PUBLICIDAD

Marruecos

La guerre de Halilhodzic avec Ziyech met le Maroc en difficulté

L'entraîneur bosniaque ne veut plus compter sur le joueur de Chelsea, qui pourrait manquer la Coupe du monde au Qatar
chelsea-hakim-ziyed

AFP/OLI SCARFF  -   Hakim Ziyech, le milieu de terrain marocain de Chelsea

La culture marocaine est un lieu privilégié pour les joueurs qui sont appelés à l'équipe nationale. C'est aussi un atout pour les entraîneurs qui voient combien de joueurs ayant la double nationalité préfèrent poursuivre une carrière internationale avec les Lions de l'Atlas. 

Depuis quelques années, ces joueurs de la deuxième génération ne sont plus nés au Maroc car leurs parents travaillent dans des pays comme l'Espagne ou les Pays-Bas. C'est le cas de Hakim Ziyech, né à Dronten (Pays-Bas), qui a joué pour l'équipe nationale junior néerlandaise jusqu'à ce que, au dernier moment, avant de faire ses débuts en senior, il décide de rejoindre le Maroc en 2015. 

newcastle-chelsea-league
AP/KIRSTY WIGGLESWORTH - Bruno Guimaraes de Newcastle, à gauche, et Hakim Ziyech de Chelsea se disputent le ballon lors du match de Premier League anglaise entre Chelsea et Newcastle United au stade Stamford Bridge à Londres, dimanche 13 mars 2022.

Il est possible que sa culture soit plus européenne que marocaine et cela, combiné à certains comportements désapprouvés par la fédération alaouite, a fait que l'un des meilleurs joueurs de l'équipe de l'entraîneur bosniaque Vahid Halilhodzic pourrait manquer la Coupe du monde au Qatar. 

En mars 2021, Ziyech avait déjà annoncé qu'il quittait le Maroc. C'était après avoir joué contre le Burundi lors de la Coupe d'Afrique des Nations. En juin, il est revenu pour disputer deux matches amicaux contre le Ghana et le Burkina Faso, mais le conflit s'est envenimé à tel point qu'aucune des parties ne veut s'asseoir et discuter. "C'est avec une grande tristesse que je dois annoncer que je ne jouerai pas pour le Maroc. Je suis désolé de décevoir les fans. Ce n'était pas une décision facile à prendre, mais je pense que je n'ai pas d'autre choix. J'ai tout donné pour l'équipe nationale pendant des années et j'ai soutenu l'équipe toute ma vie. La Fédération continue de répandre des informations erronées sur moi et mon dévouement à mon pays et leurs actions rendent impossible ma participation à la sélection", a déclaré le joueur en mars, pointant directement du doigt Fouzi Lekjaa, le président de la fédération de son pays.

L'équipe nationale, sacrée

L'entraîneur et la fédération semblent ramer dans la même direction. Le Bosniaque a réussi à convaincre la direction en déclarant que "l'équipe nationale est quelque chose de sacré, et elle n'appartient pas aux joueurs, mais à toutes ces personnes". 

benzema-ziyed-champions
AFP/JAVIER SORIANO - L'attaquant français du Real Madrid Karim Benzema (d) se bat pour le ballon avec le milieu de terrain marocain de Chelsea Hakim Ziyech lors du match aller du quart de finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre Chelsea et le Real Madrid au stade Stamford Bridge à Londres, le 6 avril 2022.

Rigueur, discipline et dévouement sont les aspects les plus marquants de l'ancien attaquant qui a joué pour Vélez Mostar, Nantes et le PSG dans les années 1970. Il a fait du club de la capitale française le deuxième du championnat et le vainqueur de la coupe en 2003, mais il a continué à jouer en Turquie, au Japon et en Arabie saoudite.

A propos de Ziyech, il a été très direct : "Je ne peux pas appeler un joueur comme Ziyech, ni, même s'il est Lionel Messi. Il peut ruiner l'atmosphère du groupe". Il a accusé le joueur de Chelsea de manquer d'engagement "pour la première fois dans ma carrière d'entraîneur, j'ai vu un joueur de l'équipe nationale qui ne veut pas s'entraîner et qui dit qu'il est blessé, alors que les tests médicaux ont montré qu'il peut jouer. Je ne tolérerai pas ce comportement tant que je serai entraîneur. Je lui ai déjà pardonné deux fois, une troisième fois, c'est trop", a-t-il déclaré, rappelant qu'il lui avait donné plusieurs chances. 

La fédération marocaine, bien qu'elle soutienne Vahid Halilhodzic, est consciente de l'importance de la Coupe du monde au Qatar et veut régler les querelles entre les joueurs et l'entraîneur. 

vahid-halihodzi-seleccionador-marruecos
AFP/KENZO TRIBOUILLARD - L'entraîneur bosniaque du Maroc, Vahid Halilhodzic

La dernière paix a été scellée à Amsterdam, où Halilhodzic est allé rendre visite à Noussair Mazraoui, un joueur de l'Ajax qui a également refusé de défendre le maillot de son pays en raison de désaccords avec l'entraîneur. 

Dans le cas de Ziyech, les problèmes sont plus graves car l'entourage du joueur affirme que Halilhodzic a donné une conférence de presse dans laquelle il y a eu un manque de respect pour le père du Bleu récemment décédé. L'entraîneur a fait remarquer qu'il pouvait s'agir du père du joueur en raison de son âge et a dû rapidement rectifier le tir en disant que "malheureusement, il n'est plus là", ce que le joueur a pris comme une offense. 

Une fois que la Premier sera terminée et que Ziyech sera libéré des engagements de Chelsea, il pourrait y avoir une autre réunion entre le joueur et le sélectionneur du Maroc afin que le meilleur lot de joueurs puisse aller à la Coupe du monde avec des garanties.