PUBLICIDAD

Iberdrola

La profonde division en Pologne

Il y a 40 ans, la loi martiale était imposée en Pologne et le premier syndicat libre du "bloc de l'Est", "Solidarnosc", était interdit
solidarnosc polonia

 -  

Le 13 décembre 1981, la loi martiale a été imposée en Pologne et le premier syndicat indépendant de la partie communiste de l'Europe, "NSZZ Solidarnosc", qui comptait plus de dix millions de membres, a été dissous de force par sa propre armée. Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées lors d'actions violentes, des dizaines de milliers de responsables - dont le leader de Solidarnosc, Lech Walesa, futur prix Nobel de la paix - ont été arrêtés.

Le général Wojciech Jaruzelski, alors également premier ministre et chef du parti communiste, avait planifié l'imposition de la loi martiale des mois auparavant pour briser le pouvoir croissant du syndicat libre. Il n'est pas certain qu'il y ait été contraint par le Kremlin.

En tant que reporter pour le magazine autrichien "profil", j'ai vécu l'imposition de la loi martiale comme le seul journaliste autrichien présent à Varsovie. Le rédacteur en chef de profil de l'époque, Peter-Michael Lingens, craignait une invasion par les troupes soviétiques comme en 1956 en Hongrie, en 1968 en CSSR ou en 1979 en Afghanistan et a donné des instructions pour qu'un reporter de profil soit présent en Pologne à tout moment. Il avait raison, mais c'est l'armée polonaise qui a détruit l'espoir de nombreux Polonais de vivre dans la liberté et la dignité, comme le prêchait également le pape polonais Jean-Paul II.

En ce dimanche glacial, comme dans tout le pays, des voitures blindées étaient stationnées dans des endroits importants de la capitale. Des troupes de l'armée et des unités de la police spéciale ZOMO patrouillaient dans les rues. Des manifestants se sont rassemblés devant le siège de Solidarnosc, rue Mokotowska, qui avait été bouclé par la police. Depuis le balcon d'un appartement, j'ai filmé la scène avec mon appareil photo. J'ai fait passer une de ces diapositives en contrebande à Vienne. Elle s'est retrouvée sur les couvertures des magazines "TIME", "Paris Match", "Espresso" et autres. 

revistas time paris match polonia

Une période de plomb a commencé pour la Pologne. Ce n'est qu'au début de l'année 1989 que le régime du PC, confronté à la faillite économique, s'est assis avec les fonctionnaires de Solidarnosc à la "table ronde", où un accord pacifique de partage du pouvoir a été conclu. Des élections parlementaires partiellement libres ont eu lieu en juin 1989. L'intellectuel catholique Tadeusz Mazowiecki forme un gouvernement. Lech Walesa, prix Nobel de la paix, est élu président en 1990.

L'ancienne scission du mouvement Solidarnosc a donné naissance à deux partis : Le Forum civique (PO), plus à gauche et libéral, et le parti autoritaire PiS (Droit et Justice), de plus en plus à droite, dirigé par les jumeaux Kaczynski. Le parti PiS de Jaroslaw Kaczynski, arrivé au pouvoir en 2016, mène aujourd'hui un parcours archi-conservateur contre l'UE, qui est également antisémite et -avec le soutien des dirigeants de l'église catholique extrêmement conservatrice- dirigé contre la communauté LGTBQ+. Cette année encore, la loi sur l'avortement, déjà très stricte, a été renforcée en Pologne, ce qui a déclenché des manifestations de masse.

Il y a eu une scission entre les villes à majorité libérale et les campagnes, où le PiS continue de dominer. Lors des manifestations contre le gouvernement, on a pu entendre à nouveau l'hymne non officiel de "Solidarnosc", la chanson "Mury" (Murs) sur l'effondrement de l'ancien monde : 

Les nombreux conflits entre le gouvernement polonais et les dirigeants de l'UE concernant l'ingérence indue dans le système judiciaire ont connu une escalade en octobre dernier. La Cour constitutionnelle polonaise, composée de juges fidèles au PiS, a déclaré deux articles des traités de l'UE incompatibles avec le droit fondamental polonais. Cette décision a porté atteinte à un principe européen selon lequel le droit européen prime sur le droit national.

Dans l'intervalle, la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) a imposé des sanctions flexibles à la Pologne. Par exemple, la Pologne doit payer une amende d'un million d'euros pour chaque jour où le controversé Conseil de discipline judiciaire, comme l'exige l'UE, n'est pas dissous. Mais le gouvernement de Varsovie a jusqu'à présent refusé de payer.

La Commission européenne a déjà gelé la part de l'aide à la reconstruction de Corona réservée à la Pologne - 20 milliards d'euros de subventions et des milliards supplémentaires de prêts. Et dans une prochaine étape, les subventions accordées à la Pologne par le budget normal de l'UE - 12 milliards d'euros nets par an - pourraient également être arrêtées si le gouvernement PiS ne cède pas. La Pologne parle même de quitter l'UE. Jusqu'à présent, l'approbation de l'UE par la population a été particulièrement élevée en Pologne.

L'avocat polonais et membre d'une fondation germano-polonaise pour la réconciliation, Pawel Kuglarz, voit l'origine du conflit actuel dans la purge manquée des juges et procureurs communistes après 1989. "Outre les réformes économiques, politiques et juridiques, la question d'une prise en compte honnête de l'héritage communiste était d'une grande importance. La base d'une véritable confrontation avec le passé est la décommunisation, la lustration, c'est-à-dire l'examen de la collaboration avec les services secrets, la réhabilitation pénale et la punition des coupables. Cette chance a été manquée. Et lorsque le gouvernement PiS a commencé la purge assez tard, l'UE y a vu une atteinte à l'indépendance du pouvoir judiciaire."

Le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki, ne veut pas céder et a menacé l'UE. Le refus de verser les fonds promis à son pays pourrait déclencher une "troisième guerre mondiale"