PUBLICIDAD

Iberdrola

La Fondation Friedrich Naumann s'engage auprès des nouvelles générations au Med Fest

La première édition du Med Fest a réuni des experts, des militants et des représentants de différentes communautés pour aborder des questions telles que la migration, la diversité, l'esprit d'entreprise et la désinformation
atalayar-le-med-fest-friedrich-naumann-fondation-spain-madrid-jeunesse

PHOTO/NEREA BELMONTE  -   Le directeur du bureau de la Fondation Friedrich Naumann (FNF) à Madrid, David Henneberger (G), et la responsable des affaires politiques de l'ambassade de la République fédérale d'Allemagne en Espagne, Pamela Preusche (D), au Med Fest 2022

"Il ne faut pas être une baleine pour faire partie de Greenpeace", a déclaré José Ignacio Pichardo, docteur en anthropologie sociale de l'université Complutense, dans l'une des phrases qui résument le mieux les motivations des participants au Med Fest. Il n'est pas nécessaire d'appartenir au collectif LGTBIQ pour défendre les droits des personnes qui le composent. Il n'est pas nécessaire d'être d'origine africaine pour manifester contre le racisme. Il n'est pas nécessaire d'être jeune pour comprendre la situation à laquelle les nouvelles générations - les "générations de verre" - sont confrontées. 

Ce ne sont là que quelques-unes des principales prémisses de la première édition du "Med Fest" (Festival méditerranéen de la liberté) organisé par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté le 24 novembre à l'École officielle d'architectes de Madrid (COAM). Un scénario de débat où la volonté de s'impliquer dans l'avenir de l'Europe -et de la région méditerranéenne-, ainsi que le désir de participer activement aux changements politiques et sociaux de demain, ont rassemblé des dizaines de jeunes et de moins jeunes pour plaider en faveur de la défense de la diversité. 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

Le Med Fest a ainsi voulu devenir "un point de rencontre pour que les jeunes abordent l'actualité et anticipent les problèmes en proposant des solutions d'experts, car les jeunes d'aujourd'hui sont l'avenir de demain", a déclaré le directeur du bureau de la Fondation Friedrich Naumann (FNF) à Madrid, David Henneberger. "Nous voulons stimuler un débat qui se concentre sur des aspects plus positifs", a-t-il expliqué dans son mot de bienvenue, notant que les crises causées par la pandémie, la guerre en Ukraine, la hausse de l'inflation et la menace du changement climatique ont rendu le dialogue méditerranéen sur l'avenir "déprimant". 

Dans cette optique, la présentatrice de télévision et comédienne Sara Escudero a été chargée de diriger le fil conducteur de la cérémonie sur la base de l'humour et de la proximité, ce qu'elle a fait après le discours de Henneberger avec la responsable des affaires politiques de l'ambassade d'Allemagne en Espagne, Pamela Preusche, qui a comparé la participation des nouvelles générations impliquées dans le Med Fest à d'autres réunions politiques d'un niveau bien plus élevé, comme le forum régional qui se tenait le même jour à Barcelone entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union pour la Méditerranée. 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

Le festival a donné lieu à la première des quatre présentations, un panel sur la diversité au cours duquel des intervenants de renom tels qu'Adriana Boho, militante, écrivain et styliste de télévision, Sylvia Jarabo, associée directrice de Promising Women, de la Diversity Foundation, et José Ignacio Pichardo, docteur en anthropologie sociale et professeur à l'UCM, et modéré par la PDG de Shaping The New et ambassadrice #FemaleForward, Eva Díaz, ont abordé la valeur de la diversité au niveau personnel, social et professionnel. Sommes-nous une société diversifiée ? Les réponses ont été, sans surprise, diverses. La militante afro-descendante Adriana Boho a estimé que non, en tant que société, nous laissons tomber le sujet. Le professeur de l'université Complutense, quant à lui, a attribué une note de 7,5. 

Cependant, s'il y a une chose sur laquelle tous les intervenants se sont accordés, c'est l'importance de l'éducation et de la projection positive d'équipes diverses et hétérogènes sur le plan ethnique, culturel, générationnel ou du genre dans l'environnement économique et commercial. Dans le même temps, l'accent a été mis sur les barrières culturelles et l'invisibilisation de la différence comme principaux obstacles à une réelle diversité qui - conformément aux postulats politiquement libéraux de la Fondation Naumann - repose sur la base de la liberté totale des individus. 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

Le festival a ensuite laissé place à un panel qui, animé par l'économiste et jeune entrepreneur Jorge Llorente, a projeté le documentaire "Voices on the move" et s'est intéressé aux mouvements migratoires et à l'esprit d'entreprise de ces migrants. Fatima Sounssim, présidente de l'association culturelle Orientalia, Abdouyale Fall, médecin et fondateur de l'association Maingate, et Pablo Malaví, fondateur et président du chœur d'hommes gays de Madrid, ont débattu de la situation des migrants dans le scénario économique et commercial des pays où ils arrivent. 

"Ne pensons pas que les migrants qui arrivent ici arrivent pour créer une entreprise. Ils ont déjà commencé un projet avant leur arrivée. Ils ont déjà créé une entreprise. Et ils ont déjà risqué le plus grand capital qu'ils possèdent : leur vie", a déclaré Abdouyale Fall après avoir souligné les qualifications des personnes qui arrivent en Espagne, et dans la région méditerranéenne en général, et qui sont souvent rendues invisibles, provoquant un impact mineur sur les processus de changement dus à la diversité. 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

La table ronde "Génération Triple Crise", avec la participation de Sebastián Ibarra González, membre de l'Association Demos de l'Université Carlos III de Madrid ; et Jorge Galindo, docteur en sociologie et directeur adjoint d'EsadeEcPol ; tous deux modérés par la communicatrice et activiste environnementale, Paula González ; a également été la plateforme de projection de la bande annonce du documentaire "Génération Double Crise".

Un troisième débat a mis en évidence les différences entre les nouvelles générations par rapport aux générations qui les ont précédées, et a souligné le changement des concepts de "progrès", de "développement" et de "projet de vie" entre les jeunes et la génération de leurs parents ou grands-parents. Cependant, Sebastián Ibarra González, l'orateur représentant la communauté des jeunes, n'a pas hésité à souligner l'importance de cette crise "comme une grande opportunité pour accélérer les changements dont la société a besoin et pour garantir le maximum de bénéfices au plus grand nombre de personnes". 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

Enfin, les interventions de Paula González, d'Enrique Álex, voyageur et militant des droits des LGTBIQ, et de Lucía Mbomio, écrivain et journaliste, toutes modérées par le consultant en stratégie, innovation et design, Valentín Garal, ont porté sur la montée de sujets à la mode tels que la désinformation, les fake news et la montée du populisme. L'une des tables qui a suscité le plus d'attentes et de débats parmi les participants. "En ce moment, nous nous trouvons dans un terrain fertile pour l'arrivée des fake news, et il y a beaucoup de canaux par lesquels elles peuvent entrer", a déclaré Mbomio, qui a fait valoir que la "contextualisation" de toutes les informations et les nouvelles est fondamentale pour faire face à cette situation. Dans le même temps, ils se sont tous accordés sur l'obstacle que représente la précarité de professions telles que le journalisme et la communication. 

atalayar-the-med-fest-fundacion-friedrich-naumann-españa-madrid-jóvenes
PHOTO/ATALAYAR/NEREA BELMONTE

Le Med Fest s'est terminé, tard dans la nuit, dans un espace de détente et de proximité avec la création d'une peinture murale en direct : "La peinture murale de la Méditerranée", par l'illustratrice et directrice créative Marta Chicote Zorita, surnommée Chicotown ; tandis que le DJ Marco Llorente a apporté la touche musicale à l'adieu.