PUBLICIDAD

Iberdrola

La police nationale arrête le chef d'une cellule djihadiste à Algeciras

Les forces de sécurité ont également arrêté trois personnes liées au djihadiste à Murcie
PHOTO/POLICÍA NACIONAL  -   La Policía Nacional detiene en Almería a Abdel Majed Abdel Bary, uno de los ‘foreign fighters’ de Daesh más buscados de Europa

PHOTO/POLICÍA NACIONAL  -   Des agents de la police nationale lors d'une opération anti-terroriste.

Des agents de la police nationale ont arrêté un individu "fortement radicalisé" à Algeciras (Cadix), accusé de recrutement et d'endoctrinement terroriste à des fins djihadistes. Le détenu, connu dans sa zone géographique pour son "radicalisme extrême", était le chef d'un groupe dont les membres se considéraient comme des "soldats du califat". En outre, les forces de sécurité ont également arrêté trois personnes à Murcie qui avaient été recrutées et endoctrinées par lui. 

L'enquête, menée par le Commissariat général à l'information de la police nationale, a également impliqué les brigades provinciales d'information de Murcie et de Valence et la brigade locale d'information d'Algeciras.

Il y a un an et demi, les experts de la lutte contre le terrorisme ont détecté une personne proche des idéaux de Daesh qui diffusait des contenus radicaux et violents sur les réseaux sociaux.

Enfin, l'opération, menée mardi, a abouti à la décision du tribunal central de l'instruction numéro 6 de l'Audiencia Nacional, qui a ordonné l'emprisonnement du chef de la cellule djihadiste. Une enquête sera également menée sur son principal collaborateur.

AFP/JOSÉ JORDANIA  -   Imagen de archivo en la que un presunto yihadista es detenido durante una operación de la Policía Nacional
AFP/JOSÉ JORDANIA - Des agents de la police nationale lors d'une opération anti-terroriste.

Au cours de l'opération antiterroriste, cinq perquisitions ont été effectuées dans quatre maisons et un camion de marchandises, en plus de la saisie de plusieurs appareils électroniques.

Parmi le matériel multimédia saisi, "les enquêteurs ont été surpris par la grande quantité de contenus radicaux violents que le leader manipulait pour son travail d'endoctrinement, représentant une menace sérieuse pour la sécurité publique", indique la police nationale dans un communiqué.

"Le dirigeant tenait régulièrement des réunions clandestines avec ce groupe, où ils visionnaient du matériel terroriste et critiquaient la société occidentale avec une extrême violence", ajoute le communiqué.

Selon les données de l'Observatoire international pour l'étude du terrorisme (OIET), au cours de l'année écoulée, les forces et corps de sécurité espagnols ont mené 22 opérations antiterroristes et arrêté 39 personnes radicalisées proches des postulats djihadistes.

L'un des derniers cas en 2021 est celui d'un ressortissant pakistanais arrêté à Séville pour avoir diffusé des messages djihadistes faisant à plusieurs reprises allusion à des attaques terroristes. L'homme arrêté a par exemple fait l'éloge de Zaher Hassan, un terroriste qui, en septembre 2020, a poignardé deux personnes parce qu'il pensait qu'elles travaillaient pour l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Dans ce contexte, un ressortissant marocain interdit d'entrée en France pour jihadisme a été expulsé d'Espagne cette semaine. La femme a été arrêtée en 2019 lors d'une opération contre une cellule envoyant des combattants en Syrie.