PUBLICIDAD

Iberdrola

La communauté Ahmadiyya dénonce un nouveau meurtre au Pakistan

L'ONU s'est déclarée profondément préoccupée par les graves violations des droits de l'homme dont est victime la communauté Ahmadiyya au Pakistan
comunidad ahmadia asesinato en pakistan

PHOTO/ARCHIVO  -  

Le 12 août 2022, Nasir Ahmad, un ahmadi musulman de 62 ans, a été poignardé à mort au principal arrêt de bus de Rabwah, au Pakistan. Un fanatique religieux l'a poignardé à plusieurs reprises pour ne pas avoir scandé des slogans à la gloire de Khadim Rizvi, un prédicateur pakistanais qui défend les lois injustes du pays sur le blasphème. Ahmad est mort sur place après avoir succombé à des coups de couteau. Le tueur récitait un slogan de Khadim Rizvi au moment de l'attaque. 

M. Nasir Ahmad laisse derrière lui une veuve et 3 filles. Selon les informations reçues, il était un membre actif de la communauté et sa routine du vendredi consistait à se rendre au cimetière comme de nombreux autres Ahmadis musulmans afin de prier pour leurs proches.

 Le tueur Hafiz Muhammad Shahzad Hasan Sialvi Rizvi appartient à un village proche de Silanwali, dans le district de Sargodha, au Pakistan. Il a été admis à la Madrassa Anwar-ul-Quran dans le quartier du commissariat de police de Muhaamad Wala en 2005 et a obtenu son diplôme en 2010. La population de Rabwah est composée à 95 % d'ahmadis musulmans et les ahmadis eux-mêmes ne sont plus en sécurité, même dans cette ville. La campagne de haine contre les Ahmadis musulmans fait qu'aucun Ahmadi ne se sent aujourd'hui en sécurité au Pakistan. Les promoteurs de la campagne de haine sont bien connus, mais le gouvernement ne prend aucune mesure à leur encontre, conformément à la loi. 

Ces meurtres, ces attaques et ces menaces ont créé un profond sentiment d'insécurité parmi les membres de la Communauté ahmadie, tandis que les Ahmadis de tout le Pakistan vivent dans un profond climat de peur. Nous tenons la communauté internationale informée dans l'espoir qu'elle adopte une attitude sévère à l'égard de ces horribles actes de barbarie au Pakistan et qu'elle assure la sécurité des membres pacifiques de la communauté musulmane Ahmadiyya dans ce pays. 

Le 13 juillet 2021, les experts des droits de l'homme des Nations unies ont exprimé leur profonde inquiétude face au manque d'attention portée aux graves violations des droits de l'homme perpétrées à l'encontre de la Communauté ahmadie dans le monde entier et ont appelé les nations à redoubler d'efforts pour mettre fin à la persécution actuelle des ahmadis. 

Nous demandons donc instamment à nos autorités en Espagne d'appeler le gouvernement pakistanais à assumer la responsabilité qui lui incombe d'assurer une protection efficace et la liberté de pratique religieuse aux Ahmadis, de traduire en justice les auteurs de ces attaques odieuses et de mettre ses lois et pratiques en conformité avec les normes internationales, telles qu'énoncées à l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies, aux articles 2 et 18, et aux articles 25 et 26 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.