PUBLICIDAD

Iberdrola

La junte militaire tchadienne met la paix avec les rebelles sur les rails à Doha

Djamena accepte un cessez-le-feu avec la majorité de l'opposition armée, mais ne parvient pas à convaincre le principal groupe d'insurgés
Mahamat Déby

PHOTO/@TamimBinHamad  -   Le chef de la junte militaire tchadienne, Mahamat Déby, reçoit avec l'émir du Qatar, Tamim Bin Hamad Al-Thani, des membres des groupes d'opposition tchadiens

Il y a seize mois, le Tchad a été plongé dans une période de bouleversements. Pour la première fois en plus de trois décennies, Idriss Déby n'est plus à la tête de la nation sahélo-saharienne. Le président de longue date a été tué dans des circonstances peu claires dans la région occidentale de Kanem, sur le champ de bataille, selon la version officielle, un endroit qu'il fréquentait pour renforcer son image combative et encourager ses troupes, alors que l'armée combattait le Front du changement et de la concorde (FACT), un groupe rebelle basé en Libye. Après sa mort brutale, le pouvoir est revenu à son fils, le général de corps d'armée Mahamat "Kaka" Déby, soutenu par l'establishment militaire et ses alliés internationaux. Cette nomination a toutefois été faite en violation du mandat constitutionnel, qui désignait le chef du Parlement, Haroun Kabadi, un proche allié du président défunt, comme son successeur direct. Il s'agissait d'un coup d'État "léger" qui n'a suscité pratiquement aucune réaction hostile au niveau régional. 

Mais la succession paternelle-filiale n'a fait qu'accentuer le mécontentement habituel de l'opposition civile réprimée, fortement galvanisée par des problèmes ethniques ou politiques de longue date. En outre, des dizaines de milices armées opposées à la prolongation du régime précédent, sécurisées par "Kaka", ont pris les armes contre la junte militaire installée à Djamena et ont commencé à harceler les forces de sécurité tchadiennes, qui ont répondu par des opérations militaires dans les pays voisins visant à renverser les organisations rebelles. La spirale de la violence qui a débuté en avril 2021 semblait s'apaiser en mars de cette année, lorsque des négociations ont été entamées dans la capitale qatarie de Doha pour mettre sur les rails le dialogue national dans un pays crucial pour la lutte contre la menace djihadiste au Sahel. 

Cinq mois après le début des pourparlers, accueillis par le Qatar, un accord de principe a été conclu entre la junte militaire et l'opposition. Le Conseil militaire de transition (CMT), dirigé par Mahamat Déby, a scellé lundi à Doha un pacte de paix avec plus de 40 groupes dissidents qui établit un cessez-le-feu indéfini au Tchad. Les parties ont convenu de cesser immédiatement les opérations militaires. Djamena adoptera une loi d'amnistie pour les rebelles et révisera la constitution et l'armée, tout en s'engageant à former un gouvernement de réconciliation nationale. En contrepartie, l'opposition lancera le processus de désarmement et de démobilisation. Après deux tentatives précédentes en mai et juin, la troisième fois était la bonne.

La plupart des groupes rebelles présents à la table des négociations de Doha ont signé le document. Toutefois, le Front du changement et de la concorde n'en fera pas partie, car il a rejeté les conditions imposées dans le projet final, affirmant dans un communiqué que les participants aux négociations ne seraient pas traités sur un pied d'égalité. Le FACT, qui serait impliqué dans la mort de l'ancien président Idriss Déby, est le plus grand groupe d'opposition du pays et son absence compromet l'efficacité de l'accord. Il s'est toutefois dit ouvert au dialogue "à tout moment et en tout lieu".

Les 18 plateformes politico-militaires d'opposition qui, avec le FACT, n'ont pas accepté les termes de l'accord conclu à Doha, se sont réunies autour de cette organisation pour publier un communiqué commun exprimant leur point de vue et expliquant en détail leur refus. "La délégation gouvernementale n'a jamais eu l'intention de tenir un dialogue sincère qui nous aurait permis de faire partie du Dialogue social inclusif et souverain (DNIS)", a déclaré le front d'opposition, qui reproche à la junte militaire d'avoir décrété unilatéralement la nomination des membres du comité chargé de définir les conditions de la transition politique.

Avec l'assentiment du commandement militaire tchadien, le Qatar, le médiateur qui dirige les négociations, a fait pression sur le leader du FACT, Mahamat Mahdi Ali, pour qu'il vienne à la table des négociations de Doha. Cela signifie que le fondateur du groupe rebelle, exilé en France depuis plus de 25 ans et ancien membre du Parti socialiste (PS), a quitté pour quelques heures son refuge isolé dans le Sahara libyen. L'absence de garanties pour sa sécurité et le désaccord sur le contenu ont contrarié son voyage. Le Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad et l'Union des forces pour la démocratie et le développement, entre autres, sont venus dans la capitale qatarie.

Idriss Déby
PHOTO/CHRISTOPHE PETIT TESSON vía REUTERS  -   Des soldats tchadiens portent le cercueil du défunt président tchadien Idriss Deby lors de funérailles nationales à N'Djamena, au Tchad, vendredi 23 avril 2021

L'accord signé par les parties n'est pas idéal, même s'il satisfait les parties "a priori". Plusieurs points sont restés en suspens, comme la composition du comité d'organisation du dialogue national, la charte de transition et la réforme des forces armées. Parmi les demandes de l'opposition, il y en a une qui a été répétée ad nauseam mais qui n'a pas été reprise : que Mahamat "Kaka" Déby ne se présente pas aux prochaines élections présidentielles. Le Conseil militaire de transition (CMT) a répondu que cela devrait être décidé au sein du futur organe de dialogue national. 

Les désaccords constants ont conduit l'opposition à appeler à des manifestations de masse dans les rues contre l'armée, qui est chargée de piloter la période de transition de 18 mois ouverte après la mort de l'ancien président et annoncée par sa progéniture. La manifestation la plus importante à ce jour a été organisée en mai par la plate-forme civile Wakit Tama, qui s'oppose à la présence de la France dans le pays, qu'elle accuse d'avoir soutenu le régime Déby. Les manifestations ont été durement réprimées par les forces de sécurité, et les violations des droits de l'homme se sont multipliées ces derniers mois, selon Human Rights Watch (HRW). 

Les pourparlers visant à ouvrir la voie à une élection présidentielle crédible débuteront à N'Djamena le 20 août, selon les autorités qataries. La période de transition se termine en septembre, un facteur qui met la pression sur les parties pour mettre en œuvre ce qui a été convenu. En outre, le pays est officiellement en situation d'urgence alimentaire depuis juin, aggravée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Au moins un Tchadien sur trois souffre d'insécurité alimentaire et les Tchadiens ont besoin des services de l'État pour survivre.