PUBLICIDAD

Iberdrola

La Libye est une fois de plus au bord de l'abîme

Le Premier ministre par intérim, Abdel Hamid Dbeibé, appelle à un consensus pour fixer une date pour les élections générales
Abdul Hamid Dbeibé

PHOTO/AP  -   Le Premier ministre désigné Abdul Hamid Mohammed Dbeibah, lors d'une conférence de presse, jeudi 25 février 2021, à Tripoli, en Libye

Un an après que l'homme d'affaires inconnu de Misrata, Abdul Hamid Dbeibé, ait accédé à la tête du gouvernement, la Libye est face à l'abîme. Nommé par le Forum de dialogue politique libyen (FDPL) après un cessez-le-feu et des mois d'intenses négociations avec l'ONU, le premier ministre intérimaire est arrivé au pouvoir avec pour mission d'organiser des élections générales avant la fin de 2021 pour mettre la transition sur les rails. Mais l'incapacité à asseoir son autorité a conduit à une nouvelle fracture institutionnelle.

Dbeibé a mis en garde cette semaine contre une éventuelle nouvelle guerre civile en Libye, comme celle que le pays a connue en 2014, trois ans après le renversement du dictateur excentrique Mouammar Kadhafi dans le cadre du printemps arabe. L'émergence d'une nouvelle administration parallèle dans l'est, dirigée par l'ancien ministre de l'intérieur du gouvernement d'accord national (GNA) de 2015 parrainé par l'ONU, Fathi Bashaga, remet en question le contrôle d'un premier ministre sortant de plus en plus contesté.

Dbeibé a plutôt demandé l'ouverture d'un nouveau processus de dialogue national afin d'établir une feuille de route consensuelle pour la tenue des élections, provisoirement prévues pour la fin de 2021. "Nous devons nous asseoir et discuter d'une base constitutionnelle pour un consensus qui conduira à de véritables élections cette fois-ci", a déclaré le premier ministre d'unité. "Nous ne pouvons pas faire partie d'une nouvelle guerre entre Libyens. Plus de guerres", a-t-il déclaré face à la polarisation institutionnelle croissante.

Bashaga Saleh
PHOTO/Fathi Bashaga  -  Le Premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashaga, rencontrant le Président du Parlement de Tobrouk, Aguila Salé, à Sirte

À cette occasion, Dbeibé a présenté une proposition ferme, un calendrier avec des échéances fixes, pour guider le processus électoral.

La décision du Premier ministre fait suite aux récentes déclarations du président de la Chambre des représentants, Aguila Salé, qui a souligné le contrôle de la capitale, Tripoli, par les milices pro-Dbeibé. Selon Salé, le seul moyen d'entrer dans la ville est de recevoir la permission des groupes armés ou, à défaut, de déclencher un conflit. Il y a quelques semaines, Bashaga a été contraint de quitter la ville, provoquant une flambée de violence entre milices.

Le Parlement de l'Est, présidé par Salé, a mis fin au mandat de Dbeibé pour n'avoir pas respecté sa promesse électorale et a élu Bashaga comme nouveau Premier ministre en février, alors qu'il avait signé un accord un an auparavant dans le cadre des Nations unies. Dbeibé, pour sa part, a qualifié le vote d'"illégitime" et a juré de s'accrocher au pouvoir.

Dans cette période, le gouvernement d'union nationale (GUN) a resserré les rangs avec Dbeibé, qui a rendu public il y a quelques semaines qu'il envisageait d'organiser des élections législatives en juin prochain, précédées par la tenue d'un référendum constitutionnel nécessaire pour définir la nouvelle architecture juridique du pays. Mais le chef du gouvernement n'a fait aucun progrès dans ce sens, ce qui exacerbe les tensions politiques.

Fathi Bashaga
PHOTO/Fathi Bashaga  -  Le premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashaga, rend visite aux dirigeants militaires, sociaux et universitaires à Misurata

Face à l'apparence de faiblesse, M. Bashaga a pris des mesures fermes au milieu d'une crise du carburant causée par l'instabilité du secteur énergétique, une pénurie d'approvisionnement qui se produit dans un pays riche en pétrole. En ce sens, le premier ministre de l'exécutif parallèle a tenté la semaine dernière avec Aguila Salé de mettre en scène son autorité à Syrte - la région natale de Kadhafi, la même ville où il a été assassiné par des insurgés - aujourd'hui envahie par les mercenaires du Groupe Wagner.

"Tripoli est la capitale de la Libye et aucun gouvernement ne peut travailler à partir d'autres villes. Nous refusons que Syrte soit le siège du gouvernement, car il est peu sûr et impartial en raison de la présence du groupe Wagner. Nous craignons la guerre et ne croyons pas que le gouvernement de Fathi Bashagha restera longtemps à Syrte. La solution consiste à sortir de l'impasse car les combats restent une menace", a déclaré le président du Conseil supérieur de l'État libyen et chef de l'État par intérim, Khalid Almishri.

Cependant, Bashaga n'a pas été en mesure d'établir son contrôle dans la capitale, ni d'être reconnu par la communauté internationale. Pourtant, sa défiance a réussi à ramener le pays à la dualité administrative qui prévalait pendant la lutte fratricide.

Gobierno Sirte
PHOTO/Fathi Bashaga  -  Le premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashaga, rend visite aux dirigeants militaires, sociaux et universitaires à Misurata

L'ancien instructeur d'avions de chasse, membre de l'armée de l'air libyenne pendant plus de neuf ans et membre éminent du conseil militaire qui a pris le contrôle de l'État après la chute de Kadhafi en 2011, a affirmé avoir eu une série d'entretiens avec de hauts responsables du département d'État américain dirigés par Antony Blinken, sans donner plus de détails. "Notre objectif reste les solutions pacifiques et la renonciation à la violence, en plus de la construction d'une voie crédible pour des élections présidentielles et parlementaires libres et transparentes en Libye", a tweeté Bashaga.

Le ministre des affaires étrangères du gouvernement parallèle, Hafez Kaddour, qui était il y a quelques mois encore l'ambassadeur de Libye auprès de l'Union européenne, a envoyé un message demandant aux missions diplomatiques, consulats et ambassades du pays à l'étranger de rompre les liens avec l'exécutif d'unité nationale "illégitime" dirigé par Dbeibé. Bashaga est conscient qu'il a besoin de la légitimité de l'étranger, pour l'instant du côté du premier ministre sortant, pour lui arracher le pouvoir au niveau national.

Les limbes politiques dans la vaste nation nord-africaine ont entraîné une résurgence inquiétante de Daesh, dont les activités avaient diminué ces derniers mois.