, mais n'a pas été très bien accueilli par le gouvernement de Washington.  

Ces installations portuaires sont d'une nature nettement stratégique et abritent la Sixième flotte américaine lorsqu'elle se déplace. Ainsi, en réponse aux inquiétudes suscitées par la présence chinoise dans une zone d'opérations militaires conjointes, les autorités américaines ont prévenu que la flotte cesserait d'accoster dans le port si elle n'était pas autorisée à effectuer une inspection. Le refus israélien a mis en évidence le fossé entre Tel Aviv et Washington, et laisse entrevoir la possibilité d'une ouverture des relations sino-israéliennes dans un avenir proche.  

PHOTO/REUTERS  -   Área de la costa de Haifa, Israel
PHOTO/REUTERS - Quartier du front de mer de Haïfa, Israël.

"Les intérêts géopolitiques ne s'arrêtent pas à un seul pays, et que cela plaise ou non aux États-Unis, l'empreinte de la Chine au Moyen-Orient s'étend grâce à des décennies de planification minutieuse et de construction lente de relations. De plus, avec l'augmentation des achats de pétrole brut de la Chine au Moyen-Orient et les États-Unis divisés sur la manière de traiter la région à l'avenir, l'influence de la Chine va s'approfondir dans la région, puis dans le monde", conclut le journaliste Joseph Dana.  

Les conflits régionaux 

D'une manière générale, la nature de toutes les relations et alliances que Pékin construit dans la région est essentiellement économique et commerciale. La stratégie de Pékin consiste à éviter les accords politiques ou militaires, qui pourraient l'entraîner dans un conflit et créer des obstacles commerciaux. "La Chine est intéressée par la stabilité de la région afin de pouvoir continuer à développer son commerce, car elle a de nombreux problèmes d'approvisionnement énergétique, tant en gaz qu'en pétrole", a déclaré Pedro Baños, colonel de l'armée de réserve et expert en géopolitique, lors du forum "Géopolitique du Moyen-Orient dans un monde en mutation". 

En ce sens, on pourrait dire que le géant asiatique est devenu un participant responsable de la paix régionale ; même si, dans la pratique, l'abandon des alliances militaires fait douter de la volonté de la Chine d'œuvrer pour la sécurité du Moyen-Orient. La Chine ne souhaite que la stabilité dans la région, sinon les troubles et les conflits finiraient par importer du pétrole et détruire ses investissements sur le territoire. 

PHOTO/AFP - En esta foto de archivo tomada el 6 de febrero de 2009 un supervisor chino da instrucciones a sus compañeros de trabajo en la obra de construcción del Estadio Nacional en Zimpeto, Maputo
PHOTO/AFP - Sur cette photo d'archive prise le 6 février 2009, un superviseur chinois donne des instructions à ses collègues sur le chantier de construction du stade national de Zimpeto, à Maputo.

Ses relations avec l'Afghanistan sont également conçues en ces termes. Craignant que les talibans ne soutiennent les mouvements indépendantistes au Xinjiang, une région du nord-ouest de la Chine habitée par la minorité ouïgoure, et que le pays ne redevienne un refuge pour d'autres groupes terroristes - comme ce fut le cas entre 1996 et 2001 -, Pékin s'est montré disposé à formaliser les relations diplomatiques avec Kaboul. En outre, grâce à sa promesse d'investir dans la reconstruction du pays et à la pression que le gouvernement pakistanais - très dépendant de la Chine - peut exercer sur les autorités afghanes, le géant asiatique espère que les talibans parviendront à garantir la stabilité sur son territoire. 

La Chine sur le continent africain  

De la même manière que l'intérêt de Pékin pour le Moyen-Orient est dû à ses ressources énergétiques, son désir d'expansion en Afrique est motivé par la présence de matières premières et de ressources naturelles moins chères et plus accessibles. Dans le même ordre d'idées, la stratégie de la Chine s'est développée selon des principes similaires : elle a été stimulée par le projet de la nouvelle route de la soie, l'augmentation des exportations de technologies et l'accroissement des investissements. En effet, depuis 2009, la Chine est devenue le principal partenaire commercial de l'Afrique grâce à des investissements dans des secteurs clés tels que la construction et les services.  

 AP PHOTO/LINTASO ZHANG
 AP PHOTO/LINTASO ZHANG -  Photo d'archive du 4 septembre 2018. Sommet de Pékin 2018 du Forum sur la coopération sino-africaine - Conférence en table ronde au Grand Hall du Peuple à Pékin.

En outre, dans ce domaine, la Banque mondiale a reconnu que les facilités de prêt ont été un élément clé du renforcement rapide des relations. Au total, l'investissement cumulé est estimé à plus de 910 millions de dollars. Toutefois, si cette politique mutuellement bénéfique peut sembler être un triomphe en principe, de nombreux analystes affirment qu'il s'agit d'une position beaucoup plus avantageuse pour la Chine que pour les pays africains et qu'à long terme, la pression de la dette pourrait lier le continent à vie