PUBLICIDAD

Iberdrola

La livre turque retombe à son niveau le plus bas

Après l'annonce d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt par le président Erdoğan, la monnaie turque a perdu près de 4,5 % de sa valeur face à l'euro, battant des records de dépréciation
Banco Central de Turquía

AP/EMRAH GUREL  -   Bureau de change sur un marché ouvert à Istanbul, le lundi 22 mars 2021

Quelques heures seulement après que le président turc a déclaré mercredi son intention de procéder à des baisses de taux d'intérêt, la valeur de la monnaie ottomane a plongé à un niveau historiquement bas. La lire turque, dévaluée pour la huitième année consécutive, selon le site officiel de la Banque centrale européenne, a atteint hier sa valeur la plus basse par rapport à l'euro, à 12,3 lires par unité.  

Cette décision est intervenue un jour avant que Recep Tayyip Erdoğan ne rencontre le comité de la Banque centrale turque (TCMB), où les autorités monétaires devaient convenir d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt.  

"Nous allons retirer cette calamité d'intérêt des épaules des gens. Nous ne les laisserons pas se faire écraser par les taux d'intérêt. Il n'y a pas d'autre issue", a déclaré le président dans un discours devant les affiliés du Parti de la justice et du développement (AKP).

Erdogan
Presidencia turca vía AP  -   Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan

La banque centrale turque a donc annoncé aujourd'hui une nouvelle baisse de 100 points de base, ramenant les taux d'intérêt à 15 % en dessous de l'inflation en glissement annuel. Erdoğan reste sur ses positions : "les taux d'intérêt sont la cause, et l'inflation est le résultat", a affirmé le président. Toutefois, cette stratégie est tout à fait à l'opposé de celle adoptée par les grandes économies mondiales, qui ont préconisé un cycle de hausse des taux.  

En outre, de nombreux économistes et experts du secteur financier, tant turcs qu'internationaux, affirment que si la monnaie s'affaiblit, cela aura tendance à aggraver l'inflation - qui atteint déjà 20 % dans le pays - car les prix des produits importés ne feront qu'augmenter. "Il est certain que la [banque centrale] ne peut pas baisser les taux aujourd'hui, même un maintien ne serait pas suffisant, elle doit les augmenter, et de manière agressive", a déclaré au Financial Times Tim Ash, stratège de marché chez BlueBay Asset Management. 

Ainsi, face à une inflation galopante et à la menace imminente d'une crise monétaire, la livre turque reste la devise la moins performante des marchés émergents. Sa valeur a chuté de 25 % depuis le début de l'année et, au cours des quatre dernières années, il s'est déprécié de plus de 65 % par rapport au dollar.

Kavcioglu
Banco Central de Turquía vía REUTERS  -  Le gouverneur de la Banque centrale de Turquie, Sahap Kavcioglu

Cette situation économique a été décrite par beaucoup comme le résultat, entre autres, de l'ingérence répétée du président turc dans les secteurs financier et monétaire. Depuis 2020, la Banque centrale turque a vu quatre gouverneurs différents passer par son bureau présidentiel suite aux pressions exercées par le président. Son rôle dans le licenciement de Naci Ağbal, partisan de taux d'intérêt plus élevés pour juguler l'inflation, a été durement critiqué par ses adversaires et ses détracteurs.  

Aujourd'hui, avec Sahap Kavcioglu comme gouverneur du TCMB depuis mars dernier, Erdoğan fait avancer la stratégie monétaire qui, selon lui, sera la base de la croissance économique, avant les élections de 2023. Cependant, tant que l'administration turque ne mettra pas en œuvre des réformes structurelles de son économie, elle restera sans défense face aux déséquilibres macroéconomiques liés à l'inflation, au faible taux d'épargne et au déficit extérieur.