PUBLICIDAD

Iberdrola

La crise du gaz en Europe

Suite à l'annonce de l'Allemagne de suspendre le processus de certification de Nord Stream 2, les prix du gaz ont augmenté. Ce gazoduc joue un rôle clé dans les relations entre Bruxelles et Moscou
Logotipo del proyecto de gasoducto Nord Stream 2 se ve en un tubo de gran diámetro en la planta de laminación de tubos de Chelabinsk, propiedad de ChelPipe Group, en Chelabinsk, Rusia

REUTERS/MAXIM SHEMETOV  -   Logo du projet de gazoduc Nord Stream 2 sur un tuyau de grand diamètre à l'usine de laminage de tuyaux de Chelabinsk appartenant au groupe ChelPipe à Chelabinsk, en Russie.

La Russie est le principal fournisseur de gaz à l'Europe. 

L'Europe, comme de nombreuses autres régions du monde, connaît actuellement une crise énergétique. Depuis le début de l'année, le prix du gaz naturel a augmenté de 110 %, tandis que le prix du pétrole Brent, qui est principalement extrait de la mer du Nord, a augmenté de 50 % sur le continent. Par ailleurs, pour la première fois depuis près de deux ans, le prix du baril de Brent a atteint 80 dollars. Le charbon est également dans une situation critique, car l'Inde, l'un des principaux producteurs, souffre d'une pénurie de charbon.  

Toutefois, l'Europe, bien qu'elle ait connu une forte hausse des prix de l'énergie, ne subit pas les mêmes effets graves que la Chine, où le rationnement de l'électricité a déjà commencé. Malgré cela, les réserves de gaz naturel sont à des niveaux historiquement bas. Selon Gas Infrastructure Europe, le stockage de gaz naturel se situe actuellement à environ 76 %, alors qu'à la même époque l'année dernière, il était rempli à 95 %. D'autre part, certains pays comme l'Autriche ont mis en garde contre une éventuelle panne d'électricité qui pourrait durer des semaines. "La question n'est pas de savoir s'il y aura une panne majeure, mais quand", a déclaré la ministre autrichienne de la défense, Klaudia Tanner. Les autorités allemandes ont emboîté le pas à leurs voisins et ont choisi de fournir des conseils aux citoyens dans l'éventualité d'un tel événement. 

gas ucrania
AP/GENVA SAVILOV - Un employé tourne une vanne dans une installation de gaz lors d'un exercice de formation d'urgence dans la ville de Boyarka, dans la région de Kiev.

En ce sens, l'Europe doit chercher des moyens de faire face à cette pénurie d'énergie qui pourrait avoir de graves conséquences. "L'Europe doit importer environ 70 % du gaz dont elle a besoin, et cette proportion devrait augmenter dans les années à venir", a déclaré l'UE dans un communiqué sur 2020. La plupart de ce gaz provient de Russie, plus précisément du monopole d'État Gazprom. Gazprom est également la plus grande entreprise de gaz naturel au monde avec 158,2 mille kilomètres de pipelines. La situation politique actuelle entre l'Union européenne et la Russie conditionne la livraison de ce produit énergétique. 

L'Allemagne suspend le processus de certification de Nord Stream 2 

Récemment, la Bundesnetzagentur, l'agence qui réglemente le secteur de l'énergie en Allemagne, a suspendu la procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2. Selon le communiqué de l'institution, la société basée en Suisse en charge du projet ne pourra obtenir la validation que si "elle est organisée de manière légale conformément à la loi allemande". Selon l'Agence, la société qui gère la partie allemande du projet n'est pas conforme à la législation allemande et ne remplit pas les conditions requises par la loi allemande pour être considérée comme un opérateur "indépendant".  

Elle a également souligné que l'oléoduc ne pouvait pas commencer à fonctionner sans cette approbation, faute de quoi des sanctions pourraient être imposées. "Une certification de l'opérateur du gazoduc Nord Stream 2 ne peut être envisagée que si l'opérateur adopte une forme juridique relevant du droit allemand", a déclaré l'agence. Suite à l'annonce de l'agence allemande, le prix du gaz sur les marchés internationaux a augmenté de 15,24%. Gazprom a également été touché, le cours de son action ayant chuté de 2 %. 

gazprom
REUTERS/BENOIT TESSIER - Photo d'archive, logo de Gazprom lors de la 26e Conférence mondiale sur le gaz à Paris, France, le 2 juin 2015.

Le gazoduc pourrait résoudre une partie du problème énergétique actuel de l'Europe, car il permettrait d'acheminer deux fois plus de gaz en Europe, ce qui pourrait alimenter 26 millions de foyers. "La certification se déroule assez lentement ; le projet sera très probablement lancé au mieux à la fin de la saison de chauffage", a déclaré à l'agence TASS Dmitry Marinchenko, chef du groupe des ressources naturelles et des matières premières du groupe financier Fitch. Toutefois, selon les experts, le début de l'exploitation pourrait être reporté à l'été prochain. 

Cette décision, a déclaré à l'agence de presse russe Konstantin Kosachyov, vice-président de la chambre haute du parlement russe, "ne profite pas à l'Union européenne". Le président russe Vladimir Poutine a précédemment déclaré que Nord Stream 2 serait "sans aucun doute un projet absolument bénéfique pour l'économie européenne". 

gasoducto nord stream 2
AFP/AFP - Carte de l'Europe avec le réseau de gazoducs, y compris Nord Stream 2.

D'autre part, les autorités russes ont également exprimé leur compréhension à l'égard de la décision allemande, en faisant valoir que la licence pour le gazoduc est un "processus complexe". Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré qu'il ne voyait "aucune motivation politique derrière cette mesure". Avec la suspension temporaire de Nord Stream 2, l'Europe n'est actuellement approvisionnée que par le gazoduc Yamal-Europe, qui passe par le Belarus, la Pologne et l'Allemagne, et celui qui traverse l'Ukraine.  

Nord Stream 2 est un gazoduc du géant gazier Gazprom qui vise à approvisionner l'Europe occidentale en gaz de la mer Baltique sans passer par l'Ukraine. Le projet a été lancé en 2005, à la suite d'un accord entre Poutine et l'ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder. Les travaux sur le méga-projet, qui s'étend du fond de la Baltique jusqu'à la côte du nord de l'Allemagne, se sont achevés en septembre avec la construction de 1 224 kilomètres de gazoduc. En termes de financement, un investissement de 2,5 milliards de dollars est estimé. Cependant, depuis sa création, ce gazoduc a suscité la controverse parmi les pays européens, malgré le fait que certaines entreprises européennes aient participé à sa construction, comme OMV, Wintershall Rea, Engie, Uniper et Shell. C'est pourquoi, en raison de son grand poids politique, Nord Stream n'est plus seulement un projet énergétique. 

merkel
REUTERS/MICHAEL KAPPELER - La chancelière allemande Angela Merkel

Certains États ont fait remarquer que Nord Stream 2 entraînerait une dépendance négative à l'égard de la Russie, surtout en ce moment, où les liens entre Bruxelles et Moscou ne sont pas au mieux en raison, notamment, de la crise migratoire à la frontière entre le Belarus et la Pologne. En outre, l'empoisonnement d'Alexei Navalny, figure de l'opposition, l'année dernière, a provoqué un profond désaccord entre les deux pouvoirs. L'UE a sanctionné plusieurs responsables russes et expulsé trois diplomates du territoire de l'UE. En outre, la condamnation ultérieure de Navalny a ravivé les tensions.   

L'Ukraine, principal victime du gazoduc Nord Stream 2  

En ce sens, il est également nécessaire de souligner le cas de l'Ukraine, l'un des pays qui serait le plus lésé par la mise en œuvre de Nord Stream 2. Si ce gazoduc commence à fonctionner, le gaz russe ne passerait plus par le territoire ukrainien, ce qui signifierait que Kiev perdrait des millions d'euros en droits de transit

ue-ucrania
AFP PHOTO / Ukrainian Presidential Press Service - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (C), le chef du Conseil européen Charles Michel (G) et la chef de la Commission européenne Ursula von der Leyen (D) posent pour une photo lors de leur réunion à Kiev, le 12 octobre 2021.

Ce projet "pose de nouveaux défis à l'Ukraine en plus de ceux qui existent déjà", a averti le président ukrainien Volodimir Zelenski lors d'un sommet à Kiev en octobre dernier avec plusieurs autorités européennes. "La sécurité énergétique est cruciale pour l'indépendance de l'Ukraine. Il est nécessaire de développer une vision commune à long terme de la sécurité énergétique en Europe", a-t-il ajouté. 

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel, président du Conseil européen, ont déclaré qu'ils renforceraient la coopération entre Bruxelles et Kiev. Les deux hauts dirigeants de l'UE ont également annoncé qu'ils travaillaient "sur l'indépendance énergétique, qui est vitale pour l'Ukraine et pour l'Union européenne".  

ucrania rusia
AFP PHOTO /UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (C) lors de sa visite des avant-postes de l'armée ukrainienne dans la région de Kherson, à la frontière administrative avec la Crimée annexée par la Russie.

Zelenski a également accusé Moscou de modifier parfois la quantité de gaz, allant jusqu'à définir Nord Strem 2 "comme une arme". "Je pense que ne pas avertir que c'est une arme dangereuse, non seulement pour l'Ukraine mais pour toute l'Europe, est une erreur", a déclaré le dirigeant ukrainien lors d'une rencontre avec Angela Merkel en août. Lors de la réunion, Merkel a assuré à son partenaire que l'Europe ne permettrait pas à Poutine d'utiliser le gaz comme une "arme politique", et a même menacé de sanctions contre Moscou en cas de blocus énergétique contre l'Ukraine.  

Les plaies ouvertes par le conflit du Donbas entre la Russie et l'Ukraine ne sont pas encore cicatrisées. La région reste le principal point de discorde entre les deux pays, un différend qui a débordé sur l'UE, qui n'a pas hésité à adopter une position pro-Kiev contre Moscou. Bruxelles a également critiqué l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, un processus qu'elle considère comme "illégal", comme l'ont fait de nombreux autres pays, dont les États-Unis. 

merkel-ucrania
PHOTO/AFP - La chancelière allemande Angela Merkel (à gauche) et le président ukrainien Volodymyr Zelensky assistent à une réunion au palais Mariinsky à Kiev, le 22 août 2021.
Nord Stream 2 dans le point de mire des États-Unis 

Washington a également manifesté son soutien au gouvernement ukrainien dans ce conflit, en raison notamment de la forte inimitié qu'il entretient avec Moscou, qui s'est accentuée surtout depuis l'arrivée de Joe Biden à la présidence. Les relations actuelles entre les États-Unis et la Russie sont connues sous le nom de "nouvelle guerre froide" en raison des fortes tensions entre les deux puissances.  

Dans ce contexte, Washington, en plus de soutenir Kiev, s'est également prononcé à plusieurs reprises sur le gazoduc controversé Nord Stream 2. Les États-Unis s'opposent à ce projet car, comme ils l'ont souligné, il servira à la Russie à étendre sa domination sur l'Europe. Elle considère également Nord Stream 2 comme un concurrent de taille pour le gaz naturel américain. Quel est donc l'objectif principal de Washington : protéger l'Europe de cette "influence russe" ou défendre ses intérêts tout en nuisant à Moscou ? 

gasoducto
AFP/ALEXANDER NEMOV - Pipelines entrants menant au champ de gaz de Bovanenkovo sur la péninsule de Yamal, dans le cercle polaire.

Le Sénat américain, sous l'administration de l'ancien président Donald Trump, a approuvé des sanctions contre les entreprises liées à la construction du gazoduc, dont certaines, comme indiqué plus haut, sont européennes. L'ancien président a qualifié ce projet d'"outil de coercition" et a prévenu que l'Allemagne pourrait devenir un "otage de la Russie".  

Comme il fallait s'y attendre, le Vieux Continent a critiqué les décisions américaines pour leur ingérence dans les affaires européennes. Merkel a désapprouvé les "sanctions extraterritoriales", tandis que le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Mass, a qualifié ces sanctions d'"ingérence dans les décisions autonomes prises en Europe". D'autre part, la Russie, principale partie touchée par les sanctions, a assuré qu'elle continuerait à développer des infrastructures "indépendamment des sanctions de quiconque".  

Le changement de présidence n'a pas modifié la position des États-Unis sur l'oléoduc russo-européen. Malgré les tentatives de Joe Biden de se dissocier des actions de son prédécesseur, dans de nombreux cas, il a maintenu la même politique étrangère. Le président actuel a suivi l'exemple de Trump sur des questions telles que la Chine et la Russie, ce qui explique qu'il ait également critiqué Nord Stream 2. Il a toutefois souligné la nécessité de protéger l'approvisionnement énergétique de l'Ukraine

trump-biden
AFP/MORRY GASH & JIM WATSON - Combinaison d'images d'archives de l'ancien président américain Donald Trump (à gauche) et de l'actuel président américain Joe Biden.
La Pologne en faveur de la suspension de Nord Stream 2 

Varsovie se range aux côtés de Kiev et d'autres pays du Nord en ce qui concerne le gazoduc de Gazprom. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré dans une interview au journal allemand Bild que "Nord Stream 2 doit être arrêté". Morawiecki a exhorté l'Allemagne à cesser de donner de l'argent "supplémentaire" à la Russie en lui achetant du gaz. "Nous devons travailler ensemble pour la paix, et ne pas donner au président Vladimir Poutine de l'argent supplémentaire sous forme de paiements pour des ressources énergétiques, avec lequel il peut continuer à construire des armes", a commenté le premier ministre polonais.   

Morawiecki a fait ces commentaires peu après avoir accusé la Russie d'être à l'origine de la crise migratoire actuelle à sa frontière. Le dirigeant polonais a désigné Poutine comme le "cerveau" de l'attaque hybride à la frontière de l'UE. La semaine dernière, des milliers de migrants, pour la plupart originaires d'Irak, sont arrivés aux portes de la Pologne après que les autorités biélorusses les ont autorisés à passer dans la région. À présent, toutes ces personnes, dont de nombreux enfants et bébés, sont piégées dans un no man's land, car la Pologne ne leur permet pas d'avancer et le Belarus ne leur permet pas de reculer. En raison des basses températures, plusieurs personnes sont déjà mortes d'hypothermie. Le gouvernement irakien a déjà pris des mesures ; Bagdad a affrété un vol de rapatriement pour leurs nations depuis le Belarus.  

polonia
REUTERS/PASCAL ROSSIGNOL - Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'exprime alors qu'il assiste à une conférence de presse après un sommet des dirigeants de l'Union européenne à Bruxelles, en Belgique, le 22 octobre 2021.

Toutefois, bien que cette situation soit désormais très médiatisée, les pays baltes, ainsi que la Pologne, sont aux prises avec ce défi depuis plusieurs mois. C'est pourquoi la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie ont pris position avec la Pologne dans ce litige.  

Loukachenko menace d'arrêter le transit de gaz vers l'Europe 

En raison des sanctions et des critiques de Bruxelles à l'encontre du Belarus au sujet de la crise migratoire, Alexandre Loukachenko a même menacé de suspendre l'acheminement du gaz naturel. "Nous fournissons de la chaleur à l'Europe et ils nous défient en fermant la frontière. Que se passera-t-il si nous bloquons le transit du gaz naturel ?. Je conseillerais aux dirigeants de la Pologne, de la Lituanie et d'autres personnes stupides de réfléchir longuement avant de faire quelque chose comme ça", a déclaré le dirigeant biélorusse à l'agence de presse d'État Belta, ce qui a accentué l'escalade entre Minsk et Bruxelles.  

Malgré ces graves menaces, le commissaire européen à l'économie, Paolo Gentiloni, a assuré que l'UE "ne se laissera pas intimider". Toutefois, les paroles de Loukachenko se sont transformées en actes, puisque "Gomeltransneft Druzhba", l'exploitant du gazoduc biélorusse, a annoncé mercredi qu'il avait réduit ses livraisons de gaz à la Pologne pendant trois jours en raison de "travaux de maintenance imprévus", a rapporté l'agence de presse TASS.  

ucrania rusia
AP/ALEXEI NIKOLSKY - Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président biélorusse Alexandre Loukachenko posent pour une photo lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Toutefois, Loukachenko ne peut agir seul sur cette question et a besoin de l'approbation de Poutine, le principal soutien international du régime bélarussien. Le dirigeant russe a déjà annoncé dans une interview à la chaîne russe Russiya 24 que les décisions unilatérales du Belarus pourraient affecter les relations politiques entre les deux pays. "La fermeture par la Biélorussie du transit de gaz vers l'Europe sera une violation de notre comptoir de transit, j'espère qu'on n'en arrivera pas là", a prévenu Poutine. Le président russe a également choisi d'augmenter les livraisons de gaz via le gazoduc Yamal-Europe. Selon l'agence TASS, le volume de gaz de la semaine dernière a atteint 860 000 mètres cubes par heure, contre 360 000 mètres cubes par heure. Poutine a également critiqué l'Europe pour la crise énergétique actuelle. Lors d'une session au forum de la Semaine russe de l'énergie, le président russe a souligné que cette situation est due à "l'imprévisibilité du stockage des réserves".

Dans ce contexte, les États-Unis ont une nouvelle fois mis en garde contre les plans russes visant à utiliser l'énergie comme une "arme". "Je pense que nous nous rapprochons de cette ligne si la Russie a réellement le gaz à fournir et choisit de ne pas le faire, et elle ne le fera que si l'Europe acquiesce à d'autres demandes sans rapport", a averti Amos Hochstein, coordinateur de l'énergie dans l'administration Biden. Hochstein est un opposant clé de Nord Stream 2 au sein du gouvernement américain.  

nord stream 2
AFP/AFP - Carte de l'Europe avec le réseau de gazoducs (opérationnel et en construction)

Alors que l'Europe entre dans l'hiver, les prix élevés de l'énergie font des ravages sur les économies des ménages et des entreprises. Malgré la suspension temporaire de Nord Stream 2 et les querelles politiques, la Russie restera le principal fournisseur de gaz de l'Europe. Malgré cela, la méfiance de l'UE à l'égard de la Russie reste latente, allant même jusqu'à accuser Moscou d'être à l'origine de la crise énergétique. Quarante membres du Parlement européen ont exhorté la Commission à lancer une enquête sur Gazprom et sa possible rétention de gaz afin de faire pression sur le continent pour qu'il approuve l'exploitation de Nord Stream 2. Bien que certains experts et politiciens aient également évoqué la possibilité que la Russie elle-même connaisse une pénurie de gaz et tente donc de gérer ses propres réserves.