PUBLICIDAD

Iberdrola

La hausse de l'inflation menace la reprise économique mondiale

Dans le sillage de la crise économique induite par la pandémie, la reprise post-COVID est menacée par la forte hausse des prix mondiaux
Dow Jones

PHOTO/AFP  -   Ouverture du Dow Jones à New York

L'économie mondiale est confrontée à une situation très précaire. La récession économique générée par la pandémie de COVID-19 a été suivie par la guerre en Ukraine, ralentissant la reprise.  

Après une année 2020 marquée par des confinements et une récession économique qui a touché toutes les grandes économies du monde, à l'exception de la Chine, la reprise post-COVID est désormais compromise, l'économie mondiale étant soumise à des tensions croissantes

Le principal facteur qui freine la croissance est l'inflation galopante, qui bat des records presque partout dans le monde. Avant même le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les prix augmentaient rapidement, sous l'effet de l'augmentation rapide de la valeur des matières premières, du déséquilibre entre l'offre et la demande, de la crise de la chaîne d'approvisionnement et des politiques monétaires adoptées par les différentes banques centrales pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie.

Gas Marruecos
PHOTO/ARCHIVO  -   Installation pétrolière

Mais ces tendances ont été exacerbées par la guerre, qui a fait grimper les prix de l'énergie, des matières premières, des denrées alimentaires et d'autres produits de base. Et les confinements zéro COVID de la Chine, qui ont créé de graves goulets d'étranglement dans les principaux ports du pays, notamment à Shanghai, ont provoqué des retards et perturbé les chaînes d'approvisionnement mondiales, dans lesquelles le géant asiatique joue un rôle de premier plan, ce qui a encore accru l'inflation. 

Dans la zone euro, l'inflation a atteint 8,1% en mai, soit 0,7% de plus qu'en avril, la hausse des prix de l'énergie atteignant 39,2%. Pendant ce temps, aux États-Unis, il a atteint 8,6 %, le plus haut niveau depuis 1981, alors en pleine crise pétrolière, avec l'énergie à 34,6 %. Dans les deux économies, l'inflation s'est stabilisée autour de 2 % en 2021. 

En conséquence, ce qui pouvait apparaître au départ comme une reprise en forme de "V", c'est-à-dire rapide et vigoureuse, et qui était ensuite considéré comme une reprise en forme de "U", plus progressive et plus lente, va maintenant prendre une forme en "L", très lente, alors que presque toutes les agences économiques et les banques centrales limitent les perspectives de croissance économique.  

Le Fonds monétaire international (FMI) continue de revoir à la baisse ses prévisions de croissance économique mondiale, qu'il estimait en avril à 3,6 % pour les années 2022 et 2023, soit 0,8 % et 0,2 % de moins que ses projections de janvier. Entre-temps, en mai, la Commission européenne a abaissé ses estimations de croissance du PIB de l'UE-27 à 2,7 % en 2022 et 2,3 % en 2023, contre 4,0 % et 2,8 % en février. 

FMI
REUTERS/JOHANNES P. CHRISTO  -   Le Fonds monétaire international (FMI) salue le travail de la Jordanie en matière de réformes économiques

Aujourd'hui, on craint de plus en plus que l'économie mondiale n'entre en stagflation, c'est-à-dire une inflation sans croissance économique, bien que les données relatives à la croissance économique restent positives dans la plupart des économies mondiales.  

Dans le même temps, cette inflation élevée, avec la flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, aggravée par la guerre, augmente le risque de troubles sociaux, en particulier dans les pays du tiers monde. 

La Réserve fédérale sort l'artillerie  

Pour lutter contre une inflation élevée, la Réserve fédérale a relevé mercredi ses taux d'intérêt de 0,75% pour les porter entre 1,5 et 1,75%, la plus forte hausse depuis trois décennies, donnant le coup d'envoi d'une politique monétaire plus stricte de l'organisme américain, une autre hausse de 0,50 à 0,75% étant probable lors de la prochaine réunion de la banque centrale, selon son président, Jerome Powell.  

En outre, la Fed devrait relever ses taux d'intérêt pour les porter à environ 3,8 % en 2023. Avec cette mesure, la Fed s'attend à ce que l'inflation tombe à 4,3 % cette année et à 2,7 % en 2023, se rapprochant ainsi de son objectif de 2 %. Mais l'effet secondaire de la hausse des taux d'intérêt pourrait être un ralentissement de la croissance économique, voire un glissement vers la récession.

Christine Lagarde
PHOTO/REUTERS  -   Présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde
L'Europe, à la traîne et au risque de fragmentation 

La Banque centrale européenne (BCE) a également annoncé son intention de laisser les taux d'intérêt augmenter, ce qu'elle fera en juillet et en septembre, alors que l'Euribor a atteint 1 % et qu'on estime qu'il pourrait dépasser 2,5 % en 2023. La BCE, à son tour, a également affirmé sa décision de ne plus acheter d'obligations sur le marché. Ainsi, à l'instar de la Réserve fédérale, la BCE renoncerait à une partie de la croissance économique en échange de la réduction de l'inflation par tous les moyens dont elle dispose. 

Cependant, dans le cas de l'Europe, cette annonce a entraîné une forte hausse des primes de risque de plusieurs des économies les plus vulnérables de la zone euro, comme l'Espagne et l'Italie, menaçant celle-ci de fragmentation financière. 

Craignant une répétition de la crise de 2012, qui a mis en péril l'existence de la monnaie commune, la BCE a accepté de "fournir de la flexibilité" dans la manière dont elle réinvestit les échéances du programme spécial pandémie (PEPP) de 1 700 milliards d'euros, ce qui lui permet de réorienter ses investissements vers les pays dont la dette est la plus stressée. Dans le même temps, la banque centrale a annoncé qu'elle allait commencer à travailler à la création d'un nouvel instrument anti-fragmentation.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.