PUBLICIDAD

Iberdrola

La route Inde-Émirats arabes-Israël, une alternative pour la sécurité alimentaire mondiale

Le corridor alimentaire, approuvé par le groupe I2U2, reliera Bombay aux ports émiratis et à la côte méditerranéenne israélienne, et servira d'alternative à la Nouvelle route de la soie
atalayar-grano-corredor-india-israel-eau-comercio-mundial

REUTERS/VALENTYN OGIRENKO  -   Photo d'archive. Récolte du blé près du village de Hrebeni, région de Kiev

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis la dernière fois où le monde a dû faire face à une succession de crises mondiales aussi rapprochées que la paralysie économique et commerciale internationale provoquée par la pandémie de coronavirus et les conséquences énergétiques et alimentaires de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

"Au XXIe siècle, les défis sont locaux, mais les solutions doivent être mondiales", a déclaré le Premier ministre israélien Yair Lapid il y a quelques semaines après avoir rencontré ses homologues émirati, indien et américain, respectivement Mohammed bin Zayed, Narendra Modi et Joe Biden. "Nous devons penser en termes nouveaux en matière d'énergie, de sécurité alimentaire, de technologie de l'eau, de défense et de commerce". 

C'est dans ce but que les quatre dirigeants se sont rencontrés le 14 juillet par voie télématique dans ce qui a été présenté comme le premier sommet du groupe I2U2 (Inde-Israël et États-Unis-Émirats arabes unis). La réunion a porté sur la coopération entre les quatre puissances dans les domaines des énergies renouvelables et de la sécurité alimentaire

atalayar-i2u2-india-eeuu-israel-emiratos-arabes-unidos
REUTERS/EVELYN HOCKSTEIN - Le président américain Joe Biden et le premier ministre israélien Yair Lapid assistent à la première réunion virtuelle du groupe "I2U2" avec les dirigeants de l'Inde et des Émirats arabes unis à Jérusalem le 14 juillet 2022
Un couloir entre Mumbai et Haifa

En ce sens, les trois puissances asiatiques travaillent à la création d'un corridor alimentaire reliant l'Inde - deuxième producteur mondial de blé après la Chine - à la région du Moyen-Orient afin d'éviter les répercussions de nouvelles crises mondiales, de garantir la sécurité alimentaire dans le Golfe et de valoriser la production alimentaire indienne. C'est ce qui ressort de la déclaration commune publiée par les quatre dirigeants de l'I2U2 à la mi-juillet : "des moyens novateurs pour assurer une production alimentaire et des systèmes de livraison plus diversifiés et à plus long terme afin de mieux gérer les crises mondiales ont été examinés". 

Ainsi, la route commencera sur la côte indienne de la mer d'Arabie, en passant par les ports émiratis comme un lien important vers la côte méditerranéenne d'Israël ; et si elle servira d'alternative à l'initiative chinoise "Belt and Road", elle n'est pas née avec un objectif "anti-chinois" coordonné par Washington. Il devrait également permettre de tripler le commerce alimentaire entre les EAU et l'Inde d'ici 2025.

Chacun des pays impliqués apportera son expérience et ses capacités au projet. Abu Dhabi prévoit d'investir 2 000 dollars pour développer un complexe de chaîne alimentaire utilisant des technologies vertes à travers l'Inde, en cherchant à réduire les déchets alimentaires, à conserver l'eau douce et à utiliser des sources d'énergie renouvelables. Pour sa part, l'Inde fournira des terres et intégrera ses agriculteurs, tandis que les États-Unis et Israël encourageront leurs secteurs privés à offrir leur expertise.

atalayar-almacen-grano-india-proyecto-corredor
AFP/SAJJAD HUSSAIN - Des ouvriers dans un moulin de farine de blé raffinée à Khanna, dans l'Etat du Punjab, le 18 mai 2022
I2U2

Le "quadrilatère ouest-asiatique", comme l'ont décrit certains analystes internationaux, partage avec l'alliance voisine (composée des États-Unis, de l'Australie, du Japon et de l'Inde) un caractère régional, multilatéral et informel qui vise à servir de contrepoids à l'influence croissante de la Chine dans la région indo-pacifique

Il s'agit d'un outil supplémentaire pour l'administration de Washington pour réapparaître et se consolider dans les arènes diplomatiques du Moyen-Orient, de l'Asie du Sud-Est et de la région indo-pacifique. "Nous pensons que l'I2U2 peut devenir une caractéristique de la région au sens large, tout comme le Quad est devenu un pilier central de la stratégie indo-pacifique des États-Unis", a déclaré le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan. 

atalayar-reunion-i2u2-india-eeuu-emiratos-arabes-israel
REUTERS/EVELYN HOCKSTEIN - Le président américain Joe Biden et le Premier ministre israélien Yair Lapid assistent à la première réunion virtuelle du groupe "I2U2" avec les dirigeants de l'Inde et des Émirats arabes unis à Jérusalem le 14 juillet 2022
Une initiative sur plusieurs fronts

En tout état de cause, l'initiative I2U2 s'articule autour d'une multiplicité de questions stratégiques qui lient les quatre pays. D'une part, la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël, avec la signature des accords d'Abraham en 2020, a permis aux deux puissances de développer le projet d'un réseau ferroviaire qui, avec 300 kilomètres restant à construire en Jordanie et en Arabie saoudite, reliera les territoires des deux pays. En outre, un accord de libre-échange a récemment été signé entre Abu Dhabi et Tel Aviv, ce qui renforcera les relations trilatérales à la lumière de l'accord existant entre les Émirats et l'Inde. 

Par ailleurs, comme l'explique Michael Tanchum, de l'Institut d'études sud-asiatiques de l'Université nationale de Singapour, dans son rapport intitulé "India's Arab-Mediterranean Corridor : A Paradigm Shift in Strategic Connectivity with Europe", Riyad et Abu Dhabi ont consacré une partie de leurs efforts, ces dernières années, au financement du "corridor alimentaire Inde-Moyen-Orient", qui stimule la transformation de l'agriculture et de la gestion de l'eau en Inde avec près de 7 milliards de dollars américains, sous la coordination du groupe Emaar. Ces questions témoignent des intérêts commerciaux qui sous-tendent les liens géostratégiques régionaux. 

Dans le même temps, la détermination bien connue des États-Unis à faire contrepoids à la puissance chinoise dans la région (avec l'initiative "la Ceinture et la Route"), associée à la rivalité sino-indienne et à l'intérêt de New Delhi pour la conquête de nouveaux marchés et l'expansion commerciale dans l'un des plus grands centres économiques du XXIe siècle, n'a fait que faciliter la création de l'alliance.