PUBLICIDAD

Iberdrola

La Coupe du monde du Qatar : un outil de propagande et de soft power

Malgré le nombre élevé d'ouvriers tués pendant la construction des stades et la situation des droits de l'homme dans le pays, le Qatar consolide sa position de puissance régionale grâce à son engagement dans le sport
qatar-world-cup-fifa

AFP/DAVID GANNON  -   Selon une enquête du Guardian, au moins 6 500 travailleurs migrants sont morts au Qatar entre 2011 et 2020

Le Qatar a investi dans le sport, notamment le football, pour tenter d'améliorer son image à l'étranger.

Le coup d'envoi de la Coupe du monde 2022 est donné ce dimanche. Pour la première fois dans l'histoire, l'hôte de la compétition sera un pays arabe. Le Qatar a été sélectionné en 2010 pour accueillir le championnat sportif, devant d'autres pays comme les États-Unis, la Corée du Sud, le Japon et l'Australie. Cependant, depuis sa sélection, la candidature du Qatar est en proie à la controverse. Les accusations de corruption et de pots-de-vin ont également touché la FIFA, Joseph Blatter - alors président de l'organisation - et Michel Platini, président de l'UEFA. 

qatar-world-cup-fifa (5)
AP/MICHAEL PROBST - Le cheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani et le président de la FIFA Joseph Blatter applaudissent alors que la cheika Mozah bint Nasser al-Misned tient le trophée de la Coupe du monde

Au cours des derniers mois, coïncidant avec le compte à rebours avant le début de la Coupe du monde, différentes ONG de défense des droits de l'homme et organisations internationales ont une nouvelle fois mis en garde contre la situation des droits de l'homme au Qatar, ainsi que contre les conditions de travail épouvantables des travailleurs étrangers qui ont construit les stades où, à partir de dimanche, des supporters du monde entier commenceront à arriver pour encourager leurs équipes nationales. 

Selon une enquête de The Guardian, au moins 6500 travailleurs migrants sont morts au Qatar entre 2011 et 2020. Le journal britannique a pointé du doigt le "travail forcé" ou des "formes d'esclavage moderne" comme étant les causes du décès des travailleurs. Une autre étude publiée dans la revue Cardiology révèle que nombre d'entre eux ont perdu la vie à cause des températures élevées du pays. Le document - Heat Stress Impacts on Cardiac Mortality in Nepali Migrant Workers in Qatar - note également que pas moins de 200 des 571 décès dus à des maladies cardiovasculaires entre 2009 et 2017 auraient pu être évités si les mesures nécessaires avaient été mises en œuvre. En raison de la chaleur étouffante qui règne dans le pays du Golfe à différentes périodes de l'année, il n'est pas conseillé de travailler à l'extérieur pendant de longues périodes. Cependant, plusieurs travailleurs migrants ont déclaré travailler plus de 10 heures d'affilée.

qatar-world-cup-fifa (4)
AP/HASSAN AMMAR - Jusqu'à 200 des 571 décès dus à des maladies cardiovasculaires entre 2009 et 2017 auraient pu être évités si les mesures nécessaires avaient été prises par les travailleurs

La plupart des travailleurs migrants viennent de pays asiatiques tels que l'Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Sri Lanka et le Népal, qui a perdu plus de 2 100 de ses citoyens sur le chantier de la Coupe du monde depuis 2010. Selon les données officielles recueillies par le New York Times, une partie des décès est due à des problèmes cardiovasculaires (699) ou à des accidents de la route (198), mais il y a aussi un nombre élevé de suicides (196).

Des professionnels de la santé népalais cités par le journal américain ont souligné que de nombreux jeunes travailleurs qui reviennent du Qatar souffrent d'insuffisance rénale et d'autres problèmes de santé, ce qui les fait mourir quelques années après leur retour au pays. En revanche, les personnes qui meurent dans le pays du Golfe sont renvoyées au pays dans des cercueils, sans autopsie et décrites comme des "morts naturelles". Toutefois, avant de se rendre au Qatar et d'obtenir un permis de travail, les travailleurs migrants doivent passer un examen médical obligatoire.

qatar-fifa-world-cup (2)
AP/HASSAN AMMAR - La plupart des travailleurs migrants viennent de pays asiatiques tels que l'Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Sri Lanka et le Népal
Transporter des sacs de ciment par 50 degrés : "il avait l'impression qu'il allait mourir"

Ram Pateriya, un journaliste indépendant, a eu l'occasion de visiter l'une des chambres de 9 mètres carrés où vivaient 6 travailleurs migrants du Bangladesh et du Népal. Peteriya raconte à Atalayar les conditions épouvantables auxquelles ils ont été confrontés. Ils ont payé 100 euros chacun, soit environ 700 euros pour ce minuscule espace, nourriture comprise. "Ça sent mauvais parce que nous accrochons nos vêtements mouillés à l'intérieur et qu'il n'y a pas de fenêtres", a fait remarquer l'un d'eux à Peteriya. "Quand j'étais au Bangladesh, je rêvais de venir au Qatar et de travailler dur pour pouvoir m'acheter une maison et une voiture, mais la réalité a été différente. Tous mes rêves se sont envolés, je souffre d'une douleur que personne ne peut comprendre", a-t-il déploré.

Le journaliste a également rencontré un travailleur d'origine kenyane qui a payé 1 500 euros à une agence de recrutement pour son visa et ses billets d'avion. "Le jour même de son arrivée à Doha, il a été emmené sur le site de construction. Il m'a expliqué combien il était difficile de travailler par 50 degrés en transportant des sacs de ciment, il avait l'impression d'être sur le point de mourir", explique Pateriya.

qatar-world-cup-fifa (3)
AFP/GABRIEL BOUYS - Doha a cherché à se dissocier des décès et des critiques, affirmant que toutes les accusations font partie d'une "campagne de propagande sans précédent"

Comme les travailleurs asiatiques, le Kenyan vivait dans une minuscule pièce avec cinq autres travailleurs migrants. Le logement - fourni par l'agence - était rempli de plastique et de déchets et ne possédait ni cuisine ni réfrigérateur.

Les nombreuses critiques des ONG à l'égard du Qatar ont incité Doha à prendre certaines mesures, telles que la création de comités de résolution des conflits du travail, qui, selon Mme Pateriya, a été l'une des "étapes les plus encourageantes de la réforme du travail au Qatar".

qatar-fifa-world-cup (3)
AP/HASSAN AMMAR - Avant de se rendre au Qatar et d'obtenir un permis de travail, les travailleurs migrants doivent passer une visite médicale obligatoire

Le journaliste rappelle également l'augmentation des salaires des travailleurs. Cependant, il y a trop de cas pour trop peu de juges, de sorte que les travailleurs attendent des mois avant que leurs demandes ne soient traitées. "Le tribunal du travail traite 25 affaires en une journée, sur les 2 000 dernières plaintes, seules 69 ont été traitées", indique Pateriya. Le journaliste souligne également que de nouvelles lois permettent de condamner des entreprises, mais qu'en réalité, "la culture persistante de l'impunité" se poursuit.

Doha a cherché à se dissocier des décès et des critiques, affirmant que toutes les accusations font partie d'une "campagne de propagande sans précédent". Dans une interview accordée à l'AFP, le ministre qatari du Travail, Ali bin Samikh Al Marri, a déclaré que toutes les critiques étaient fondées sur le "racisme". L'ancien président du Comité national qatari des droits de l'homme remet également en question les chiffres publiés par les médias et les ONG.  "Ils ne veulent pas permettre à un petit pays, un pays arabe, un pays islamique, d'accueillir la Coupe du monde", a déclaré Al Marri, en référence aux détracteurs de la Coupe du monde.

qatar-al-marri
REUTERS/FADI AL-ASSAAD - Ali Bin Samikh Al-Marri lors d'une conférence de presse pour la communauté népalaise et les travailleurs népalais au Qatar
Sportwashing, sécurité nationale et influence régionale 

Le Qatar utilise le football comme un outil de soft power. Outre la Coupe du monde, la compagnie aérienne nationale qatarie a parrainé des équipes telles que Boca Juniors, Barcelone et le Bayern Munich. Le rachat du Paris Saint-Germain par Nasser al-Khelaifi, proche du gouvernement qatari, fait également partie de cette stratégie. Al-Khelaifi est également président du diffuseur qatari beIN Sports et membre du comité exécutif de l'UEFA.

Pour le Qatar, le sport, et en particulier le football, est si pertinent car "il déplace les masses, alimente les passions et mobilise des sentiments tels que l'identité ou l'acceptation", explique l'analyste politique Daniel Patiño Portillo. Mais il souligne également que l'influence du Qatar ne se limite pas au football. "Ils possèdent également le grand magasin Harrods à Londres, une partie d'El Corte Inglés, Tiffany Co., Wolkswagen et Brookfield, une société d'appartements de luxe", ajoute-t-il.

qatar-al-thani
PHOTO/REUTERS - Emir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani

D'autre part, comme l'explique Juan Corellano, journaliste pour La Media Inglesa et réalisateur du documentaire "Qatar : la Coupe du monde à vos pieds", grâce au sport, "une image plus bienveillante est donnée au monde extérieur de ce qu'est réellement votre régime". Toutefois, Corellano souligne que cette méthode n'est pas nouvelle, mentionnant les Jeux olympiques dans l'Allemagne nazie dans les années 1930 et la Coupe du monde de 1978 pendant la dictature argentine.

Au-delà de la propagande, le journaliste souligne que cette stratégie qatarie répond à des enjeux liés à la sécurité nationale du petit pays du Golfe. "Le Qatar est bien conscient qu'il est un tout petit pays et que son voisin est l'Arabie saoudite, qui est une grande puissance militaire", souligne Corellano. Doha a tiré la leçon de l'invasion irakienne du Koweït voisin dans les années 1990. Le Qatar a donc compris que plus on est connu au niveau international et géopolitique, moins on est vulnérable. Le réalisateur de "Qatar : la Coupe du monde à vos pieds" estime que c'est par le sport que cette petite nation arabe s'est fait connaître au monde. 

qatar-fifa-world-cup
AP/HASSAN AMMAR - Le Premier ministre de l'État du Qatar, Khalid Bin Khalifa Bin Abdulaziz Al Thani, reçoit un cadeau du Président de la FIFA, Gianni Infantino 

Outre le sport, le Qatar a orienté ses investissements vers la France, l'un de ses principaux alliés, mais aussi un pays au poids géopolitique et militaire important. "Le Qatar a acheté des avions militaires après que Sarkozy ait négocié le vote de Platini pour que la Coupe du monde s'y déroule, ils ont conclu de nombreux accords avec de nombreuses entreprises dans ce qui serait l'Ibex-35 français", affirme Corellano, qui réitère que la stratégie du Qatar "n'est pas seulement de nettoyer son image, mais aussi d'assurer son avenir".

Outre le football, Doha est impliquée dans la Formule 1, le padel et est membre du Comité international olympique. "Il faut reconnaître que le Qatar a été l'un des premiers pays à voir le pouvoir du soft power, non seulement dans le sport, mais aussi à travers les médias, comme Al Jazeera", explique le journaliste. En plus d'Al Jazeera, le Qatar utilise beIN Sports - l'un des principaux clients de l'UEFA - dans le même but.

al-khelaifi-qatar-psg
REUTERS/CHARLES PLATIAU - Nasser al-Khelaifi, président et directeur général du Paris Saint-Germain

Compte tenu de l'importance et de l'influence de ce média, pendant le blocus du Qatar, l'Arabie saoudite a directement attaqué beIN Sports, démontrant ainsi la pertinence de la chaîne pour Doha et ses intérêts. Une chaîne pirate saoudienne, beoutQ, a commencé à diffuser illégalement du contenu médiatique qatari, ce qui a porté préjudice à beIN Sport sur le plan financier.

Par la suite, une fois le blocus du Qatar levé, Riyad a autorisé la diffusion de beIN Sports et une société saoudienne est devenue le partenaire publicitaire exclusif de la chaîne sportive grâce à un accord de 150 millions de dollars. À cet égard, il convient de noter que l'Arabie saoudite - ainsi que les Émirats arabes unis - bénéficieront également de la compétition sportive qui se déroulera dans son pays voisin. Les compagnies aériennes et les hôtels des Émirats saoudiens joueront un rôle clé dans le déplacement et l'hébergement des supporters qui assisteront à la Coupe du monde. 

bein-sports-qatar
PHOTO/SHARIL BABU - Compte tenu de l'importance et de l'influence de ce média, pendant le blocus du Qatar, l'Arabie saoudite a directement attaqué beIN Sports

Le Qatar utilise le sportwashing pour améliorer son image et défendre ses intérêts de sécurité nationale, mais aussi pour gagner en pertinence régionale. "Parfois, le sport peut avoir une portée que la politique n'a pas. Si Doha joue un rôle dans ce domaine, elle gagnera en influence dans la région", déclare Guillermo Calderón López, journaliste et analyste international. En outre, comme l'écrit Francesco Sicardi dans le Carnegie Middle East Center, une fois le tournoi terminé, le gouvernement qatari se fixera de nouvelles ambitions internationales, comme équilibrer sa position entre la Chine et les États-Unis, résoudre la crise énergétique de l'Europe ou devenir un centre régional d'énergie verte.

biden-al-thani-qatar-eeuu
AFP/NICHOLAS KAMM - Dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la crise énergétique en Europe, les États-Unis font du Qatar un "allié majeur" en dehors de l'OTAN
Les critiques sont le principal défi de Doha

Mais atteint-elle vraiment ses objectifs ? Depuis qu'il a été annoncé que le Qatar accueillerait la Coupe du monde 2022, les critiques à l'encontre du pays n'ont pas cessé. Outre la situation des travailleurs migrants, les organisations internationales ont dénoncé les abus constants dont sont victimes les femmes et les membres de la communauté LGBTI+, ainsi que le soutien financier du Qatar aux groupes extrémistes. Ainsi, si beaucoup reconnaissent que Doha a fait un excellent travail de soft power, d'autres analystes soulignent que les nombreuses critiques empêchent le régime Al-Thani d'atteindre ses objectifs.

"À l'approche de la Coupe du monde, la publicité négative sur la compétition s'est accrue. Le soft power ne serait alors pas aussi efficace que l'émirat l'avait espéré", affirme Calderón López. Corellano, pour sa part, rappelle que "beaucoup de gens parlent de la façon dont ils ont déjà perdu cette Coupe du monde, parce qu'on s'en souviendra toujours avec une image négative au niveau international". 

qatar-mundial-futbol_0
REUTERS/HANNAH MCKAYAR -  Depuis qu'il a été annoncé que le Qatar accueillerait la Coupe du monde 2022, les critiques à l'encontre du pays n'ont pas cessé

Récemment, à l'approche du début de la Coupe du monde, les autorités qataries ont elles-mêmes répondu aux critiques formulées à l'encontre de leur pays, ce qui ne s'était jamais produit auparavant. "Nous avons vu qu'ils sont sortis pour se défendre avec beaucoup plus de véhémence, en disant même qu'il s'agissait de critiques qui frisaient le racisme basé sur des préjugés, donc évidemment ils sont contrariés par toutes ces critiques", a remarqué Corellano, qui reconnaît que cette Coupe du monde "a beaucoup de chocs culturels". "C'est la première Coupe du monde organisée dans un pays arabe, ce qui signifie une société très différente avec des valeurs très différentes", conclut le journaliste.

Toutefois, Patiño Portillo estime que "le grand public n'est pas choqué par le fait que la Coupe du monde va se jouer sur le sang de milliers d'ouvriers tués lors de travaux de construction". L'analyste ajoute que, malgré les nombreuses critiques et tentatives de boycott, "la compétition se poursuit, tandis que le PSG continue à jouer et à signer". "Il y a eu des critiques et des déclarations de rejet, mais aucune d'entre elles n'est vraiment assez pertinente pour ébranler les fondements de l'opération d'amélioration de son image que ce pays a engagée", remarque-t-il. 

qatar-world-cup-fifa (2)
AFP/JEWEL SAMAD - Analystes soulignent que les nombreuses critiques empêchent le régime Al-Thani d'atteindre ses objectifs

Outre les critiques, un autre défi auquel le Qatar devra faire face pendant cette Coupe du monde est la sécurité. Depuis des années, Doha est liée à des groupes extrémistes dans la région. "La Banque nationale du Qatar - la banque de la Coupe du monde - a participé au financement du Front al-Nusra, l'ancienne branche d'Al-Qaïda en Syrie", explique Calderón López. De hauts responsables qataris ont été accusés de financer des organisations fondamentalistes, notamment des hommes liés à la fédération qatarie de football. 

Règles en compétition

Depuis des mois, les autorités qataries exhortent les supporters qui souhaitent assister à la Coupe du monde à respecter les valeurs et les coutumes nationales. Cela signifie que, pendant cette Coupe du monde, l'alcool sera réduit par rapport aux Coupes du monde précédentes. Bien que le gouvernement ait mis en place des zones où la consommation de boissons alcoolisées est autorisée, il a récemment été signalé que des travailleurs ont commencé à déplacer les tentes de bière Budweiser, l'un des sponsors de la FIFA. En matière de drogues, Doha appliquera sa politique de "tolérance zéro", en expulsant, en infligeant des amendes et même en emprisonnant ceux qui consomment ou vendent des substances illégales. 

qatar-mundial-fifa
AFP/AFP - Cartes du Qatar et de la région de Doha, où se dérouleront tous les matches de la Coupe du Monde de la FIFA 2022

Les autorités qataries exigent également que les hommes et les femmes s'habillent conformément aux valeurs nationales, en couvrant les épaules et les genoux. Ils ont également mis en garde contre les relations sexuelles extraconjugales. À cet égard, la situation des homosexuels est particulièrement sensible. Les relations entre personnes de même sexe sont interdites au Qatar et peuvent être sanctionnées par des peines et des sanctions sévères. 

L'ambassadeur de la Coupe du monde, Khalid Salman, a assuré lors d'une interview à la télévision publique allemande (ZDF) que toute personne visitant le pays pendant la Coupe du monde "devra se conformer aux règles". En plus de cet avertissement, Salman a qualifié l'homosexualité de "dommage mental".

qatar-fifa-world-cup (1)
AFP/DANIEL RONALD - L'équipe nationale allemande de football sur les marches d'un avion Lufthansa décoré de la phrase "La diversité gagne"

Comme les homosexuels, les femmes ne seront pas protégées par la loi si elles sont victimes d'agressions ou d'abus sexuels, comme ce fut le cas pour la journaliste mexicaine Paola Schietekat, qui a été violée à Doha par un autre journaliste colombien. Schietekat a d'abord été condamnée à sept ans de prison et à 100 coups de fouet, mais a finalement été acquittée des accusations portées contre elle.

En raison de la situation des femmes, des homosexuels et des travailleurs migrants, des joueurs, des entraîneurs et même des supporters ont exprimé leur rejet de la Coupe du monde au Qatar. Quelques semaines avant le début de la compétition, plusieurs supporters de différentes équipes allemandes ont manifesté contre les violations des droits de l'homme et du travail, appelant même au boycott du tournoi. 

qatar-world-cup-boycott
AFP/  INA FASSBENDER - Des supporters de Dortmund déploient des banderoles appelant au boycott de la Coupe du monde au Qatar

Le port d'un brassard avec le drapeau LGTBI+ est une autre mesure prise par certaines équipes et certains joueurs pour montrer leur désaccord avec les lois homophobes du Qatar. La campagne "One Love" consiste à ce que les capitaines des équipes nationales portent le brassard aux couleurs de l'arc-en-ciel. L'Angleterre, l'Allemagne, la Suède et la Norvège figurent parmi les pays qui se joindront à l'initiative, bien que d'autres, comme la France, aient déjà annoncé qu'ils ne le feraient pas. Le capitaine de l'équipe de France, Hugo Lloris, a déclaré que, tout comme les Français attendent des étrangers qu'ils respectent les règles lorsqu'ils voyagent dans le pays, il fera de même au Qatar. 

qatar-world-cup-fifa
REUTERS/MARKO DJURICA - Les autorités qataries exigent également que les hommes et les femmes s'habillent conformément aux valeurs nationales, en couvrant les épaules et les genoux

Malgré les tentatives de Doha de montrer un visage amical lors de cette compétition, les autorités du pays restent au centre de la controverse. A quelques jours de l'ouverture de la Coupe du monde, le journaliste danois Rasmus Tantholdt a dénoncé la censure des forces de sécurité.

Le reporter, qui effectuait un reportage en direct pour la chaîne TV2 Nyhederne, a été interrompu par plusieurs Qataris qui ont tenté de couper la diffusion. "Cela arrivera-t-il aussi à d'autres médias ?" a demandé Tantholdt sur Twitter, quelques jours avant que le ballon ne commence à rouler au stade Al Khor.