PUBLICIDAD

Iberdrola

La crise migratoire à la frontière polonaise aggrave la litige entre Bruxelles et Minsk

Des milliers de personnes y sont détenues dans des conditions inhumaines. Entre-temps, Varsovie n'exclut pas une "escalade armée"
Cientos de migrantes acampan en el lado bielorruso de la frontera con Polonia, cerca de Kuznica Bialostocka, Polonia, en esta fotografía difundida por el Ministerio de Defensa polaco, el 10 de noviembre de 2021

PHOTO/REUTERS  -   Des centaines de migrants campent du côté biélorusse de la frontière avec la Pologne, près de Kuznica Bialostocka, en Pologne, sur cette photo publiée par le ministère polonais de la Défense, le 10 novembre 2021.

La frontière entre la Pologne et le Bélarus est le théâtre d'une nouvelle crise migratoire sur le territoire européen. Des milliers de personnes sont retenues depuis plusieurs jours près de Kuznica (Pologne) alors que les températures baissent et que les tensions entre Varsovie et Minsk augmentent, ce qui pourrait déclencher une "escalade armée", comme l'a prévenu la Pologne. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que la situation pourrait s'aggraver dans les prochains jours et que son pays "se prépare à de nouveaux incidents".

"La fermeture de la frontière polonaise est dans notre intérêt national. La stabilité et la sécurité de l'ensemble de l'Union européenne sont en jeu aujourd'hui. Nous ne nous laisserons pas intimider et nous défendrons la paix en Europe avec nos partenaires", a déclaré Morawiecki. Le gouvernement polonais a également accusé la Russie d'être responsable de la crise migratoire.

Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu avec son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko au sujet de la situation actuelle. Poutine est le principal allié du Belarus, un pays isolé par la communauté internationale. Le gouvernement biélorusse, quant à lui, a accusé la Pologne de déployer au moins 10 000 soldats à la frontière et prévient que le pays est prêt à répondre à "toute provocation".

AFP/LEONID SHCHEGLOV
AFP/LEONID SHCHEGLOV - Une image prise le 9 novembre 2021 montre du personnel de sécurité polonais derrière une clôture de barbelés à la frontière biélorusse-polonaise, où se sont rassemblés des milliers de migrants cherchant à entrer en Pologne, pays membre de l'UE.
Des milliers de personnes prises au piège dans le no man's land : "Ils ne nous laissent entrer nulle part"

Au milieu de ces accusations et menaces se trouvent entre 3 000 et 4 000 migrants, selon le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller. La plupart de ces personnes, qui sont actuellement bloquées à la frontière, sont originaires de pays d'Afrique et du Moyen-Orient tels que la Syrie et l'Irak. Les migrants ont installé des camps de fortune avec des tentes afin de se protéger du froid. Selon les autorités polonaises, au moins sept personnes sont mortes d'hypothermie cet automne.

"Personne ne nous laisse entrer nulle part, ni en Biélorussie ni en Pologne. Il n'y a aucun moyen de s'échapper", a déclaré à la BBC Shwan Kurd, un Irakien de 33 ans. Des migrants ont raconté au radiodiffuseur britannique comment les forces de sécurité bélarussiennes leur ont pris leurs téléphones et les ont poussés vers la barrière frontalière. "La Pologne ne nous laissera pas entrer. Chaque nuit, ils font voler des hélicoptères. Ils ne nous laissent pas dormir. Nous avons très faim, il n'y a ni nourriture ni eau ici", souligne Kurd. L'Irakien rappelle à la BBC que parmi les migrants, il y a des petits enfants, des personnes âgées et des familles

crisis migratoria polonia bielorrusia
AFP/WOJTEK RADWANSKI - Un homme avec un enfant dans les bras, membres de la famille kurde de Dohuk (Irak), attend la patrouille des gardes-frontières, près de Narewka (Pologne), à côté de la frontière entre la Pologne et le Bélarus, le 9 novembre 2021.

Le porte-parole du gouvernement polonais a affirmé que 10 000 autres personnes se trouvent en Biélorussie et sont prêtes à essayer de franchir la frontière. Face à cette situation, et compte tenu du fait que plusieurs migrants ont franchi les barbelés pour atteindre la Pologne, Varsovie a décidé de déployer l'armée dans la région et de déclarer l'état d'urgence. Entre les soldats, la police militaire, les gardes-frontières et les volontaires, "plus de 12 000 personnes sont en service à la frontière", a annoncé Mariusz Blaszczak, le ministre polonais de la défense.

La frontière polonaise "est sacrée"

Il convient de noter le grand nombre de volontaires qui se sont installés dans la région pour aider les forces de sécurité nationales. Pour la société polonaise, la défense de son territoire national et de ses frontières est fondamentale, une idée qui s'est renforcée au fil des ans. Selon les mots du Premier ministre Morawiecki : "La frontière de la République de Pologne n'est pas seulement une ligne sur une carte. Il est sacré : le sang des Polonais a été versé pendant des générations pour le protéger!

AFP PHOTO / POLISH DEFENCE MINISTRY
AFP PHOTO / POLISH DEFENCE MINISTRY - Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki (C) et le ministre polonais de la Défense Mariusz Blaszczak (R) rencontrent des gardes-frontières et des troupes à la frontière polonaise avec le Bélarus, près de Kuznica, le 9 novembre 2021.

Afin de protéger la frontière, certains migrants ont été battus par les forces de sécurité polonaises, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Les autorités ont également mis en place un poste de contrôle à quelques kilomètres de la clôture et empêchent les journalistes et les bénévoles des ONG d'y accéder. Jakub Sieczko, un employé de Medics on the Border, a déclaré aux médias que les médecins ont besoin de permis spéciaux pour entrer dans la zone. "Nous n'avons pas accès à la zone interdite, nous ne pouvons pas livrer les boîtes d'aide nous-mêmes", déclare un autre ambulancier de la Croix-Rouge polonaise, selon le journal britannique The Guardian.

L'Église catholique de Pologne, une institution ayant un grand poids dans le pays, a lancé un appel pour que les réfugiés reçoivent une aide humanitaire. "Quelles que soient les circonstances de l'arrivée des migrants, ils ont besoin de notre soutien spirituel et matériel", a déclaré Stanislaw Gadecki, archevêque et chef de la Conférence des évêques polonais. Plusieurs groupes catholiques ont lancé diverses initiatives visant à soutenir les personnes bloquées à la frontière. Ils ont également appelé à un changement social dans la perception des migrants et des réfugiés, et à un changement d'attitude du personnel à la frontière. 

crisis migratoria polonia bielorrusia
PHOTO/REUTERS - Des centaines de migrants campent du côté biélorusse de la frontière avec la Pologne.

Cependant, les autorités biélorusses ne montrent pas non plus un visage plus amical. Des vidéos ont été publiées sur les médias sociaux montrant des militaires biélorusses en train de frapper des migrants et même de tirer en l'air pour les disperser. "Compte tenu de la situation alarmante à la frontière, les deux parties doivent se conformer à leurs obligations en vertu du droit international", ont déclaré les agences des Nations unies pour les migrations et les réfugiés dans un communiqué commun.

"Attaque hybride" 

De plus, selon l'Union européenne, c'est le Belarus qui a provoqué cette grave situation. Minsk aurait fait venir des personnes de divers pays du Moyen-Orient et d'Afrique en leur faisant miroiter un accès facile à l'UE. Après être arrivés en Biélorussie, ces migrants sont poussés vers la frontière et forcés de traverser illégalement, créant ainsi une crise migratoire sur le territoire de l'UE. 

AP/YVES HERMAN
AP/YVES HERMAN - Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen

"Le régime de Loukachenko mène une opération très, très inhumaine, inacceptable et illégale, car ces voyageurs potentiels sont approchés par des canaux apparemment officiels, les consulats et ambassades du Belarus, les agences de voyage et autres intermédiaires délivrant des visas", explique la Commission européenne.

Les autorités irakiennes se sont également exprimées sur la situation critique de leurs ressortissants. Bagdad a ordonné la fermeture des consulats du Belarus dans la capitale et à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Le ministre polonais des Affaires étrangères, Pawel Jablonski, a remercié son homologue irakien, Nazir al-Kairallah, pour cette décision et a souligné qu'il était "prêt à poursuivre sa coopération pour résoudre la crise migratoire". 

crisis migratoria polonia bielorrusia
AFP/AFP - Carte indiquant les points de passage frontaliers entre le Belarus et les trois pays de l'UE (Pologne, Lituanie et Lettonie).

La Pologne a également trouvé un soutien parmi ses partenaires européens. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a proposé d'étendre les sanctions aux compagnies aériennes des pays tiers impliqués. Le Belarus est depuis longtemps la cible de sanctions de Bruxelles pour fraude électorale et répression de l'opposition politique. Enfin, à l'instar d'autres pays comme la Turquie, Minsk a répondu à ces sanctions en ouvrant ses frontières avec l'UE.

Le Conseil européen a également décidé de restreindre l'entrée des fonctionnaires biélorusses se rendant en Europe. "Cette décision démontre une fois de plus notre engagement commun à continuer de contrer cette attaque hybride", a déclaré Ales Hojs, président du Conseil "Justice et affaires intérieures" de l'UE. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a également qualifié l'événement d'"attaque hybride". "L'utilisation des migrants est inacceptable", a tweeté Stoltenberg.

Aleksandr Lukashenko
AP/NIKOLAI PETROV - Le président biélorusse Alexandre Loukachenko

Entre-temps, Josep Borrell, chef de la diplomatie de l'UE, a appelé à la création d'une force spéciale pour réagir rapidement aux attaques hybrides telles que celle lancée par Minsk. "L'Europe est en danger et les Européens n'en sont pas toujours conscients", a déclaré M. Borrell, selon El País.

Le soutien à la Pologne est également venu de l'autre côté de l'Atlantique. Les États-Unis ont "fermement condamné l'exploitation politique et la coercition du régime de Loukachenko à l'égard des personnes vulnérables". 

crisis migratoria polonia bielorrusia
AFP/WOJTEK RADWANSKI - Des ambulanciers se préparent à transporter une femme âgée et un membre d'une famille kurde alors que la patrouille des gardes-frontières se prépare à emmener la famille dans la ville de Narewka, en Pologne, près de la frontière entre la Pologne et le Belarus, le 9 novembre 2021.

La Lituanie est un autre pays touché par les décisions de Minsk. Vilnius a déclaré l'état d'urgence pour un mois. Dans cette situation, les gardes-frontières peuvent recourir à une "violence physique proportionnelle" pour empêcher les migrants de pénétrer sur le territoire national. Les autorités lituaniennes ont également interdit les déplacements vers la frontière, sauf autorisation des gardes-frontières.

"L'état d'urgence est nécessaire pour utiliser des mesures extraordinaires afin d'éliminer la menace sérieuse pour la société que représente l'afflux massif d'étrangers", a déclaré le gouvernement lituanien, rapporte Reuters.

crisis migratoria polonia bielorrusia
AFP/LEONID SHCHEGLOV - Frontière entre la Pologne et le Belarus, où des troupes armées des deux pays sont déployées dans un contexte d'escalade des tensions.
La Turquie profite de la situation chaotique et suit les traces du Belarus 

Au milieu du chaos qui règne en Europe de l'Est, la police portuaire grecque a publié une vidéo montrant deux navires des garde-côtes turcs "essayant de diriger" un canot pneumatique avec des migrants à bord vers les eaux grecques. "La Turquie, une fois de plus, se comporte comme un État pirate dans la mer Égée, violant ses obligations envers l'Union européenne", a déclaré Yiannis Plakiotakis, le ministre grec de la marine. Les autorités turques, en accord avec Athènes, ont dirigé les migrants vers Lesbos, une île grecque connue pour les centres de réfugiés qu'elle accueille. 
Cependant, ce n'est pas la première fois qu'Ankara utilise les réfugiés comme des pions. À plusieurs reprises, les autorités turques ont décidé d'ouvrir les frontières avec l'UE en réponse à des décisions prises à Bruxelles.