PUBLICIDAD

Iberdrola

La recherche d’un modèle d’éducation pour le 21e siècle en Amérique Latina et dans Les Caraïbes

L'OEI et la BID s'engagent en faveur d'une éducation hybride qui comble les lacunes de la pandémie, notamment numérique, dans les meilleurs délais
casa america

 -  

"Personne n'apprend quand il a faim, personne n'apprend quand il a peur, personne n'apprend dans un environnement d'insécurité". Cette déclaration, aussi retentissante qu'un triple coup de marteau, a été faite par Luis Humberto Fernández Fuentes, chef de l'autorité éducative de Mexico. Avec ses collègues, des ministres et des experts d'Argentine, de Bolivie, du Brésil, de Colombie, d'Équateur, du Guatemala, du Honduras et du Salvador, il a participé à un séminaire à la Casa de América à Madrid pour tenter de parvenir à un consensus sur un modèle éducatif pour le XXIe siècle en Amérique latine et dans les Caraïbes.

La réunion a été promue par l'Organisation des États ibéro-américains (OEI) et la Banque interaméricaine de développement (BID), des institutions qui, depuis l'été 2021, travaillent sur une stratégie régionale visant à développer des modèles d'éducation hybride pour les pays de la région. Tout cela est une conséquence de la pandémie, qui a particulièrement touché la région ibéro-américaine, la plus touchée au monde, avec 180 millions d'étudiants concernés.

Les statistiques des deux organisations certifient que les pertes d'apprentissage durant la première année de la pandémie ont été de 90% dans l'enseignement primaire et de 72% dans l'enseignement secondaire. Une catastrophe sans précédent, dont les effets négatifs doivent être inversés le plus rapidement possible.

Des solutions d'urgence ont alors été mises en place, comme l'utilisation de la radio et de la télévision pour canaliser l'enseignement à distance afin d'atténuer très partiellement l'interruption de l'enseignement normal. Cet épisode dramatique a mis en évidence la grande fracture numérique qui existe entre les pays d'Amérique latine. Ce décalage s'est manifesté dans les mesures d'urgence inégales et hétérogènes qui ont été mises en place pour lutter contre la perte d'apprentissage, tout en surmontant les problèmes de connectivité et d'accès.

Selon les chiffres de la BID, au moins 77 millions de personnes n'ont actuellement pas accès à un internet de qualité dans les zones rurales d'Amérique latine et des Caraïbes, tandis que la probabilité d'abandon scolaire chez les 12-17 ans a augmenté de 13 %.

casa america

Améliorer la productivité qui stagne depuis 60 ans

Mariano Jabonero, secrétaire général de l'OEI, a expliqué qu'en matière de politique publique, il faut faire la distinction entre ce qui est urgent et ce qui est important, et qu'avec l'apparition de la pandémie, "il était nécessaire d'aborder ce qui était urgent avec des mécanismes permettant de soulager la situation de manière globale". Cependant, Jabonero a rappelé qu'en Amérique latine, la majorité ne disposait pas de ces outils : "il y avait un manque de qualité, d'équité et d'inclusion". Et de lancer un défi : "L'important aujourd'hui est que la région dispose d'une proposition d'éducation hybride [face à face et à distance] qui améliore également la productivité", qui stagne depuis pas moins de 60 ans, ainsi que de prévenir de nouvelles pandémies.

À son tour, Mauricio Claver-Carone, président de la BID, qui s'est exprimé par vidéo depuis Washington, a insisté pour que les investissements soient axés sur la transformation numérique de l'éducation, sur la formation d'enseignants de qualité et sur la mise en place d'infrastructures du XXIe siècle dans les écoles des zones rurales et des zones de grande pauvreté. Pour Claver-Carone, qui chiffre à 450 000 dollars les projets que la BID a déjà accordés à cette fin, "il faut un véritable engagement et une conviction de la part de l'ensemble de la communauté éducative (secteurs public et privé et société civile) pour combler les lacunes et les écarts historiques et faire en sorte que les jeunes acquièrent les compétences dont ils ont besoin pour répondre aux exigences du marché du travail, non seulement aujourd'hui mais aussi à l'avenir".

Pour sa part, Pilar Alegría, ministre espagnole de l'Éducation et de la Formation professionnelle, a déclaré que la transformation numérique, qui est une réalité dans la vie de nos enfants, doit être mise à profit sans la diaboliser. "C'est un outil puissant pour atteindre les objectifs du système éducatif : développer la scolarisation, réduire les taux d'abandon scolaire et améliorer la qualité des connaissances acquises avec motivation".

L'OEI et la BID espèrent que cet engagement finira par compenser le retard de la région, qui est toujours enraciné dans l'inégalité. Le BIE, dont le secrétariat général est basé à Madrid et qui compte 23 États membres, est le premier organe intergouvernemental de coopération Sud-Sud depuis 1949.

Fondée en 1959, la BID est l'une des principales sources de financement à long terme pour le développement économique, social et institutionnel en Amérique latine et dans les Caraïbes. Elle soutient également des projets de recherche de pointe et fournit des conseils politiques, une assistance technique et des formations aux organisations publiques et privées de toute la région